Partagez | 
 

 Allo maman bobo... [PV William Harper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Needlesset Esthéticienne

Messages : 560
Crédits : 255
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Mar 10 Jan - 23:17

Mischa aimait naturellement prendre des risques depuis toujours. Ce n’était pas une guerre ouverte avec Eternal qui changerait cela. Bien qu’elle fasse très attention, elle ne réduisait cependant pas les risques de blessures suite à une intervention. Elle ne comptait plus le nombre de cicatrices qu’elle s’était faite, le nombre de fois où elle s’était fait des points de suture sans anesthésie dans des locaux peu appropriés ou des garrots de fortune qui lui permettraient de tenir jusqu’à la planque où un de ses alliés qui était un nobody soigneur la guérissait de ses mots. Ce genre d’individu était essentiel ces derniers temps. Néanmoins il ne fallait pas trop compter sur lui non plus : utiliser son don l’épuiser à force. Aussi chacun n’allait le voir qu’en cas d’urgence et souvent on lui demandait de guérir le plus grave quitte à laisser des cicatrices. L’important était de rester en vie.

Aujourd’hui la cheftaine de la résistance avait eu l’idée de se rendre seule dans une section des égoûts pour faire exploser un passage qu’utilisait régulièrement Eternal pour débusquer ses frères et sœurs. La rouquine réussit à poser la bombe mais elle en paya le prix. Elle ressortit des égouts avec trois balles dans le corps dont deux dans le torse et une dans le bras droit. La douleur était atroce mais pas mortelle. Elle sentait qu’elle allait s’en sortir et qu’aucun organe vital n’avait été atteint, c’était déjà ça. Le problème c’est qu’elle ne pouvait sortir des égouts tant que des drones tournaient et il y en avait des tas ces derniers temps. La rouquine dût donc passer par les égouts, tester plusieurs sorties pour enfin réussir à sortir dans un coin reculé du karter garden.

La jeune femme portait un manteau noir doublé, un jean, des ballerines et un débardeur noir. Ses cheveux rouges flamboyants étaient attachés en un chignon. Sa démarche était maladroite et elle essayait d’avancer le plus vite possible tant qu’aucun robot n’était en vue. Puis, soudain, elle entendit un bruit lointain. Elle se jeta dans un buisson, ce qui lui fit un mal de chien mais le drone passa sans s’arrêter sur elle. La douleur devint insupportable. Il fallait vite rentrer chez elle mais pour cela il lui faudrait parcourir le karter garden et elle était tout au fond de ce dernier. La bonne nouvelle fut qu’en avançant il y avait bien plus de monde et il lui était plus facile de passer inaperçue parmi la foule, malgré ses boitements.

Elle finit néanmoins par se poser à l’écart, dans une zone boisée non surveillée par les drones. Une fois assise elle souffla. Elle souffrait tellement. Il aurait sans doute fallu enlever ces balles. Elle enleva donc son manteau, révélant son corps ensanglanté et meurtrit et sortit une pince à épiler d’une des poches de son manteau tout en soulevant son t-shirt. Ca avait quand même l’air profond, ça n’allait pas être évident de faire ça soi-même. En approchant la pince à épiler elle fut prise d’un doute. Si elle ne faisait pas ça correctement, elle risquait d’enfoncer encore plus la balle. Cette perspective ne la réjouissait guère. Alors qu’elle préparait un tissu à mordre, elle crut entendre un bruit et essaya comme elle pouvait de se mettre à couvert.

_____________________________

Je possède 3 grenades cryogéniques uniques :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 28
Crédits : 27
† Emploi/ Situation : Docteur
† Personnage sur l'avatar : Professeur Platane, Pokemon.

Papiers
Don: Aquakynésie
Statut: Docteur
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Mer 11 Jan - 1:11


Allo maman bobo...
Alors le père noël existe ? J'ai deux jours de repos consécutif en pleine semaine !! Nom d'un chien, je pensais que c'était un vieux mythe que les ancêtres médecins se passait de maître en novice. Bon, trêve de plaisanterie... Ses deux jours de repos sont les bienvenus. A moi le luxe d'aller pavaner dans les rues, de ne rien branler pendant la journée et de dormir jusqu'à pas d'heure ! Champagne !! Non, plutôt CAFÉ !!
En sortant de mon dernier soir de travail, non sans fatigue je dois dire, j'étais triomphant et plein de cerne. Je n'arrivais pas à détachais de mon visage un sourire plein de satisfaction, j'arrivais chez moi tel un zombie de veille série comme The Walking Dead jusqu'à mon lit. Pas d'affaire à préparer pour demain, pas de plan d'action à prévoir au niveau de mes journées, rien, un seul objectif, dormir jusqu'à pas d'heure.

...

Je pense que mon corps n'a pas compris la fonction grasse matinée, il est six heures du matin. Autant dire que cela m'arrachait un profond soupire... Je ronchonnais en restant au lit, au chaud sous mes couettes. Rien a faire, j'étais resté deux heures et demi au lit à tourner pour trouver le sommeil mais bon, au bout d'un moment... Sommeil, sommeil où es-tu ? Ah bah il a dû partir voyager et il n'est pas rentré, je vois que ça.
Je me levais du lit, au moins, le point positif ait que j'avais une journée à moi, une journée tranquille à y aller mollo et à mon rythme. Ça me faisait du bien d'y aller tranquille pour une fois. La matinée se passait tranquillement, longue douche chaude pour me détendre, aller et venu tranquille dans ma belle maison spacieuse proche du Karter... Tient, si j'allais au Karter prendre du temps là bas et flâner dans se magnifique coin de verdure, prendre mon temps. Manger un hot-dog tient ! Aller, soyons fou, vivons au delà du travail.

Souriant, je pris ma blouse blanche d'hôpital et sortit de chez moi en fermant la porte. Je fis alors plusieurs dizaines de mètre dans la rue avant de me rendre compte. Zut, déformation professionnel, j'étais totalement habillé comme pour me rendre à mon travail. Non non non, aujourd'hui, cette blouse allait rester au placard mes chères amis. Je rentrais de nouveau chez moi pour troquer ma tenue de boulot pour des vêtements plus commun. Voyons voir... Oh comme c'est triste, en faite... Je crois bien que je ne savais pas trop comment m'habiller en dehors d'une tenue classe de travail. Bien... 

Je mis ce qu'il y avait de plus... Normal. Un jean noir soutenue par une ceinture jaune, une chemise bleu légèrement ouverte et un manteau... Blanc. Bon, aller ce n'est pas  grave Harper, ça fait tellement longtemps en même temps que tu ne t'ai pas laissé réellement aller ! Cette fois-ci c'est la bonne, je sors de la maison ! 
J'étais arrivé au parc après avoir fait quelques mètres dans la rue. Une grande bouffée d'air frais, enfin, je pouvais littéralement me remettre au vert ! Ayant pris un hot-dog d'un vendeur à la sauvette, je le grignotait paisiblement en marchant, observant les gens d'un œil joviale. Certains me reconnaissait et me saluait de loin, des enfants courraient par-ci par-là. Hahaha, qu'est-ce que j'étais bien ici. Pendant ma marche tranquille dans des coins reculés du grand parc, j'observais des enfants jouer au foot. L'un d'eux tira si fort que la balle partit de mon côté pour s'enfoncer dans une zone boisée. Je disais alors d'un ton joyeux.

" J'ai ! Je vais vous le chercher !! "

Je pénétrais alors cette endroit et partit prendre le ballon, en le saisissant, j'avais cru voir à s'y méprendre un buisson bouger et un peu de sang sur les feuilles de celui-ci. Étrange... Je sortis de la zone boisée et dit avec un sourire un peu perturbé. 

" Attrapez ! "

Je posais le ballon à terre et frappait dedans, bien que le tire fut maladroit, au moins le ballon lui, fut arrivé à destination. Le groupuscule partit alors jouer plus loin. Moi, je restais là, un peu bête. Je pourrais mettre ma main à couper que j'avais vue comme du sang sur se buisson... Un animal était peut-être blessé à l'intérieur ? Tellement de curiosité William... 
Je rentrais de nouveau et non sans une certaine crainte dans la zone boisée, m'approchant très doucement de se buisson. Effectivement, il y avait bien un peu de sang sur les feuilles et même une trace comme-ci quelque chose s'était engouffrée dedans. Je ne voyais pourtant rien entre les feuilles... Je pris alors une inspiration, saisissant une partie du buisson pour doucement le faire plier et voir si une bête ne s'était pas blessé en voulant se protéger d'un prédateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Needlesset Esthéticienne

Messages : 560
Crédits : 255
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Mer 11 Jan - 23:25

Mischa avait réussi à se cacher de l’inconnu à la chemise bleue juste à temps. Ce n’était pas vraiment le moment de se faire repérer par des civils et encore moins dans son accoutrement. En un clin d’œil elle se remit son débardeur noir et enfila son manteau de le même couleur. Cela cacherait déjà ses blessures. Elle rangea la pince à épiler dans sa poche. Qu’est-ce qu’elle pouvait se maudire. Bien évidemment elle aurait pu enlever la balle avec son don mais avait trop peur de le faire trop brusquement et d’exploser pas mal de tissus. Des fois la méthode traditionnelle était la plus efficace. Mais pour pouvoir l’utiliser, il faudrait encore qu’elle sorte de ces buissons incognito ou du moins sans trop attirer l’attention. Maintenant qu’elle était habillée normalement, ce serait bien plus aisé de le faire. Alors que la rouquine comptait essayer de bouger, elle entendit quelqu’un venir. C’était de nouveau l’homme de tout à l’heure. Il s’approchait du buisson où elle s’était cachée. Que faire ? Elle ne se voyait pas abattre bêtement un civil, il fallait jouer la carte de la jeune femme qui cherchait de la tranquillité. Parce que par ces temps-ci, pas mal de civils étaient prêts à vendre les résistants à Eternal sans scrupule. Mischa, plus que quiconque restait une personne extrêmement prudente. Alors que l’inconnu plia le buisson, la rouquine prit un air surpris.

" Oh mon dieu ! Vous m’avez fait peur ! Vous savez il y a des manières plus élégantes d’aborder des femmes qui ont visiblement envie de tranquillité. "


Elle lui sourit malicieusement. Ses yeux verts émeraude le détaillaient. L’australienne n’avait jamais croisé ce type de sa vie mais il n’avait pas l’air hostile. Bien, cela serait sans doute aisé de le duper car tel serait son objectif. Il ne fallait pas que quelqu’un puisse témoigner d’une inconnue blessée. Mischa repensa à la balle qui avait atterri un peu plus tôt et elle lui dit :


" Si vous cherchez votre balle, elle n’est plus là. "


Toute personne normale se serait sans doute excusée avant de simplement repartir. Et c’est bien ce que souhaitait la rouquine. Il n’était personne et ne remarquerait sans doute pas les blessures sur ses mains et ses plus graves blessures étaient camouflées sous le manteau. Tout ce qu’elle espérait c’était que le sang ne transpercerait pas la doublure avant que cet homme soit parti. Ca aurait fait s’envoler tous ses beaux plans en l’air. Mais qu’aurait-elle fait dans un pareil cas ? Sans doute l’aurait-elle assommé, elle ne voyait pas de comportement plus prudent.

La rouquine restait assise, étant incapable de se lever pour le moment. Elle sentait la douleur s’accroître et sa température monter. Des perles commençaient à perler sur son front. Bien évidemment, ce genre de détail n’aurait pas forcément sauté aux yeux de tout le monde. Tout comme la présence légère de poudre sur son jean, témoin de l’explosion qu’elle avait provoqué dans les égouts. De toute façon, en général, les hommes étaient fascinés par son regard. Qui allait regarder ailleurs, je vous le demande ? Surtout qu’elle faisait tout pour capter son regard.


" Je ne voudrai pas vous paraître impolie mais j’aurai besoin de me reposer un peu. Si vous pouviez me laisser ce serait fort aimable de votre part. "


La cheftaine de la résistance espérait que cette rencontre se terminerait là car elle sentait la douleur tellement monter en elle qu’elle peinait à se concentrer et à penser. Ca faisait un mal de chien mais elle ne le regrettait pas : elle serait fière d’annoncer ce qu’elle avait accompli aujourd’hui. Enfin, si elle arrivait à rentrer sans encombre ce qui n’était pas gagné.

_____________________________

Je possède 3 grenades cryogéniques uniques :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 28
Crédits : 27
† Emploi/ Situation : Docteur
† Personnage sur l'avatar : Professeur Platane, Pokemon.

Papiers
Don: Aquakynésie
Statut: Docteur
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Sam 14 Jan - 3:21


Allo maman bobo...
Alors que je pliais le buisson à l'aide de mes mains, je voyais avec surprise et un peu de stupeur une personne couché ici à sursauter de mon arrivé. Elle m'affirmait avoir eu aussi peur que moi puis elle commençait à dérivé sur le faite que je l'abordait d'une manière un peu cavalière et qu'elle avait besoin de sa tranquillité. Alors... Bien que cette femme soit plutôt mignonne c'est vrai, elle se heurtait à un mur avec moi, j'étais certes bi, mais à tendance homosexuel je dois l'avouer... Et qui plus est drôle de manière de vouloir la tranquillité, là, caché dans un buisson sauf si c'est pour un ébat de couple dedans et à l'évidence, elle était seule.

" Si vous cherchez votre balle, elle n’est plus là. "

La balle...? AH OUI ! Bien-sûr qu'elle n'est plus là, c'est moi même qui est partit la chercher. Cette dame me paraissait de plus en plus suspecte, elle est nerveuse, elle en vient même à avoir des perles de sueur goûté sur son front... 
Tout à coup, ce n'était plus le civil, mais bien l’œil du médecin qui venait à la scruter sans un mot. Elle sue, ses yeux sont brillants et ses pupilles dilatés, sa peau rougis par endroit sur son visage et pourtant elle commence à pâlir. Je pourrais émettre la thèse de la drogue, mais au vue de ses crispassions à certaine partie de son corps, je crois qu'elle était fiévreuse et douloureuse. Elle me demandait de partir, d'une voix plus sérieuse cette fois-ci. Que faire, laisser cette femme comme elle le désire par crainte de la déranger ou être encore sous mon serment d’Hippocrate.

Je crois que je n'ai pas le choix.

Je souriais en soupirant, combo bizarre oui, mais pourtant attrait à ma personnalité, il était rare que je "tire une tronche". Je la regardais alors avec beaucoup de douceur en m'accroupissant à son niveau et cette fois-ci, c'était moi qui allait jouer au jeux du regard transperçant. Je l'avais saisie de mon regard azure et commençait alors à parler.

" Chère Madame, c'est vous qui m'avait fichu la trouille, je m'attendais à trouver un animal blessé, mais je crois avoir trouver une fugitive fiévreuse. "

Je détaillais chaque expression de son visage et je commençais réellement à croire qu'elle était fugitive. Son cache-cache dans un buisson, son regard presque paranoïaque... Je connais se genre de regard, de comportement, j'en ai des dizaines par semaine à l'hôpital de New Kanton... Et je suis toujours de la partie quant il s'agit de les faire sortir en douce de l'établissement lorsqu'ils sont en fin de soin. J'expirais de manière audible en souriant, disant d'une voix presque amusé.


" Je suis médecin Madame, votre montée de fièvre, vos tremblements, tout ses petits détails que vous tentez de me cacher je les vois. " Je reprenais d'un air beaucoup plus sérieux alors. " Je ne veux pas savoir dans quelle poisse vous vous êtes foutues, mais j'ai fais un serment comme tout mes collègues, celui de soigner. Et je suis le genre de médecin qui malheureusement pour vous tient ce serment. Le sang sur le buisson qui a taché mes mains c'est le votre ? "

Bien que le buisson soit étroit, je passais dedans et le laisser reprendre ses formes pour nous cacher à nouveau de la vue des autres, même s'il est reculé du chemin tranquille et caché par des arbres. J'avais quand même un sacré toupé d'être aussi cavalier, il y avait tellement de probabilité que je me trompe, mais moi je suis toujours là à jouer avec le feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Needlesset Esthéticienne

Messages : 560
Crédits : 255
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Sam 14 Jan - 15:48

L’inconnu n’y alla pas par quatre chemins et lui dit comprendre qu’il la considérait comme étant une fugitive fiévreuse. Il sembla être amusé qu’elle ait tenté de lui cacher son état puis il lui fit comprendre qu’il comptait bien tenter de la soigner avant de lui demander si le sang sur le buisson était le sien. Mischa sourit : elle aimait bien les personnes qui avaient de la force de caractère comme lui et qui ne mettaient pas des jours à dévoiler leurs pensées. L’inconnu venait donc de prendre un peu d’estime auprès de la rouquine qui avait toujours son collier d’ex esclave au cou. Accessoire bien souvent identifié aux yeux des autres pour un accessoire de mode. La jeune femme se demandait si ce médecin si futé l’avait regardé ou non.

En tout cas, puisqu’il avait lui aussi planté son regard dans le sien, elle n’essaya pas de l’ignorer et le fixait sans détourner les yeux un instant.


" C’est possible, le mien ou celui d’un homme d’Eternal ou peut-être les deux. "


En effet, sur elle devait se trouver le sang d’ennemis qu’elle avait éliminé. Il voulait la jouer franc jeu, elle le ferait. Pour cela, la cheftaine était parfois un peu trop sûre d’elle. Elle aurait pu tout nier en bloc et essayer de partir car qu’aurait-il pu faire contre cela ? Il ne l’aurait sans doute pas retenue. Oui mais Mischa avait un comportement hors norme et puis ce médecin l’intriguait. Et puis ses blessures lui faisaient un mal de chien. Franchement, elle n’aurait pas été contre un peu d’aide de la part de cet inconnu. Puisqu’il se disait prêt à l’aider, elle lui lança un regard de défi.


" Très bien, doc, vous dites donc être prêts à me soigner et je dois avouer que cette option est tentante. Je vais vous laisser essayer par contre soyons clairs : si c’est un traquenard t que vous essayez d’une manière ou d’une autre de me piéger je ne vous louperai pas et tous mes alliés se feront un plaisir de vous le faire payer. "


Elle n’avait pas spécialement envie de le menacer, mais c’était sa manière de lui faire comprendre ce qui l’attendait s’il jouait aux idiots. Au moins aurait-il conscience de ce qui l’attendait. Une fois qu’elle fut certaine qu’il comptait rester sur son serment d’Hippocrate, elle enleva doucement son manteau en serrant les dents et souleva son t-shirt pour révéler ses blessures et les balles profondément enfoncées. Son regard avait quitté le sien durant cette manœuvre avant de se poser de nouveau dans celui du médecin. S’attendait-il à ça ? Sans doute pas.


" Alors, vous pensez toujours pouvoir m’aider ? Personnellement j’étais sur le point d’essayer de m’enlever ces balles moi-même avant que vous interveniez. J’en ai une aussi dans le bras droit. Et il va sans dire qu’il est hors de question que j’aille dans un quelconque institut pour me faire soigner même si vous m’assuriez votre aide. Vous avez vu juste, je suis une fugitive mais pas n’importe laquelle, vous n’imaginez pas votre chance. Si on me trouve là-bas, on ne me laissera jamais repartir ou alors il faudra donc que je fasse des dégâts et ce n’est pas mon but. Je n’en veux qu’à ceux qui veulent nous éliminer et nous asservir. Vous les civils n’avez pas à pâtir de tout cela même si c’est indirectement le cas. "


La rouquine avait toujours son tatouage en lettre tribale dans le creux des reins où était noté « nobody ». Mais elle doutait que le docteur le verrait tout de suite puisque ses blessures étaient sur l’avant de son corps.

_____________________________

Je possède 3 grenades cryogéniques uniques :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 28
Crédits : 27
† Emploi/ Situation : Docteur
† Personnage sur l'avatar : Professeur Platane, Pokemon.

Papiers
Don: Aquakynésie
Statut: Docteur
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Sam 14 Jan - 21:52


Allo maman bobo...
Nos regards ne se lâchait pas, comme deux animaux qui se guettait avant un probable apprivoisement. La jeune femme m'affirmait qu'elle ne savait pas si le sang que j'avais vu était le sien ou celui d'un membre d'Eternal. Bon sang, j'ai le chic pour croiser la résistance ma parole... Après cela, elle me lançait un regard, comme-ci dans les mots qui allait suivre allait être un défi pour moi.

" Très bien, doc, vous dites donc être prêts à me soigner et je dois avouer que cette option est tentante. Je vais vous laisser essayer par contre soyons clairs : si c’est un traquenard et que vous essayez d’une manière ou d’une autre de me piéger je ne vous louperai pas et tous mes alliés se feront un plaisir de vous le faire payer. "

William... Dans quel pétrin tu t'étais encore foutu avec tes manies de vouloir toujours sauver les plus démunis... Sur le coup du réflexe, je déglutis en continuant pourtant par force de caractère à ne pas détourner mon regard du sien. Je n'avais en aucun cas envie de piéger cette femme, mais ses yeux, je voyais en eux brûler le feu de la détermination... Je hochais la tête d'un air dès plus sérieux avant qu'elle ne soit prise d'une forte douleur en ouvrant à moi son manteau, sa main saisit alors son t-shirt qu'elle soulevait. Je pouvais voir plusieurs impacte de balle... Encore une qui avait morflée, elle avait besoin de soin médicaux d'urgence à l'hôpital.

" Alors, vous pensez toujours pouvoir m’aider ? Personnellement j’étais sur le point d’essayer de m’enlever ces balles moi-même avant que vous interveniez. J’en ai une aussi dans le bras droit. Et il va sans dire qu’il est hors de question que j’aille dans un quelconque institut pour me faire soigner même si vous m’assuriez votre aide. Vous avez vu juste, je suis une fugitive mais pas n’importe laquelle, vous n’imaginez pas votre chance. Si on me trouve là-bas, on ne me laissera jamais repartir ou alors il faudra donc que je fasse des dégâts et ce n’est pas mon but. Je n’en veux qu’à ceux qui veulent nous éliminer et nous asservir. Vous les civils n’avez pas à pâtir de tout cela même si c’est indirectement le cas. "

S'enlever les balles elle-même ? Était-elle folle ? A la profondeur où sont logées les balles, elle se serait charcuté plus qu'autre chose et aurait sûrement infecté le tout. En plus elle refuse les soins à l'hôpital en prétendant qu'elle n'est pas n'importe quelle fugitive...
Dans une profonde réflexion, je sortis un mouchoir en tissus de la poche de mon manteau et essuyait délicatement le torse de la fugitive sans arrière pensé, constatant que la peau était violassé autour de l'impacte. Elle ne veut pas aller à l'hôpital, mais à l'évidence, je ne peux pas lui retirer les balles dans un endroit aussi sale et étriqué qu'un buisson. Je restais silencieux quelques instants après la fin de sa phrase... Je ne vois qu'une solution, mais accepterait-elle...?  Je la regardais alors avec autant de détermination qu'elle.

" Très bien. Que vous ne voulez pas aller à l'hôpital, bien que cela m'ennuis fortement, je peux le comprendre. Par-contre, comprenez bien que je ne peux décemment pas vous délogez vos balles ici, au milieu de nul part dans un vieux buisson. De un, rien n'est aseptisé, de deux, nous ne sommes pas l'abris d'une intrusion et là... Je vous propose une chose, on va aller jusqu'à chez moi, c'est à quelques pas du Karter, là bas il y a du matériel médicale, mais malheureusement pas tout une panoplie comme je pourrais trouver à l'endroit où je travail. Vous acceptez ? " Je lui tendez là main sans même là lâcher du regard. " Vous n'avez pas beaucoup de temps, c'est oui ou non. De toute manière, comme vous le dîtes si bien, si je joue au con avec vous, ça sera la fin pour moi... Donc nous aurons autant à perdre vous que moi. "

Elle n'avait pas le choix, si elle faisait sa capricieuse, bien qu'elle soit une résistante particulière, elle n'est pas éternelle et elle périra. J'avais un caractère en acier trempé, une des uniques choses que j'avais en commun avec mon frère Road... Alors si en plus cela touche le sujet du médicale. Elle était vraiment mal tombé avec un docteur têtu comme je le suis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Needlesset Esthéticienne

Messages : 560
Crédits : 255
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Dim 15 Jan - 13:09

Le docteur essuya le torse de Mischa. Cette dernière ne broncha pas bien que ce n’était clairement pas agréable de se faire toucher dans ces conditions. La douleur était grande bien qu’il n’ait pas encore farfouillé dans la plaie. Les yeux de la jeune femme l’observaient. Elle pensait qu’il allait passer à la suite logique mais à la place il planta de nouveau son regard dans le sien. Quoi ? Il hésitait ou bien y avait-il plus de complication que prévu ? La résistante ne dût pas longtemps l’interroger du regard pour connaître le fond de ses pensées. Il lui dit comprendre qu’elle ne veuille pas se rendre à l’hôpital mais ajouta qu’il avait besoin de conditions plus propices à l’extraction de ces balles sans quoi les plaies s’infecteraient. Il lui proposa donc d’aller chez lui tout en lui tendant la main. La pression monta d’un cran lorsqu’il lui fit comprendre qu’ils n’avaient pas beaucoup de temps devant eux. Il avait vraiment de la personnalité et la rouquine adorait cela. Elle lui saisit donc fermement la main avant de se rhabiller puis lui attrapa le bras afin qu’il lui serve de canne ambulante.

« Ne croyez pas que j’essaie de vous draguer doc, mais je commence à vraiment avoir du mal à avancer seule à cause de la douleur. Alors dépêchons-nous, vous êtes mon guide. »


C’était une sacrée chance qu’elle soit tombée sur lui par hasard. Elle aurait sans doute été forcée d’appeler des renforts sans son intervention puisqu’elle n’aurait su se relever seule. Ce n’était pas plus mal de ne pas déranger ses frères et sœurs durant leurs missions. Tous étaient bien occupés ces derniers temps et chacun avait un rôle clé. Annuler une mission pour la secourir revenait à donner un avantage à leurs ennemis. Elle aurait donc détesté en arriver là.

Avoir parlé de drague lui fit penser à Faust. Elle s’en voulait d’être aussi occupée et de ne pouvoir être auprès de lui autant qu’elle le voudrait. Tout s’enchaînait ces derniers temps et elle devait veiller chaque jour sur plus de nobody traqués par Eternal. Ce n’était clairement pas de tout repos. Et pourtant, elle aurait aimé pouvoir aider plus Faust et lui donner les soins dont il avait besoin. Ce doc aurait pu les aider, si elle le connaissait assez pour lui faire confiance. Elle ne confierait pas l’homme de sa vie à n’importe qui, même si ce dernier avait failli la tuer. La résistante l’aimait toujours autant et ne voulait que le meilleur pour Faust. Le pauvre avait subi tant de choses par sa faute. La rouquine ne pouvait s’empêcher de se sentir responsable de sa folie.

Rapidement elle essaya de penser à autre chose sans quoi son joli sourire allait finir par s’effacer. Mischa se concentra sur sa marche, essayant d’avancer le plus naturellement possible en affichant un sourire assez convainquant. Jouer la comédie était un prérequis de survie quand on était dans la résistance et l’australienne comptait bien rester en vie jusqu’à l’annihilation d’Eternal et de la mafia. La route sembla interminable mais Mischa fit comme si elle pouvait tenir encore des kilomètres. Elle avait ce point commun avec les bêtes sauvages : elle cachait le plus possible tout signe de faiblesse. Néanmoins le doc’ ne semblait pas idiot et il avait bien dû sentir que le cœur de la rouquine battait à tout rompre. Chaque pas était un effort important et elle ne tiendrait pas éternellement cette cadence. Heureusement que la jeune femme avait un mental d’acier. Cela lui permit de tenir.

Lorsqu’ils atteignirent enfin la demeure de l’inconnu, elle lâcha son bras pour qu’il aille ouvrir la porte. Elle était soulagée d’arriver enfin à destination mais restait sur ses gardes. Peut-être tout cela était un piège. La jeune femme gardait la peur d’un jour se faire de nouveau rendre à l’esclavage par autrui. C’était étrange, car elle avait limite plus peur de cela que de se faire attraper par Eternal. Mischa entra donc dans la demeure du doc’ prudemment, prête à balancer le premier objet qu’elle croiserait si elle voyait quelque chose de suspect. Elle espérait qu’il était bien seul et que d’autres collègues n’allaient pas subitement arriver.

_____________________________

Je possède 3 grenades cryogéniques uniques :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 28
Crédits : 27
† Emploi/ Situation : Docteur
† Personnage sur l'avatar : Professeur Platane, Pokemon.

Papiers
Don: Aquakynésie
Statut: Docteur
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Jeu 19 Jan - 23:01


Allo maman bobo...

« Ne croyez pas que j’essaie de vous draguer doc, mais je commence à vraiment avoir du mal à avancer seule à cause de la douleur. Alors dépêchons-nous, vous êtes mon guide. »

Me disait ma futur patiente. Haha, bien-sûr que je voyais bien que son geste n'était pas pour la drague. Son visage, son attitude... Elle ne me répugne pas certes, mais bon, ce n'est pas le grand amour non plus. N'oublions pas que cette belle rousse est aussi indomptable pour le moment qu'un cheval foulant les plaines de son territoire. Je souriais et me mis même à pousser un soupire amusé en faisant un geste de la tête léger de gauche à droite avant de l'aider à se relever.

Nous étions désormais en marche jusqu'à chez moi, ce qui était affolant avec cette femme, c'est qu'elle cachait vraiment bien sa douleur à tout instant dans un grand sourire et une posture fière. Nous ressemblions à un couple, je souriais aussi en la prenant de temps en temps par la taille pour en réalité la soutenir. Après quelques minutes de marche à pied, nous avons franchis mon jardin, tout de suite, Mischa lâchait mon bras ce qui me permis de déverrouiller la porte d'entrée pour ensuite l'aider à rentrer chez moi. Je voyais bien qu'elle observait les alentours et à voir les gouttes perler sur son visage et ses jambes trembler malgré elle, je pense qu'elle était très fatiguée et angoissée. Je pris autant d'affaire médicale qu'il était possible et je mis tout ça dans un sac de course.

" Venez, je vais vous amener à ma chambre d'ami au second étage, en revanche... Désolée ma chère Madame, mais je ne vais pas vous laissez monter les marches. Je vais vous porter. "

Je voyais bien de la méfiance chez elle, mais il fallait que je l’amène et le temps était compté. Je la portais alors comme une princesse en montant les marches d'un air subitement très sérieux, allant même jusqu'à pousser sur mes jambes pour aller rapidement à la pièce bien que cette dame plus le sac bien rempli était lourd. Une fois devant la porte au second étage, je posais cette inconnue et ouvrit la chambre. Il y avait dedans du matériel de sport, notamment un gros banc de musculation. C'était parfait pour allonger ma patiente, il était large, même si un peu trop bas. J'opérerais à genoux si il le faut !

" Retirez votre manteau si vous y arrivez et allongez-vous sur le banc de musculation. Vous occupez pas de votre t-shirt, je vais le couper. Si vous faites trop de mouvement avec vos bras et votre buste, vous risqueriez de vous blessez d'avantage. Dîtes moi, comment je peux vous appelez Madame ? Aller, je commence. Je m'appelle William HA... " Je mis soudainement à me souvenir que mon nom de famille était teinté de la marque dictatorial de mon frère, ne voulant pas mettre ma patiente encore plus sur ses gardes, je terminais rapidement mon bafouillage. " ...HAsword ! Et vous ? "

Je veillais à ce que ma patiente s'allonge à son aise en ne la lâchant pas du regard afin qu'elle ne se blesse pas ou ne tombe pas..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Needlesset Esthéticienne

Messages : 560
Crédits : 255
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Ven 27 Jan - 21:16

Une fois à l'intérieur, Mischa ne décela rien de suspect "à priori". Cela dit elle restait toujours autant sur ses gardes. Elle l'observa réunir du matériel médical et il lui fit comprendre qu'ils devraient monter au second étage. Pour cela il comptait la porter. Ses sourcils se froncèrent : cette idée ne la réjouissait pas mais la douleur qui restait bien présente l'amena à lui obéir. Après tout, c'était lui le docteur. Si elle voulait ressortir en pleine forme, elle devait ranger sa fierté au placard quelques minutes. L'inconnu l'ignorait mais le fait d'accepter son aide en la portant était une sacrée preuve de confiance.

"Soit, faites ça vite alors."
Dit-elle en passant ses bras autour du cou du docteur. Elle ne comptait pas qu'il la porte comme un poids lourd et faisait donc le maximum pour être la plus légère possible. Une fois en haut il la posa. Elle se redressa péniblement mais sans ciller. Elle n'était pas du genre à en faire des tonnes. Elle regarda dans la pièce et se dit que si besoin, elle avait pas mal d'objets qui auraient pu lui servir à se défende. C'était génial qu'il l'ait emmenée dans une salle de sport. Cela fit redescendre un peu son angoisse.

Il lui demanda alors de retirer son manteau mais pas le t-shirt car il comptait le couper. Mischa ne comptait pas contester ses propos. Elle enleva donc délicatement son manteau en utilisant le moins possible ses bras, elle le fit glisser en arrière. Après cela elle s'installa sur le banc. Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer. Enfin, apparemment le doc voulait faire un peu connaissance. Cela servirait sand doute à moins la faire se focaliser sur la blessure. Mischa souffla doucement pour se préparer à subir les soins. Cela ne trahissait aucune peur : elle voulait juste détendre au maximum son corps pour ne pas s'infliger plus de souffrance. Elle devait se détendre, ce qu'elle essaya de faire au mieux au vue des circonstances. L'homme se présenta sous le nom de William Hasword. Il avait eu une drôle d'hésitation en annonçant son nom de famille. Qu'importe, même s'il lui mentait sur son identité, le principal était de ressortir en forme. Elle, pour le coup, ne comptait pas cacher son identité.

"Je m'appelle Mischa Jones mais vous pouvez m'appeler par mon prénom."
Dit-elle amicalement avant d'ajouter :

"Allez-y, rentrez dans le vif du sujet."

Sa voix était presque amusée. Elle aimait plaisantait quand elle sentait qu'une tension pouvait s'installer. Et elle voulait vraiment que William se concentre sur ce qu'il allait faire, le tout sans appréhension.
Cela faisait longtems qu'elle ne s'était pas retrouvée dans une telle situation. Elle le laissa découper son t-shirt le moment venu. Il avait intérêt à s'appliquer sinon elle lui rendrait la monnaie de sa pièce.

_____________________________

Je possède 3 grenades cryogéniques uniques :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 28
Crédits : 27
† Emploi/ Situation : Docteur
† Personnage sur l'avatar : Professeur Platane, Pokemon.

Papiers
Don: Aquakynésie
Statut: Docteur
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Dim 29 Jan - 20:24


Allo maman bobo...

Mischa Jones, alors c’est comme-ça que vous vous prénommez… Est-ce un pseudo ou votre réel prénom ? Ce qui était sûr, c’est que ma patiente était du genre à ne pas apprécier attendre et que malgré son ton presque amusée je dirais, elle voulait surtout être soignée au plus vite.

Je hochais la tête avec un grand sourire et me mit à genoux pour fouiller dans mon sac. Je mis alors une blouse blanche, des gants chirurgicaux sur mes mains puis j’accrochais un masque au niveau de ma bouche afin de ne pas propager d’éventuel germe en opérant ma patiente.
Je tâtais alors la table en observant, elle était bien droite et assez solide. J’allais en revanche devoir opérer à genoux, ce qui n’était pas la meilleure des positions, mais qu’importe, on avait besoin de moi ! Je pris alors les ciseaux chirurgicaux en brassant le sac et commençait à découper le T-shirt avec sérieux.

" Votre petit ami va m’en vouloir je le crains ! "


Je lançais d’un ton plaisantin en lui coupant au passage son soutien-gorge afin de dénuder la poitrine de ma patiente pour avoir accès à l’entièreté de son tronc désormais mis à nue pour les biens de l’opération. Je ne rougissais pas de voir les seins de Mischa car je n’avais vraiment aucune perversité et mon regard ne se perdait même pas dessus d’ailleurs.
Je veillais juste à observer que les impactes de balle était bien dégagé avant de remettre le nez dans mon sac pour sortir du désinfectant médicale, mon stéthoscope et des compresses. J’aspergeais alors les compresses de désinfectant et passait sur les plaies. Le désinfectant n’avait rien de piquant, juste qu’il était horriblement froid pour la peau afin aussi d’avoir un effet légèrement apaisant sur la douleur. Je n’avais que ça, le froid en spray et en désinfectant pour endormir faiblement la douleur, mais quand je vais devoir déloger les balles, là… Là le rire risque de passer au cris. Je venais de passer le désinfectant sur le tronc et le bras de ma patiente, puis j’écoutais son cœur à l'aide du stéthoscope.

" Il semblerait que par chance, votre cœur ne soit pas touché, je n’entends aucune anomalie ni même souffle au cœur. En revanche, je pense qu’après l’opération, il vous faudra du repos. Mais bon, comme beaucoup de vos camarades... Je vous dis ça... Mais vous n’allez sûrement pas le faire hm ? Tachez au moins de vous reposez deux jours si vous n’y arrivez pas pendant une semaine d’accord ? De toute manière, ce sont vos blessures qui vont vous faire asseoir je pense haha. "


Je fouillais dans mon sac et pris alors un otoscope digital pouvant être connecté à mon téléphone. Je connectais alors les deux appareils l’un à l’autre et une fois que je m’étais assuré du bon fonctionnement de celui-ci, je regardais ma patiente.

" Bien que l’image va brouter sur mon téléphone, je vais utiliser celui-ci pour zoomer et voir à combien de centimètre se sont logées vos balles. Je tiens à vous précisez que je vais devoir rentrer la pointe de mon otoscope afin de pouvoir regarder l’étendu des dégâts internes. Alors je vous proposes que pendant se temps-là, on discute. Mais alors… Le premier sujet qui vous vient en tête. "


Je passais alors du spray très froid sur la plaie du bras puis fit le tour en me relevant du banc de musculation. Alors que je bloquais avec un genoux l’intérieur du bras de la patiente, afin de ne pas prendre un mauvais coup, je penchais mon buste et enfonçait délicatement et faiblement l’appareil dans le bras de ma patiente en regardant de l’autre main mon téléphone. Je lui parlais alors d’un air un peu lointain.

" Hm, je vois… Celle du bras n’est vraiment pas profonde, elle sera facile à retirer…. " Je repris d’un ton moins marmonnant. " Tient j’y pense Mischa, les amours ? Une femme aussi charmante et avec du caractère comme vous doit en faire tomber à la pelle des mecs ! J’espère qu’un parmi eux à eu l’honneur de se faire une place dans votre cœur. A moins que vous êtes plutôt attirée par les femmes... Ce qui ne me dérange nullement ! "

Il fallait bien faire en sorte que ma patiente ce mette à penser à autre chose lors des phases douloureuses... Je continuais à regarder les autres plaies, l’une des deux à son thorax m’avait fait tiquer... Autant celle du bras allait être simple, mais la balle logée au dessus du sein gauche de Mischa n’allait pas être une mince affaire... Pour la repérée, contrairement aux deux autres impactes, j’avais dû loger profondément mon otoscope dans le trou qu’avait laissé la balle et pire encore, je crains que je vais devoir l’ouvrir pour déloger la cartouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Needlesset Esthéticienne

Messages : 560
Crédits : 255
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Mer 1 Fév - 22:09

William essayait de faire preuve d’humour un peu comme elle. Cela la fit sourire qu’il lui dit que son petit ami allait lui en vouloir. Il était certain que si Faust avait été là, il n’aurait sans doute pas apprécié qu’il découpe son t-shirt mais il l’aurait laissé faire si c’était pour sa santé. Bien évidemment, si jamais le doc’ avait voulu lui faire réellement du mal les choses se seraient sans doute rapidement envenimées. Bien que Faust ne soit plus toujours lui-même, il avait gardé son instinct protecteur envers elle.

Mischa resta de marbre lorsque William passa ce qu’elle pensa être du désinfectant sur ses plaies. La sensation de froid ne fut pas désagréable bien que surprenante sur le moment. Au moins n’y avait-il pas trop de douleur à encaisser. Cette étape était la partie facile à gérer, elle en était bien consciente. Les choses sérieuses allaient bientôt commencer mais avant cela le doc’ lui décrivit son état. Apparemment son cœur n’était pas touché et nulle anomalie n’était à déplorer. C’était déjà ça. Il lui conseilla du repos, mentalement elle se dit qu’elle verrait si elle pourrait s’y tenir sans quoi elle solliciterait peut-être son ami nobody guérisseur. Bien qu’elle veuille qu’il garde son don pour des causes importantes, la santé du leader restait une priorité. Sans Mischa, la gestion des missions de la résistance stagnerait. Tous avaient grand besoin d’elle et elle ne pouvait se permettre de rester deux jours à ne rien faire d’autre que se reposer. William s’en doutait, vu ce qu’il lui avait dit. La rouquine rit doucement en guise de première réponse. Mais comme ce n’était pas forcément explicite, elle dit d’une voix amusée :


" Un tel optimisme est beau à entendre mais je n’ai nullement le droit d’être au repos William. Je suis responsable de trop de vies et clairement le temps joue contre moi. "


Le doc’ semblait être aux petits soins pour ses patients. Heureusement qu’il n’avait pas vu le dos de la rouquine. Si elle faisait soigner la plupart de ses blessures récentes, elle n’avait jamais voulu effacer celles qui l’avaient conduite à être ce qu’elle était désormais. Nous parlons bien de ces blessures qui lui avaient été infligées par son ex propriétaire à son arrivée à New Kanton. On pouvait aisément deviner les nombreux  coups de martinet le long de sa colonne vertébrale. Il n’y était pas allé de main morte, il faut dire qu’elle avait aussi eu l’art de provoquer son bourreau. Elle avait vraiment un caractère bien affirmé. William aurait vu en plus des marques son fameux tatouage tribal avec les lettres formant le mot de nobody. Mais bon, clairement, ce n’était pas ça qu’il cherchait à voir. Il devait aider la rouquine à extraire ces fichues balles.

L’homme lui expliqua qu’il allait rentrer la pointe de son appareil dans ses plaies pour regarder l’étendue des dégâts et lui conseilla de parler rapidement du premier sujet qui lui vint en tête. Elle s’exécuta en souriant :


" Vous croyez aux fantômes ? Moi j’ai vu mon ex propriétaire posséder un pauvre garçon et me menacer à travers lui. Pourtant je l’ai enterré et je vais souvent le voir au cimetière… Et je vous assure que je ne suis pas du genre à croire à ce genre d’histoire à la base. "


Pourquoi avait-elle dit ça ? Hé bien c’était la première chose qui lui était venue, tout simplement. Cet épisode l’avait marquée, l’avait empêché de dormir de nombreuses nuits mais depuis ça allait mieux. Il avait fallu que cela ressorte sans prévenir. La technique de la distraction avait bien fonctionné. Elle n’avait pas trop eu mal.

William lui demanda alors ce qu’il en était de ses amours. Il lui demanda d’ailleurs si cette personne était une fille ou un homme. C’est bien qu’il ait l’esprit ouvert. Après tout, chacun avait le droit d’aimer qui il souhaitait. Parler aidait à moins souffrir et puis elle aimait assez discuter avec le doc’, aussi la jeune femme répondit :


" Si vous voulez tout savoir j’ai bien quelqu’un dans ma vie et c’est un homme. Je ne suis pas attirée par les femmes. Et il est assez amoureux de moi pour avoir accepté de ne jamais avoir de relations sexuelles avec moi. Nous étions faits pour nous rencontrer. "


Sa voix prit une teinte de regret. La culpabilité était grande chez elle et sa douleur ne fut qu’amplifiée en sentant le doc’ triturer sa plaie. Mais elle serra un moment les dents et souffla, pour essayer de sortir de sa douleur :


" Mais à cause de moi il souffre d’un mal qui semble incurable. Je ne suis pas docteur moi, alors je ne peux qu’essayer d’adoucir sa vie en le soutenant moralement. Ces salauds d’Eternal iront tous brûler en enfer pour ce qu’ils lui ont fait. "


Dit-elle avant de se taire pour encaisser la douleur et retenir des râles.

_____________________________

Je possède 3 grenades cryogéniques uniques :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 28
Crédits : 27
† Emploi/ Situation : Docteur
† Personnage sur l'avatar : Professeur Platane, Pokemon.

Papiers
Don: Aquakynésie
Statut: Docteur
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Mar 7 Fév - 18:27


Allo maman bobo...

Je prêtais une oreille attentive aux dires de ma patiente, notamment quand elle parlait de fantôme. Elle semblait croire dur comme faire que son ex propriétaire avait possédé un jeune garçon pour la tourmenter. D'ailleurs, qu'entent-elle par ex propriétaire...? J'ose espérer qu'elle était locatrice d'un bien immobilier.
Je pense que son "ex propriétaire", bien que mort désormais, était un Nobody qui avait sûrement le don de posséder les esprits. C'est fascinant toutes ses capacités qu'on chaque individu Nobody, j'avais cette impression que chaque personne avait un "pouvoir" différent. Comme-ci cette mutation était propre à chaque individu... J'aimerais sincèrement mener plus d'étude à ce sujet, mais cela ne se fera pas en ses temps de trouble malheureusement.

Tout en terminant le diagnostique de ma patiente, je l'écoutais parler de son petit ami. Cet homme avec qui elle semblait être à l'air tout à fait charmant, peux resterait en couple avec une femme si elle refusait toutes relations sexuelles. Je ne sais pas si cette personne est courageuse ou tout simplement asexuel, mais en tout cas, il doit être compréhensif vu la vie que semble mener cette dame.

Je fouillais dans mon sac pour prendre quelques matériaux que j'avais ramené, notamment ce qui allait me servir à extirper les balles et à recoudre les plaies, c'est alors que j'entendis ma patiente dire d'un air coupable que son petit ami souffrait d'un mal semblant incurable puis elle dévia sur sa haine d'Eternal. Je lui fis signe de patienter quelques instants alors que je l'a voyait contenir un râle de douleur pour partir chercher des choses dans laquelle elle pourrait mordre. J'avais pensée à des gants de toilette, c'est épais, éponge la salive ou hydrate sans étouffer au cas où et ça ne sent pas mauvais. En fouillant dans les placards de ma salle de bain, je me remis à penser à ses dires avec une certaine angoisse...

*Ces salauds d'Eternal iront tous brûler en enfer*


J'avalais alors ma salive en me relevant. Puis je restais nez à nez un brève instant dans le miroir de la pièce où je me trouvais, portant dans une de mes mains plusieurs gants.
Je suis un Harper... Je suis le petit frère d'un dictateur. Elle le verra tôt ou tard... Et Quant elle le sera... Elle essayera sans doute de me tuer, peut-être se vengera t'elle ou se servira t'elle de moi pour avoir Allan...
William... William reprend toi ! Avant d'être un Harper, tu es suis un médecin ! Qu'importe ce qui m'arrivera, je suis prêt à me brûler les ailes pour sauver cette patiente. Et je resterais couvert pour le moment sous le faux nom... C'était quoi déjà...? Harfsword ? Mouai, je crois que c'était un truc comme-ça... Je respirais un grand coups et repris mon sourire devant la glace, lavant mes mains alors que l'eau qui sortait du robinet semblait onduler étrangement. Ce n'est rien William, c'est dans ta tête, l'eau ne réagit pas bizarrement, c'est toi qui stress et qui te fait des illusions...
Je repartis avec les gants de toilette dans les mains et dit alors à Mischa d'une voix tranquille et concentrée.

" J'ai pris de quoi mâcher en cas de douleur, se sont des gants de toilette propre. Ainsi, si vous avez mal, vous ne vous ferez pas mal à la mâchoire ou au dent en serrant ça. Vous dites donc que votre petit ami semble pris d'un mal, étant médecin, je peux peut-être vous aidez ? Expliquez moi. "


Je lui posais le gant de toilette vers ses lèvres pour qu'elle puisse le saisir avec les dents à tout moment. Pour ma part, j'allais m'attaquer au plus gros pour finir par le plus petit...
Je pris des gants chirurgicaux que je mis sur mes mains et passait beaucoup de froid sur la plaie de sa poitrine pour pouvoir essayer au mieux de calmer sa futur douleur quand j'allais devoir l'ouvrir. Je pris alors mes outils et agrandis la plaies de plusieurs millimètres en restant concentré malgré les contractions de son corps. La pauvre n'allait pas se remettre de sa peine, j'allais devoir désormais faire pénétrer ma pince dans sa chaire pour extirper la balle logé en profondeur.
Je remis autant de fois que possible du froid apaisant sur sa peau puis après avoir désinfecté mes outils, je me lançais dans l'extraction. Je mis mon téléphone sur l'abdomen de ma patiente pour garder une vision avec l’otoscope que j'avais remis dans la chaire de ma patiente pour guider mes pinces. Je ne parlais plus, ayant même ralentit totalement ma respiration pour éviter tout tremblement, j'étais calme et voyait mes pinces lentement s'approcher de la balle. Mes yeux étaient rivés sur l'écran du téléphone...

" Je l'ai ! "


Je dis alors à Mischa la voix plein d'enthousiasme après avoir saisi la balle avec ma pince en la faisant ressortir rapidement. Bien qu'elle devait souffrir de martyr, la balle la plus chiante à avoir était dans ma pince et désormais posée dans un sac plastique médicale que je venais de sortir pour l'occasion. Il ne me restait qu'à recoudre avant de faire les deux autres, mais je voulais laisser à ma patiente le temps de souffler pour lui éviter de trop souffrir inutilement et d’abîmer sa plaie car elle se serait trop contractée. Je lui remis alors du froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Needlesset Esthéticienne

Messages : 560
Crédits : 255
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Sam 11 Fév - 20:47

Mischa avait patienté comme le lui avait suggéré le doc’. Il revint avec des gants de toilettes qu’elle pourrait mordre en cas de douleur intense. Ce ne serait pas plus mal : elle n’avait pas envie de crier et ça l’y aiderait. William lui demanda alors d’expliquer le mal qui rongeait Faust. Elle réfléchit à quoi lui dire. En fait, elle s’en fichait. A quoi bon lui cacher la vérité ? Des cas comme Faust existaient un peu partout et puis lui raconter pourrait peut-être l’aider. La jeune femme répondit donc d’un air agacé, car elle n’arrivait pas à digérer ce qu’on avait pu faire à celui qu’elle aimait :

" Il a été torturé et drogué. Je ne sais pas exactement tout ce qu’on lui a fait mais je sais que psychologiquement il a été manipulé au point qu’il a failli me tuer quand je suis allée le libérer de son bourreau. Pourtant, en temps normal, jamais il ne m’aurait fait le moindre mal. "


Elle dût stopper ses explication, sentant les choses se corser pour elle. La résistante commença à mordre le gant de toilette pour mieux encaisser les sortes de décharges électriques causées par la douleur. Elle ne pleura pas et se retint un maximum de gémir. Ceci parce qu’elle ne voulait pas déconcentrer le doc’ et surtout par fierté. L’australienne essayait surtout de rester immobile pour éviter de provoquer un faux mouvement de la part de William, ce qui aurait été potentiellement dangereux pour sa santé. L’extraction devait être assez compliquée comme cela, pas la peine d’y ajouter des complications.

Après d’interminables minutes, le doc’ sortit la balle et exprima sa joie avec une voix pleine d’entrain. Il refroidit de nouveau la plaie tandis que Mischa souffla silencieusement, relâchant la pression. Elle se rassurait en se disant que le plus pénible était derrière elle. De toute façon, tout ceci était largement supportable par rapport à ce qu’elle devrait subir d’ici l’extermination d’Eternal. Elle était prête à souffrir vingt fois cela pour arriver à ses fins. Car la rouquine était extrêmement déterminée et puis elle adorait toujours se surpasser. Ce genre d’évènement faisait aussi grimper son adrénaline et c’est quelque chose qu’elle aimait. Oui, elle avait un côté masochiste. D’ailleurs c’était mieux qu’il en soit ainsi sans cela, jamais elle n’aurait survécu dans cette ville de cinglés.


" Bravo doc’. C’est une belle prise. Vous remettez ça quand vous voulez, je suis prête. "
Dit-elle en lui souriant.

Oui, c’était une des rares personnes qui étaient capables de sourire comme si tout allait parfaitement bien alors que, clairement, elle avait eu sa dose de souffrance et la douleur était toujours bien là. Mischa repartit sur le sujet de Faust, afin de rester concentrée sur autre chose que les tiraillements physiques qu’elle ressentait.


" Pour en revenir à mon âme-sœur, je pense qu’il lui faudrait être suivi par un spécialiste de la guérison après torture et avoir un traitement adapté. En fait, en y réfléchissant, je n’aurai pas dû jeter cette grenade dans la salle où se trouvait son tortionnaire et plutôt le kidnapper pour qu’il revienne sur ce qu’il lui avait fait. Quoique, ce n’était pas comme si un psychopathe de son genre pouvait faire une bonne action même sous la torture. "
Dit-elle d’un air sceptique.

" J’ai toujours cru que le connard qui m’avait achetée était un des pires types de la création, mais lui le bat haut la main. Comme quoi, le monde est rempli de surprises crasseuses. Quand on croit avoir atteint la pire situation possible, ça peut encore empirer. "


La rouquine avait beaucoup parlé sans s’en rendre compte. D’un sens c’était mieux ainsi : elle avait même évité de regarder ce que faisait le doc’ pendant ce temps-là afin de ne pas ressentir trop les douleurs qui suivraient son intervention.

_____________________________

Je possède 3 grenades cryogéniques uniques :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 28
Crédits : 27
† Emploi/ Situation : Docteur
† Personnage sur l'avatar : Professeur Platane, Pokemon.

Papiers
Don: Aquakynésie
Statut: Docteur
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Jeu 16 Fév - 19:45


Allo maman bobo...

J'étalais très doucement sur la plaie de la résistante du froid, encore assez fière de mon exploit d'avoir retiré la balle la plus chiante assez facilement. Je pris alors de quoi refermer l'ouverture en m'attelant à un travail de couture tout en méditant sur les mots qu'avait dit Mischa avant de me féliciter.
Son petit ami semble avoir dégusté... Torture, drogue, sévisse psychologique. Un médecin comme moi ne peut pas faire grand chose pour lui malheureusement, il serait mieux entre les mains d'un psychiatre de renom pour récupérer en partie toutes ses capacités. Même si je suis sceptique sur une guérison totale au vu du niveau des choses qu'il a subi. Mais où l'as-t-il subi d'ailleurs...? Eternal ? Serais-ce pour cela que ma patiente renie à se point le gouvernement mis en place ?

Je refermais la plaie aussi vite et délicatement que je le pouvais, n'hésitant pas à mettre à mes yeux des lunettes à loupe graduée pour pouvoir être d'autant plus précis avec mes instruments.
J'admirais en tout cas ma patiente qui, d'un courage exemplaire, ne voulait pas montrer sa douleur et contenait au maximum tout signe de celui-ci. C'était indéniable, son corps se contractait, elle avait parfois même des spasms, mais elle les contenaient les plus possibles, allant même jusqu'à continuer la discussion quand je terminais de recoudre la première plaie.
Alors que je retirais mes lunettes de précision pour extirper la seconde balle au niveau de la poitrine, elle revenu sur le sujet de son ami.

" Pour en revenir à mon âme-sœur, je pense qu’il lui faudrait être suivi par un spécialiste de la guérison après torture et avoir un traitement adapté. En fait, en y réfléchissant, je n’aurai pas dû jeter cette grenade dans la salle où se trouvait son tortionnaire et plutôt le kidnapper pour qu’il revienne sur ce qu’il lui avait fait. Quoique, ce n’était pas comme si un psychopathe de son genre pouvait faire une bonne action même sous la torture.  J’ai toujours cru que le connard qui m’avait achetée était un des pires types de la création, mais lui le bat haut la main. Comme quoi, le monde est rempli de surprises crasseuses. Quand on croit avoir atteint la pire situation possible, ça peut encore empirer. "

Le type qui l'avait acheté ? Mon dieu (s'il y en avait bien un dans se monde...), quand je discute avec mes patients, je vais toujours de surprise en surprise. Mais par qui avait-elle bien pu être acheté...? Pourquoi surtout ! Et aussi, qui avait à se point bouleversé la vie de l'amour de ma patiente. Un petit silence se fit, trop occupé à saisir la balle avec ma pince. Une fois extraite et posé au même endroit que l'ancienne, je me remis à parler tout en passant du froid sur la plaie ouverte.

" Eh bien... Se genre de récit me bouleverse toujours décidément. Tout en me prenant d'une certaine curiosité je dois avouer...! Tout d'abord, je pense que votre âme-sœur à besoin peut-être d'un réel soin avec un psychiatre et des professionnels de santé. A-t-il aussi des séquelles physique d'ailleurs ? Et puis, vos dires m'intrigue un peu. Qui a pu faire une chose pareille... Les mêmes personnes qui vous a acheté ? " Je me rendais alors compte que je devais être peut-être un peu trop intrusif et repris avec un sourire un peu gêné.

"Si je suis trop intrusif, n'hésitez pas à me le dire ! Ce n'est pas un interrogatoire après tout haha. "

Tranquillement, je remis mes lunettes de précision et repassait de nouveau le fil sur la plaie de son buste, me permettant de soutenir par moment son sein en pressant légèrement mon avant bras dessus pour le remonter afin que la peau ne soit pas totalement tendu et donc douloureuse pendant la couture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Needlesset Esthéticienne

Messages : 560
Crédits : 255
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Sam 18 Fév - 22:42

Le doc’ était soigneux dans ses gestes et Mischa lui en était reconnaissante. Bien sûr, cela ne faisait pas disparaitre pour autant la douleur de l’opération mais c’était déjà ça de pris. Le froid soulageait un peu la douleur. Lorsqu’il referma la plaie, un sourire s’afficha sur les lèvres de la rouquine : c’était la marque prouvant que le plus dur était passé pour cette plaie. Il pouvait passer à la suite. Plus que deux… Il se chargea de la seconde balle tandis qu’elle lui parla. Il la sortit puis refroidit la plaie. Ce fut au tour de William de se mettre à parler. Il lui dit être bouleversé par ce genre de récit. Il lui demanda si des séquelles physiques existaient sur Faust puis lui demanda qui avait pu faire ça et si c’était les personnes qui l’avaient acheté. Mischa sourit : elle comptait lui répondre. De toute façon elle n’avait rien à lui cacher. Elle regarda donc le doc’ dans les yeux et lui dit avec un air mi amusé, mi agacé :

" Ne vous inquiétez pas, je ne me sens pas interrogée. Et si vous voulez savoir, je vais vous le dire. Les gens devraient savoir la vérité sur pas mal de choses. Ca permettrait peut-être à certains de trouver le courage de rejoindre la résistance pour arrêter les psychopathes que j’ai côtoyés. "

Elle stoppa un instant ses propos pour respirer et supporter silencieusement les points qu’étaient en train de faire le doc’. Quand ils furent terminés, elle reprit une respiration plus calme et se détendit. L’australienne allait pouvoir lui raconter des tas de choses qui lui retourneraient peut-être l’estomac. Elle ne savait pourquoi, mais elle avait envie de parler à ce doc’. Pourtant, le sujet de son esclavage était un sujet sensible. Il avait peut-être une bonne tête, tout simplement.

" Mes parents m’ont vendue quand je leur ai montré mon pouvoir. "

Mischa fit voler sa chevelure à ce même moment et commença à faire léviter un poids de cinq kilos dans les airs avant de le reposer doucement sur le sol. Ce ne pouvait être plus explicite. Si le doc’ en doutait, il savait désormais qu’il avait face à elle une mutante. Peut-être allait-il être choqué ? Après tout, la plupart se cachaient. Tous avaient peur qu’on découvre leur nature. Alors voir une fille le montrer de la sorte avait de quoi provoquer un étonnement certain. Elle guetta son expression avec amusement tandis qu’elle poursuivit son discours :

" Bêtement, je croyais que des parents ne pouvaient pas faire de mal à leurs enfants. J’étais si naïve. La stupidité humaine est grande et leur peur encore plus. Je me suis donc retrouvée à New Kanton grâce à eux. Et celui qui m’a acheté était un salaud mais vivait seul et étant donné que je l’ai tué, il n’aurait pu toucher un cheveu de mon âme-sœur. Son fantôme n'a heureusement pas de forme physique, je l'ai juste entendu par l'intermédiaire d'un nobody qui entend et se fait posséder par les fantômes. Pour ce qui est des vendeurs d’esclaves, j’en ai traqués et tués pas mal et non, ce ne sont pas ceux qui l’ont attaqué. Il les aurait tués. C’est ce psychopathe d’Harper qui lui a fait ça, un scientifique d’Eternal. Je ne sais même pas comment il a pu le changer à ce point. En tout cas il a fait ce genre de tortures sur d’autres nobody. Je suis à la recherche de ces derniers pour essayer de les aider et éviter qu’ils soient rattrapés par Eternal. Et puis je me dis qu’ils pourraient se soutenir entre anciens rats de laboratoire. "

Avoir vécu la même chose rapprochait les gens. Mischa se sentait très proche de Loane puisqu’elles avaient toutes deux connu l’enfer de l’esclavage. Elle savait que ça l’avait aidé de pouvoir en parler, de voir qu’elle n’était pas la seule à être confrontée à des problèmes psychiques à cause de cela.

_____________________________

Je possède 3 grenades cryogéniques uniques :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 28
Crédits : 27
† Emploi/ Situation : Docteur
† Personnage sur l'avatar : Professeur Platane, Pokemon.

Papiers
Don: Aquakynésie
Statut: Docteur
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Sam 25 Fév - 23:03


Allo maman bobo...

Heureusement pour moi, ma patiente n’était pas pudique. Certaines femmes se sentirait rebutée à l’idée même qu’un avant bras se couche sur leurs seins et c’est normal. Cette femme, résistante et courageuse ne montrait quand à elle aucun signe de douleur au niveau du visage. Elle souriait alors que sa peau frissonnait. Mischa est vraiment quelqu’un de formidable. Tout en continuant la couture sur peau assez fragilisée, elle me parlait avec amusement. Pourtant, à l’entendre, cette amusement semblait être aussi teinté d’agacement.
Tout d’abord, elle me rassurait sur le faite qu’elle ne se sentait pas interrogée. OUF. Car je ne voulais vraiment pas paraître interrogateur et avec ma curiosité, j’ai tendance à pousser toujours les questions quitte à le regretter. C’est alors que tranquillement, elle enchaînait sur le faite que la vérité devrait être dite à tous afin de faire grandir la résistance et sur se point, je ne pouvais que la rejoindre.
D’un regard posé sur la société actuelle, il était évident qu’il y avait beaucoup de désinformation et même un homme comme moi la subissait contre mon grès. Après ses mots, un silence s’installait, moi concentré, elle soupirant douloureusement, les points que je lui faisait se devait d'être minutieux à l’endroit où la balle avait traversée. Quelques instants passèrent avant que sa voix ne brise à nouveau le silence.

" Mes parents m’ont vendue quand je leur ai montré mon pouvoir. "

Seigneur, quelle tristesse… Avoir vendu son enfant pour ce qu’il est. Je restais concentré, mais je me sentis alors obligé de tourner la tête pour voir une chose de totalement ahurissante. Les cheveux de la résistante… Il… Commençait à s’envoler alors qu’un autre objet atteignit presque mon plafond avant de se reposer au sol. Moi, de surprise, j’avais retiré mes lunettes de précision pour constater cela. C’était… Déconcertant, impressionnant. Je restais sans voix face à cet exploit et presque je dois dire bouche béa. Quand elle reprit son discoure, je secouais mon visage, remis les lunettes en position et recommençait minutieusement ma couture. Elle semblait avoir vraiment vécu une enfance difficile et cela l’avait terriblement endurcis, j’entendais au son de sa voix que son passé avait laissé une marque profonde et indélébile en elle… En plus, elle a été acheté. Acheté ?! A notre époque, en venir à acheter encore des gens ? Mais c’est effroyable d’entendre des choses pareilles. Par moment, je me dis que nous revivons l’époque colonial, mais que cette fois-ci, ce ne sont pas les Noirs qui sont pris pour du bétail, mais les Nobody’s…
Je parlais tout de même à une femme qui en guise de pansement de sa vie passé tue toute forme d’injustice qu’elle croise. La question est désormais… Est-ce un bien ou un mal de faire cela ? C’est un mal car elle tue des gens, mais d’un autre côté, cela purge la société cancérisé de ses métastases… Cela pose un vrai cas de conscience. Se sentant s’égarer, Mischa dit alors que ce ne sont pas les esclavagistes qui avait fait du mal à son petit ami, elle se posa dans un silence quelques instants avant de déclarer.

" C’est ce psychopathe d’Harper qui lui a fait ça, un scientifique d’Eternal. Je ne sais même pas comment il a pu le changer à ce point. En tout cas il a fait ce genre de tortures sur d’autres nobody. Je suis à la recherche de ces derniers pour essayer de les aider et éviter qu’ils soient rattrapés par Eternal. Et puis je me dis qu’ils pourraient se soutenir entre anciens rats de laboratoire. "

A l’évocation de mon frère, j’eus un blocage sur l’un des derniers points. Mes mains se crispère et l’aiguille fut rentrer dans la chaire, mais dans une mauvaise inclinaison… Silencieux et d’un geste tremblant, je retirais immédiatement l’aiguille mal positionné et remis du froid en terminant très rapidement les derniers points.

" Je… Mischa haha ! " Je disais d’un air un peu gêné. " Un tout petit instant, ne bougez pas, je vais chercher de quoi vous couvrir la poitrine ! Allez, deux sur trois. On ne perd pas... Le fil haha. "
Je lançais d'un air plaisantin, mais dès que je fus dos à Mischa pour sortir de la pièce mon visage pris une toute autre expression. Celui d’un homme assombri et soudainement pris par l’angoisse.

Merde merde merde merde !!


Je me disais en allant jusqu’à ma chambre pour chercher un drap. Pensif, je saisis une grande pièce de tissu blanc puis referma la porte de mon placard, celui-ci donnant sur un miroir…
Sur une impulsion, je jetais alors dans la pièce le bout de tissu et m’assis à terre en faisant glisser sur le haut de ma tête mes lunettes de précision, haletant les larmes aux yeux.

Je ne suis pas lui, je ne suis pas lui…! Pourtant, il semble encore plus monstrueux qu’il ne l’est. Je… Oh mon dieu….


Je pinçais mes lèvres en reniflant, tentant de cacher tant bien que mal ses tremblements. Je savais pertinemment que le temps était contre moi, disparaître trop longtemps, c’était m’exposer au faite que ma patiente allait réfléchir sur la gaffe avec l’aiguille.
Je respirais alors un coup et frotta mon visage en me relevant puis je me regardais avec détermination devant le miroir.

Une patiente compte sur moi. Qu’importe ce qu’il arrivera ! Je… Je me suis juré de protéger et de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour soigner toute personne étant dans se besoin. Je… Je dois y retourner et advienne que pourra. Je ne dois pas me détourner de mon objectif !


Je pris de nouveau une bouffée d’air et me remis à sourire, saisissant alors le drap blanc brodé dans mes mains en retournant d’un pas sûr vers la pièce où se trouver Mischa. Je brandis fièrement le drap avec un sourire toujours si éclatant et recouvris son corps avec.

" Vous devez avoir un peu plus chaud comme-ça tout de même non ? "
Je me plaçais au niveau du bras de ma patiente, décalant de se faite tout le matériel nécessaire ou pouvant être nécessaire à mes côtés, réitérant les mêmes gestes opératoires sereinement. Tout en retirant la balle, je dis.

" Votre passé est bien triste Mischa, vraiment. Vous êtes une femme forte, courageuse. Personnellement, je trouve cela vraiment déplorable de trouver encore de l’esclavage dans nos temps moderne. C’est… Effarant… Affligeant. Je… Je ne trouve pas le mot juste. " Je poussais alors un soupire, veillant à bien extraire la balle et à mettre du froid puis lunettes de précisions sur le nez. Je repris tout en faisant les points de suture. " J’espère que pour votre ami cela s’arrangera, clairement, c’est inquiétant la situation que vous exposez là. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Needlesset Esthéticienne

Messages : 560
Crédits : 255
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Dim 26 Fév - 22:08

Le doc’ sembla impressionné par le don de la rouquine. En tout cas il n’eut pas de réaction négative donc la jeune femme fut satisfaite. Lorsqu’elle continua sur sa lancée et parla d’Harper,  il n’eut pas e réaction ou du moins elle n’en vit pas. Par contre, coïncidence malencontreuse, il planta mal l’aiguille. L’australienne ne broncha pas. Elle avait connu pire. Mais elle pinça les lèvres afin d’éviter de pousser une plainte. Le doc’, lui, fit de l’humour. Ce n’était pas vraiment drôle et d’ailleurs elle ne comprit pas vraiment pourquoi il en fit autant. C’était comme s’il cachait une anxiété. En même temps, recoudre des plaies devait être stressant, surtout avec une fille qui avait un tel passé. Peut-être l’avait-elle stressé ? Avait-il compris qu’elle était de la résistance et comptait la livrer aux autorités ? Cette possibilité n’était pas à exclure. Cela dit, Mischa n’avait pas peur et avait toujours des possibilités de s’enfuir rapidement. Elle regarda et se dit qu’elle pourrait au pire passer par la fenêtre et le toit. Lorsque le doc’ revint, il avait un drap blanc dans les mains et la recouvrit avec. Il lui dit qu’elle aurait plus chaud de la sorte, elle haussa les épaules. Cela lui était égal, en vérité. Le principal était d’être soignée après quoi elle rentrerait. Elle commençait à ne pas aimer l’idée de rester ici trop longtemps. D’autant plus à cause des allers retours du doc’. Qu’ils soient justifiés ou non, cela restait un peu inquiétant à ses yeux. 

Allez, il ne restait qu’une balle. Après cela, elle partirait. En retirant la balle il lui dit que le passé de la rouquine était triste et qu’il la trouvait courageuse. Il enchaîna sur son étonnement concernant les esclaves puis souhaita que les choses s’arrangent pour Faust. La rouquine hocha la tête en guise d’approbation. Elle espérait aussi que tout irait mieux pour lui, petit à petit. Il finit les points de suture. Mischa avait été très silencieuse pour le coup. Peut-être avait-il trouvé cela bizarre de sa part ? Elle souffla, soulagée que l’intervention fût terminée.

" Merci de votre aide. Je devrais pouvoir mieux mener mes actions grâce à vous. " Dit-elle en le regardant.

Franchement, pourquoi ne lui dirait-elle pas ce qu’elle pensait ? Elle ne s’était jamais gênée de le faire. Alors, la rouquine poursuivit sur ces propos :

" Vous n’avez pas appelé la cavalerie pour me signaler à Eternal durant vos petites escapades, si ? "

Elle ajouta : " En même temps est-ce que vous me le diriez si c’était le cas ? Des personnes franches comme moi, ça ne court pas les rues. "

Elle rit et fit descendre l’éventuelle tension. 

" Ne vous inquiétez pas, même si c’était le cas je ne vous en voudrai pas. Tout le monde a peur des résistants. Ils préfèrent croire qu’Eternal apportera le salut. Sauf que si demain Eternal gagne, l’esclavagisme sera encore plus étendu. C’est déjà un sacré carnage alors que nous luttons contre, vous n’imaginez pas ce que l’avenir sera si vous les aidez. Et il n’y a pas que ça. Il y aura des meurtres  de masse contre les nobody. Et qui sait ce qui viendra après. "

Pourquoi lui disait-elle tout cela alors qu’elle aurait pu se contenter de partir pour sauver éventuellement sa peau ? Parce qu’il était de son devoir de faire réaliser aux autres la gravité de la situation. Il fallait faire comprendre aux citoyens que tous devaient agir maintenant pour le monde de demain sans quoi il serait trop tard. La révolution avait besoin que chacun essaie de les aider à leur façon. Non, l’australienne ne lui demandait pas non plus de rejoindre la résistance mais juste de prendre conscience de la réalité des choses.

" Dites-vous bien que si vous ne réagissez que demain aux horreurs, il sera peut-être trop tard. Et vous n’aurez plus personne à sauver. "

Etait-ce un message suffisamment choquant ? Elle l’espérait. Il fallait faire des électrochocs aux gens, sans quoi ils se laissaient porter par leur vie avec leur petit confort.

_____________________________

Je possède 3 grenades cryogéniques uniques :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 28
Crédits : 27
† Emploi/ Situation : Docteur
† Personnage sur l'avatar : Professeur Platane, Pokemon.

Papiers
Don: Aquakynésie
Statut: Docteur
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Mar 7 Mar - 23:01


Allo maman bobo...


" Merci de votre aide. Je devrais pouvoir mieux mener mes actions grâce à vous. "

Soufflait avec soulagement ma patiente après que j’eus terminé ses points de suture. Oui, clairement, elle avait eu beaucoup de chance de tomber sur moi, sinon, elle serait sûrement morte d’infection quelques jours après les impactes je pense.
Je souriais en soufflant de la même sorte que Mischa, j’étais soulagé d’avoir géré avec les outils du bord. Je fis doucement glisser mes lunettes de précision sur le haut de ma tête en lui faisant un grand sourire apaisée. Pourtant mon sourire redescendit aussi rapidement qu’il était monté aux phrases de ma patiente qui n’étais pas sans me rassurer.

" Vous n’avez pas appelé la cavalerie pour me signaler à Eternal durant vos petites escapades, si ? En même temps est-ce que vous me le diriez si c’était le cas ? Des personnes franches comme moi, ça ne court pas les rues. Ne vous inquiétez pas, même si c’était le cas je ne vous en voudrai pas. Tout le monde a peur des résistants. Ils préfèrent croire qu’Eternal apportera le salut. Sauf que si demain Eternal gagne, l’esclavagisme sera encore plus étendu. C’est déjà un sacré carnage alors que nous luttons contre, vous n’imaginez pas ce que l’avenir sera si vous les aidez. Et il n’y a pas que ça. Il y aura des meurtres  de masse contre les nobody. Et qui sait ce qui viendra après. Dites-vous bien que si vous ne réagissez que demain aux horreurs, il sera peut-être trop tard. Et vous n’aurez plus personne à sauver. "

Pourquoi m’avoir dit tout ça… ? Je sais parfaitement ce qu’il se passe. J’ai juste parfois, égoïstement certes, envie de fermer les yeux et m’isoler de tout ça. Au fond je ne suis qu’un homme, un homme qui est sûrement le petit frère du plus démoniaque personnage de ses lieux…
Je me juge comme un résistant passif, oui, clairement je ne prends pas les armes, je ne monte pas de plan non plus, mais je soigne et fait partir les gens discrètement quand je vois qu’ils sont de la résistance. A mon humble niveau, je ne peux et ne veux pas m’impliquer plus…

J’expirais alors avec un certain agacement, mes yeux se baissant alors que ma main vint frotter ma barbe naissante sur mes joues. Que lui répondre ? Rah, c’est bien ma veine. Un docteur, ça aide toujours, mais l’inverse est trop souvent absent. Être un docteur, ce n’est en rien être Super-Man que je sache !

« Non. »

Je marquais alors un silence en soupirant de nouveau, joignant mes mains. Elle avait touché une corde sensible je dois l’avouer… Je me relevais alors devant elle, avec un regard sévère que les gens de ma famille portait tous sans exception. En réalité, derrière se regard sévère se cacher pour ma part de la détermination et surtout beaucoup d’honnêteté.

« Je n’ai pas appelé et je n’appellerais pas Eternal. Je ne suis pas le genre d’homme qui va dénoncer le seul fond de justice dans une société. Je ne suis certes pas assez inconscient pour aller prendre les armes comme vous, mais je suis sûrement l’un des seuls docteur de la ville qui fait en sorte de soigner les résistants et de les faire repartir en douce quand j’en ai l’occasion. Alors… Ne m’accusez pas d’être ce que je ne suis pas. Oui, j’ai bien conscience de ce que vous me dîtes, j’en entend bien assez à mon travail lorsque je soigne des patients qui ont envie de se confier, croyez-moi. Notre gouvernement devient une dictateur depuis que m… Monsieur Harper semble diriger les affaires de traitement des Nobody’s. Pour ma part, j’ai un tout autre regard sur eux et sur vous. »

Je pris alors de quoi noter, commençant à faire une liste des médicaments dont allait avoir besoin ma patiente pour survivre à ses blessures et lui permettre de reprendre ses activités au plus vite. Un silence s’installait dans la pièce… Je ne voulais pas en dire plus pour le moment, je ne savais que dire de plus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Needlesset Esthéticienne

Messages : 560
Crédits : 255
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Dim 26 Mar - 20:22

L’audace de la cheftaine de la résistance paya. Le doc’ fut ferme et répondit qu’il n’avait pas appelé Eternal. Il lui avoua même qu’il avait déjà aidé des membres de la résistance. Alors comme ça, certains de ses hommes lui devaient une fière chandelle ? Elle devrait absolument lui envoyer Loane afin d’avoir une confirmation de ses dires. Mais, si c’était réellement le cas, la rouquine comptait bien essayer de le contacter plus souvent que prévu. Il semblait conscient de la situation actuelle pour les mutants et agissait à sa manière. Elle s’en voulut presque de l’avoir taquiné mais se félicitait de pouvoir désormais mieux cerner ses actions. La jeune femme lui sourit tout en prenant la liste des médicaments.

" Je suis heureuse de savoir qu’il y ait des médecins comme vous William. Je suis bien tentée de vous envoyer une fille vous voir pour éventuellement vous donner des responsabilités dans mon organisation, si ça vous intéresse. Mais elle seule me dirait si je peux ou non vous accepter. Enfin, seriez-vous seulement intéressé par mon offre ? "


Chacun avait ses secrets et Mischa ne voulait pas recruter sans être certaine que la personne en face essayait de la duper. Loane était la garante de sa tranquillité. Elle savait qu’elle pouvait compter sur elle. Jamais elle ne lui cacherait quoi que ce soit. Cette petite était d’ailleurs ravie de pouvoir servir la résistance et faisait tout pour la survie de chacun de ses membres. Mischa aurait préféré l’éloigner de tous les dangers que représentaient son camp mais elle n’irait pas contre la volonté de celle qu’elle considérait comme sa petite sœur.

La rouquine récupéra la liste des médicaments qu’elle devrait prendre et lui sourit. C’était tout de même un beau hasard d’être tombé sur lui dans le parc. Elle espérait que c’en était bien un et qu’il ne l’avait pas filée d’une manière ou d’une autre. A trop être dans la résistance, on tombait vite dans la paranoïa et on ne croyait pas trop au hasard. C’était sans doute un tort… Mais on n’était jamais assez méfiant quand il s’agissait de la survie d’un groupe aussi important que les nobody.


" En tout cas je vous remercie encore de m’avoir si bien soignée. Ca a évité de je doive embêter mes troupes et stopper des actions importantes juste pour me secourir. Vous avez sans doute sauvé de nombreuses vies par votre action. "

Il n’y avait pas forcément besoin de partir sur le front pour être utile à la résistance. William aidait sans doute bien plus qu’il en avait l’impression. Des personnes comme lui pouvaient faire la différence. C’est pourquoi l’australienne aurait réellement été ravie de le compter dans ses rangs. Mais elle ne le forcerait pas. Il était très dangereux de rejoindre leurs rangs, surtout ces derniers temps. Il risquerait d’être tué dans le meilleur des cas. La torture serait plus probable pour lui faire cracher le plus d’informations possibles. Mais cela, Mischa n’en parla pas : William semblait suffisamment intelligent pour se douter de ce genre de choses.


HRP [Désolée c'est court et j'ai mis du temps :/ ]

_____________________________

Je possède 3 grenades cryogéniques uniques :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 28
Crédits : 27
† Emploi/ Situation : Docteur
† Personnage sur l'avatar : Professeur Platane, Pokemon.

Papiers
Don: Aquakynésie
Statut: Docteur
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Dim 2 Avr - 15:44


Allo maman bobo...

Je remis après écriture et relecture la feuille de soin à ma patiente qui me souris en me disant à tel point elle fut heureuse de tomber sur un médecin comme je le suis et tout de suite après, elle enchaînait sur une proposition de poste à responsabilité.
Hm… Je me doutais bien inconsciemment que la situation allait finir comme-ça, à force d’aider les rebelles de cette ville. C’est bête… Mais… Je sais que ce que je fais est contre la loi, que je risque gros et d’un autre côté, je ne peux pas m’empêcher de corriger les injustices de mon grand-frère en faisant "le bien" du mieux que je peux autour de moi.
Est-ce que j’aidais la résistance par envie ou par rébellion contre la dictate de ma propre famille ?Là encore, cela me posait un réel cas de conscience… Je soufflais discrètement en réfléchissant, baissant légèrement mes yeux en pinçant ma lèvre inférieur avec la lèvre supérieur. Mon crayon tapotait doucement sur mon carnet… J’étais dans un réel conflit interne.

" En tout cas je vous remercie encore de m’avoir si bien soignée. Ça a évité de je doive embêter mes troupes et stopper des actions importantes juste pour me secourir. Vous avez sans doute sauvé de nombreuses vies par votre action. "

Ses mots percèrent la bulle de pensée dans laquelle je venais de m’enfermer. Je ne pensais pas qu’une si petite action pouvait être aussi puissante. Je me demande bien ce qu’ils étaient entrain de faire pendant que je discutais avec la femme qui était au cœur de la plupart des actions de résistance dans la ville. Je me levais alors et fit contre mon grès part de la même prestance que mon frère avant de prendre parole.

« J’entends bien votre proposition Mischa, mais je suis contraint de devoir refuser. Se serait trop dangereux pour moi d’être impliqué directement dans vos affaires à cause de… Chose qui me sont propre et que vous découvrirez bien assez tôt de toute manière. Je suis un résistant passif, pas actif. »


Un petit silence s’installait, j’avais un air grave sur le visage et fit signe à Mischa de patienter quelques instants. Je quittais la pièce et descendit les marches en trottinant avant de prendre un carton de rendez-vous. Là, je rayais mon nom de famille avec un stylo puis recouvrit le tout de blanco avant de remonter dans la salle de sport. Je passais le petit carton à ma patiente.

« Vous avez mes coordonnés sur le carton, si l’un de vos hommes en à vraiment besoin à l’occasion... Appelez-moi ou envoyez le moi à l’hôpital. Je ferais en sorte de le soigner et de le faire fuir comme je peux. Je ne peux que faire ça à mon échelle. Dans tout les cas, je pense qu’on va être amené à se revoir Mischa. »


Je tendis ma main droite à la résistante pour lui serrer la sienne et dessinait sur mon visage un sourire légèrement teinté de tristesse. En faite, j’avais juste très peur qu’elle découvre mon vrai nom de famille et qu’elle fasse le rapprochement avec notre dirigeant, savoir comment elle allait réagir et dans quoi cela allait m’impliquer...


[HRP : Mais non, c’est parfait.:)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Needlesset Esthéticienne

Messages : 560
Crédits : 255
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   Dim 16 Avr - 8:08

p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 12.0px 'Helvetica Neue'; color: #454545}
William refusa la proposition d’embauche de Mischa. Quel dommage… Il craignait à juste titre le danger d’être directement impliqué à cause d’un secret qu’elle finirait par découvrir. Alors il y avait quelque chose ? Sans doute s’était-il douté que Loane le découvrirait et préférait le lui cacher pour le moment ? N’avait-il pas assez de cran pour le lui avouer totalement ? Après tout, il venait presque de le faire… Apparement non. Mais il lui dit vouloir tout être agir puisqu’il annonça être un résistant passif. La rouquine lui sourit et resta silencieuse un moment. William lui fit signe de patienter, ce qu’elle fit. Il revint avec une carte de visite qu’elle saisit. En regardant le nom et en voyant le blanco, elle ne put s’empêcher de sourire franchement. Si ça, ce n’était pas souligner son fameux secret, elle ne savait pas ce que c’était ! Le doc’ lui dit qu’elle pouvait lui envoyer des membres blessés si vraiment ils en avaient besoin. La rouquine hocha la tête avant de lui dire :

" Je ne manquerai pas de le faire, qu’importe votre nom de famille doc’. "


Autant lui dire qu’elle se doutait que le problème venait de là.


" Vous me semblez être une personne de confiance. "


Conclut-elle bien qu’elle avait tout de même l’intention de lui envoyer Loane. La petite pourrait ainsi lui certifier qu’il était bien dans leur camp et n’avait pas feint de l’être pour mieux capturer des résistants. Quand on était dans la position de Mischa, la vérification était vitale pour sauver des centaines de vies qui lui faisaient confiance. Elle savait que tous ses alliés avaient une foi aveugle en elle et elle ne pouvait se permettre de les décevoir. La résistante lui prit la main et la serra fermement. Elle avait de la poigne autant qu’elle avait du caractère.


" Petit conseil, la prochaine fois que vous voulez cacher votre nom, faites-le mieux qu’avec du blanco. Ca ne me prendra pas longtemps d’enlever tout ça ou de retrouver une autre de vos cartes sans cache misère. "


Elle posa son regard d’émeraude dans le sien puis lui sourit une dernière fois.


" J’espère que nous nous reverrons doc’ et je prie pour que nous restions de bons amis quoiqu’il puisse se passer par la suite. "


Après Micka, c’était un des premiers humains normaux pour qui elle éprouvait une certaine sympathie. Il pouvait s’en trouver flatter. Tout de même, la rouquine avait fait beaucoup de progrès depuis son arrivée concernant les humains normaux. Elle les considérait bien plus. C’était sans doute une preuve de maturité et, surtout, d’acceptation qu’il ne fallait pas mettre tous les oeufs dans le même panier.

La rouquine adressa un clin d’oeil à William avant de mettre sa carte de visite dans son manteau et de sortir du local. Elle comptait faire des tas de détours et passerait même par les égouts pour brouiller ses pistes avant de retourner voir si tout se passait bien pour ses frères et soeurs de la résistance.


[HRP : rp terminé pour moi :D ce fut un plaisir ;) ]

_____________________________

Je possède 3 grenades cryogéniques uniques :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Allo maman bobo... [PV William Harper]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Allo maman bobo... [PV William Harper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Allo maman... bobo : Katie Rush
» Allô,maman bobo..(Janny,Sveltana,Avalyvy'ia & Aliza)
» Allô maman bobo @MeganeS.Minidway
» [Privé] Allo Maman Momo [FT Shige]
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Le Karter Garden-