Partagez | 
 

 Nécessité fait loi [Faust]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité


MessageSujet: Nécessité fait loi [Faust]   Sam 30 Avr - 20:31

Le vent soufflait frais et fort ce matin là, volant au dessus des toits ou glissant à la surface de l'eau, emportant avec lui le sel de l'océan tout proche. Et les quelques mugissements des blessés.
Debout sur un des toits, surplombant légèrement la clinique, Sarah observait la scène avec l'attention d'un aigle cherchant sa proie. Protégée de l'embrun salé par des bâtiments en ruine, ça n'était guère plus qu'une place sèche et aménagée pour accueillir les plus nécessiteux. Le matériel y était laissé presque à l'abandon par les infirmiers et les volontaires, frénétiquement occupés à éviter le trépas aux cas les plus grave sans perdre trop de temps. Sarah avait déjà été témoins de quatre vols en l'espace de trois heures d'observation. Ces médicaments se retrouverai sans doute sur le marché noir, vendu à prix d'or.
Ici était rassemblé ceux qui ne pouvait pas aller à l'hôpital. Et ceux qui ne voulaient pas.

Elle alluma son portable et composa un numéro sans même détacher son regard de la clinique.

- Monsieur Dorpet, fit elle lorsque l'autre décrocha, vous l'avez trouvé ?
- Pas encore Madame Kindred, Répondit un ton inquiet. Vous êtes sur que je ne dois pas en informer la hiérarchie? Ca va faire presque 24h.
- Ça n'est pas nécessaire Monsieur Dorpet, et puis elle ne me le pardonnerai jamais. Prévenez moi s'il y a du nouveau.
- É...Évidemment.

Kevin Dorpet n'était que l'agent à la porte de son immeuble, un vieil homme chevrotant et inquiet qui appréciait la douce monotonie d'une retraite approchante. L'idée qu'un incident se produise sous sa responsabilité le faisait suer et trembler, aussi Sarah prenait le plus grand soin de ne jamais trop l'inquiéter. Son premier réflexe, une vertu qui avait pesée dans son embauche, était de prévenir quelqu'un du problème afin de ne pas en avoir le poids sur les épaules.
Mais Hue-Jin n'était la responsabilité que de Sarah, et elle ne laisserai pas Eternal lancer ses chiens si elle pouvait la retrouver avant.

Descendant l'escalier de fortune vers l'une des rue sèche, L'instructrice militaire se décida à aller directement dans la clinique pour poursuivre sa recherche. Il y avait peu de circonstances qui aurai pu la convaincre d'aller braver le Flooded District, seule, sans équipe ni équipement. Les Nobodies étaient légions, semblait il, et le sentiment anti-Eternal presque palpable. Fort heureusement, seule quelques personnes la connaissait ici, et aucune ne se doutait de son travail.
Il valait mieux que personne ne se rende compte que depuis quatre ans, elle entraînait les soldats qui les avaient si durement frappé quelques jours auparavant.

On entrait pas dans la clinique, on marchait jusqu'à croiser un homme ou une femme, allongée sur un tapis à même le bitume. Il n'y avait ni porte, ni accueil, ni médecin général qui aurai pu l'informer. Depuis son perchoir, Sarah n'avait pas vu Hue-Jin parmi les patients, mais elle ne se sentirai à l'aise qu'après s'être méticuleusement assurée qu'elle n'était pas ici. Son regard se balada autour, observant le ballet incessant des gens allant d'un patients à un autre. Il y avait beaucoup de blessé par balle, des os cassés et quelques brûlé. Presque tous souffraient de contusions supplémentaires, qui pouvaient cacher des traumas plus grave encore. Il y avait des hommes dans la force de l'age comme des adolescents. Mais aucun signe de la fille.

Un geste attira son attention. Un homme aux habits négligé tentait, seul, de passer un patient inconscient d'une civière à un matelas. Les matelas étaient réservés pour les cas graves, mais la façon désinvolte que le volontaire avait de le manipuler glaça le sang de Sarah.

- Hey ! Cria-t-elle en se ruant vers lui. Vous voulez le tuer ?!
- Hein ?
- Vous savez de quoi il souffre ?
- Et ben, il a un pruneau dans le bide, on m'a juste dis de le mettre doucement sur le matelas moi.
- Bon, fit Sarah en reprenant son calme, je vais vous aider. Vous, vous le prenez par ce coté, et on le soulève à trois. Surtout, gardez votre main sur la nuque, ne le laisser pas bouger la tête, même si vous devez le laisser tomber pour ça d'accord ?
- Ok.

En un mouvement ferme, ils transposèrent le souffrant sur le lit de fortune. Il gémit de douleur, mais c'était inévitable.

- Vous êtes infirmière ? Demanda le jeune homme
- Non, j'ai juste vu beaucoup de blessé.
- Vous devriez être volontaire, aujourd'hui, c'est la folie !
- J'ai autre chose à faire, fit elle en commençant à partir
- Autre chose que sauver des pauv'types ?

Sarah soupira

- Je cherche une jeune fille, elle a fuguée et avec les événements... Je me suis dis qu'elle était peut être là.
- Elle à l'air de quoi ?
- Ce ne sont pas vos affaires.
- Hey, j'vous propose un truc. Moi, j'vais faire passer le mot. J'connais plein de gens, juré. Vous me dites à quoi elle ressemble, et si on la voit quel'que part, j'vous l'dit.
- Et qui êtes vous ?
- Remi, police locale.

L'homme produisit devant Sarah un badge accolé à une photo délavée, mais indéniablement ressemblant au curieux personnage. Il indiquait que le-dit Rémi faisait bel et bien partie de la police locale, chargée de maintenir l'ordre jours après jours, officiellement pour le compte d'Eternal, mais en réalité bien plus flexible et corrompu.

- Vous, vous bossez à ma place et moi je cherche vot' fille. Alors, vous en dites quoi ? Vous êtes mieux que moi avec les blessé, et moi j'connais mieux l'quartier, un aveugle pourrai voir que vous êtes pas du coin.
- Quel est votre matricule ?
- 870032D52, répondit il sans même jeter un regard à ses papiers.

L'homme avait raison, mais Sarah était hésitante. Elle aimait garder les informations cloisonnées, éviter d'ébruiter l'apparence de Hue-Jin, ou la moindre information à son propos en dehors du Black Spot. Mais l'adolescente devenait de plus en plus habile avec l'âge et avait trois parades pour chacune des méthodes de recherche de Sarah. Elle savait disparaître. Peut être était il temps de risquer le changement, et même si Rémi n'était pas entièrement digne de confiance, il faisait tout de même partie des employés d'Eternal.
Lentement, elle sortie une photo de sa poche intérieur. L'homme lui offrit un grand sourire et pris la photo en photo sur son portable. Puis il composa un numéro et se dirigeant hors de la clinique, vers les toits du quartier, ne se retournant qu'une fois pour lui adresser un "OK" de la main.

A elle de remplir sa part du contrat. Elle contempla un moment le blessé sur le matelas, quand un médecin arriva en la bousculant. Sa blouse était tâchée et usée, presque autant que son propriétaire. Il sentait fort l'hôpital et le sang, un mélange de sombre augure.

- Où est le type qui s'occupait de lui ?
- Je le remplace, dit elle en se retroussant les manches.
- Vous savez mettre des atèles ? Fit il sans lui jeter un regard.
- Oui
- Allez voir Aaron, au fond prêt du tonneau en feu.

La journée promettait être longue.
Revenir en haut Aller en bas
 

Nécessité fait loi [Faust]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» QUE FAIT L'ETAT?
» Zimbabwe-Mugabe : La Nécessité d’un Coup d’état
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» La chanson qui fait kiffer les geeks
» Un fait surprenant ( suite )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Clinique-