Partagez | 
 

 Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




Messages : 438
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Mer 10 Juin - 18:21

Depuis combien de temps Faust n'était pas entré dans cette atmosphère réconfortante ? 

La petite maison dressée fièrement devant lui était soignée autant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Le pas de la porte semblait brillé et les décorations aux tons chaleureux s’accommodaient parfaitement aux murs blancs et sobres. Quelques fenêtres étaient venues éclairer la pièce centrale et ainsi donner forme aux doux meubles en merisiers qui ornaient cet univers de tranquillité. La maisonnette n'était pas situé si loin du quartier d'Eternal, il aurait été facile à l'Hopeless de traverser le Karten Garden, de s'infiltrer par les demeures du Black spot et ainsi de passer le QG d'Eternal. L'idée d'une résistance ambiguë lui était restée gravée en tête, mais toutes ses pensées s'étaient superposées et s’entre-crochaient entres elles. La nuit avait déjà bien avancée lorsque l'esthéticienne lui fit faire le tour de la chaumière. Mais quelle hantise lui était venu à la tête pour rester cher une nobody qui plus est résistante et bien engagée d'après ses dires ! 

Paisible, aux creux de ses draps, une jeune fille semblait jouer. La nobody lui avait expliqué qu'elle hébergé cette petite comme une sœur adoptive, elle ne pouvait donc pas s'en détacher.
-Étrange qu'une aussi jeune fille ne dorme pas en plein milieu de la nuit, insomniaque, surement-. Mischa l'avait, en amont, avertie sur son comportement et son identité, comme quoi il ne fallait pas si vite la juger d'une bizarrerie que Faust n'aurait, d'ailleurs, même pas imaginer. La rouquine, toute enchantée, paraissant atteinte par la fraîcheur de la nuit, frissonnante malgré l’agréable température. Dans un long silence, Faust s'était assis contre les coussins d'un moelleux canapé tout cuir. Ce fût d’un regard curieux qu’il s’interrogeait sur la nature de ses pièges à loups placé à chaque coin de la grande sale. Suite à la demande de la Needless, il accepta volontiers un thé bien chaud, de quoi lui rappeler les nuits de son enfance durant l'hiver. Les persiennes, lentement dans un bruit sourd et mécanique, s'étaient restreintes penfant que l'hôte de maison apportait les boissons. Ce fût dès cet instant, que Faust ressentie cette sensation d'enfermement, lui qui n'avait que très peu l'habitude d'être entre quatre murs. 

Depuis, et ceux chaque matin, une petit frimousse neutre pointait le bout de son nez dans cette pièce de la maison qu'était la chambre provisoire de l'Hopeless, comme curieuse, Loane semblait avoir sa petite fierté personnelle pour ne pas avouer qu'elle s’était attaché au nobody. Pendant ce temps, Mischa continuait d'avancé dans sa course aux armements, le but avait été de se réunir et bientôt elle aurait, elle et bien d'autre, libérer ceux qui ont été jadis emprisonné. En laissant du temps au temps, Faust avait pris la patience et le courage de se sentir utile à lui-même, mais aussi aux autres qui l’entourait jours après jours. Réapparaissant autour des hauts quartiers d’Eternal le fraudeur, devenu citoyen suite au manque de ses activités hors la loi, récoltait les rumeurs de certains. Malgré la minutions d’Eternal à éviter les fuites, une curieuse information circulait cher les résistants. Les projets de l’esthéticienne auraient été devancés par les activités cachées du centre ? D’après ses sources, tous ce préparaient à un siège. Chacun d’entre eux connaissaient les risques d’une telle opération. Mischa plus que les autres. Tout le monde connaissait les risques, quelque uns avaient déjà commencés à changer de cachette.

Les tensions au sein des groupes de résistants s’étaient étendues en ville. Les enfants, adultes et personnages âgés, tous s’étaient aperçues de quelque chose. Mais personne n’en décochaient mots. Bientôt, les boutiques, épiceries fermèrent leurs rideaux une, voir deux heures en avance, le marché noir, là ou Faust passait quotidiennement n’était presque plus en activité, la population semblait reculé de sa propre métropole. Souvent dans la journée, les patrouilles tournaient autour des quartiers comme pour les localisé ou dépisté une chose que nombreux ignoraient. Aux médias, le présentateur même avait semblé inquiet, à chaque passage, soir et matin, Faust analyser ses réactions et mimiques de tension: pupilles dilatées, léger tremblement des avant bras, sueur. -Ce jour-ci il l'avait certainement annoncer les quartier où groupes armés s'étendaient. Mais tous comme ce jours où ma vie à dérapé, la télé c'est éteinte en un écran noir.- Depuis juste la musique demeurait aux radios. 

Les stations diffusant quelque informations étaient très éparses et difficiles à capter. Pas besoin d'entendre pour comprendre, des bains de sang se mettait en place, peut à peut. Résistant et résistantes, alliés, homme, enfants ou femme nobody, tous seront à exterminés. Nombreux, suite au carnages des égouts, ont tenté en vain de s'en prendre aus soldats. -Idée idiot de foncé tête baissé, même face à une injustice-. Depuis peu le journal télévisé de 18h se lance chaque jours. Près à examiné chaque petit détails du présentateur. Faust était tomber sous le choque. Le présentateur quotidien, entouré d'une milice et de hauts gradés, était accompagné de son expert en sécurité publique. Malgré que le programme n'est durée que quelque minutes, on eu pu apercevoir les quelque images d'un homme armés manipulant les gigantesques flammes sur le plateau grave à son arme. Quelques hurlement et cris se firent entendre, des pleures. Dès lors, de nombreux Nobody, afin de venger la mort de leurs amis ou de leur famille, s’en prennent à Eternal ainsi qu’à leurs alliés. 

Aujourd'hui, Faust n'a que très peu évoluer physiquement passant de l'apparence d'un adolescent de 18 ans, il possède la morphologie d'un adulte de 25 ans. Le voici à la moitié de son siècle. Assis au pas de la porte, café à la bouche et cigarette au bec, il se demande pour la énième fois qu'est-ce-qu'Eternel attendait au final. Combien de division il y a avait et si il y en avait. 

-Il suffit d'envisager la vie d'un point de vue différent... et ils ne nous verrez pas comme des bêtes, pensa-t-il tous haut.

_____________________________


Code color: FireBrick
ヽ(*・^・)人(・^・*)ノ
Signa & Vava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/


Needlesset Esthéticienne

Messages : 546
Crédits : 249
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Sam 20 Juin - 2:10

La guerre avait commencé. Ce n'était pas officiel et beaucoup devaient se voiler la face mais cela ne faisait aucun doute pour l'australienne. Et que fait une résistante quand les tambours du conflit résonnent ? Elle rassemble ses troupes, ordonne que l'on augmente la surveillance des quartiers pour protéger les Nobody -hors de questin qu'ils laissent Eternal toucher aux siens-, arme tous ses membres et surtout mène des passages à l'action musclés. Plus que jamais les Nobody sont prêts à s'unir face à la tyrannie. Et Mischa ne comptait pas abandonner son plan de libération des esclaves. Bien au contraire : les traitements infligés allaient sans doute s'accroitre. Le seul problème était d'atteindre leurs frères et soeurs. Puisqu'ils étaient désormais en situation de crise tout serait plus compliqué mais elle ne les abandonnerait pas, jamais. C'était juste regrettable qu'elle n'aie pas agi avant. Elle risquerait trois fois plus de ne pas revenir et de laisser Loane orpheline. Cela pesait sur son moral bien qu'elle le cachait. 


Avoir Faust à ses côtés lui ôtait ce genre de pensées. Il se montrait très utile de part les informations qu'il récoltait mais aussi par sa présence. La rouquine espérait le motiver à ne plus se laisser aller, à prendre en main son destin. Elle se sentait moins seule quand elle le vyait : d'un sens ils étaient tous deux blessés par ce monde plein d'injustice. Elle le regardait boire sn café la cigarette à la bouche. Elle allait lui faire remarquer que ce serait dommage que la cigarette le tue une fois qu'Eternal et la mafia n'existerait plus mais il exprima alors une vérité que chaque Nobody avait un jour eu en tête. La rouquine sourit et s'appuya sur le mur à côté de son ami et répondit, même si elle le surprendrait peut-être car elle était apparue dans son dos.

'' C'est sûr et ça ne tient pas à grand chose au final. Les médias annonceraient que nous ne sommes rien d'autres que des humains spécialisés prêts à aider à faire avancer la société, nous vivrions normalement. Mais clairement ce n'est pas pour demain. On va déjà essayer de reprendre le dessus et après on remettra les choses en place.''



La jeune femme regardait la rue qui semblait de plus en plus calme. A croire que tout le monde avait déménagé. La plupart des habitants semblaient terrifiés, à juste titre. Tous ces civils se retrouvaient mêlés à un affrontement qui ne les concernait pas directement. Mischa aurait préféré qu'ils ne le soient pas surtout vu les risques de morts instantanées. 

''Tu as eu de nouvelles informations ? Tes oreilles se sont baladées dans des endroits intéressars ? ''

L'australienne ne comptait plus le nombre de cadavres qu'elle avait vu ces dernières semaines. Elle avait stoppé son activité comme toutes les boutiques du centre commercial. Cela lui laissait travailler sur ses contre offensives à plein temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 438
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Dim 12 Juil - 19:51

"C'est sûr et ça ne tient pas à grand chose au final. Les médias annonceraient que nous ne sommes rien d'autres que des humains spécialisés prêts à aider à faire avancer la société, nous vivrions normalement. Mais clairement ce n'est pas pour demain. On va déjà essayer de reprendre le dessus et après on remettra les choses en place.

Conscients de l’influence que pouvaient avoir leurs discours aux informations dans l’évolution et l'anéantisseent de la sous espèce, les journalistes de New kanton entreprenaient de diffuser moins d’images violentes sur les certaine chaînes, puis plus rien. Ainsi les images des morts et des blessés que Faust avait pus apercevoir, après certaines embuscades, n'étaient qu'illusions aux yeux des civils. Les mesures prises par Eternel, l'Hopeless les nommait: "La force par la force".

-Tu as eu de nouvelles informations ? Tes oreilles se sont baladées dans des endroits intéressant ?

Ces mesures qui, depuis, ont été modifiées ou abandonnées, visaient à ne pas rendre les civils insensibles en voyant des images violentes de manière récurrente.

-Peu à peu les hommes avancent dans les recoins de chaque quartiers et nous débusque, chaque minutes nous devenons un peu plus vieux et plus faibles, beaucoup on disparu, les actes de "l'état" sont en cours. Le seul bémol qui me dérange est qu'il y a beaucoup de mouvements dans l'historic disctrict, tandis que le quartier de Fixon semble plus calme que d'habitude, rien n'y bouge même pas les ivrognes. Néanmoins le QG d'Eternal est en sur-activité...des identités se font remarqué, nous devons rester discret.. es-tu sûr que la maison est en sécurité et s'il nous repère ?

Outre le fait d’atténuer la violence exercée par les Testaments, les résistant , puisque la mort est désignée comme "abattre", ne devraient pas rester cachés, seul ceux qui restent en mouvement survives. La capacité de vaincre le système d'Eternal, et de la vaincre par un déploiement d'effort de résistance, cette signification est la force qu'Eternal n'a pas et n'aura jamais, car jamais ils ne connaîtrons le sentiment d'injustice dans qu'ils ne seront pas remis plus bas que terre. -Tout effort non senti et même non voulu de ma part semble contradictoire, mais je n'ai aucun envie de voir mes "camarades" mourir à mes côté. Il doit être surement être voulu : car faire effort c'est en premier lieu se résister à soi-même,  c'est arrêter le cours spontané des images ou des idées qui vont et viennent dans ma conscience. Ce pouvoir d'arrêt implique la volonté. L'effort doit être senti, car, s'il n'a pas d'intensité, il n'a pas de réalité. -

Faust dans sa réflexion soupira et écrasa sa cigarette en la laissant dans un petit cendrier qu'il posa à terre.


-Parfois je me dit que tous cela n'aurait jamais du exister et quand j'écoute les humains, je me dis que je n'aurais jamais dû exister et quitter la maison par curiosité... Pour eux nous ne sommes pas des victimes, non nous sommes des déchets, j'en ai tellement marre d'entendre ces conneries à longueur de journées. Si j'en avais la capacité, je disparaîtrais et recommencerais depuis tous le début. Mais bon, la Terre continu de tourner s'en est presque pathétique..., déclara-til en regarde sa paume, et dire que j'ai déjà un demi-siècle. 

Laissant glisser un petit rire léger, il se redressa et regarda le paysage qui s'offrait à lui.

_____________________________


Code color: FireBrick
ヽ(*・^・)人(・^・*)ノ
Signa & Vava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/


Needlesset Esthéticienne

Messages : 546
Crédits : 249
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Mar 14 Juil - 18:41

L’ami de la rouquine lui fit part de l’agitation de l’historic district et du QG d’Eternal tandis que Fixon ne bougeait pas. Tout était important à noter. Le silence d’une zone pouvait présager quelque chose de très mauvais. C’était souvent le calme avant la tempête. Et si cela bougeait dans l’historic district et du côté d’Eternal, elle mettait sa main à couper que le sang allait encore couler à flot ces prochains jours. Ses troupes devaient donc encore plus être sur leurs gardes et être prêt à en découdre. Ils ne pouvaient pas laisser Eternal envahir les quartiers. La résistance devait reprendre le dessus et protéger ainsi la population. En protégeant les leurs ils se battaient pour leur cause mais se donnaient également la chance d’avoir les civils de leurs côtés et d’éventuellement recruter de nouveaux membres. Si au départ Mischa n’acceptait que des Nobody, elle avait dû commencer à se résoudre à accepter des gens normaux. C’était la guerre et elle ne pouvait faire la fine bouche. Plus ils seraient nombreux, plus il y aurait de possibilité de gagner à la fin de l’affrontement.

En tout cas les informations de Faust étaient précieuses et elle les gardait dans un coin de son esprit. Son ami la questionna ensuite sur leur sécurité dans la maison et demanda ce qu’ils feraient si jamais ils venaient à être repérés. La jeune femme fut franche :


" La maison est sûre : j’ai de quoi répondre à un éventuel assaut dans le sous-sol mais si jamais nous venions à être repérés j’ai aménagé en sous-sol un passage pour sortir de la maison sans être vu. Et une possibilité de raser la maison après notre départ avec un compte à rebours. J’ai des lieux de replis chez des amis résistants. J’avais pensé à bouger régulièrement mais le problème serait de révéler toutes nos planques si jamais nous étions repérés. Je sais que ce n’est pas bon d’avoir des habitudes de localisation et il faudra que je me penche sur la question vu l’évolution de la situation. L'idéal serait de changer de lieu chaque jour mais je n'ai pas assez de planques pour cela. P
ayer l’hôtel risquerait de faire trop de dépense et ces temps-ci l’argent doit servir à payer l’armement et la nourriture, essentiellement.  Maintenant que tu en parles, je vais y réfléchir sous peu. Si tu as des idées, n’hésite pas à m’en parler. "

Le jeune homme laissa ensuite vagabonder ses pensées oralement. Il évoqua le fait que les humains normaux les prenne pour de la vermine et qu’il aurait voulu disparaître avant de conclure sur le fait qu’il avait un demi-siècle, ce qui étonna grandement la rouquine. Elle lui répondit :

" Ben dis donc, t’es super bien conservé pour un vieux ! "
Elle rit et ajouta : " C’est la première fois que j’aurai bien aimé flirter avec une personne de ton âge, je me surprends moi-même. C’est quoi que tu utilises, un sacré anti ride à croire ? Tu as une peau de bébé, sérieux si à cinquante ans je pouvais être aussi impeccable que toi je serai ravie. Et tu voudrais faire disparaître une telle évolution ? Allons, cesse de dire de telles bêtises. Tu es parfait comme tu es. Tu sais, moi aussi on m’a dit des choses désagréables : que je n’étais qu’une immondice, que je méritais de souffrir tout ça... En fait c’est plus ce qu’on m’a fait que ce qu’on m’a dit que je retiens mais bon... "

Elle ne laisserait sans doute jamais plus quelqu’un approcher son intimité de toute sa vie à cause de ce fâcheux épisode. Enfin, elle n’avait pas pour autant perdu l’envie de flirter : c’était déjà ça.


Il faut essayer de se dire que ceux qui disent cela ne valent pas grand chose. C'est difficile, moi aussi des fois je me dis que j'aurai mieux fait d'être morte le jour où je suis arrivée ici... Mais regarde, on se bat pour quelque chose de plus grand que nous. On a besoin de gens comme nous. "

Elle posa doucement sa main sur l'épaule de Faust en lui adressant un faible sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 438
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Sam 18 Juil - 23:10

Une maison sûr est une maison bien gardée. C'est ce que se répétait Faust à longueur de temps, heureusement Mischa  lui avait exposé plusieurs point de fuit en cas d'attaque et quelle réfléchirait un peu plus aux conditions posées par le nobody. Pour ce dernier, la sécurité est l’absence de danger. Mais plus généralement, il s’agit de l’impression subjective ressentie par celui qui ne perçoit pas de danger.

Le besoin de sécurité de l'Hopeless est un besoin psychologique fondamental maintenant qu'il vivait en communauté. Si jamais il arriverait quelque chose à l'une des personnes qu'il connaissait peut-être qu'un malaise mobilisera une part importante des ressources intellectuelles qui pourraient être utilisées à d’autres fins que celle de la Résistance. De nombreuses activités de résistances civile sont ainsi perturbées voire rendues impossibles lorsque l'insécurité de se faire tuer règne dans les rues. Les civiles préfères alors se rabattre sur le fait que les autres sont des monstres perturbant le système. 

C'est en riant gentiment du jeune physique de Faust, qu'il émergea une fois de plus de ses pensées.

" Ben dis donc, t’es super bien conservé pour un vieux ! C’est la première fois que j’aurai bien aimé flirter avec une personne de ton âge, je me surprends moi-même. C’est quoi que tu utilises, un sacré anti ride à croire ? Tu as une peau de bébé, sérieux si à cinquante ans je pouvais être aussi impeccable que toi je serai ravie. Et tu voudrais faire disparaître une telle évolution ? Allons, cesse de dire de telles bêtises. Tu es parfait comme tu es. Tu sais, moi aussi on m’a dit des choses désagréables : que je n’étais qu’une immondice, que je méritais de souffrir tout ça... En fait c’est plus ce qu’on m’a fait que ce qu’on m’a dit que je retiens mais bon... "

Mais la sécurité ne peut jamais être absolue. L’insécurité et l’imprévisibilité font partie intégrante de la vie Faust ne le sait que trop bien. Dans cette ville, la seule certitude absolue est la mort: en naissant, on n’est sûr que d’une seule chose, c’est de mourir un jour plus ou moins précocement selon ton rang. Paradoxalement, la sécurité totale ne peut donc être atteinte qu’avec la mort. Mais bon... 

" Il faut essayer de se dire que ceux qui disent cela ne valent pas grand chose. C'est difficile, moi aussi des fois je me dis que j'aurai mieux fait d'être morte le jour où je suis arrivée ici... Mais regarde, on se bat pour quelque chose de plus grand que nous. On a besoin de gens comme nous."

Comme l'avait déjà dit Mischa, il serait bien dommage de déjà mourir. Et c'est en sortant de sa réflexions qu'il éclata de rire face aux réflexions comiques de la Needless.

"A vrai dire ce n'est qu'à l’extérieur que je suis jeune, merci à ma curiosité enfantine, à l’intérieur c'est une autre histoire de déséquilibre entre masse osseuse et organes. Puis... une esthéticienne flirter avec un vieux de mon rang ne serait-ce-pas un peu dégradant ?"

C'est en laissant la main de la jeune femme se poser sur son épaule que Faust souria tout en posant sa main contre la sienne. 

"Ceux qui disent ça ne valent pas "grand" chose, ils ne valent juste rien du tout, tu as encore raison. Nous avons encore une raison de nous battre... de vivre. La vie n'est plus quand nous ne lui accordons plus aucun sens" déclara-t-il en serrant un peu plus la main de la rouquine.

_____________________________


Code color: FireBrick
ヽ(*・^・)人(・^・*)ノ
Signa & Vava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/


Needlesset Esthéticienne

Messages : 546
Crédits : 249
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Dim 19 Juil - 11:16

Faust parla à l’australienne de déséquilibre entre masse osseuse et organes, elle ne comprit pas bien où il voulait en venir. N’empêche qu’il ne faisait clairement pas son âge et qu’elle n’aurait jamais trouvé dégradant de flirter avec lui, bien que c’est ce qu’il semblait insinuer. C’est vrai, Faust était la première personne avec qui il y avait une espèce d’électricité dans l’air quand elle était avec lui. Et ce n’était pas négatif, elle était bien quand il se trouvait dans les parages. Bon par contre il la désespérait à fumer cette saloperie de cigarette… Mais ça devait être l’âge sans doute ? A l’époque ça se faisait beaucoup plus de fumer pour prouver qu’on était un homme.

Il posa sa main sur la sienne et la serra tout en lui disant que les personnes qui les traitaient comme des ordures ne valaient rien du tout. Et il conclut par dire qu’il n’y avait plus de vie quand elle perdait son sens. La rouquine lui sourit plus franchement. Ça faisait du bien de parler avec lui, elle ré-aborda le sujet du flirt.

" Non ça ne serait pas dégradant pour moi… Mais peut-être le serait-ce pour toi. Flirter avec des jeunettes ce n’est peut-être plus de ton âge. "
Lui dit-elle d’un air de défi avant de lui adresser un clin d’œil. Ca faisait vraiment trop longtemps qu’elle n’avait pas eu l’occasion de flirter et puis elle se sentait tellement seule... Que franchement là, s’il continuait à répondre de la sorte, elle lui montrerait qu’elle pensait ce qu’elle venait de dire.

En plus les jours à venir seraient vachement dangereux, elle allait sans doute revenir plusieurs fois amochée comme c’était souvent le cas depuis le début de cette guerre de rue. Elle n’aurait donc pas refusé un peu de tendresse avant de repartir à l’assaut. Cela dit il ne fallait pas qu’il y ait de malentendu si ça venait à arriver… Elle ne voulait jamais de relation sérieuse et n’aurait pas voulu gâcher leur amitié pour un flirt, ça non.

" Mais si jamais tu t’abaissais à ça il faudrait que tu saches qu’il n’y aura jamais rien de sérieux, ça n’est pas possible pour moi. Le but c’est de juste profiter, pas de te faire du mal. "
Dit-elle en le regardant dans les yeux avant de rire doucement. Elle était sérieusement en train de le draguer ? Ça faisait un bail que ce n’était pas arrivé. " Désolée, faut que je me calme, je vais finir par te mettre mal à l’aise. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 438
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Dim 19 Juil - 21:35

Mischa revenant sur le sujet du flirt lui avait confier qu'être avec le Nobody n'était en rien rabaissant et qu'au contraire cela lui était agréable. D'un air épicurien, elle lui renvoyant la problématique et ce fût d'un air rieur qu'il lui répondit tout en rigolant.

"Ha ha ha ! Certes ce n'est plus de mon âge, mais mon physique le permet largement sauf quand mes coups d'un soir se transforment en brochettes".

Faust n'avait pas toucher au thème d'une aventure ou d'un flirt depuis ses trente ans. Cette jeune blondinette aux yeux bleu en manque d'amour parentale s'était recueillie dans les bras d'un homme ayant quatorze ans de plus qu'elle. Plus qu'un pathétique souvenir, l'Hopeless trouvait ces souvenirs pitoyables. Même si son cœur avait frôler les quelques battements affolants lors de ces quelque nuits où ils se retrouvaient, il n'oublierait jamais sa dernière nuit où dans un ultime épanchement il l’éviscéra contre son grès. Bon... Sans oublier tous les autres ayant accepté une heure de battement avec lui contre quelque dollars, de quoi finir le mois pour le Nobody même pour quelque discussions osées. 

" Mais si jamais tu t’abaissais à ça il faudrait que tu saches qu’il n’y aura jamais rien de sérieux, ça n’est pas possible pour moi. Le but c’est de juste profiter, pas de te faire du mal." 

Son regard émeraude, accompagné d'un léger rire, c'était fixer aux rougeâtre iris de l'albinos. Comme enjôleuse elle semblait se laisser aller dans une profonde atmosphère qu'elle semblait redécouvrait puisqu'elle le présentait à Faust avec maladresse. La sensualité est l'attachement aux plaisirs des sens. Il désigne aussi l'attribut, la qualité, l'acte, l'effet ou l'état de ce qui est sensuel, or le nobody, après quelque mésaventures, ne se pencherait plus sur ce genre de plaisirs extatiques. 

" Désolée, faut que je me calme, je vais finir par te mettre mal à l’aise. "

C'est en décollant la main droite de la Needless de son épaule, qu'il la mit à hauteur  de leur poitrine. Maintenant un écart avec son buste, il étreignit un contact se faisant au niveau de leur bassin. Se positionnant de la sorte, il continua à serrer la main droite de la rouquine . 

"Il en faudrait beaucoup plus pour me mettre dans un état de gêne et encore plus pour me blesser. Or je ne m’abaisserais plus à ce genre de batifolage enfantin. Avec l'âge on devient égoïste et je ne partage plus mon cœur en quelque morceaux, si je devais le donner ce ne serait qu'à une unique personne, et il serait entier et non à moitié. Si il adviendrait que je meurs avant, sache qu'au moins je n'aurais pas eu le temps de souffrir du mal d'amour. Même si Eternal à déjà dissout mon corps et m'a fait oublier ce qu'est la souffrance physique et morale, je ne les laisserais pas en faire de même avec d'autre de mon rang. De plus je ne pourrais jamais profiter d'une aussi agréable compagnie qu'est la tienne Mischa." Ajouta t'il d'un air convaincu.

_____________________________


Code color: FireBrick
ヽ(*・^・)人(・^・*)ノ
Signa & Vava:
 


Dernière édition par Faust Raschenstein le Dim 19 Juil - 23:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/


Needlesset Esthéticienne

Messages : 546
Crédits : 249
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Dim 19 Juil - 22:06

L’enchaînement de la situation fit rougir Mischa : ce qui était très rare il faut bien le souligner ! Ils étaient proches physiquement, bon ce n'était pas comme si elle n'avait jamais été proche physiquement de quelqu'un. Ça, elle gérait les yeux fermés. Non, ce furent ses paroles qui la firent rougir. Elle dut se les répéter plusieurs fois dans son esprit pour être sûre de bien comprendre ce qu'il venait de lui dire. Mais, après l'avoir fait une dizaine de fois en quelques secondes elle pensait avoir bien compris. En gros il venait de lui dire cash qu'il était d'accord pour être avec elle mais sans partage parce qu'il ne donnait son cœur qu'une fois à tout jamais. Du moins, c'est ce qu'il semblait dire. La rouquine rit nerveusement et passa du rire aux larmes. Pourquoi ? Tout allait si vite dans sa tête. Elle avait une sainte horreur qu'on lui mente, surtout quand elle avait confiance en la personne. Et voilà qu'il lui mentait potentiellement. C'était dur, très dur à encaisser. Elle venait littéralement de se prendre une gifle en pleine tête. Bien sûr, le pauvre Faust devait se demander pourquoi et elle ne pouvait pas le laisser la voir fondre comme une madeleine. Elle récupéra donc ses deux mains pour s'essuyer comme elle pouvait son visage. Avant de rapidement se justifier :

" Non mais je ne pleure pas parce que tu ne veux pas flirter, hein. Ne t'en fais pas. Je te jure c'est affreux de t'entendre mentir ça me rend folle."
Dit-elle, tremblante de tout son corps. " On ne peut jamais vraiment s'engager avec quelqu'un pour la vie, ce ne sont que des mensonges. Mes parents sont partis, m'ont vendue et si ceux qui te mettent au monde peuvent faire ça, comment veux-tu que je puisse te croire ? Les gens prennent et jettent les gens alors qu'ils leurs promettent monts et merveilles. Les maris trompent leurs femmes et se justifient après par la boisson ou autre... Ce monde est fou quoiqu'on puisse en dire et il l'est trop pour que tu puisses me dire ça. "

Elle fondit de nouveau en larmes et continua dans des sanglots
: " Oh et le coup du fait que tu ne pourrais pas trouver mieux que moi... Je t'en prie... J'ai déjà tué des gens... Mon ex propriétaire j'en ai fait de la charpie, il ne restait rien de lui. Je suis malade Faust... Je ne suis pas agréable. "

Les larmes ne cessaient pas de couler et elle pesta contre elle-même :
" Et voilà que je pleure comme une pauvre petite pleurnicheuse... Mais c'est toi à dire des choses que... Que j'ai toujours voulu entendre mais que je ne peux pas croire. "

Elle avait le souffle court et essayait d'esquiver le regard de Faust. La rouquine avait déjà dû briser les espoirs de certains de ses flirts mais jamais elle n'avait entendu de tels propos. Ca l'avait retourné de l'intérieur. Elle était en détresse tant elle n'avait jamais affronté une telle situation. Comme pour donner une bonne raison à Faust de se rendre compte de son erreur, elle ajouta :


" Et même si c'était vrai, tu serais bien déçu car moi je refuse les relations sexuelles. Je ne peux pas, les seules fois... Où ça m'est arrivé je ne le voulais pas et je refuse... Je refuse... Quel genre de copine je ferai ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 438
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Dim 19 Juil - 23:33

Non elle ne pleurait pas, son âme hurlait. Non elle ne sanglotait pas elle s'étranglait.
-Comment peut-être ne pas agir de cette façon face à ce qu'elle me raconte..?-

" On ne peut jamais vraiment s'engager avec quelqu'un pour la vie, ce ne sont que des mensonges. Mes parents sont partis, m'ont vendue et si ceux qui te mettent au monde peuvent faire ça, comment veux-tu que je puisse te croire ? Les gens prennent et jettent les gens alors qu'ils leurs promettent monts et merveilles. Les maris trompent leurs femmes et se justifient après par la boisson ou autre... Ce monde est fou quoiqu'on puisse en dire et il l'est trop pour que tu puisses me dire ça. "

Les larmes n'étaient qu'un fléaux de souvenirs qui se refoulait à la surface de son cœur.

" Oh et le coup du fait que tu ne pourrais pas trouver mieux que moi... Je t'en prie... J'ai déjà tué des gens... Mon ex propriétaire j'en ai fait de la charpie, il ne restait rien de lui. Je suis malade Faust... Je ne suis pas agréable. Et voilà que je pleure comme une pauvre petite pleurnicheuse... Mais c'est toi à dire des choses que... Que j'ai toujours voulu entendre mais que je ne peux pas croire. "


La respirations haletante face à Faust, neutre, elle semblait s'écrouler face à l'atrocité de quelque mots non réfléchit mais pensées. Dans ces conditions l'Hopeless ne fait que la chercher du regard qu'elle esquivait. La frustration ne lui fait pas peur. Tremblante elle écrasa une seconde fois quelque phrases sortirent de ses entrailles.

" Et même si c'était vrai, tu serais bien déçu car moi je refuse les relations sexuelles. Je ne peux pas, les seules fois... Où ça m'est arrivé je ne le voulais pas et je refuse... Je refuse... Quel genre de copine je ferai ? "

Faust, aux premiers abords n'avait pas compris sa réaction, mais suite au quelque phrases qu'elle avait alignés avec quelque difficulté respiratoire, il devina l'horreur des termes qui lui avait loué. Agrandissant légèrement l'espace entre elle et lui, il laissait lentement un doux sourire s'installer contre son clair visage. Le ton de ces cordes vocales changèrent, avec un peu plus d'assurance qu'au par avant, il proposa quelque concordance rassurantes, comme celle d'un père essayant de rassuré son enfant ayant peur du petit diablotin sous son lit.

"Oui, on ne peut pas s'engager avec quelqu'un pour la vie, tu as l'exemple de tes parents j'ai l'exemple des miens. Toi ils t'ont abandonné, moi j'ai vu ma mère partir sous la lame d'un testament, mon père par la suite ma jeter dans les pâtes immonde du trottoir, mais ne pouvant pas me tuer, la ville m'a recueillit dans la saleté élevé. Je ne chercher pas à te convaincre, je veux pas que tu me crois, je ne te demande rien, même pas écouter les vieux souvenir d'un cinquantenaire pré-pubère." Déclara-t-il avec humour.

Il souffla un moment s'asseyant au sol contre la poutrelle en avant de la maison.

"Ces sentiments douloureux pour moi sont les mêmes comme toujours, ils m’oppressent le cœur et la gorge. Ces sentiments tremblants seront les mêmes demain sous nos âmes effarées... sache que je vois l'abandon l’atrocité depuis ma naissance tout comme certain nobody venu au monde. Tout le monde peut visualiser une conscience meurtri, sauf ceux qui mettre un voile devant leur yeux pour ne pas savoir la vérité. S'il y a autant de couleurs qu'il y a de personne, alors, est-ce que mes yeux ne sont pas déjà anormaux ? Car depuis toujours je ne vois la vie qu'en noir ou en rouge. J'ai crée une nuance de blanc."

D'un sourire nostalgique il continua point serré et cage thoracique resserrée.

"Nous n'avons pas besoin de ces sentiments sales ou de ces déplaisantes pensées que nous transmette l'amour, alors peut-être en dirais-je de même pour l'amitié tu ne crois pas ? Un jour je me suis même demander si les sociopathes n'étaient pas les plus heureux dans ce monde gris. C'est vrai, lorsque nous disons que nous sommes seuls mais nous prétendons nous comprendre, ce genre de chose je ne l'ai jamais dis et jamais je n'aurais la prétention de le dire, puisque nous ne pouvons jamais nous connaitre, puisque nous ne pouvons nous connaitre totalement... La vérité est que les humains prennent de la satisfaction pour de l'amour, certaines personnes ne comprennent vraiment rien." Annonça-t-il en rigolant tout en laissant ces larmes border ces paupières rougeâtres.

Il essuya doucement ces dernières du revers de sa manche.

" Les humains sont rapidement lassés de ce qu'ils obtiennent et jettent ce qu'ils ont acquient. Et lorsqu'ils ont trouvés leur prochain jouet, ils leur répètent: Je n'ai personne sauf toi, une belle dose de connerie n'est-ce-pas ? Mais au final je suppose que c'est comme ça. Je refuse de me teinté de leur couleurs sales... Ce serait me voir vivant, je préfère me voir mort plutôt que de me considéré humain au mettre titre qu'eux."

Il dirigea son regard vers la rouquine.

"Je ne te promet rien ni argent, ni bonheur. Mais il y a certains valeurs que je me suis même moi enseigné et je ne les trahirais jamais, comme jamais je ne trahirais mon rang. Ce monde n'est pas fou, il est pourri et ce sont nous, être humains qui l'avons salis. Mais j'aime trop la propreté, alors je préfère devenir aveugle sourd et muet et m’efforce de nettoyer les chose laisser par certain personne, par la suite son ton changea, me crois-tu agréable à vivre ? Connais-tu le bout de mon envie de confort ? La personne que j'ai tué était un homme surement marié trompant sa femme, c'était en hiver et je lui est arracher la langue jusqu'au fond de sa gorge, j'ai ramener l'appendice à sa femme ce soir là contre de l'argent, contre de quoi acheté du pain. Te fais-tu pitié ? As-tu peur de toi ? Car moi j'ai peur de moi."

Il relâcha la pression lentement en cognant brusquement sa tête contre la poutre instable.

"Je ne crains pas la frustrations, je lui est fait face il y a trop longtemps et trop rapidement pour qu'elle daigne me rattraper. Qu'est-ce-c'est des relations sexuelles Mischa ? Du désir ou bien un meurtre d'une procréation ?  Personnellement je ne connait plus ce terme...  Lorsque l'on te force à vendre ton corps pour pouvoir manger un bol de soupe dans la semaine, pour ta survie tu ne réfléchis pas tu exécutes. Mais moi je m'y refuses... je refuse d'en avoir tous simplement, ma vie est fade sans nul sentiment hyperbolé sinon je risquerait de faire un massacre. La dernière fois que je l'ai fais j'ai tuer sans la moindre intention un gamine de 17 ans... Alors pour tous ceux et celles que j'ai tuer sous d'intenses sentiments ou sensations je n'ai jamais plus toucher les hanches d'une femme qu'aux travers d'un vêtement."

Doucement il laissa ces paupières se fermer progressivement sous peine d'un mal de tête.

"Excuse-moi de te faire pleurer".

Il termina ses paroles sur ces quelque mots calmement prononcés.

_____________________________


Code color: FireBrick
ヽ(*・^・)人(・^・*)ノ
Signa & Vava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/


Needlesset Esthéticienne

Messages : 546
Crédits : 249
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Lun 20 Juil - 0:27

Faust s'ouvrit à Mischa. Il lui raconta ce qu'il avait vécu et cela la toucha grandement. Alors lui aussi avait été rejeté par ses parents et retrouvé seul ici ? Ses touches d'humour lui arrachèrent un sourire. Un cinquantenaire pré-pubère... Oui, un sacré numéro. Elle ne l'avait jamais entendu parler autant ces derniers jours, il semblait en avoir des choses à dire et chacun de ses mots sembla l'apaiser. Alors que lui semblait dévoiler une certaine sensibilité. Après tout ce qu'il lui dit elle croisa son regard et vit qu'il avait les larmes aux yeux. Lui aussi avait tué, il avait du sang sur les mains. D'un sens, ils ne pouvaient pas mieux se comprendre. Ils ressentaient la même chose, avaient vécu les mêmes genre d'évènements. On leur avait craché à la figure et les voilà tous deux face à face. Il cogna brutalement sa tête contre la poutre avant de lui dire que les relations sexuelles ne l'intéressaient pas plus qu'elle pour des raisons plus que compréhensibles... Et puis il s'excusa de la faire pleurer.

Mischa le regardait et alla vers lui pour poser ses mains autour de son visage. Sa main droite survola sa tête au niveau de l'impact.


" Ne te fais plus jamais ça... Tu as dû te faire vraiment mal. C'est moi qui m'excuse. Ce n'est pas ta faute si je suis une fillette qui pleure comme une madeleine sans raison. "


Elle le prit alors dans ses bras et le serra très fort, en ne pensant pas si elle était en fait en train de le serrer trop fort. A cet instant précis elle avait juste besoin de ça : un gros câlin dans ses bras.

" Je suis désolée... Moi aussi j'ai peur de moi... Mais je n'ai pas peur de toi. "
L'australienne leva les yeux vers ceux de Faust. Son coeur s'était comme arrêté de battre.

" Et je crois que toute ma vie j'ai cherché à juste qu'on me voit, qu'on m'aime juste réellement. Mais ça n'est jamais réellement arrivé. J'ai tellement l'impression d'être invisible. Dans ma tête, quand on me voit je me dis que ce sera forcément éphémère, que je serai très vite oubliée, remplacée. Et si ça se trouve dans cinq minutes je vais me réveillée et tu ne seras plus là. "
Elle souffla, comme pour expulser toute la tension qui était en elle. Elle voulait se relâcher, reprendre son calme. Cela venait mais petit à petit.

" Reste s'il te plait... "
Lui murmura-t-elle, comme pour le supplier, alors qu'elle relâchait son étreinte. Elle était si bien près de lui. Franchement, c'était la première fois qu'elle prenait au sérieux une demande comme la sienne. D'habitude elle aurait rit ouvertement au nez de la personne et serait partie. Mais là... C'était un sacré chamboulement pour elle. Mischa, malgré sa tendance très volage, aurait très bien pu se poser avec une unique personne et ne plus jamais voir les autres hommes. Mais clairement, elle ne l'avait pas fait par peur de l'abandon. Elle restait bien plus fragile qu'en apparence. Et puis c'était une faiblesse pour la cheftaine de la résistance que d'être en couple. Déjà que Loane était une cible potentielle, ramener un petit ami, ce n'était pas très sympa pour le dit intéressé.

Et même après ça, la question était : pouvait-elle lui faire confiance ? Avec sa chance, ça aurait pu être une ruse d'un ennemi de faire ça pour mieux renverser la résistance. Garder ses ennemis plus proches que ses amis... Tout son être semblait lui dire qu'elle pouvait lui faire confiance et son instinct était souvent bon mais...

*Tu peux lui faire confiance, il est sincère.* Lui murmura la voix mentale de Loane, qui décidément était partout. Pour le coup, elle n'allait pas lui en vouloir.

Les larmes de la rouquine s'étaient arrêtées, sa poitrine était toujours serrées mais un poids énorme s'en était allé. Elle leva les yeux vers ceux de Faust puis les détourna aussitôt, en rougissant.


" Je suis désolée de t'avoir fait remonter de mauvais souvenirs... "

Elle se sentait bouleversée mais en bien. Avoir ouvert ainsi son coeur lui avait fait un bien fou. Ses yeux fixaient ceux de Faust avant de fixer le sol sans cesse. C'était bien la première fois qu'elle avait l'impression d'avoir cinq ans et d'avoir perdu complètement le contrôle de la situation. Son cœur, qui semblait avoir disparu, battait maintenant la chamade et rien ne semblait vouloir le calmer.

" Tu es bien le premier à me faire cet effet-là tu sais... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 438
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Lun 20 Juil - 19:35

Des mains fraîche étaient venus se poser contre les joues de Faust se qui lui fit relever la tête vers les yeux de Mischa. Elle s'était excusé... il ne comprenait pas. 

" Ne te fais plus jamais ça... Tu as dû te faire vraiment mal. C'est moi qui m'excuse. Ce n'est pas ta faute si je suis une fillette qui pleure comme une madeleine sans raison. "

Sans qu'il n'eu le temps de prononcé la moindre phonétique, la jeune femme à la cheveux de feu enlaça dans un violent élan, le buste du Nobody. La petite caresse qu'elle lui avait accordé au milieu de sa tête, il s'en souviendrait surement toute sa vie, l'exaltation de sa respiration ne cessé d'augmenter lentement. Plus elle serrait plus le cœur de Faust se contractait contrarié par autant d'affection d'un coup. A ces mots, il demeura stupéfait et ajouta quelque mots.

"Tu... tu n'es pas une fillette qui pleurer sans raison, même un enfant pleure pour quelque chose mais toi tu as depuis longtemps dépassé ce stade..."

C'est en glissant ses bras dans son dos qu'il empoignant quelque mèche de ses cheveux avant de se laisser aller dans le creux de son cou, l'étreignant à son tour du mieux que son cœur étreint l'ordonnait. Restant muet, il écoutait les confessions de cette dernière. -Les parents devraient réfléchir à deux fois avant de repousser leur enfant lorsque celui-ci sollicite leur attention.- Il en était de même pour Mischa, Faust avait depuis toujours ce sang froid et cette patience innée qui lui permettait de prêter un peu de son attention à droite à gauche tout comme lorsqu'il aida Shion à s'en sortir économiquement au lieu de vendre ces précieuses peluches. 

Avant tout autre chose, Faust pouvait comprendre ce sentiment de rejet, ce petit manque qu'il y a aux creux de ces deux ventricules. C'est un vieux cœur qui bat dans une ossature d'enfant en recherche constante d'aide. 

"J'ai tellement l'impression d'être invisible. Dans ma tête, quand on me voit je me dis que ce sera forcément éphémère, que je serai très vite oubliée, remplacée. Et si ça se trouve dans cinq minutes je vais me réveillée et tu ne seras plus là.

"Souvent il faut préféré rester invisible, et se cacher dans la population plutôt que d'attiré l'attention sur sois-même. Il y a deux ans était tu invisibles à mes yeux lorsque tu as gentiment déterré ce pauvre arbrisseau, ajouta-t-il avec humour. Si tu te réveilles dans quelque minutes cela aura tout du moins été quelque minutes de bonheur à l'état pur tu ne penses pas ?" termina-t-il en souriant.

Ce fut dans l’amplification de ce petit geste affectueux qu'était le câlin qu'elle lui murmura dans une expiration dès plus plaintive, telle une élégie.

" Reste s'il te plait... "

Ce murmure soupirant s'accompagnait d'un doux relâchement de l'étreinte. La tête posée contre le haut de sa tête, Faust, les yeux clos, essayait de gagner toujours un peu plus de temps pour faire durer cette atmosphère qui emplissait les deux protagonistes. Désormais Faust se donnerait entièrement à la personne qui lui avait faire redécouvrir un monde sous un autre angle: l'angle aiguë de la Résistance.  

"Ce n'est pas la peine de me le demander, je resterais... parce que.. tu es la personne rien que pour moi".

Dans sa phrase, plus il avançait plus le ton de sa voix rauque diminuait comme celle d'un enfant gêné. Mais ce terme à double sens signifiait bien qu'il ne s'arrêterais pas sa propre personne en se qui concerne la sécurité de ces "proches". Le visage sec, Faust retirait lentement ces bras du dos de la rouquine pour laisser entrevoir ses yeux au reflets vert qu'il le fascinait tant. Or avec maladresse, la télékinésiste dévia franchement le regard, les pommettes rougeâtres.

" Je suis désolée de t'avoir fait remonter de mauvais souvenirs... "

Tout en recommençant les mouvement d'ascenseur entre ses pieds et les yeux rosé de l'Hopeless, Faust laissait s’échapper quelque poussés de rire heureux. La redécouvrant sous un petit autre angle, elle lui apparaissait gênée, soulagée, remuée par tous ce qui venait de se produire. Par conséquent il était logique qu'elle ne sachait plus où se mettre.

" Tu es bien le premier à me faire cet effet-là tu sais... "

Serpentant ces doigts jusqu'aux siens, il serra une nouvelle fois sa main. Tout en embrassant le revers de sa paume dans la sienne, il déclara. 

"La sincérité est une ouverture de cœur. On la trouve en fort peu de gens, et celle que l'on voit d'ordinaire n'est qu'une fine dissimulation pour attirer la confiance des autres. Il ne faut donc avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l'avenir. Est-ce-que tu me fais confiance ?"

Rouvrant les yeux, le Nobody plongeait son regard dans celui face à lui.

"Il y a trois dimensions de l'amour : la profondeur, la durée et la confiance et je par du principe qu'avoir la confiance de quelqu'un est un compliment plus important que d'être aimé. Alors sache que tu n'as pas a t'inquiété sur ce point. Le bonheur repose sur la confiance alors que l'amour exige du doute et de l'inquiétude donc avoir les deux n'est-il pas l'idéal que nous venons de construire ?

_____________________________


Code color: FireBrick
ヽ(*・^・)人(・^・*)ノ
Signa & Vava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/


Needlesset Esthéticienne

Messages : 546
Crédits : 249
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Lun 20 Juil - 20:47

Faust semblait avoir toujours réponse à tout. Ainsi il savait rassurer la rouquine et lui apporter le calme dont elle avait tant besoin. Lorsqu'il lui dit qu'au pire, si elle se réveillait, elle aurait profité d'un bonheur à l'état pur, elle hocha la tête. Oui, il avait raison même si elle n'avait aucune envie de se réveiller. Ce cocon qui se créait autour d'eux était très agréable et entièrement nouveau pour elle. Elle essayait de ne pas fuir par peur de l’inconnu. Ce n'était pas trop difficile puisqu'elle s'y sentait bien. Il lui dit alors qu'elle était la personne rien que pour lui... Si elle avait eu une santé fragile, nul doute qu'il aurait fallu la réanimer. Mais l'australienne était en excellente santé et se contenta de devenir un peu plus rouge et d'avoir le cœur qui battait à en crever sa poitrine. Elle ne savait pas dire des choses comme ça, ce n'était pas elle. Dire qu'elle serait là pour lui, qu'elle le protégerait, qu'elle n'aurait d'yeux que pour lui... La rouquine se contenta de plonger ses yeux dans les siens. Ils exprimaient à eux seuls bien plus que les mots. Elle afficha un sourire gêné avant de prendre délicatement son visage entre ses doigts et de coller son nez contre le sien. L'heure n'était pas à la réflexion. Si elle se mettait à réfléchir elle foutrait simplement le camp, bien trop peureuse au final pour accepter un peu de bonheur. Non, elle faisait taire ses raisonnements et ne laissait s'exprimer que ses émotions. Elle recula légèrement la tête pour passer à son œillade gênée, comme dit précédemment.

L'entendre rire lui fit tellement de bien et sentir sa peau contre sa main l'empourpra un peu plus. Il lui demanda alors si elle lui faisait confiance. Elle hocha une nouvelle fois la tête avant de lui dire d'une petite voix convaincue :


" Oui, bien sûr. "
Et ça lui faisait peur d'avoir réellement confiance, d'être prête à tout donner... Son côté maso ressortait une fois de plus, à croire. Il plongea son regard dans le sien et elle se mit à fondre de l'intérieur comme glace au soleil. Son regard était pénétrant et, une fois qu'il rencontrait le sien, elle n'arrivait pas à lui échapper.

Il lui exposa alors sa vision de l'amour et son cœur se compressa tout comme ses poumons. Elle avait l'impression de manquer d'air, comme si elle allait rentrer en crise d'asthme bien qu'elle n'en ait jamais fait. Il exigeait une réponse.


*Allez Mischa* Se dit-elle en se parlant à elle-même. *Toi qui était si bavarde jusque là te voilà le souffle coupé, incapable de sortir un mot. C'est bien la première fois que quelqu'un arrive à te couper le sifflet.*

Dans un élan de courage, ou de folie, ou d'un peu des deux, la rouquine souffla en fermant les yeux puis les rouvrit et s'approcha terriblement lentement du visage de celui qui lui faisait tourner la tête. D'habitude elle se ruait sur les gens en flirt mais là, ça n'avait rien à voir. Elle ne trouvait pas les mots et voulait les concrétiser physiquement. C'est pourquoi il lui fallut de longues secondes pour que son visage et ses lèvres soient à un centimètre de celui de Faust. Elle le fixait, tremblante, hésitante. La jeune femme s'était toujours promis de ne pas succomber pour ne pas souffrir, de ne jamais laisser qui que ce soit l'approcher de trop près sérieusement... Et voilà qu'elle envoyait toutes ces idées valser pour lui. Elle ne pouvait toujours pas articuler un mot. Ses yeux rouges semblaient l'encourager et puis enfin elle s'avança et l'embrassa tout en enlaçant ses cheveux entre ses fins doigts. Ce fut un baiser à la fois doux et rude dans le sens où une énergie émanait de ce simple geste. Elle le haïssais pour avoir fait tomber ses barrières et en même temps tout l'inverse. Il la tenait, elle était à lui et ça la rendait folle. Comment lui avait-il fait ça ? Il lui semblait, en y repensant que cet effet avait été présent dès le début. Mais elle venait juste d'ouvrir les yeux sur la réalité.

Ce baiser ne dura pas très longtemps mais fut bien assez intense pour elle. Lorsqu'elle se décolla de lui et le regarda puis baissa les yeux. Oui, elle était gênée mais surtout elle ne voulait pas rester prise dans son regard sous peine de l'embrasser à nouveau. Honteuse de ne pas avoir su parler depuis sa seconde déclaration, la rouquine prit énormément sur elle. Il fallait qu'elle lui dise quelque chose même si ça sonnerait mal par rapport à lui. Il saurait la comprendre, il le faisait si bien jusque là. Elle prit donc ses mains dans les siennes et les serra de plus en plus alors qu'elle parlait.


" Désormais je n'embrasserai que toi. "


Après coup ça lui semblait minable et peu convainquant -pourtant c'était la chose la plus franche et romantique jamais dite de sa vie. Il allait rire d'elle, ou plutôt elle l'aurait fait en se faisant face. Mais Faust était si patient, si gentil qu'il ne le prendrait sans doute pas de la même façon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 438
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Lun 20 Juil - 22:41

Dans ce rideau de lumière couvrant les corps enlacés des deux amants, Faust sombrais petit à petit dans l'inconscient d'un moment un peu trop agréable. Recherchant la chaleur d'une étreinte forte, comme celles que son avait subit étant enfant, son souffle devient petit à petit faible. Pour graver ses yeux émeraudes dans ses pensées les plus profondes, il n'y aurait aucun problème, mais dans ce petit matin, avec audace et pour la toute première fois, leurs front se touchèrent. Dans les tremblement et les frémissements d'une hésitation certaine, le néant semblait avoir dominer la totalement des esprits des deux soupirants. A l'instant où, de seconde en seconde, son coeur s'emballait, il n'osait défaillir sous le regard de Mischa, emplit de tendresse. L'envie de se couvrir et de se cacher sous un grand manteau blanc n'échappa pas au Nobody de plus en plus endolorie par la sensation que l'atmosphère pouvait lui procurer.

Plus le doux visage de son idéale se rapprochait du sien, plus les souvenirs des jours passé auprès d'elle circulaient à travers le passage des saisons. Les souvenirs remplies de rire, images éternellement éphémères mais qui reviennent en nombre chaque jours. Sans nul contrôle de sa part, le regard de l'Hopeless venait de percer les prunelles de sa bien-aimée. Dans un unique élan passionné, elle s'accrocha éperdument à ses lèvres. Le simple contact de ses fins doigts dans sa chevelure, lui ordonna un entier frison traversant toute sa colonne vertébrale.

A cet instant si intense, il pria en son âme pour qu'elle avale leur passé et que jamais ils ne puissent s'en souvenir: Faust aurait voulu arrêter le temps, figer les heures, suspendre les minutes et briser les secondes. Jusqu'à ce que la douce douleur dans sa poitrine guérisse, il agrippa chaque partie de son dos avec une inflammable ardeur. Dans une extrême passion tous leurs sens devaient se déchaîner. Le ressort de la situation leur accorda cet unique baiser aussi exacerbé et délicat que leur gestes. Doucement ils quittèrent leur étaux, elle déviant tous regard aux risque de replonger  dans cette dopamine, lui glissant ses bras autour de son cou pour la serrer contre lui juste avant de l'attaquer du regard.

"Je ne te laisserai jamais partir maintenant" lui murmura-t-il.

Même s'il avait durée quelque instant, pour le Nobody, ce dernier n'aurait jamais été assez long, or il n'en demandera pas plus. Souriant à la honte qu'éprouvait sa moitié, il desserrait leur étreinte pour aller à la conquête des iris fuyant de la rouquine.

" Désormais je n'embrasserai que toi. "

Cinq petites taches rouges s'étaient doucement dissimuler dans son dos. A son unique phrase, il souriait, heureux, de plus en plus heureux. Et comme pour la forcer à rejoindre son regard il prononça.

"Mischa."

Doucement les quelque tâches s’étendaient laisser pour avant gout, une aigre douleur le long des lombaires que Faust ne devina pas encore, mais qui se laissait en préparation.

_____________________________


Code color: FireBrick
ヽ(*・^・)人(・^・*)ノ
Signa & Vava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/


Needlesset Esthéticienne

Messages : 546
Crédits : 249
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Lun 20 Juil - 23:29

Il ne la laisserait jamais partir ? Cela la fit doucement rire. Tant mieux, car elle était plus fugueuse qu'elle en avait l'air. Mischa ne tenait pas en place et si elle éprouvait énormément de sentiments pour son petit Faust, elle ne s'empêcherait pas pour autant de prendre la poudre d'escampette. Non, pas dans le sens où elle le tromperait : la rouquine était malicieuse mais jamais elle ne trahirait ce qui se passait entre eux. Et elle espérait qu'il en serait de même pour lui. Mais il allait devoir s'accrocher pour la suivre lors de ses missions. Elle avait hâte de voir ça, mine de rien. Tiens, se réjouir de cette situation, ça c'était nouveau. La gêne diminuait tout doucement et laissait place à de bonnes émotions. Et lorsque Faust l'appela, Mischa releva les yeux vers les siens. Pourquoi avait-il fait ça ? N'avait-il pas compris quel effet il lui faisait ?

Il ne fallut pas plus d'une seconde pour que cette fois elle pose ses mains sur ses joues et l'embrasse plus tendrement. Lui... La rouquine n'en aurait fait qu'une bouchée s'il avait été un gâteau tant ses sentiments explosaient en sa présence.  Elle l'avait accueilli chez elle, ils avaient passé de merveilleux moments ensemble et cette complicité n'aurait jamais pu ne rester qu'amicale. Il la comprenait mieux que quiquonque, ils étaient également complémentaires. C'était une évidence désormais et elle se réjouissait qu'il ait fait le premier pas car jamais elle n'aurait eu le courage de le faire.

Elle termina ce baiser tout en ne le quittant pas des yeux. Un sourire malicieux aux lèvres elle lui dit :
" C'est moi qui ne te laisserai pas partir... " Elle rit, débordante de joie et ajouta, juste pour le taquiner : " Mais je te laisserai me courir après pour que tu me rattrapes, j'adore ça. "

Son regard était plein de défi mais on sentait bien qu'il n'y avait derrière ces propos aucune envie de le laisser. C'était bien un jeu qu'elle lui proposait et non une menace de s'en aller. On pouvait clairement sentir que la rouquine ne partirait jamais de son plein gré. La petite fille en elle venait de trouver le Graal, elle ne comptait le lâcher que lorsqu'elle aurait rendu son dernier soupir. Alors qu'elle comptait lui faire battre son reccord en apné, trois vibrations se firent sentir dans la poche de la rouquine : elle venait de recevoir un sms.


" Désolée ça peut être important. "
Dit-elle avant de se mordiller la lèvre inférieure et de sortir le précieux outil de communication.

-Ce soir c'est la fête des voisins : tu n'as pas oublié de prendre ton cadeau ?


Mischa pesta contre elle-même, se traitant d'idiote, et se tapa le front d'un revers de la main en même temps. Ses amis les résistants lui rappelait qu'elle avait laissé des pintes d'explosifs dans les égouts en attendant le moment opportun pour piéger les repères ennemis. Ils venaient de repérer les lieux : elle devait ramener le cadeau. Elle plongea son regard dans celui de Faust et soupira.


" Je suis vraiment navrée mais je dois déjà te laisser. J'ai un truc très important à récupérer et c'est urgent. Je ne pense pas être de retour avant demain car je dois aller le déposer en plus... "

Elle lui prit la main et lui adressa un clin d'oeil.
" Je ferai attention et il n'y a pas intérêt que tu aies disparu quand je reviendrai. Sinon je te retrouverai et te le ferai payer cher ! " Conclut-elle d'un air de défi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 438
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Mar 21 Juil - 20:15

C'est en rigolant gentiment à sa bêtise d'avoir prononcé son nom, qu'il écoutait les quelque parole de la jeune femme.

" C'est moi qui ne te laisserai pas partir... "

 Elle rit à son tour, débordante de joie et ajouta, juste pour le taquiner :

 "Mais je te laisserai me courir après pour que tu me rattrapes, j'adore ça. "

Il arqua malicieusement un sourcil en ricanant discrètement. Le regard pétillant sa petite amie semblait lui lacer un défi qu'il accepterait, mais qui semblerait interminable. Brisant toute cette atmosphère, les quelque vibrations d'un portable résonnèrent dans la poche de la rouquine. Cette dernière s'excusa avec pour justificatif que cela pouvait être un message important. Sans aucun reproche Faust dans son immense bon sens hocha de la tête accompagné d'un petit mine.

" Désolée ça peut être important. " 

Elle semblait contrarié envers elle-même poussant quelque jurons. Ce fut dans un totale regret qu'elle annonça à son petit amis qu'elle devait le laisser sur le carreau. A cette annonce le Nobody n'exprima aucune réaction, il était prévoyant et préférait se prévenir plutôt que de se guérir. Dès la seconde où Mischa avait sortie son portable il avait deviné ce qui en adviendrait.

"Je ne pense pas être de retour avant demain car je dois aller le déposer en plus... "

Prenant la main de Faust, elle lui adressa un clin d’œil et ajouta: 

" Je ferai attention et il n'y a pas intérêt que tu aies disparu quand je reviendrai. Sinon je te retrouverai et te le ferai payer cher ! " 

Sur un air contrarié plus qu'au départ, il lâcha doucement la main de cette derrière et fronçant les sourcil il la fixa tout en argumentant ses propos.

"Hn... Tu ne reviens que demain... je peux savoir quel est ce fameux truc, comment dire... ça m’intéresse ?"  dit-il d'un air gêné d'autant de curiosité.

Se redressant il toussa et affirma:

"Je ne pense pas que des envies de fugue me prenne en pleine nuit aux dernières nouvelles, annonçait-il sur le ton de la rigolade. Plus sérieusement, ne préfères tu pas que je t'accompagne ? Ça peut-être une solution à ne pas me garder enfermer à la maison."

_____________________________


Code color: FireBrick
ヽ(*・^・)人(・^・*)ノ
Signa & Vava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/


Needlesset Esthéticienne

Messages : 546
Crédits : 249
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Mar 21 Juil - 20:48

C'est vrai que la rouquine n'avait pas dit ce dont il s'agissait à Faust. Il faut dire qu'elle supposait que ça ne lui plairait pas plus que cela. Et il ne voudrait sans doute pas la laisser y aller seule. Pourtant elle aurait préféré parce qu'elle craignait pour sa sécurité. Ça sentait le plan dangereux de très bon niveau et elle ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose. Mais désormais qu'ils étaient liés, elle ne lui cacherait rien. Elle ne le faisait déjà pas souvent mais avec lui ça n'arriverait jamais. Il lui demanda ensuite si elle ne voulait pas qu'il l'accompagne afin de ne pas le laisser enfermé à la maison. Elle pinça ses lèvres, un peu embêtée de lui révéler ce qui allait suivre. Elle sentait bien qu'il était un peu contrarié de ce départ précipité

" En fait j'avais caché il y a quelques jours des pintes d'explosifs bien costauds, le temps d'en savoir plus sur plusieurs repères de nos ennemis les plus agressifs envers les civils. J'avais un peu passé cette histoire à la trappe pour tout t'avouer. Et nos alliés ont enfin ce qu'il faut, il me faut donc récupérer ce petit colis et les porter aux différents repères. " Elle croisa les bras et poursuivit. " Bien sûr je sens gros comme une maison que les égouts doivent être remplies de gens forts peu sympathiques et que dire des repères qu'il faudra atteindre... Mais je n'irai pas seule aux repères, histoire d'avoir plus de chance de revenir pas trop amochée. "

Faust avait dû remarquer avec les années qu'il était dans les habitudes de la jeune femme de revenir de missions avec différentes blessures. Elle était devenue une vraie pro pour recoudre ses propres plaies. Entre deux, bien sûr, elle passait chez son ami résistant qui soignait les blessures. Sans quoi elle n'aurait jamais tenu dans une telle forme si longtemps.

" Et je veux bien que tu viennes seulement je pensais que si tu restais ici au moins je n'aurai pas eu à m'inquiéter pour toi. S'il t'arrivait malheur par ma faute, je ne me le pardonnerai jamais. " Elle décroisa les bras et serra doucement les mains de Faust. " Tu sais je suis une battante, ça ira pour moi dans tous les cas. Tu n'as pas besoin de me protéger. " Lui dit-elle en baissant les yeux. Elle savait bien que s'il voulait venir elle ne saurait pas l'en empêcher. Quoiqu'il arrive elle respecterait son choix.

Mais ses propos de fin n'étaient pas tout à fait francs, elle ajouta alors : " Bon, c'est vrai, je n'ai que peu de chance de rentrer indemne mais ça ne me fait pas peur. Il faut continuer de se battre et ils comptent tous sur moi. Tu sais bien que j'ai affronté bien pire que ça. " La rouquine leva doucement les yeux et avoua péniblement : " Mais c'est vrai que je me sentirai mieux si tu étais là pour couvrir mes arrières. Mais si tout cela s'avérait être un guet-apens mortel, je préférerai être seule. Ce n'est pas parce que tu as une place spéciale dans mon cœur que tu dois mourir pour moi. " Elle ajouta : " D'ailleurs je t'interdis de mourir tout court. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 438
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Mar 21 Juil - 22:21

Croisant, décroisant les bras, Mischa dans ses explications restait légèrement embêtée. Il était presque sûr qu'au lieu de l'emplacement du colis grouillait toute sort d'individu. Ce n'était pas comme ci L'Hopeless ne les connaissaient pas ce genre de personnes. Mais sa petite amie devait surement les fréquenté plus que lui, lui se contentait à l'époque des ordre d'Eternal ou des Résistants: Civils, enfants, bambin, prostitué, nobody affranchie, testament rebelles, tous devaient être capturé ou tué.

" Et je veux bien que tu viennes seulement je pensais que si tu restais ici au moins je n'aurai pas eu à m'inquiéter pour toi. S'il t'arrivait malheur par ma faute, je ne me le pardonnerai jamais. Tu sais je suis une battante, ça ira pour moi dans tous les cas. Tu n'as pas besoin de me protéger. "

Croisant, jouant, décroisant et croisant une fois de plus ses bras nerveusement, Mischa essayait de le rassurer. Faust restait perplexe face à ces mots, ils sonnaient faux... Même s'il avait une grande estime de Mischa, le fait qu'elle défaille en baissant les yeux et que la sonorité baissait en fin de phrase ne collait pas. Mais c'est suite du silence pesant de Faust et avec peine et difficulté qu'elle avoua un petit détail.

" Bon, c'est vrai, je n'ai que peu de chance de rentrer indemne mais ça ne me fait pas peur. Il faut continuer de se battre et ils comptent tous sur moi. Tu sais bien que j'ai affronté bien pire que ça. "

-Je sais bien de quoi tu es capable, je ne t'ai pas proposer de t'accompagner sans ayant conscience des risques et des conséquence Mischa.

" Mais c'est vrai que je me sentirai mieux si tu étais là pour couvrir mes arrières. Mais si tout cela s'avérait être un guet-apens mortel, je préférerai être seule. Ce n'est pas parce que tu as une place spéciale dans mon cœur que tu dois mourir pour moi. D'ailleurs je t'interdis de mourir tout court. "

Reprenant les mains de la jeune femme, il lui assura un regard franc et un sourire assuré.

"Alors qu'attendons nous ?"



[Faustounet quitte le rp]

_____________________________


Code color: FireBrick
ヽ(*・^・)人(・^・*)ノ
Signa & Vava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/


Needlesset Esthéticienne

Messages : 546
Crédits : 249
† Lieu de résidence : Garden Town
† Emploi/ Situation : Esthéticienne |Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
† Personnage sur l'avatar : Moka Akashiya de Rosario + Vampire

Papiers
Don: Kinésie † Télékinésie
Statut: Esthéticienne | Cheftaine de la résistance de l'organisation "Liberty"
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   Mar 21 Juil - 22:57

Alors il était vraiment prêt à l'accompagner ? Pourquoi ça ne l'étonnait pas ? Ils étaient pareils tous les deux : complètement fous et prêts à en découdre qu'importe les risques. C'est sûr qu'avec eux deux dans la résistance, la mafia et Eternal n'avait qu'à bien se tenir. Ils n'abandonneraient que lorsqu'ils rejoindraient l'au-delà. Il lui tenait les mains et il semblait si déterminé... Mischa ne put que lui répondre de son sourire charmeur et malicieux. Elle l'avait bien choisi, elle n'en doutait pas. Ils combattraient dans les flammes main dans la main jusqu'à la fin. Elle resserra ses mains sur les siennes et l'embrassa une dernière fois langoureusement. La rouquine prit tout son temps et savoura cette si envoûtante atmosphère une dernière fois. Après quoi elle afficha un autre sourire un peu plus gêné.

" Voilà, comme ça si jamais ça tourne mal j'aurai un bon souvenir sur lequel me focaliser. "

La rouquine espérait que tout se passe pour le mieux, cela dit. Ca aurait été trop bête que leur histoire s'éteigne si vite. Mais elle était confiante : ils avaient déjà affronté des situations similaires. Mischa invita Faust à entrer. Il valait mieux qu'ils emportent quelques armes. Elle se dirigea vers le sous-sol et prit son pistolet et une bobine de fil de fer tranchant. Ca ne paraissait rien mais avec sa télékinésie et ces fils aussi coupant que des rasoirs elle pouvait faire de sacrés dégâts. Elle prit également un fumigène, au cas où. 

Elle invita Faust à bien s'équiper avant de partir. Il valait mieux ne pas se précipiter pour réussir cette mission. Pour finir l'australienne prit un grand sac afin de transporter les pintes d'explosifs. Ils auraient eu l'air bien bête de les porter à la main tout en tentant de se défendre. La rouquine enfila des bottes plates afin de pouvoir courir sans bruit et confortablement. Elle attacha ses cheveux en chignon afin qu'ils ne la gêne pas et puis déclara avec entrain :

" Allons leur botter les fesses ! "

HRP [RP clos]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand viendrons les beaux jours ? [Pv Mischa][Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Flashback] Quand la mort frappe à votre porte... [Clos]
» Je ne changerais pas d'avis pour tes beaux yeux ! /Neil/
» Rain Eden
» 04.06/27.L. Beaux jours et nettoyage de piscine
» Quand le passé refait surface [Pv. Kumbusho] [CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Habitations :: Maison de Mischa Jones-