Partagez | 
 

 Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Je suis tout et à la fois rien... PNJ

Messages : 33
Crédits : 29
† Lieu de résidence : Partout
† Emploi/ Situation : Tout

MessageSujet: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Lun 8 Juin - 20:44

La salle était assez grande pour faire tenir les cinq des six chaises devant l'immense écran holographique qui prenait tout le mur de cette pièce rectangulaire. Les trente Soldats de la compagnie Shadow attendaient leurs commandant de division pour prendre leurs nouveaux ordres de mission. Lorsque le commandant en uniforme bordeaux et aux épaulettes dorées entra dans la pièce, trente claquements de botte résonnèrent de concert lorsque chaque soldat se mirent au garde-à-vous. Le commandant les mirent aux repos avant de leur présenter leur nouvelle mission. L'écran holographique s'activa et ils découvrirent les images du combat dévastateur qui avait eu lieu il y a quelques mois dans la ville entre deux créatures immenses qui ressemblaient aux dragons de la mythologie.

« Soldats, ces créatures ont fait des dégâts dans le petit parc d'Historic District, une chance qu'il n'y ait eu aucune victime, nous n'aurons pas toujours la chance de notre côté. » Commença le commandant. « Nous avons identifiés ses bêtes, l'un d'entre eux à des liens avec Eternal la seconde est celle que nous devons capturer du second Nobody métamorphe ! »

Le commandant désactiva la vidéo du combat et la remplaça par une photographie prise par les caméras de sécurité du Parc d'une jeune femme aux cheveux blancs et aux yeux bleus étincelants. Une bande son se mit en route, la voix d'un homme dénonçant la Nobody.

«Allo...? Oui, les forces de l'ordre...? Je ne peux pas rester longtemps au téléphone, je risque d'être dénoncé par les Nobody's. Je suis prêtre dans l'église Saint-Luc une Nobody au nom d'Asoka Sa-Rê se cache là-bas, elle est dangereuse et... Zut, je dois raccrocher, venez vite... ! Hum... Au-revoir ! »

Le commandant s'adressa ensuite à ses soldats pour plus de précision.

« Nous avons tentés de communiquer avec cet homme par la suite en envoyant un de nos espions d'Eternal enquêter, mais il semblerait que la rixe dans la cathédrale il y a deux semaines, était en réalité une vendetta contre le prêtre qui demeure toujours disparu à se jours. »

Un des soldats se leva et demanda la parole, le commandant lui l'a donna d'un signe de main.

« Commandant, permissions d'engager la cible ou devons-nous la capturer en vie et sans faire de vague ? »

« Vous devez la capturer vivante pour monsieur Harper, chef du département scientifique et éviterez de faire des vagues. Il y a des civil dans cette cathédrale, mais si elle vous échappent, vous avez d'autorisations d'engager les tirs pour la neutraliser. »

Le commandant leurs donnèrent congés avec leurs ordres de mission. D'ici quelques heures la compagnie Shadow interviendrait dans la cathédrale. Peu après l'aube la compagnie Shadow quitta le Black Spot dans un convoi de hummer noir mat blindé en route pour Saint-Luc.

Les objectifs de la compagnie Shadow étaient de sécuriser la zone de la cathédrale discrètement, s'introduire dans le lieu saint, localiser la cible Asoka Sa-Rê, la capturer et s'exfiltrer sans alerter quiconque. Eternal avait donc autorisé la compagnie Shadow à couper les communications dans la zone pour que personne ne puisse prévenir la Nobody, pendant ce temps, une équipe des Shadow en civil suivraient les fidèles dans le bâtiment pour localiser et capturer Asoka. Le convoi de la compagnie s'arrêta à quelques pâtés de maisons de la cathédrale, demanda la coupure des communications dans la zone sauf celles où ils se trouvaient tous.

Les soldats en armures noirs et aux casques à visière se déployèrent tout autour du lieu saint sans se faire remarquer, les équipes de tireurs d'élites se postèrent sur les toits autour du bâtiment, les unités de soutiens et les équipes d'assauts se cachèrent dans les ruelles et dans les halls des bâtiments.

L'équipe Shadow en civil commença à entrer dans la cathédrale, tout habillé de jeans et de chemise ou blouson de marques divers et de couleurs varié, mais cachant chacun un pistolet paralysant et un pistolet-mitrailleur létal, dans les cols de leurs vêtements des micros leurs permettaient de tenir les autres au courant. L'équipe était dans la cathédrale, le lieu était bondé malgré l'heure matinale, mais l'heure ne semblait pas aux prières, les gens étaient attroupés autour d'un cercueil sur l'autel. Les cinq membres de l'équipe d'infiltration se frayèrent lentement un chemin dans la foule pour s'approcher pour confirmer le contact visuel avec leur cible qu'ils pensaient avoir aperçu près de l'autel et du cercueil.

_____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 208
Crédits : 47
† Lieu de résidence : Fixon City
† Personnage sur l'avatar : Trafalgar law

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Lun 8 Juin - 20:53

Nous sommes dimanche aujourd'hui, et dimanche est un jour spécial, c'est le jour où je vais rendre mon invité à son dieu.
Plusieurs semaine que je le maintiens entre vie et trépas. J'ai usé de toute mon imagination sur lui, jusqu'à la plus morbide.
Il est là, accroché à ses chaînes ensanglanté, il ne gémit même plus lorsque j'approche.
Il est nu, son corps souillé par ses déjections, son sang et le reste...
Des marques de fouet, de lame, contusion, brûlure et autre, sont corps était en ruines.
Aujourd’hui néanmoins je ne voulais plus m'amuser avec lui, cela fait quelques jours que je ne retire plus aucunes satisfactions de ses cris et ses hurlements.

Sûrement car il est brisé, ses yeux sont vides, il ne parle même plus alors qu'avant il me maudissait avec passion.
Je suis habillé dans une tenue que j'ai eu du mal à fabriquer à nouveau... Une combinaison en kevlar noir mat, des protections d'aciers légères aux tibias, avant bras, genoux, coudes, un plastron avec par dessus sur la poitrine côté gauche l'emblème de mes créateurs, la queue de scorpion rouge.
Par dessus cela, un long manteau noir à capuche avec par dessus des épaulières d'acier orné de la queue de scorpion rouge, et le plus important, le masque noir plat sans ornement qui symbolise ce que j'ai été... C'était mon uniforme d'ombre du temps du NOD.

J'attrape un jet d'eau et laisse aller l'eau glacé pour nettoyer mon captif qui ne gémit que faiblement.
Je finis par le détacher, je sens le poids de la chaîne d'argent que m'a offert Asoka, fichu nonne, en plus de me frustrer car je ne t'aurais jamais tu me pose des cas de conscience !

Je revêtis une robe noir au prêtre déchu et le fait entrer dans un cercueil en pins, il ne se débat pas, il sais que je suis impitoyable, les preuves étant éparpillé dans tout notre espace de travail, clou, marteau, cisaille, pince, batterie, chalumeau...

Je l'allonge dans le cercueil posé sur un chariot élévateur, je le referme sur lui après lui avoir administré un sédatif puissant.

Je charge le cercueil dans un corbillard noir de jais et prend le chemin vers la cathédrale. Il est encore tôt, le jours n'est pas levé.
Pourquoi j'amène ce chien à Saint Luc ? Je pense qu'il doit retourner la bas pour mourir, et offrir sa honte à Asoka.

Les routes sont déserte, calme, j'arrive à Saint Luc sans encombre. Je sort le cercueil à la force de mes bras et le fait entrer dans la cathédrale. Heureusement je suis fort.
Je finis par poser le lourd fardeau sur l'autel, j'ouvre le cercueil et regarde une dernière fois autours de moi.

J'injecte une dose de stimulant pour réveiller le prêtre qui ouvre de grand yeux et comprend où il est .
Je lui attache pieds et poignets et le recouvre d'un linceul jusqu'au menton... je prend une dernière seringue et l'injecte dans le cou du prêtre.
D’une voix sombre, froide, sans vie je lui annonça.

« Dans quelques temps tu va mourir, ici, là où tu a commis tes crimes. Ton créateur sera au première loge pour te juger et t'expédier au seigneur des enfers... J'espère qu'Asoka ne te donnera aucun pardon. Tu n'est même pas humain, tu est une abomination. »

J'avais injecter tout le poison mortel dans les veines du prêtre, il va mourir d'ici quelques dizaines de minutes sûrement.
Je commence à me diriger vers la sortie quand je vois au loin par delà la porte massive en bois des mouvements furtifs, je m'arrête et me cache derrière un pilier de pierre titanesque et observe. Les soldats portent l'uniforme d'Eternal ! Ils encerclent l'église !
Je ne peut pas m'enfuir !

Les gens commence à arriver aussi par les rues pour l'office dominical ! Merde ! A l'étage j'entends des grincements de portes et de planches ! Je suis coincé !
Je me faufile dans un recoins obscur de la cathédrale et me cache dans l'ombre, immobile, attendant la suite des événement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Lun 8 Juin - 22:44

Il était trois heures du matin, la cathédrale était comme à son habitude, très bien entretenu et propre comme un sous-neuf, rien à dire, tout était absolument reluisant. Asoka remontait lentement les marches en pierre en songeant à la connaissance qu'elle s'était faite et qui logeait désormais au second étages, ne voulant pas le déranger à cette heure-ci tardive, la petite dame aux longs cheveux partit dans sa chambre où elle s'effondra de sommeil jusqu'à environ six heures du matin. Asoka ne dormait pas beaucoup, elle avait pris cette habitude au fur et à mesure des années passées dans la cathédrale... Le soleil pointait le bout de son nez, la demoiselle entendait de l'agitation en bas.

*Hmmm...? Les fidèles sont bien matinal aujourd'hui.*

Se dit-elle en frottant ses yeux encore plein de sommeil, sans se soucier de cela, la gentille nonne partis faire sa toilette au lavabo, elle se lavait le corps avec un savon parfumé à la fleur de muguet qui rendait son odeur encore plus douce qu'elle ne l'était déjà. Une fois habillée de sa petite robe blanche à manche longue, Asoka, de nature curieuse, sortit de la pièce secrète pour voir bien caché derrière son garde-fou de l'étage interdit les pourquoi de toute cette agitation.
La petite femme s'accroupie une fois sortie de sa chambre et se colla à la barrière de sécurité en pierre grise, plein de gens semblaient s'attrouper devant l'hôtel, Asoka se déplaçait discrètement dans le couloir du troisième pour avoir un autre point de vue de l'hôtel. Au bout de quelques minutes pour chercher le meilleur point de vue, la nonne s'arrêta avec et semblait même tétanisée. Elle voyait posé sur l'hôtel de l'office un cercueil en pin en ayant l'impression de voir à cette hauteur le frère Tale dedans.

*Non... Ca ne peux être... Non, je... Je dois mal voir... Ce n'est pas possible...!*

Le coeur d'Asoka se mit à s'affoler puis elle se releva pour se plaquer dos au mur. Prise de panique, elle ne pût se retenir de s'empresser à vif allure dans l'escalier le plus proche, même si pour cela, elle devait descendre les marches presque quatre par quatre pour rejoindre la Nerf central. Elle se moquait totalement d'être vu, si ses soupçons étaient bien confirmés, l'homme qui était dans le cercueil n'est autre que son bourreau.

La jolie demoiselle aux cheveux blancs bouscula les personnes qui entouraient l'hôtel malgré sa petite taille, elle ne pût étouffer un cri d'effroi.

" F... Non... Tale, Tale ! "

Asoka avait les yeux gorgeaient de larme et posa un de ses genoux sur l'autel sacré en serrant l'homme dans ses bras malgré ses attaches.

" Albert... Albert...! Pitié répondez-moi ! "

" A... Aso... Ka... "


" Oui Albert, c'est moi... Shhh... Calmez-vous on va appeler les urgences Albert... " Dit-elle en lui caressant la joue, les larmes coulant sur les siennes. " Pitié, que quelqu'un appel les secours !! "

Criait-elle de désespoir en voyant la bouche de l'ancien membre de l'église se gorgeait de bave mousseux en révulsant des yeux. Malgré tous ce qu'elle avait subi, la nonne essuya la bouche de Tale avec la manche de sa robe en répétant dans un élan de bienveillance.

" Albert, je... Je vous en prie, rester avec nous... Albert...!! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mar 9 Juin - 14:56

Musique d'ambiance

Les moniteurs émettaient un bip sonore régulier et sans interruption. Au début, cela était juste un bruit de fond, quelque chose auquel il n'avait pas fait attention. Mais au bout d'une nuit entière, Brian ne pouvait plus entendre quoique ce soit d'autre que ça. Au début, cela commença par une sensation de léger martellement, comme si une goutte d'eau tombait toujours au même endroit sur son crâne. Puis, le son commença à s'amplifier et à résonner dans ses tympans. Au fil des secondes, des minutes puis des heures qui semblaient s'être figées, tout son environnant avait disparu, laissant ce bip subsister seul et lui assourdir les oreilles.

Et si ça n'avait été que cela … Mais plus le bruit résonnait, plus sa tête tournait. Il avait de plus en plus la sensation de flotter dans le vide, parfois de chuter indéfiniment, puis de s'écraser brutalement au sol. De temps à autre, son corps était agité de brefs mais violents spasmes. Tous ses muscles se raidissaient, en une fraction de seconde, comme si on l'électrocutait, lui procurant au passage une douleur d'une extrême intensité et complètement insupportable. Dans ces moments aussi brefs que le battement d'une paupière, le temps qui s'écoulait déjà incroyablement lentement, semblait se figer et ces spasmes duraient alors une éternité, durant laquelle aucun son ne pouvait sortir de ses cordes vocales alors qu'il hurlait pourtant à la mort.

Ce n'était pas tant ses blessures physiques qui l'avaient mis dans cet état, mais surtout le choc psychologique qu'il avait subit et les cauchemars incessant qu'il faisait. Il revoyait constamment la même chose : Asoka dans les bras de Tale, qui l'enlaçait amoureusement et l'embrassait en le regardant d'un air méprisant avant que le sol ne s'effondre sous ses pieds et qu'il ne sombre dans les ténèbres.

William Harper, son médecin, lui avait ordonné de rester quelques jours en observation, afin qu'il puisse s'assurer que ses blessures n'entraîneraient pas de complications. Au début, Brian avait fini par céder, mais il ne pouvait plus attendre davantage. Asoka était seule à St-Luc. Même si Pikalo et le père Joys étaient là-bas, ils ne pourraient pas veiller sur elle sans arrêt.

Bravant les indications du médecin, Brian se redressa lentement et péniblement dans son lit, puis posa ses pieds nus sur le sol froid de sa chambre d'hôpital. Il rassembla alors ses forces et se redressa sur ses deux jambes. Bien qu'elles étaient faibles, il parvint à rester debout. Il tendit alors le bras pour attraper son manteau qui était posé sur la chaise à quelques centimètres de là, puis saisit une béquille que William avait laissa là pour qu'il puisse tout de même se lever et aller aux toilettes durant la nuit.

Il enfila donc son long manteau, et avec l'aide la béquille, prit la direction du couloir. Il se dirigea lentement mais sûrement vers l'ascenseur, puis une fois au rez-de-chaussée, avança vers la porte de sortie. Par chance, il n'y avait personne à l'accueil. Sans doute la personne responsable était partie chercher un café, ou bien on l'avait appelé pour une aide quelconque. Brian saisit l'opportunité et passa les portes automatiques. Par chance, l'hôpital était juste en face de la Cathédrale, à seulement quelques centaines de mètres. Brian n'aurait donc pas à fournir autant d'effort qu'il ne le pensait.

Il avançait alors lentement, toujours appuyé sur sa béquille et se dirigea vers l'édifice religieux. Il n'avait pas la moindre idée de l'heure qu'il était précisément, mais il devina qu'il était sans doute vers les sept heures du matin puisque le soleil commençait à pointer à l'horizon, étendant une lueur obscurcie sur la ville. Brian vit au loin une voiture passer, qui semblait quitter la Cathédrale. Il n'était plus très loin, maintenant, à peine quelques mètres le séparaient de la massive porte en bois.

Il s'appuya enfin sur les planches, reprenant son souffle, puis poussa les portes avec le peu de forces qui lui restait. La porte grinça bruyamment, puis se plaque contre la pierre dans un bruit sourd. Il leva les yeux et remarqua un attroupement au cœur de la nef. Il avança de quelques pas, dans l'espoir de voir ce qui se passait, mais à peine avait-il fait un mètre que tout le monde se retourna vers lui. En s'écartant, la foule révéla un cercueil au bord duquel se tenait une jeune femme aux cheveux de platine …

''A …. Asoka …'' fit Brian de sa voix brisée et faible, tant sa gorge était sèche et qu'il était faible.

Il regarda alors plus précisément le cercueil, et comprit ce qu'il se passait : c'était Tale, et il était à deux doigts de mourir. Ignorant les remarques de certaines personnes qui apparemment le reconnaissaient comme étant celui qui avait torturé Tale sur la grand place, il avança vers sa jeune amie qui le regardait avec des yeux humides.

''Asoka … Je … Pardonne moi … je ne voulais pas …''. Il se tut et regarda Tale qui était toujours conscient. ''Tes crimes restent abominables, mais les miens le sont tout autant … Je … Même si je ne peux pas te pardonner, je ne peux pas te souhaiter la mort et … je … je te demande au moins de bien vouloir pardonner ma rage et ma colère … Puisse tu trouver la rédemption dans l'au delà, et le pardon de ton seigneur, Tale.''

Brian s'était surpris lui même à parler ainsi, mais il n'eut guère le temps de s'en féliciter puisqu'après tout ce chemin, ses jambes cédèrent sous son poids et il tomba à genoux aux côtés de la nonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mar 9 Juin - 21:27

Enfin, des jours que j'attendais que les choses bougent, que quelque chose se mette en mouvement.Enfin, des jours que j'attendais que les choses bougent, que quelque chose se mette en mouvement.

Alors que je surveillais tout cela depuis ma chambre d'hôtel, guettant le dôme noir et opaque en quête d'un mouvement ma patience fut récompensée.
J'avais réussi à apprendre que mon frère avait eu des liens avec Eternal, qu'il avait brièvement travaillé pour eux avant d'être traqué par eux et toujours pourchassé.
Quand je vis le long convoi de véhicule noir sortirent du black spot, je compris pourquoi ils étaient sortis, une expédition aussi massive, c'était surement pour capturer mon frère, un nobody ou escorter une personnage important, j'allais donc leur faire quelques surprises en route car peut importer le pourquoi de la mission du convois, le ralentir servirait la résistance et mes intérêts.

En les suivants par les caméras de surveillance, je compris bien vite où ils allaient... Saint-Luc! Malika avait raison ! Eternal avait découvert Asoka!
Je quittai ma chambre précipitamment, laissant l'endroit en désordre et partant seulement vêtu de mon jean bleu et de mon t-shirt à col blanc, j'avais juste attrapé mon manteau noir en sortant ainsi que mon 10 mm et je courus à travers les rues pour atteindre la cathédrale, j'avais un peu d'avance sur eux, il fallait que j'en profite.

Les gens me criaient dessus quand je les bousculais, mais en général, ils attendaient que je sois loin vu ma carrure, les rues de la ville à cette heure étaient néanmoins peu peuplées et j'arrivai vite devant la cathédrale alors que les commerçants ouvraient à peine leurs volets métalliques pour débuter leur journée.

Je courus jusqu'aux portes de bois solide du lieu saint, passai sous le porche et m'arrêtai, je repris mon souffle analysant la situation... Une foule était réunie autour de l'autel, un cercueil trônait sur celui-ci et je voyais le haut d'une chevelure blanche par-dessus la foule... Asoka?

Je me fis plus discret, les hommes d'Eternal était surement déjà en place, et... Mais qu'est-ce que ?... J'entends un froissement de tissus, un petit claquement de bottes presque inaudible sur ma droite et je tourne la tête.

La devant, moi qui est encore débraillé, les cheveux en pagaille, la barbe drue, les vêtement froissé... Le voilà qui se tient là devant moi.
Il porte un masque noir, mais je vois ses yeux malicieux et dément, un long manteau à capuche cache les plaques d'armure sur son torse et les gantelets de ses bras. Sur les épaulières par-dessus son manteau, je vois un symbole peint, un triangle rouge orné d'une queue de scorpion de même couleur.

Nous nous regardons ainsi longuement, il ne bouge pas, je ne bouge pas... Isaac, mon frère... J'entends des voix venant de l'autel, Asoka... Brian... Et même Tale Je regarde avec colère mon frère, je peux presque voir son grand sourire sous le masque et il sort alors une chaîne d'argent d'autour de son cou et me la montre sans un mot avant de la cacher avec respect, et attention... La chaîne d'Asoka?
Isaac, tu es un être immonde ! Mais les premiers éclats de voix me requièrent à l'autel et mon frère disparaît à nouveau dans l'ombre.

Je m'approche de l'autel et comme je m'y attendais, je vois Asoka, Brian et tale dans le cercueil, agonisant.
Brian s'excuse auprès du prêtre, mais moi pour une fois, je ne regrette pas la victime de mon frère.

Je vois père Pikalo arriver avec un air d'oncle attristé et prendre tendrement Asoka contre lui pour la diriger vers les escaliers, il me regarde et je hoche la tête pour le remercier, il prendra soin d'Asoka.
Brian lui est à genoux devant le cercueil.

"Brian, ferme les yeux et n'écoute pas..." Je ne reconnais pas ma voix, si dur, si froide, si ... Proche de celle d'Isaac.

Je m'approche du cercueil et me penche au-dessus de Tale, il vit encore ce chien... Je sors discrètement ma lame militaire de ma manche en mettant les bras dans la boite mortuaire, faisant mine de réconforter le mourrant.

"Frère Tale, je sais qui vous a fait cela... Et je remercie cet homme, même si je lhais, je le remercie pour vous avoir presque tué corps et âme... Maintenant, je vais finir son œuvre, vous n'êtes pas digne de porter le nom d'humain, vous êtes une anomalie de l'espèce humaine, déviant et pervers. Mon sourire sera la dernière image que vous verrez... Fils de pute."


 J'avais parlé avec un sourire presque tendre mais si glauque, une voix douce presque caressante alors que les yeux du religieux s'emplissaient de terreur à mesure qu'il comprenait la fin de ma réplique... Ma lame se posa pointe contre le cœur du frère Tale et avec un sourire, j'enfonça la lame centimètre par centimètre dans le cœur de cette créature abjecte... Mon sourire fut la dernière image qu'il emporta dans la mort.
Je pouvais presque sentir le sourire et le regard amusé et fiers de mon frère dans mon dos, depuis l'ombre dans laquelle il se dissimulait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Je suis tout et à la fois rien... PNJ

Messages : 33
Crédits : 29
† Lieu de résidence : Partout
† Emploi/ Situation : Tout

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mar 9 Juin - 22:29

Avec l'arriver de deux individus qui se sont approchés de la cible, le sergent qui s'occupait de l'escouade dans le bâtiment de la cible avait retardé le plan d'approche le temps de voir ce qu'il allait se passer. Ce fût en voyant un prêtre emmener la jeune fille avec lui vers le premier étage que le sergent vu une opportunité en or de mener l'opération sans étalage de force et en toute discrétions. Il activa son communicateur à son col et donna ses ordres discrètement.

« Ulysse 1 à tous les Ulysses, la cible se sépare du reste de la foule, Ulysse 3, 4 et 5, restez dans la nerf et surveillé les deux nouveaux venus, il semble connaître le défain et la cible. Ulysse 2 avec moi nous allons attraper la cible à l'étage supérieur, le prêtre peut être éliminé si besoin. »

Le sergent de l'équipe Ulysse se détacha du reste des croyants avec son coéquipier et se dirigea vers les escaliers menant au premier étage de l'église. Alors que le sergent entrait dans les escaliers avec son équipier, il dégainèrent leurs paralyseurs de la main droite et avancèrent en positions d'attaque, leurs armes à l'allure de pistolet électrique chargé d'une charge suffisante pour assomer leur cible. Ils arrivèrent à l'étage et cherchèrent la jeune fille et la virent avec le prêtre assis sur un banc, ils approchaient sans bruit, le prêtre trop occupé à réconforter la pauvre demoiselle.

Il n'avait pas remarqué les ombres mouvantes qui les avaient suivis dans les escaliers. Le sergent de l'équipe Ulysse braqua son arme sur la cible et soudain le prêtre les vis et cria avec une voix de stentor.

« Qui êtes vous pour brandir une arme dans la maison de dieu ! » L'équipier d'Ulysse 1 le paralysa sous les yeux d'Asoka, ils  allaient s'occuper de la cible quand un des soldats sentit des mains gantelet et froide l'attraper et le tirer en arrière... Pour Ulysse 2 ce fut la noirceur de la mort dans un craquement de nuque désormais brisée.

Ulysse 1 alias le sergent retourna son arme assez rapidement malgré la vitesse époustouflante de l'agresseur qui les avaient assaillit. L'homme d'Eternal réussit néanmoins à tirer et toucher l'inconnu de plein fouet, la silhouette au masque sombre se tortilla de douleur en disparaissant dans l'escalier avec des mouvements saccadé .Asoka ce mit à hurler, son corps commençait à luire étrangement avant qu'elle ne prenne la fuite vers sa chambre. Ulysse 1 se lança à sa poursuite et aboya dans son communicateur.

« Ulysse 1 à équipe Ulysse et Hercule la cible à fuit elle sait que nous sommes à sa poursuite, un adversaire inconnu à abattu Ulysse 2 ! Pénétré la cathédrale, évacuer les civils ! Nous allons lancer l'assaut ! »

Dehors, devant l'église, les habitants assistèrent avec stupéfaction à une démonstration de force des puissances armées d'Eternal. Les véhicules blindés du convois sortirent de leurs cachettes et encerclèrent l'église, leurs tourelles montés et braqué sur celle-ci, les soldats en armures avancèrent au pas de course et en formation serré droit vers les entrées comme un seul homme, leurs armes menaçantes en avant... Pour l'heure les communications étaient coupées, mais des dizaines de jeunes gens relataient déjà les événements dans les quartiers proches qui n'étaient pas en quarantaine et bientôt toute la ville sera ce qu'il se passe en se moment même.

_____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mar 9 Juin - 23:38

Asoka était assaillis par tous ses nouveaux événements qui l'assiégeait de toute part. Frère Tale entrain d'agoniser dans un cercueil, le retour de Brian qui s'aplatissait en excuse sur les gestes qu'il avait commis dans la cathédrale avant sa disparition.

''Tes crimes restent abominables, mais les miens le sont tout autant … Je … Même si je ne peux pas te pardonner, je ne peux pas te souhaiter la mort et … je … je te demande au moins de bien vouloir pardonner ma rage et ma colère … Puisse tu trouver la rédemption dans l'au delà, et le pardon de ton seigneur, Tale.''

La jeune femme ne voulait pas se résoudre à voir partir cet homme d'église malgré tout le mal qu'elle subissait par sa faute, les paroles de Brian ne là réconfortaient pas, elle serrait Tale un peu plus contre elle en gémissant de tristesse.

" Albert... Tenez bon je vous en prie... Albert... Pitié...! "

Les bras dodus du père Pikalo l'entoura alors et l'extirpa avec délicatesse de l'étreinte morbide qu'elle avait avec son boureau, la demoiselle ne cessait de se débattre en hurlant sans aucune retenu.

" Non, NOOOON !! Il va mourir !!!! "

Malgré les cris d'effroi d'une Asoka en sanglot, c'est avec une immense peine que l'homme d'église amena sa protéger loin du corps et loin de son ami qui était à genoux sur le plancher de l'hôtel où il avait mis à mal le frère Tale avant qu'il ne disparaisse... La demoiselle se débattait pour redescendre, mais avait réussi à monter le premier étage avec le prêtre qui l'avait posé de force sur le banc en pierre avant qu'elle ne soit blottit à son torse.

" Asoka... Je t'en prie, reprend toi ma petite "

" Mon père, il va mourir...!!! "

" Malheureusement, son âme était déjà entrain de rejoindre saint-Pierre quand je t'emmenais dans mes bras, je sais que c'est dur de voir la mort d'un homme, surtout dans ses conditions, c'est pour ça qu'il te faut remonter à ta chambre... Je dois t'éviter cette vision d'horreur pour ton bien, tu comprends...? "

" Je... Je n'aurais jamais dû sortir de ma chambre et parler de ses agissements... "


Sur les mots de la nonne, père Pikalo saisit Asoka par les épaules et l'a regardé avec beaucoup de sérieux malgré sa peine immense de voir les choses tourner ainsi. " Non mon enfant, tu as bien fait et je ne veux plus jamais t'entendre dire ça !! Oui, chacun mérite le pardon, mais il t'a fait beaucoup de mal et de diverse façon, c'est intolérable pour un homme d'église qui doit représenter la droiture et la douceur ! Asoka, tu n'as pas à regretter de l'avoir dénoncé. Des frères Tale, il y en a à la pelle dehors, des personnes comme toi en revanche sont des perles rares que certaine personne tente de protéger au péril de leurs propres images. Tu comprends ça ?! "

Sans lui laisser le temps de répondre, l'homme plein de bonté serra sa protégée contre lui à nouveau en caressant ses cheveux, lui-même retenait ses larmes, il n'aimait pas voir Asoka dans cet état, car il avait énormément d'affection pour elle. Alors qu'il pensait que la situation aller désormais se calmer, des hommes équipés jusqu'aux dents déboulèrent de partout avec leurs armes braqués sur eux. Indigner, celui-ci se leva et cria d'une voix en colère en protegeant la petite derrière lui.

« Qui êtes-vous pour brandir une arme dans la maison de Dieu ! »

Sans rien répondre, un des hommes armés envoya une décharge dans le corps du prêtre qui s'effondra immédiatement sur le sol en pierre, dans un cri de terreur de la nonne.

" BRIAAAAN AU-SECOUR !! "

Asoka profita que les soldats soit distraits pour s'enfuir le plus vite possible vers dans sa chambre cachée au troisième étages. Elle luisait de plus en plus fort, car Âthem sentait le danger venir sans pour autant prendre possession du corps de son hôte pour le moment... Elle savait qu'un des soldats étaient à ses trousses, quand elle gravit les escaliers, elle jetait tous se qui étaient à porter de main dans les marche, petit poteau dorée, balais pour ralentir son agresseur. Une fois au troisième, elle passa derrière la statue en pierre de Saint Luc et poussa sa porte avant de la refermer à clef avec ses mains tremblantes.

La pauvre était en plein crise de panique sans se contrôler, elle se mettait à hurler de rire d'avoir réussi à semer son agresseur puis à fondre en larme de subir autant de chamboulement d'un coup. Elle s'était recroquevillé dans un coin de sa pièce, des mèches de cheveux dans chacune de ses mains en tremblant, elle se forçait à se taire pour être sûr de ne pas être entendu, au plus profond de sa naïveté, elle pensait que cette technique allait marcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 38
Crédits : 30
† Lieu de résidence : N'importe où tant qu'il y a des filles et de l'alcool
† Personnage sur l'avatar : Le Patron de SLG

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mer 10 Juin - 11:48

Je n'avais presque pas dormis, encore sous le choc de ma dernière découverte. Asoka était réellement la personne la plus incroyable qu'il m'avait été donné de rencontrer ces dernières années. Elle était cet avatar de pureté que je cherchais à corrompre, mais son esprit de dragon gardien ne me rendrait pas la tâche facile. Et j'avais passé la nuit à réfléchir à un moyen de contourner ce problème, sans trouver de réelle solution.

Je sentais à peine la fatigue dans mes yeux quand je vis le soleil percer l'obscurité de ma chambre d'un mince rayon lumineux, et déjà j'entendais des bruits venant de la nef, facilement perceptibles dans le silence qui régnait dans la cathédrale à cette heure si matinale. Je me disais que je ferai mieux d'aller y faire un tour, pour prendre la température, mais j'entendis bientôt une voix se rapprocher, montant les escaliers. Un des moines, et il parlait à Asoka. Je l'écoutait parler avec une oreille assidue.

"Non mon enfant, tu as bien fait et je ne veux plus jamais t'entendre dire ça !! Oui, chacun mérite le pardon, mais il t'a fait beaucoup de mal et de diverse façon, c'est intolérable pour un homme d'église qui doit représenter la droiture et la douceur ! Asoka, tu n'as pas à regretter de l'avoir dénoncé. Des frères Tale, il y en a à la pelle dehors, des personnes comme toi en revanche sont des perles rares que certaine personne tente de protéger au péril de leurs propres images. Tu comprends ça ?!"

Intéressant, très intéressant. Cela m'aurait offert une porte d'entrée dans sa confiance, si le prêtre en question n'était pas déjà à l'article de la mort. Mon espoir de trouver une approche pour gagner la confiance de la jeune femme, qui était vite retombé suite aux paroles de l'homme d'église que j'épiais discrètement, remonta quand j'entendis ce qui se passa ensuite. Apparemment, des forces armées avaient investi la demeure sacrée et avaient neutralisé le prêtre. Il était sûrement encore en vie, simplement inconscient, puisque je n'avais pas entendu le moindre coup de feu. J'entendis alors Asoka partir en courant, et en ouvrant la porte à ce moment, je vis un homme en tenue d'intervention se lancer à sa poursuite.

Alors que la nonne courait dans les couloirs et alla s'enfermer dans sa chambre, je pus l'entendre hurler au secours à un certain Brian. Peu importe, c'était Matthias qui était là, ma belle, et crois-moi, je n'allais pas laisser quiconque t'enlever à moi. J'ai besoin de te corrompre, de faire de toi le réceptacle de Dementis.

La nonne était enfermée dans sa chambre, et l'homme armé tentait d'enfoncer la porte. Moi, discrètement, j'arrivai derrière lui, sortit mon briquet, alluma la petite flamme puis … Asoka du sûrement entendre le bruit sourd d'une déflagration derrière sa porte. Quoi qu'il en fut, l'homme n'était maintenant plus qu'un morceau de chair grillée, dans son uniforme en tissu synthétique qui avait maintenant fusionné à ce qui était quelques secondes auparavant sa peau. J'allais alors vers la porte pour annoncer à Asoka ma présence, mais d'autres hommes arrivèrent alors, et je n'eus d'autre choix que de leur faire face. Mon briquet toujours allumé, ils arrivèrent devant moi, arme pointées sur ma tête, et me sommèrent de me rendre.

''Me rendre ? Mais je n'ai rien fait que protéger une pauvre nonne, messieurs. C'est à vous de vous rendre, sans quoi je ne donne pas cher de votre peau.''

En effet, je sentais que Dementis trépignait d'impatience à l'idée de faire un massacre. Il fallait dire qu'elle avait le don de décupler ma force lorsqu'elle était aux commandes, mais elle n'avait aucun contrôle et pourrait blesser Asoka dans le processus … Néanmoins, quand je vis qu'ils s'apprêtaient à faire feu, le temps se ralentit autour de moi. Il paraît que c'est ce qui se passe quand on meurt : tout se fige, le temps d'un instant qui dure une éternité et durant lequel votre vie défile devant vos yeux. Sauf que je n'allais pas mourir. Pas aujourd'hui. Je laissai Dementis prendre le dessus. La flamme du briquet s'amplifia alors subitement et faucha en l'espace d'un instant les trois hommes. Bien qu'ils ne furent pas brûlés, le souffle les plaqua au mur, les dépossédant de leurs armes. Je n'avais plus le contrôle sur mon corps, je n'étais plus qu'un simple spectateur de la folie meurtrière de ma bien aimée.

Elle s'avança, poussant les armes loin des mains de leur propriétaires pour qu'ils ne puissent pas s'en servir, puis saisit le premier et le regarda au travers de mes yeux, devenus alors déments. Elle retira le casque, posa la paume de main sur son visage et ce dernier se mit alors à fondre rapidement, dans les cris de douleurs de l'homme. Le suivant sorti un couteau d'une des poches de son pantalon, mais elle s'empressa de lui envoyer une boule de feu sur la main. La lame tomba, mais ne toucha jamais le sol, puisqu'elle l'avait rattrapée avant. Dans un mouvement habile, elle la planta dans la gorge de son propriétaire, puis enfonça son poing dans l'estomac du dernier et lâcha une forte déflagration qui lui perça les entrailles dans un cri de douleur strident.

Le dernier corps tomba au sol dans un bruit sourd, tandis qu'elle prononçait via ma voix déformée, qui n'avait plus rien d'humain :

''Je vous avais prévenus …''

Je repris alors possession de mon corps et frappa à la porte d'Asoka, m'annonçant et lui assurant que la menace était écartée. En espérant qu'elle n'avait pas entendu ce qui s'était passé juste avant …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mer 10 Juin - 14:48

Tout comme à l'hôpital, Brian n'avait quasiment aucun repère. Sa tête tournait, il avait des nausées insupportables et ses oreilles sifflaient au moindre bruit, qui résonnait dans ses tympans comme une détonation assourdissante. Sa vue était assez trouble, qui plus est, aussi il ne vit pratiquement rien de ce qui se passa une fois qu'il fut tombé à genoux devant Asoka. Il remarqua que quelqu'un l'emmena loin de la scène, il cru reconnaître frère Pikalo la prendre dans ses bras, tandis qu'une tierce personne lui dit quelque qu'il ne comprit qu'à moitié. Ne pas écouter, ne pas regarder … ? Peut-être était-ce cela. Il entendit, ou du moins perçut plus ou moins les cris étouffés de stupeur de la foule autour qui s'écartait. Brian se releva comme il le put, et secoua sa tête pour tenter d'éclaircir sa vue. Il pu alors voir Axel en train d'enfoncer une lame dans le cœur de Tale.

Bien qu'il haïssait cet homme, il était là en face de la même haine et violence dont il avait fait preuve quelques jours plutôt. Cela lui arracha un regard d'effroi, et lorsqu'Axel, qui souriait d'un air fou, retira la lame et se tourna vers lui.

''Axel qu'est-ce que … Pourquoi ? Pourquoi avoir fait ça ? Vous voulez vous rabaisser à son niveau ? Ne trouvez vous pas qu'il avait déjà assez payé pour ses crimes ? J'ai commis l'erreur de m'abandonner à la rage la dernière fois, et regardez où cela m'a mené !'' dit-il en montrant sa robe d'hôpital et sa béquille. ''Asoka était seule, nous l'avons abandonnée à cette violence et elle en est terrifiée depuis … Ce n'est pas …''

Mais il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il entendit un cri venir des étages supérieurs. C'était la voix d'Asoka et elle l'appelait à l'aide. Sans attendre une seule seconde de plus, Brian lâcha sa béquille et fila vers les escaliers. L'adrénaline lui fournissait la force nécessaire pour courir un véritable marathon, car ce qu'il redoutait était en train d'arriver : on allait lui faire du mal, encore. Essayer de l'enlever, ou de la tuer. Il ne le permettrait pas, il le refusait.

Arrivé en haut des escaliers, il vit le corps du frère Pikalo, étendu au sol. Une légère flaque de sang coulait de son crâne, et Brian craignait le pire, mais la blessure était superficielle. Vraisemblablement on l'avait neutralisé avec un pistolet électrique et il s'était légèrement ouvert en tombant lourdement sur le sol. Brian le mis tout de même en position latérale de sécurité afin d'éviter toute complication et lui laissa son manteau en guise de coussin de fortune, puis se lança de nouveau à la poursuite des assaillants de sa protégée. Il arriva alors dans un couloir où quatre hommes gisaient au sol, morts. Vu leur état, il n'y avait plus de doute possible. L'un était entièrement calciné, un autre avait la peau du visage qui avait fondu, le troisième avait un couteau en travers de la gorge, et enfin le dernier avait la moitié de ses entrailles qui se déversaient au sol dans une marre de sang et de chair fondue.

Qui avait pu orchestré un tel massacre ? Qui avait pu souillé ainsi la maison de Dieu ? Certes, il n'avait pas été plus respectueux quand il avait agressé Tale, mais là c'était un tout autre niveau. On ne sentait aucune pitié, que de la violence bestiale. Celui ou celle qui avait fait n'était qu'un monstre assoiffé de sang. Brian tourna alors la tête et vit la porte de la chambre d'Asoka. Même s'il était terrifié à l'idée de devoir confronter son regard et qu'il avait honte de se représenter devant elle, il devait s'assurer qu'elle était en sécurité. Après tout, le meurtrier ne devait pas être loin ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mer 10 Juin - 23:10

Je ne fis aucunement attention aux paroles de Brian, je suis trop occupé à réfléchir à ce qui se passera maintenant, mon frère était dans le lieu saint, je pourrais m'occuper de lui ici et maintenant !
Mais un cri retentit, un cris de peur, celui d'Asoka avant que je ne me lance à son secour Brian était déjà partis la chercher j'allais le suivre lorsque je vis trois hommes foncer sur l'ancien SDF.

Je compris aussitôt, Eternal!!! Je fonçai vers les trois hommes qui avaient dégainé leurs armes et la foule commença à fuir vers la sortie dans la panique totale. Les cris, les mouvements de foule ralentirent les trois soldats déguisés et j'eus alors le temps de les rattraper avant qu'ils n'atteignent les escaliers.

Le premier me vit arrivé et compris aussitôt que j'étais une menace, il leva son arme et me braqua... Je levai la main droite et fis appel à mes dons Nobody.
Un éclair fonça droit sur le soldat stupéfait, il fut frappé de pleins fouet et fut propulser en arrière.
Je courus vers le corps et pris son arme et ses munitions alors que le vide se faisait autour de moi et du corps.
Les deux compagnons du soldat se tournent vers moi et ne perdent pa de temps à viser et ouvre le feu.
Les claquements sourds des balles tonnèrent partout autour de moi alors que je me planquais derrière le cercueil.

J'attendis une accalmie et ripostai de trois rafales qui touchèrent l'un des deux survivant au torse et tomba au sol sans un cri d'agonie.
Le dernier se replia avec la foule et alors que j'allais finir de l'aligner dans le cran de mire, il arriva à être trop perdu dans la foule pour permettre le tir.

Je jurai à voix haute et courus vers l'escalier pour rejoindre Asoka, nous devions fuir! Eternal va revenir pour lancer un assaut en force !
Je grimpai quatre à quatre les marches et arrivai à la chambre d'Asako, passant sur les cadavres aux sols qui semblaient avoir été calciné, j'entrai dans la chambre d'Asoka, un pistolet-mitrailleur dans une main et le poings gauche encore chargé d'éclairs.

"Asoka ont doient fuirent au plus vite!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Je suis tout et à la fois rien... PNJ

Messages : 33
Crédits : 29
† Lieu de résidence : Partout
† Emploi/ Situation : Tout

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Sam 13 Juin - 17:02

La première cavalerie avait été touché, le commandant fou de rage ordonnait à la compagnie Hercule de foncer au troisième étages, là où le dernier contact avait eût lieu avant que ses forces de l’ordre ne s’écroule un à un par les mains d’un affreux Nobody.
Les «  Hercules » avaient pénétrés le bâtiment tandis qu’une autre compagnie avait fait évacuer tous civils du bâtiment et neutraliser par des taisers les plus résistants d’entre eux.

Un stratège d’Eternal se mordait le pouce nerveusement en tapotant sur son rapport.

{7h45. Cathédrale Saint-Luc . Quartier Historic District.
La cible Nobody est protégée par trois personnes menant la résistance face aux forces de l’ordre, Eternal.
R°1 : Blessé, se trouve en robe d’hôpital.
R°2 : Nobody manipulant le feu, capacité de rapidité hors pair.
R°3 : Semble connaître le maniement des armes, possibilité probable d’ancien soldat 67%}


Le stratège donna alors ses ordres avec l’approbation du commandant à toutes les équipes.

« Ici stratège 5, voici les ordres. La cible et ses compagnons se sont retranchés dans une partie de la cathédrale, secrète de la vue intérieur. Snipers, trouver la fenêtre des clochers et tirer à vue R°2, c’est potentiellement le plus dangereux des trois résistants. Je vous envois la capture d’écran que les caméras d’équipe Ulysse avait enregistré sur le terrain. Equipe Cerberg, venait en renfort à Hercule 2.3.4.5. Vous passerez devant pour assurer une protection renforcée grâce à vos boucliers de sécurité. Neutralisé en priorité R°2 et R°3, les images vous sont envoyés. Ulysse 1, fini de faire la sieste, passe à l’action. »


Toutes les choses se mirent en place après les consignes données par Stratège 5, l’équipe Cerberg gravit les marches avec leurs boucliers tandis que l’équipe Hercule les suivaient et surveillé tous les côtés possible qui pouvait les prendre en surprise.
L’équipe des Snipers positionnés sur tous les toits entourant  Saint-Luc guettaient les fenêtres et avait trouvé celle de la chambre d’Asoka. De leurs positions, il voyait distinctement ce qu’il se passait sans avoir en vue pour le moment R°2 qu’il devait neutraliser à distance.
Mais tout le monde se questionnait, Ulysse 1 était mort, sa combinaison été fondu sur sa peau pleine de cloque. A l’annonce de Stratège 5, il rouvrit pourtant ses yeux rouges luisants en bougeant de manière inaudible ses doigts.

R°3 était bien trop occupé à taper à la porte en ordonnant à la cible principale de fuir. Dans un mouvement purement mécanique, Ulysse 1 se releva et regardait R°3 encore dos à lui. La moitié de son camouflage humain avait fondu laissant voir un visage totalement cybernétique.
Le fameux «  sergent » saisit tout à coup Axel par les épaules et le fit taire en lui injectant un somnifère. Après l’avoir désarmé, le Testament le porta pour faire en sorte qu’ils soient encore debout puis copia la fréquence de sa voix.

«  Asoka, je sais que tu es terrorisée, mais je ne vais pas tenir longtemps face aux soldats d’Eternal ! Sors, je connais un endroit où te cacher le temps qu’il lâche l’affaire ! Il faut que tu sortes, tu es en danger ici ! »


Tout à coup, un gémissement de douleur se fit entendre après le son d’une vitre brisée. La radio du commandant et de stratège 5 retentirent.

« Commandant à l’écoute. »

« Ici Sniper positionner sur le toit 7. J’ai touché R°2 à l’épaule, je répète R°2 touché à l’épaule. »

« Très bien Sniper, continuez ! » Clamait le commandant.

« Nous n’avons pas encore gagné… » Dit Stratège 5 au commandant d’un air sombre…

« Nous n’avons pas encore gagné… » Dit Stratège 5 au commandant d’un air sombre…

_____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Ven 26 Juin - 13:05

Asoka avait entendu beaucoup de bruit à l'extérieur de sa chambre, comme un brasier qui s'allumait et s'éteignait de manière totalement aléatoire suivit de chose qui tombait lourdement au sol.
La pauvre jeune femme était angoissée et trop tétanisée pour bouger, mais lorsqu'elle entendu une voix qui lui paraissait familière. Elle eût le réflexe de courir jusqu'à l'entrée de sa chambre et de faire rentrer la personne en la saisissant par le colle pour la tirer dans la pièce avant de claquer la porte et de lui faire remonter les marches par la main.
Ses yeux étaient écarquillés, son souffle haletant… La pauvre avait perdu tous ses repères. Tout à coup, dans le bain de confusion qu'était son esprit, elle reconnut Matthias et ne pu s'empêcher de se serrer contre lui en pleurant.
Elle parlait en gémissant d'angoisse...

" C'est qui... Pourquoi ils m'attaquent ?! Pourquoi ils détruisent Saint-Luc...?!!! "


La demoiselle semblait se modifier corporellement, son apparence devenait peu à peu bleu cyan et luisant... Ses yeux étaient totalement jaunes et des signes bizarres apparaissaient dans ses cheveux. Elle continuait néanmoins d'enlacer Matthias en restant blottit contre lui. Un bruit de porte se fit entendre, dans un geste de panique, la petite nonne se mit à hurler en reculant de plusieurs pas. En voyant Brian rentrer rapidement en fermant derrière lui, la pauvre se remit à pleurer. Ses jambes avaient cédés sous son propre poids.

Apparence d'Asoka:
 

" Brian, j'ai si peur... Qui sont ses gens....? "


Asoka en avait oubliez les événements avec Tale tant elle avait peur.... La pauvre enfant semblait faible, elle était même recroquevillée sur elle-même.

" J'ai.. J'ai fait une bêtise... Je devrais peut-être leurs parlés pour savoir...? "


Elle n'entendait plus rien, elle était comme dans sa bulle. Âthem apparaissait peu à peu autour d'elle en lui murmurant qu'elle devait à tout prix s'enfuir de Saint-Luc en évitant les personnes armées.
Les mains tremblantes, elle serrait un petit crucifix en priant tous ce qui lui passait par la tête. Une voix sans émotion, mais avec le timbre du frère Nigthwinter l'interpella alors.

« Asoka, je sais que tu es terrorisée, mais je ne vais pas tenir longtemps face aux soldats d’Eternal ! Sors, je connais un endroit où te cacher le temps qu’il lâche l’affaire ! Il faut que tu sortes, tu es en danger ici ! »


" Axel...? "


Murmurait-elle en relevant la tête. Elle se releva doucement pour s’approcher de la porte, mais Matthias se mit à gémir péniblement en tenant son épaule droite en sang, les yeux de la nonne terrorisée se déposèrent sur les filets de sang qui passait entre les doigts de sa connaissance. Elle semblait s’affoler et s’écriait.

‘’ Matthias, je… Je vais vous cherchez de l’aide, Axel peut nous aider il est très fort ! ‘’


Asoka courut descendre les marches en bois de sa chambre en ne calculant pas Brian qui semblait essayer de s’interposer. Elle ouvrit sa porte brutalement en clamant sans réfléchir.

‘’ Axel, un monsieur saigne à l’épaule vient vite nous… ‘’


La nonne se figea dans le mutisme, elle avait devant ses yeux un spectacle macabre, Axel inconscient se faisait tenir debout par un grand homme aux visages défigurés. Lentement, le corps de son ami tomba sur le sol en pierre… Le temps semblait se figer pour la jeune femme qui n’avait rien fait pour mériter tous cela… La main de l’être synthétique la saisit par le cou et la décolla du sol.
Il semblait avoir du mal à l’identifier à cause de son apparence étrange et luminescente. La pauvre n’osait bouger tant la peur lui saisissait les membres… Soudain, une phrase d’Axel revint dans son esprit.

*Tu es la gardienne de Saint-Luc !!!*


La petite dame se figea avec un regard vide, on pouvait entendre un bruit mécanique provenant du testament, comme-ci son bras avait de plus en plus du mal à soulever Asoka. Sa peau se durcissait lentement en écaille lourde comme le métal…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 38
Crédits : 30
† Lieu de résidence : N'importe où tant qu'il y a des filles et de l'alcool
† Personnage sur l'avatar : Le Patron de SLG

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Dim 28 Juin - 2:03

Asoka m'ouvrit rapidement et me tira littéralement dans la pièce avant de refermer la porte violemment. On pouvait lire sur son visage la panique totale, et c'était assez compréhensible pour une gamine dans son genre qui ne devait pas sortir très souvent. On nous avait envoyé là un véritable dispositif d'assaut, la qualificatif d'armée n'aurait pas été de trop tant ils – qui que ce soit, ce foutu ''ils'' – avaient dépêché nombre d'unités sur nous. Bon sang de bon sang, qu'est-ce qu'ils voulaient au juste ? Vraisemblablement, c'était Asoka. Et quand on savait ce qui sommeillait en elle, on comprenait pourquoi … un tel pouvoir, forcément, ça allait intéresser l'armée et toutes ces saloperies qui ne pensent qu'à se faire du fric en inventant plus d'armes de destruction. Bordel, pas besoin de faire ça pour le fric, faites ça pour le plaisir, bande d'abrutis.

Quoiqu'il en fut, Asoka était ma proie, ma cible, et il était hors de question que la laisse me filer entre les doigts. Seulement voilà, nos assaillants ne l'entendaient pas de cette oreille. Alors que j'étais dans la pièce depuis quelques temps à peine et qu'un grand type en robe d'hôpital avait été traîné avec nous de la même façon que moi, une douleur cinglante succéda à un bruit fusant de verre brisé. Pendant un bref instant, je sentis la balle traverser mon épaule, puis la douleur s'installa aussi rapidement que le projectile avait traversé ma peau et ma chair.

Je sentis alors que Dementis commença à s'agiter beaucoup trop. En temps normal, je l'aurais laissé prendre le dessus sans hésitation, comme je l'avais fait tout à l'heure avec ces quatre idiots, mais là, avec Asoka qui serait témoin de tout, je ne pouvais pas me le permettre. Je fis donc le forcing sur Dementis pour l'empêcher de prendre les commandes de mon corps, et rapidement s'installa une autre douleur qui détrôna la première en un rien de temps. Je continuai de me tenir l'épaule en sang, tout en gémissant pour paraître crédible et cacher la lutte mentale à laquelle je me livrai quand nous entendîmes tous une voix derrière la porte. Une voix que la nonne semblait reconnaître mais qui sonnait étonnement fausse, artificielle. Je voulu l'interrompre quand elle fit mine d'ouvrir la porte, mais, trop tard.

La plaque de bois coulissa et un des quatre soldats que je pensais avoir éliminé auparavant saisit la jeune femme par la gorge en la soulevant du sol. Cette dernière commença alors à luire de plus en plus intensément et le bras de l'androïde – car oui c'était en fait une saloperie de robot à la con ce machin – commença à s'abaisser, et on pouvait même entendre les mécanismes grincer, signe qu'ils commençaient à chauffer. J'aurai bien envoyé une bonne grosse boule de feu dans sa tronche, ne serait-ce que pour essayer de le déstabiliser et lui faire lâcher prise, mais je ne pouvais pas me le permettre sans quoi ma moitié reprendrait le dessus et grillerait tous mon plan et les efforts de toute une vie. La situation puait vraiment la merde …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mer 1 Juil - 10:20

" Brian, j'ai si peur... Qui sont ses gens....? "

Asoka venait de fondre en larmes, et face à une telle situation, c'était compréhensible. C'était comme si le monde s'acharnait sur elle, et Brian se sentait en partie responsable de cela. S'il n'avait pas cédé aussi facilement à sa rage face à Tale ... S'il n'avait pas été aussi monstrueusement violent, peut-être que ... non, il ne fallait pas commencer à se morfondre dans la culpabilité, pas maintenant. La situation était critique, et Brian n'avait pas le luxe de se laisser ronger par la honte.

Il remarqua alors, suite à un bruit sourd, que l'homme qui accompagnait Asoka, un certain Matthias, de ce qu'il avait pu entendre, se tint l'épaule de laquelle coulait abondamment du sang, et au même moment, la voix d'Axel, ou du moins quelque chose qui y ressemblait fortement, se fit entendre de l'autre côté de la porte. Dans un premier temps, Brian fut dupé comme le fut Asoka, mais il se rendit vite compte de la voix monotone qu'avait Axel et devina que quelque chose n'allait pas. Il ne connaissait pas beaucoup Axel, mais ce dernier n'était pas non plus du genre à parler comme un .... un robot.

Brian réalisa trop tard, se rappelant avoir déjà vu et entendu parlé de ces espèces de robots à l'apparence humaine chargé de patrouiller dans les rues de New Kanton, à la recherche de personnes précises. Jusque là il n'avait pas comprit pourquoi, mais maintenant tout semblait clair : ils en avaient après Asoka à cause de sa maladie, son "don". Mais c'était trop tard pour empêcher Asoka d'ouvrir la porte, cette dernière était déjà aux prises avec l'androïde qui la souleva par la gorge.

Alors que Brian armait le fusil qu'il avait récupéré sur un des corps qui se trouvaient derrière l'androïde, le bras de ce dernier commença à flancher tandis que la corps d'Asoka luisait de plus en plus. Brian ne savait pas vraiment à quoi cela allait mené, tout ce qu'il savait c'est que quelqu'un - ou plutôt quelque chose - s'en prenait à son amie et qu'il n'allait pas le laisser faire.

Une fois armé, il fonça alors pour se mettre à hauteur d'Asoka et pointa le canon sur la tête de l'être mécanique.

"T'as été recalé au contrôle technique, saloperie."

Brian pressa la détente et une salve de balles perfora la tête de métal du robot, faisant voleter un peu partout derrière lui de petits débris métalliques et de fils électriques, tandis que Brian tenta avec grande peine de tirer Asoka à l'intérieur. Son poids était devenu énorme, comme si elle était faite de ciment, mais grâce à son entêtement et une bonne dose d'adrénaline, Brian parvint à la traîner à l'intérieur et ferma la porte, haletant.

Asoka était toujours au sol, comme incapable de bouger. Aussi, le vagabond se mit à genoux à côté d'elle et prit sa tête pour la blottir contre son torse, caressant ses cheveux luisants et déposant un doux baiser sur son front.

"Asoka, calme toi, je suis là et je te protègerai contre tout, je te le promets ... Je suis là, me voilà ..."

Pourvu qu'elle parvienne à reprendre ses esprits et son état naturel, sans quoi Brian ne pourrait pas faire de miracle. Certes sous le coup de l'adrénaline on pouvait gagner en force musculaire, mais pas non plus devenir le nouveau Superman. "Asoka, je t'en prie, reviens à toi ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Jeu 2 Juil - 22:41

Ma tête... C'était un vrai nid de guêpes en colère ! J'entends des cris, des bruits sourds et violents, mais le son est étouffé comme si j'entendais alors que j'avais la tête sous l'eau.
Je me sens perdu... Je sens le sol dur et froid de pierre contre mon corps étendu a terre.
Je tente de me relever lentement, j'en appelle à toute ma volonté, mais rien n'y fait, ma force m'a abandonné pour le moment.

Je vois en relevant les yeux... La porte de la chambre de la pauvre Asoka qui est ouverte, une silhouette tente de pénétrer dans la chambre, mais une autre silhouette illuminée de bleu l'en empêche.
Je vois un homme agressé la silhouette qui tente d'entrer, il pointe quelque chose sur la tête de la silhouette puis des bangs rapprochés détonnent et la silhouette retombe en arrière, la silhouette illuminée de bleu est tirée dans la chambre et la porte refermée.

Je suis derrière la porte, et je me rappel que c'est une machine de mort qui est étendue devant moi, encore en service et prête à tuer. La machine se relève alors que ca tête est un amas de chair synthétique et de câblage vomissant des étincelles.

Je me relève enfin lentement alors que le son revient à le normal, je m'appuie au mur et me dresse face à la machine qui m'analyse et avance lentement en descendant les marches.

Le temps se fige dans l'étroit couloir, je vois les particules de poussière s'arrêter dans l'air, quelque chose s'actionne en moi, la machine à sortir une lame de son poignet et avance au ralenti vers moi.

Mourir ici ? Après tout ce que j'ai accompli ? Après m'être lié d'amitié avec Mischa? Avec Aloisa? Asoka? Après avoir été si proche de retrouver mon frère ?! NON, je le refuse !

Je sens plus que je n'entends un grognement monter dans ma gorge, mes poings sont serrés, je sens l'énergie électrique intense parcourir mon torse, mes avant-bras, mes joues comme des dizaines de petits serpents incandescents qui brûlent mes vêtements du haut au fur et mesure pour me laisser torse nu.

Le grognement devient un cri que je relâche alors que je joins mes mains paume contre paume y amassant une intense source d'énergie et la contenant en criant de rage le temps que j'ai chargé mes paumes à bloc.

Le temps revient lentement à le normal et la machine approche, je hurle de haine et ouvris grand les bras laissant partir en tout sens une vague électrique destructrice !
L'onde bleutée percuta la machine qui pendant la première milliseconde se paralysa et ensuite fut propulser en travers de la porte de la douce asoka en une explosion de bois et force craquement.

Je suis épuisé après ce petit numéro et je monte pour rejoindre Asoka, je la vois, avec Brian et un autre homme que je ne connais pas.
J'avance lentement et lâche un sourire et un gloussement avant de leurs dires.

"Je suis de retour... Vous auriez une veste ?"


Final yeah!:
 

HRP: Voila comment je vois Axel revenir après que VOUS l'ayez abandonner derrière la porte X'D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Je suis tout et à la fois rien... PNJ

Messages : 33
Crédits : 29
† Lieu de résidence : Partout
† Emploi/ Situation : Tout

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mar 14 Juil - 1:32

Pour le moment, l'assaut commençait à donner de l'espoir dans le cœur des vaillantes forces de l'ordre d'Eternal. Tel des héros, ils se battaient sans relâche pour avoir l'espoir qu'un jour, toute la ville serait débarrassée de la potentielle menace Nobody.
Le Testament avait envoyé une capture d'écran de la cible principale qu'il avait réussi à saisir par le cou, mais l'image était trop lumineuse et la personne qu'il avait attrapée semblait inhumaine.

« Monsieur Harper avait raison… Notre cible est bien une métamorphe. D'après les renseignements, c'est un type Dragon. Il faut à tout prix l'endormir avant qu'elle ne se transforme… Sinon, il faudra l'abattre, car elle deviendra trop dangereuse pour New Kanton… Et monsieur Harper tient à l'avoir vivante. »


Grognait le commandant de sa voix grave en scrutant l'opération via les écrans d'un air pensif. Stratège 5 ne parlait pas, il observait sans dire un mot la scène qui se déroulait devant ses yeux, il semblait réfléchir et calculer chaque prochain coup de sa tactique. On pouvait suivre via la caméra des yeux du Testament le déroulement de l'opération… La difficulté qu'il avait à maintenir une si frêle jeune femme en hauteur et l'arrivé du résistant blessé.

Le commandant eût une expression de colère quand la liaison fut coupée... Dans les dernières images envoyés par le Testament soumis, on pouvait voir que deux résistants l'avaient terminé, un d'une balle dans la tête, l'autre d'une gerbe d'éclair qui l'avait totalement courcircuité.

Stratège observait toujours silencieusement la scène en se mordant un pouce. Les regards étaient braqués sur lui, on attendait qu'il parle et donne une proposition à son supérieur qui n'avait qu'une envie, rasé l'édifice pour trouver ça cible.

*Hm… R°2 est blessé, mais je pense qu'il va encore nous en faire voir… R°3 est affaibli, mais pas au point de ne plus se battre et R°1 qui semblait blessé à encore de la force pour tirer notre cible qui a dû augmenter sa masse pour faire défaut aux bras d'Ulysse 1.*


« L'équipe Cerberg doit faire un blocus de tous les accès connus du troisième étage de Saint-Luc. Hercule 2 et 3 sécuriserons le blocus tandis que 4 et 5 surveillerons les arrières de leurs équipes. Je propose de leur envoyer un premier avertissement par haut-parleur… Ils ne voudront pas lâcher l'affaire, mais cela vont les troublés. Les Snipers doivent continuer de sécuriser toutes les fenêtres de la cathédrale pour permettre à l'équipe Percée de se placer sur les toits. »


Le capitaine acquiesça et ordonna qu'on lui ramène un haut-parleur. Une fois l'outil en main, il l'activa et prit la parole.

« Ici le Capitaine Chief, nous vous ordonnons de cesser toutes rebellions et de nous remettre la Nobody Asoka Sa-Rê. Elle est trop dangereuse pour rester dans la ville, les actes qu'elle a commis doivent être condamnés. Nous sommes prêts à baisser sa peine si elle se rend sans violence. »


_____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mar 14 Juil - 22:51

"T'as été recalé au contrôle technique, saloperie."

Le temps semblait se figer pour Asoka, le bruit de l'impact des balles pénétrant la tête du Testament déjà bien amoché... La petite nonne tomba lourdement en arrière, on avait l'impression qu'elle n'était plus qu'une statue sans émotion et sans âme... Par miracle, Brian parvint tous de même à la tirer jusqu'à la porte de la chambre en poussant des gémissements d'efforts à tracter la demoiselle qui faisait son poids à cause de sa mutation en cours.

Asoka était au sol, les yeux grands ouvert et fixe. Elle ne disait pas un mot... Son ami se mit à genoux à côté de lui et lui embrassa le front en la suppliant de revenir à elle, de reprendre ses esprits... Même si cela ne se voyait pas, elle voulait lutter contre son don qu'elle appelait " maladie ". Elle suppliait tous les saints de la laisser reprendre ses esprits, ne serais-ce que pour ne pas briser l'édifice.

Elle entrouvrit la bouche et laissa échapper un léger halètement en clignant lentement des yeux. Chaque muscle de son corps figé dans le métal redevenait peu à peu normal et la lumière qu'elle dégageait s'atténuer peu à peu.

"Je suis de retour... Vous auriez une veste ?"


Dit la voix d'Axel en gloussant. Asoka ne comprenait pas en quoi la situation était amusante, elle avait l'impression d'entendre Isaac. Ses lèvres s’actionnèrent pour dire d'une voix basse.

" Isaac... Verser le sang dans Saint-Luc... N'a rien d'amusant. "


La petite nonne haletait encore, elle se redressait progressivement, son corps lui semblait si lourd... La peur s'emparait d'elle, car elle ne comprenait pas pourquoi la cathédrale étant en proie à un véritable assaut et pourquoi les gens semblaient tant se complaire dans la violence et le sang.

" J'ai... J'ai si peur... "


« Ici le Capitaine Chief, nous vous ordonnons de cesser toutes rebellions et de nous remettre la Nobody Asoka Sa-Rê. Elle est trop dangereuse pour rester dans la ville, les actes qu'elle a commis doivent être condamnés. Nous sommes prêts à baisser sa peine si elle se rend sans violence. »

Les mots de se fameux capitaine " Chief " raisonnait dans l'esprit d'Asoka comme les coups de feu dans la cathédrale... Elle se sentait désespérée... Qu'avait-elle commis ?! Comment connaissait-il son identité ?!
La jeune femme se releva et avait un visage terrorisé. Comme une enfant, elle se mit à pleurer en gémissant tristement.

" Qu... Qu'est-ce que j'ai fais de mal...?! "

Ses mains cachèrent son visage tendis qu'elle pleurait à chaudes larmes au milieu de la chambre qu'elle habitait depuis une vingtaine d'années maintenant. Elle ne pouvait s'empêcher de pleurer bruyamment en tremblant car elle ne savait pas pourquoi elle était ciblé par toutes ses personnes.

" Si... Si j'ai fais une bêtise et que je suis dangereuse... Alors, je dois aller voir ses personnes et me rendre ! Je suis sûr que c'est pour frère Tales, dieu me puni d'avoir assister à ça... Ils ont raison, le sang ne doit plus couler par ma faute. Je veux pas qu'ils vous arrivent du mal... "

Asoka hoquetait en essayant d’étouffer ses pleures. Elle marchait lentement vers la porte puis elle se retourna, les yeux plein de larme et un petit sourire apaisant sur les lèvres.

" Prenez soins de vous les garçons, je vous aimes tous malgré vos pêchés... Même Isaac, dite lui que... Que je lui pardonne pour les choses qu'il m'a faite. Occupez-vous de Matthias, il est blessé et je m'inquiète pour lui. Au revoir les amis... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Dim 19 Juil - 23:15

Un cauchemar. Cela ne pouvait pas être autre chose qu'un cauchemar. Comment avait-on pu en arriver là ? Que voulait donc ces hommes à Asoka ? Brian était perdu. Il ne savait plus quoi faire, plus quoi dire, plus quoi penser. Il était complètement désemparé, impuissant. Asoka était dans un tel état … D'abord semblable à une statue, comme inerte, presque comme morte. Cette vision avait terrorisé Brian, qui avait pendant un instant cru que sa protégée avait quitté ce monde. Cette simple pensée lui avait gelé le cœur, jusqu'au moment où elle avait reprit son apparence normale.

Puis vint l'annonce d'un certain Chief … Asoka était accusée de crimes, d'avoir mis des personnes en danger, d'avoir détruit un parc public … ''Quoi ?!'' furent les seules pensées de Brian en entendant cela. Il avait vu Asoka, elle n'était pas un danger. Pour personne. Asoka était l'incarnation même de la bonté et de l'altruisme. Comment pouvait-on l'accuser de tels crimes ?

Mais avant que Brian ne puisse dire quoi que ce soit, Asoka se dirigea lentement vers la porte, lentement, comme une lente marche au supplice, comme un condamné dans le couloir de la mort ayant accepté son jugement et son destin.

" Si... Si j'ai fais une bêtise et que je suis dangereuse... Alors, je dois aller voir ses personnes et me rendre ! Je suis sûr que c'est pour frère Tales, Dieu me puni d'avoir assister à ça... Ils ont raison, le sang ne doit plus couler par ma faute. Je veux pas qu'ils vous arrivent du mal... "

La réaction de Brian fut immédiate, ses jambes fonctionnèrent avant même qu'il ne leur en donne l'ordre : il se leva et fonça vers Asoka pour lui saisir non violemment le poignet.

'' Je te défends de dire de telles choses, Asoka. Nous sommes les seuls fautifs, Axel et moi. Je suis celui qui précipité Tale dans la tombe … Même si ce n'est pas moi qui ait mis fin à sa vie, je l'ai mis sur la route des enfers … Je ne te demanderai pas ton pardon, car ce que j'ai fait ne mérite aucun pardon, mais par pitié, ne te livre pas à ces hommes. Tu n'es en rien responsable de ce qui a pu se passer ! Les seuls fautifs, ce sont moi, Axel et Tale, qui te maltraitait. Tu n'as rien à te reprocher, Asoka … ''

Brian la tira à lui et l'enlaça dans ses bras grands bras, laissant quelques larmes couler sur ses joues, puis la regarda dans les yeux.

'' Je ne laisserai personne te faire le moindre mal, Asoka, je t'en fais la promesse. Et si je venais à échouer, alors je ferais tout pour te sauver. Je serai à jamais ton protecteur, Asoka, à jamais. ''

Se retournant alors vers Matthias, Brian fit un signe à Axel qu'il lui fallait de l'aide. « Je m'occupe d'Asoka, occupe toi de lui, sa blessure est importante. » Brian ramena alors Asioka sur son lit, qu'il avait remis droit, puis la posa sur le bord du matelas. Il se releva ensuite, cherchant s'il n'y avait pas une armoire avec des vêtements qu'il puisse porter. Il était en effet toujours en robe d'hôpital et sans son manteau, il serait presque à nu. Il avança vers une armoire qui contenait une petite réserve de vêtements en tout genre, sans doute les vêtements donnés à l’Église et qu'Asoka stockait ici avant de pouvoir les donner à quelqu'un qui en avait besoin – ce qui était le cas de Brian. Il prit donc un pantalon et un T-shirt, passant une vieille chemise à Axel au passage, et se mit derrière un paravent improvisé avec les portes de l'armoire et le bureau qu'il avait lui-même renversé quelques jours plus tôt. Une fois habillé plus ou moins décemment, il revint vers Asoka en tentant de la rassurer, car elle était vraisemblablement toujours terrorisée et perdue.

'' Je vais te faire sortir de là, Asoka. Je t'en donne ma parole. ''

La question était maintenant de savoir comment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 208
Crédits : 47
† Lieu de résidence : Fixon City
† Personnage sur l'avatar : Trafalgar law

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Lun 20 Juil - 23:15

J'étais très TRES en colère ! Tout cela n'aurait pas dû arriver ! Tale aurait du pouvoir arriver à demander pardon à Asoka dans une agonie libératrice après son châtiment et maintenant il était mort, tué par mon si gentil frère !Eternal se baladait dans le lieu sanctuaire de ma protéger!Elle était maintenant en danger à cause de moi en partie mais surtout à cause de ces trois idiots là-haut qui étaient avec elle et qui voulaient la défendre sans savoir comment!

J'étais en rage, surtout après avoir été mis si facilement hors combat par un des trouffion d'Eternal. Le coup du taser, si je retrouve ce petit sournois de salopard...
J'ai plus important à faire malgré tout, je suis encore adossé contre le mur de pierre de l'édifice caché par un grand meuble plein de vieilleries soit disant sacré.

J'ai encore cette stupide tenue de NOD, je voulais tourmenter mon frère et au final, c'est moi qui suis tourmenter et ma protéger avec moi... Je lève la main pour retirer le masque idiot et le pose, je me défais du manteau et des épaulettes tape à l’œil.
Je fais sortir le collier d'Asoka d'autour de mon cou et le regarde un instant... J'ai peu de devoir en ce monde, enfait, j'en ai deux, deux devoirs aux cheveux de neige...

Je me relève lentement, la douleur est presque dissipée et quasiment nulle maintenant, mais il a du se passer quelques instants entre ma neutralisation et maintenant... J'avance accroupis sans un bruit derrière une énorme colonne de pierre pour observer la nef... Deux escouades de quatre hommes tiennent la salle et surveillent les portes. J'arrive à progresser dans les ombres des colonnes ou des meubles de bois pour atteindre le côté est du bâtiment et l'un des escaliers secondaires qui mènes au premiers étage, en effet, l’escalier principale est aux mains des soldats d'Eternal, mais heureusement l'escalier secondaire que seul connaissait Asoka et les prêtres. La porte qui scellait ce passage était en bois des plus rustres avec une grosse serrure de fer, en temps normal Asoka et les hommes de dieu sont les seuls à pouvoir emprunter la porte avec leurs clés mais là je n'avais pas le temps... Je jetais un coup d’œil autours de moi et enfonçais mon pied dans la serrure qui lâcha sous la force du coup.
Le passage ouvert je m'engouffre dans l'escalier à l'odeur de renfermé et fonce vers la l'escalier qui mène à la chambre de la nonne.

Je sens avant même de les voir les corps salement brûlés des soldats encore reconnaissables à leurs uniformes noircis.
Je me penche et ramasse sans un bruit deux fusils d'assaut et des chargeurs encore en état, un gilet pare balle tactique et deux armes de poing avec leurs chargeurs que je glisse dans ma ceinture avant de monter lentement et sans bruit les marches menant à ma protéger, la aussi un combat à eu lieu, violent, des brûlures partout et je vois la porte éventrée de la chambre d'Asoka, un instant, j'ai peur que je ne sois arrivé trop tard, mais j'entends les voix de mon frère, d'Asoka et du SDF.

Quand j'entends Asoka confondre mon frère avec moi, je suis outré et je décide d'entrer pour rétablir l'injustice, je ne laisserais ce mou du genou passer pour moi !

J'entre lentement dans la salle, j'ai deux fusils en bandoulière, un gilet pare balle tactique dans la main gauche et je vois les quatre visages se tourner vers moi avec une surprise qui me fait un énorme plaisir.

J'entre en souriant, conscient avant même que cela n'arrive que mon frère après une seconde de surprise, c'est jeter sur moi et m'a soulevé par le col avant de me plaquer contre le mur.

"TOI! Comment oses-tu mettre les pieds ici ?! Tu viens rire du chaos n'est-ce pas ?!" Me grogne mon cher frère avec hargne.

Je le regardais dans les yeux, avec un soupçon d'arrogance, mais assez de colère maitrisé pour faire comprendre à mon frère que je n'étais pas un idiot.

"La faute à qui tout ce chaos mon cher frère ?" Je souffle à son visage.

Et la réplique le touche au point qui me le relâche en me demandant ce que je veux de manière bien plus calme. Il se retient, je le sens, si Asoka n'était pas là, il ferait tout pour me maîtriser et m'emmener haha!

Je lui jette dans les bras le gilet pare balle tactique et un fusil avec des chargeurs et réajuste le mien correctement.

"Ce que je veux ? C'est pourtant une évidence non ?" Je m'exclame enjoué mais soudain ma voix changea de ton et devint plus rude et froide.
"Je viens pour nettoyer le bordel que toi et tes deux acolytes avez mis ici ! Bravo Axel le justicier de kanton! Toi et tes gros muscles et ta petite cervelle, vous avez lynché un méchant ! Et attiré tout ce troupeau de mange merde ici ! Sans vous soucier, toi ou ton pote le clochard qui y avait ici une personne que vous mettiez en danger !" Je criais en pointant les deux idiots du doigt puis la porte menant à la nef où attendait Eternal.

Axel se jeta à nouveau sur moi et cria lui aussi ses accusations avec haine et rage.

"C'est toi espèce de salaud ! Sans toi rien de tout cela ne serait arrivé ! Si tu n'avais pas parcouru le monde en semant le chaos, je ne me serais pas lancé à ta putain de recherche pour t'arrêter! Et maintenant que va faire le roi des malfrats, le grand Isaac pour nous sortir d'ici ?!"

Je le repoussais avec force et pointait mon doigt sur son torse.

"Je vais vous sortir tous d'ici ! Toi et moi, on va faire équipe pour la première et dernière fois pour sortir Asoka de ce merdier et l'amener en lieu sur et je connais justement un endroit qui est hors porté des larbins d'Eternal! On va faire les choses ensembles Axel, comme des frères ! Alors soit heureux et profite des prochains instant que nous allons partager ensemble, car c'est aussi toi qui m'a abandonné à ces taré du NOD!" Merde, j'ai perdu mon sang-froid, j'en est trop dit et mon frère la bien entendu, ses yeux sont abasourdi et triste mais je décide de m'en foutre.

Je me dirige vers le lit d'Asoka et m'agenouillais près d'elle en lui souriant et lui montrant le pendentif qu'elle avait glissé dans ma poche.

"Tu a une main agile, tu ferais une sacrée voleuse, tu sais haha... Aahhh, excuse-moi des cris avec Axel, les retrouvailles ne se passent pas très bien, il ne pouvait en être autrement après toute la colère que nous chérissons l'un pour l'autre. Écoute Asoka, je sais que tu compte aller te rendre mais... Tu ferais cela en vain, il n'ont aucune paroles, ils auraient tué tout le monde ici une seconde à peine après ta reddition. Il t'aurait torturé au-delà de toute mesure et fait de toi un démon, à l'opposé de ce que tu souhaites rester."

Je pris sa main avec douceur et lui calina la main, encore un geste que je connais mal et qui est encore saccadé et prudent.

"Je vais t'amener à... Ceux qui mon élevé, ils sont durs et très stricts dans l'éducation, mais ils ne sont pas cruels, ils te protégeront, car ils voient dans les gens comme toi et Axel le futur des humains.... En échange, je me livrerais à eux, car je les ai trahis il y a des années, je serais jugé et puni pour ma faute, mais tu seras en sécurité ok?" Je n'attendis pas de réponse et me relevais en regardant mon frère qui hocha la tête sans un mot, gilet et fusil équipé.

Je regardais le SDF et lui fourrais dans la main une des armes de poing avec des munitions et lui dit avec calme.

"Tu la porteras, il faut partir, maintenant."

Je me tournais vers la dernière personne, le blessé et pris un morceau de couverture que je bandais autour de la plaie.

"Écoute l'ami, on ne peut pas t'emmener, tu serais un fardeau, et on mourrait inutilement, car au final, le feu de l'ennemi sera concentré sur nous, tu seras plus en sécurité ici. Planque-toi sous le lit et attend que les équipes d'assaut nous aient pris en chasse pour sortir."

Je le laissais à son sort et me dirigeais vers la porte à côté de mon frère... Mon frère... Encore un concept étrange à assimiler.

"Comment tu comptes sortir, mon frère ?" Me demandait t'il, comme si cela lui écorchait la langue.

"Il y a une bouche d'égout, près de la sortis sud, à l'arrière à cinq mètres de la porte entre le cimetière et le bâtiment, si on y parvient, on pourra semer les soldats dans le réseau de tunnels et ressortir dans une zone sûre." Je lui répondis.

"On devra faire vite, les snipers sont partout... Je peux nous faire venir une amie pour nous extraire en véhicule terrestre pour éventuellement nous mettre à l'ombre le temps que cela ce tasse."

"Oui, une excellente idée, on prend les égouts et on ressort à flooded, le peu de présence Eternal et des terrain et routes tortueuses et peu cartographié."

"Ok... Combien de soldats dans la nef ?"

"Deux escouades de quatre, ils surveillent toutes les sorties... On les élimine et on prend la porte arrière... Si on le peut, on laisse des explosifs pris sur les cadavres derrière nous pour couvrir notre fuite."

"Ok... Prêts ?"

"Semper fi, mon frère..." Je lui répondit en soupirant l'éternel cris de batailles des marines.

Nous avons alors levé nos armes comme si nous nous battions depuis toujours comme un seul homme et avons commencer à progresser dans l'escalier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Je suis tout et à la fois rien... PNJ

Messages : 33
Crédits : 29
† Lieu de résidence : Partout
† Emploi/ Situation : Tout

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mer 19 Aoû - 22:04

Tous les escaliers étaient sécurisés par des soldats. Du mouvement, discret, mais pas inaudible se faisait entendre par l'armée d'Eternal. Dans tous les escaliers, les blocus étaient composé ainsi. Un homme avec un bouclier balistique barrait la route et trois soldats étaient positionnés derrière lui. Deux armes passés de chaque côté de ce petit rempart pour tirer à vu les premiers hommes à descendre... De connaissance d'Eternal, il n'y avait qu'une femme, le reste était des hommes qui fallait tuer sans discuter jusqu'à la prise de la cible.

Deux hommes descendaient épaule contre épaule les escaliers en pierre, l'arme braqué sur le premier venu qu'il croiserait. C'était sans compter sur le bouclier balistique qui leurs bloquèrent immédiatement le passage.
Une salve de balle fut tiré immédiatement à l'apparition des deux hommes, le grand brun svelte fut frôlé par une balle 45mm, mais le deuxième fut touché de plein fouet à la cuisse droite.
Un cri de douleur et de rage déchira le son des impacts de balle, le bouclier restait levé face à l'ennemis.

Plus loin au campement, Stratège 5 regardaient la progression des soldats dans la cathédrale depuis les écrans que renvoyait les caméras portable, il parlait toutes en réfléchissant.

« Hm... Oui. Hm... Je constate... »

- Qu'est-ce que vous baragouiner Stratège ! Dit le capitaine qui avait coupé son micro depuis cinq minutes maintenant.

« Owh... Je réflechissais chef. C'est exactement ce que j'avais prévu, ils vont tenter de sortir précipitamment, R°3 a été touché à la jambe et un ami de cause l'a rejoint. Je pense sincèrement que notre résistant 3 a été formé à l'armée, je ne peux pas affirmer mes dires, mais je dirais qu'il l'est à 90% sur l'échelle de probabilité maintenant. Regardez le mouvement de ses hommes, ample, rapide, coordonnée, des vrais machines à tuer. Le nouveau résistant qui est avec lui doit connaître son partenaire et pourtant, ils n'ont pas la même façon de se battre. »

- Un nouveau résistant ?!!

« Exacte chef. Serait-il possible de lancer une analyse facial sur les captures d'écrans que nous envois les caméras ? »

- Vous avez entendu le nain ? Faite une capture d'écran et une recherche d'écran, exécution !

Pendant se temps, le stratège notait sur son rapport en réflechissant.

{ 8 heures 30. Cathédrale Saint-Luc . Quartier Historic District.
Quatre résistants protègent la cible avec hargne. R°2 à été blessé par nos Snipers et R°3  par nos Cerberg. Un autre homme c'est joint à la lutte.

R°1 : Blessé par un élément extérieur, à beaucoup de force.
R°2 : Nobody manipulant le feu, capacité de rapidité hors pair, blessé à l'épaule.
R°3 : Semble connaître le maniement des armes, possibilité probable d’ancien soldat 90%, blessé à la cuisse.
R°4 : }
...

... -M... Monsieur, la personne se tenant à côté de R°3 s'appelle Isaac Nightwinter !

« Les résultats sont rapide ma parole ? »

-C'est normal, cet homme était autrefois dans nos services.

" Quoi ?! "

-Il faisait partit d'Eternal et s'était fait recruter comme homme de sécurité rapproché pour une chef qui n'est plus désormais !

" Il l'aurait tué ? "

-C'est ce que nous cherchons à savoir, nous avons envoyer le dossier au bureau de l'enquête. Monsieur Runge va être mis sur l'affaire !

« Bien, poursuivez vos recherches pour les autres. Bravo à vous soldat. »

Le soldat repartit alors à toute hâte en faisant part de sa découverte au capitaine. Le stratège observait l'image d'Isaac se battant ferocement. L'homme derrière toute cette tactique murmura alors.

« Pourquoi es-tu partit d'Eternal et pour quelle raison protèges-tu notre cible Isaac Nightwinter...? »

_____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mer 19 Aoû - 22:30

Alors qu'Asoka se préparait à partir en tournant le dos à ses amis, la petite nonne se fit saisir par le poignet. Brian avait un air suppliant et dépité, il semblait ne pas vouloir lâcher la prise qu'il avait sur la demoiselle.

'' Je te défends de dire de telles choses, Asoka. Nous sommes les seuls fautifs, Axel et moi. Je suis celui qui précipité Tale dans la tombe … Même si ce n'est pas moi qui ait mis fin à sa vie, je l'ai mis sur la route des enfers … Je ne te demanderai pas ton pardon, car ce que j'ai fait ne mérite aucun pardon, mais par pitié, ne te livre pas à ces hommes. Tu n'es en rien responsable de ce qui a pu se passer ! Les seuls fautifs, ce sont moi, Axel et Tale, qui te maltraitait. Tu n'as rien à te reprocher, Asoka … ''

De manière purement affectif, il blottit son amie contre lui en la regardant les yeux gorgés de larme.

'' Je ne laisserai personne te faire le moindre mal, Asoka, je t'en fais la promesse. Et si je venais à échouer, alors je ferais tout pour te sauver. Je serai à jamais ton protecteur, Asoka, à jamais. ''

Le visage de Brian se tourna vers Axel, il lui fit un signe de tête pour qu'il s'occupe de Matthias, blessé à l'épaule qui marmonnait des choses incompréhensibles.
Le grand sans-abris amena délicatement Asoka jusqu'à son lit pour l'asseoir, la pauvre paraissait perdu et suivit tous ce qui se passer autour d'elle en silence. Son ami se leva et partit fouiller dans des tiroirs et placard pour mettre des vêtements un peu court sur lui afin d'éviter de continuer sa balade en robe d'hôpital, c'était un vieux t-shirt et un pantalon...
Asoka avait toujours peur et sa crainte lui donner des idées sombres.

'' Je vais te faire sortir de là, Asoka. Je t'en donne ma parole. ''

Dit Brian en réflechissant. La nonne ne voulait pas fuire, si la justice venait à ses portes, c'est qu'elle avait quelques choses à se reprocher, mais qu'importe la punition, elle était prête à l'assumer. Elle n'eût le temps de répondre à Brian, Isaac fit son entrée avec un large sourire avant se faire plaquer violement contre le mur le plus proche de l'entrée.

"TOI! Comment oses-tu mettre les pieds ici ?! Tu viens rire du chaos n'est-ce pas ?!"

Grognait Axel en maintenant une pression sur Isaac contre la bâtisse. Asoka fut choqué de cette violence soudaine, se sont des frères, comment peuvent-ils se traiter ainsi alors qu'ils sont du même sang. Isaac supposa alors d'un air hautein qu'il n'avait rien avoir là dedans contrairement à Axel. A ses mots, le soldat le reposa au sol d'un air crispé, ils s'échangèrent des mots à la limite insultant, on pouvait voir clairement qu'Axel avait envie de sauter à la gorge de son frère pour se venger, la discussion entre eux étaient très tendu et pouvait partir en combat à tous moment. Au moindre geste brusque ou mot plus haut que l'autre, la petite nonne se bouchait les oreilles ou se cachait les yeux à l'aide de ses paumes.

Alors qu'Asoka avait ses mains sur ses oreilles et les yeux larmoillant, Isaac s'approchait d'elle avec un sourire rassurant, il sortit le crucifix en argent de sa poche. La demoiselle posa ses poings sur ses genoux délicatement en reniflant tristement.

"Tu a une main agile, tu ferais une sacrée voleuse, tu sais haha... Aahhh, excuse-moi des cris avec Axel, les retrouvailles ne se passent pas très bien, il ne pouvait en être autrement après toute la colère que nous chérissons l'un pour l'autre. Écoute Asoka, je sais que tu compte aller te rendre mais... Tu ferais cela en vain, il n'ont aucune paroles, ils auraient tué tout le monde ici une seconde à peine après ta reddition. Il t'aurait torturé au-delà de toute mesure et fait de toi un démon, à l'opposé de ce que tu souhaites rester."

Avec douceur, Isaac caressait la main de la petite nonne. Elle continuait de renifler, mes ses joues se saisissait de rougeur sans aucun contrôle.

"Je vais t'amener à... Ceux qui mon élevé, ils sont durs et très stricts dans l'éducation, mais ils ne sont pas cruels, ils te protégeront, car ils voient dans les gens comme toi et Axel le futur des humains.... En échange, je me livrerais à eux, car je les ai trahis il y a des années, je serais jugé et puni pour ma faute, mais tu seras en sécurité ok?"

Alors pourquoi a t'il mal tourné si quelqu'un s'occupait de lui...? Se demandait Asoka en restant muette et figé. Elle gardait les poings sur ses genoux en reniflant toute en tremblant, la pauvre petite femme était perdu et n'arrivait plus à répondre en quoi que ce soit. Elle était à deux doigts de s'uriner dessus tant sa peur lui prenait au tripe, ce qu'elle tentait désespérément de retenir en serrant tant bien que mal les jambes.
Brian s'approchait d'elle timidement et l'aida à se relever, elle qui avait les jambes si tremblante qu'elle manquait par moment de tomber au sol. Âthem grondait de rage d'être retenu par son hôte, lui qui voulait se débarrasser au plus vite des agresseurs de la femme qu'il aimait.

"Semper fi, mon frère..."

Les Nightwinter levèrent leurs armes et partir tous deux de manière synchronisé en direction des escaliers. Le sans-abris dit un mot doux à la jeune femme qu'elle ne saisit pas avant d'être porter sur le dos de son ami de deux mètres. Il n'avait pas beaucoup d'effort à fournir car Asoka était petite et devait peser au grand mot cinquante kilos.

Elle avait le front coller au dos de Brian, elle était si affaiblis. Elle bredouillait timidement.

" Il ne faut pas se battre, je... Je suis prête à me sacrifier s'il faut éviter les morts. La violence ne résous rien. "


Quand elle sortit de la chambre, c'est avec effroi qu'elle constatait les corps étendus et brûlé vif, elle prit tout à coup une cinquantaine de kilo en se mettant à luire. Elle cachait son visage dans le dos de son ami en pleurant de cette vision d'horreur jusqu'à entendre un coup de feu qui l'a fit partir du dos de Brian pour aller se coller au mur le plus proche d'elle.

" C'était quoi ?! "


Un hurlement de douleur se fit alors entendre, c'était la voix d'Axel ! Asoka ne pu s'empêcher de courrir en esquivant Brian pour descendre dans les marches. Quand elle arriva à leurs niveaux, elle observait avec horreur qu'Axel était entrain de finir des soldats avec une attaque basé sur l'électricité. La nonne voyait avec effroie le corps des hommes d'Eternal mort avoir des spasme tant le choc électrique semblait avoir été brutal.

Asoka respirait bruyamment, elle faisait une crise de spasmophilie en gémissant bruyamment de terreur en restant debout face aux deux hommes qui l'a regardait. Isaac ordonna à Brian de venir, même sans demander, le pauvre homme s'était déjà haté à la poursuite de la demoiselle. Il retenu la petite demoiselle en l'entourant fermement dans ses bras tandis qu'elle hurlait en tendant le bras vers Isaac avec des larmes coulant le long de ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 38
Crédits : 30
† Lieu de résidence : N'importe où tant qu'il y a des filles et de l'alcool
† Personnage sur l'avatar : Le Patron de SLG

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Sam 22 Aoû - 10:01

"Écoute l'ami, on ne peut pas t'emmener, tu serais un fardeau, et on mourrait inutilement, car au final, le feu de l'ennemi sera concentré sur nous, tu seras plus en sécurité ici. Planque-toi sous le lit et attend que les équipes d'assaut nous aient pris en chasse pour sortir."

Un fardeau … Qui était donc cet imbécile pour oser me traiter de fardeau ?! Pour qui se prenait-il avec ses grands airs, à débarquer comme ça et jouer les héros ? Il débarquait de nul part, nous balançait à tous qu'on était rien que des imbéciles, et maintenant, j'étais un fardeau. Si tu crois que cette blessure à l'épaule va me ralentir, tu te fourre le doigt dans l’œil mon pauvre.

Je luttais inlassablement pour empêcher la colère de Dementis prendre le dessus, mais avec l'arrivée de cet abruti de je ne sais où, je commençais à perdre peu à peu mon emprise sur ma double personnalité. Cela dit, après une retrouvaille musclée et pleine d'amour avec l'autre armoire à glace, qui était visiblement son frère, ils emmenèrent Asoka avec eux, me laissant en plan avec un bandage de fortune sur ma plaie. Les petits … C'était trop tard, je ne pouvais plus la retenir, elle allait prendre le contrôle.

Ma main lâcha mon épaule, arrachant le bandage au passage, puis allumant mon briquet, j'y mis le feu avec un sourire démoniaque se dessinant sur mon visage. Quand les flammes se répandirent assez, Dementis fit usage de ma pyrokinésie pour augmenter leur intensité, tout en les contenant dans une sphère invisible la plus resserrée possible. Le sourire démoniaque de mon autre moi déformait tellement mon visage qu'il n'avait plus rien d'un humain : j'étais un véritable monstre.

Dementis relâcha alors la pression qui maintenant les flammes concentrées en un seul point, provoquant une déflagration qui détruisit tout sur son passage : la porte de bois lourdement fermée ainsi qu'une petite couche du mur de pierre de l'autre côté du couloir. Je me levai ensuite, tandis que les dégâts collatéraux de mon jet de flammes concentrées commençaient à mettre le feu à la pièce où je me trouvais. Mon corps, indépendamment de ma volonté, se mit à avancer pour retrouver ceux qui m'avaient pris ma proie. Le prédateur voulait son dû, à tout prix …

J'avançais dans les couloirs, entendant des cris et des coups de feu au loin, qui se rapprochaient à chaque pas que mon corps faisait en plus. Je finis par atteindre les escaliers en colimaçon qui donnaient accès aux différents étages de la bâtisse. Deux des trois hommes qui avaient emmené Asoka étaient pris entre deux feux, l'un avait semble-t-il été touché gravement tandis que l'autre se battait avec acharnement et force, je le reconnaissais.

Arrivant derrière un duo de soldats semblables à ceux que j'avais carbonisé devant la chambre d'Asoka un peu plus tôt, je chargeai une grosse gerbe de flamme dans leur dos, dans un éclat de rire démoniaque.

« Vous allez regretter de vous en être pris à mon protégé, bande de larves ! Vous avez osé abîmé ce corps, je vais vous envoyer brûler en enfer ! HA HA HA HA ! »

C'était dors et déjà fichu, Asoka était maintenant face à ma vraie nature. Mais c'était pour la protéger, alors peut-être qu'une fois cette histoire réglée, je pourrais lui faire croire que je suis simplement malade, atteint d'un trouble émotionnel à cause d'un trouble de mon passé, ce qui n'était pas tellement faux, quand on y réfléchissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Dim 23 Aoû - 23:10

L'arrivée du dénommé Isaac aurait pu compliqué les choses, du moins c'est ce que Brian pensa aux premiers abords quand il vit qu'Axel et lui ne pouvaient pas se voir en pâture. De ce qu'il comprit, ils étaient frères, ce qui choqua encore plus le vagabond : deux frères ainsi ennemis ? C'était insensé et surtout complètement idiot … la famille était sans doute ce qu'il y avait de plus important dans ce monde, alors pourquoi se haïr autant au sein de celle-ci ? Mais l'heure n'était pas à la réflexion ni aux grands questionnements, il fallait sortir Asoka de là au plus vite.

Et même si au départ, Brian avait des a priori sur la venue du nouvel arrivant, il se montra plutôt utile et leur offrit une échappatoire. Pas sans risque, mais une échappatoire tout de même, ce qui était mieux que ce qu'ils avaient jusque là, c'est-à-dire rien du tout. Isaac prit la décision de laisser l'autre homme, dont Brian ignorait toujours le nom, en arrière. Sa blessure le ralentissait et les ralentiraient eux aussi, c'était une décision logique. Ils le mirent dans un coin isolé de la pièce, avec un bandage de fortune sur sa plaie, puis quittèrent la pièce en trombe, Asoka sur le dos de Brian, qui suivait les deux frères.

La jeune nonne fut prise d'effroi en voyant les corps carbonisés devant la porte de sa chambre, mais Brian soutint malgré tout la jeune femme malgré son poids qui venait considérablement d'augmenter alors qu'elle luisait également. Ils coururent en trombe vers l'escalier pour tenter une percée, mais Isaac et Axel, qui étaient partis devant, essuyèrent un feu nourri de la part de leurs assaillants. Un premier coup de feu fit courir Asoka vers le mur le plus proche, la pauvre jeune femme était terrorisée. Mais par la suite, un cri de douleur, avec la voix reconnaissable d'Axel, résonna dans les couloirs. Avant qu'il ne puisse la saisir par le bras, Asoka esquiva le colosse et courut vers l'escalier, Brian sur ses talons.

La scène qui s'offrit alors à eux était d'une rare violence : Isaac et Axel massacraient littéralement les soldats, l'un avec sa seule force physique, l'autre avec ses dons de Nobody. La scène était violente. Même pour Brian, qui pourtant y était habitué, c'était un spectacle difficile à regarder. Mais pour Asoka, c'était insupportable. La jeune nonne fut prise de spasmes violents. Avant même qu'Isaac n'ordonne quoique ce soit à Brian, il avait déjà saisit la jeune femme aux cheveux blancs dans ses grands bras pour la retenir et l'empêcher de se jeter dans la mêlée pour tenter de retenir le bras de ses amis.

Elle hurlait, pleurait, et Brian aussi. Il détestait aussi la violence, surtout quand il en était lui-même l'auteur sous le coup de sa colère, seule émotion qui l'avait accompagné tout au long de sa vie. Le reste était trop confus pour lui, et bien trop souvent, tout se rapportait soit à la colère, soit à la tristesse, qui elle finissait toujours par se muer en rage dévorante et destructrice. Malgré cela, il retint sa fidèle amie de ses bras puissants, l'emmenant un peu plus loin. Il devait y avoir une autre issue, il fallait qu'il y en ait une, sans quoi ils ne pourraient pas sortir de cette cathédrale en vie …

C'est à ce même moment qu'un autre événement survint. Un événements que personne n'avait vu venir, sans doute. L'homme qu'ils avaient laissé en arrière dans la chambre d'Asoka était de retour, mais il ne semblait plus être lui-même. Il avait un air démoniaque, son visage n'avait plus rien d'humain, comme déformé par la haine. Et sa voix était déchirée, ne ressemblait à plus rien. Il fonça dans l'escalier où avait lieu la fusillade, sans même se soucier de Brian et Asoka, puis hurla quelque chose de quasiment incompréhensible avant de lâcher une salve de flamme dans l'étroit corridor, sans même se soucier de s'il allait toucher Axel ou Isaac.

Tout le monde devenait fou. Cet homme, un certain Matthias comme l’appelait Asoka en hurlant, était semblable à un véritable possédé, Isaac et Axel faisaient preuve d'un acharnement presque bestial dans le combat qu'ils menaient face aux forces d'Eternal. Asoka était en larme face à tant de violence tandis que Brian sentait sa rage bouillonner en lui et luttait pour ne pas perdre le contrôle. Il devait faire quelque chose, ne pas rester là. La situation était bloquée et n'allait pas pour s'arranger. Brian prit alors Asoka dans ses bras et courut vers les escaliers qui donnaient accès au toit. Il ne savait pas vraiment ce qu'il faisait, il agissait sous le coup de l'adrénaline et de la précipitation. Il enjamba les marches quatre à quatre, malgré le poids d'Asoka dans ses bras, pour finalement arriver sur le toit. Il fit alors de son mieux pour réfléchir posément, même si la situation ne lui en laissait pas vraiment le temps. Ils étaient au sommet de la cathédrale, donc le seul moyen autre que les escaliers occupés par Eternal pour descendre était de descendre en rappel le long de la paroi de l'édifice. Une tâche ardue, mais pas plus que de tenter un forcing au travers du rideau humain qui les attendait dans les escaliers à l'intérieur.

C'est alors que le destin s'en mêla, comme s'il semblait vouloir les faire souffrir. Un régiment d'Eternal débarqua alors sur le toit de la cathédrale, armés et prêt à faire feu. Brian regarda les hommes l'encercler, l'air désespéré, tandis qu'Asoka était toujours lovée dans ses bras, en pleurs. Et avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, il fut braqué par toutes les armes qu'il voyait devant et derrière lui, ainsi que par plusieurs points rouges, signe de la présence de tireurs d'élites postés sur les toits alentours.

« Posez la jeune femme à au sol et mettez les mains derrière la tête, bien en évidence, et il ne vous sera fait aucun mal.
- Allez vous faire fou… »

Brian n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'une balle se logea dans sa jambe, lui arrachant un cri de douleur tandis qu'il tomba sur un genou, maintenant toujours Asoka contre lui. Il ne pouvait pas la lâcher, et la garder dans ses bras était la meilleure protection qu'il pouvait lui offrir. Puisqu'ils semblaient vouloir la capturer vivante, ils ne prendraient pas le risque de tirer sur Brian si elle était toujours avec lui, sans quoi ils pourraient la tuer par mégarde. Seulement, ses opposants étaient nombreux, et l'encerclaient. L'un d'eux arriva par derrière et lui donna un coup de crosse à l'arrière du crâne, suffisamment fort pour lui faire lâcher prise sur Asoka, mais pas assez pour le rendre inconscient.

Brian s'écroula à terre, Asoka tombant devant lui. Brian voulut se relever mais un autre coup le plaqua au sol. Néanmoins, il ne lâchait pas l'affaire et continuait de tenter de se relever. Un autre coup de feu, un gerbe de sang giclant de son épaule, un autre cri de douleur. Et pendant ce temps, l'un des hommes en armures d'intervention emmenait Asoka au loin vers le bord pour la faire descendre en rappel.

« Non …. A…. Asoka … ASOKA ! »

Brian, dans un dernier effort surhumain, dégaina l'arme qu'il avait récupéré sur le Testament plus tôt et la braqua sur l'un des deux hommes qui emmenait sa protégée loin de lui. La dernière balle fusa, percuta sa lunette, brisa le plastique, déchira la peau, fissura l'os frontal puis se fraya un chemin dans son cerveau pour finalement ressortir par l'arrière de sa tête dans une gerbe de sang, le tout en une fraction de seconde. L'un de ses compagnons, qui avaient tous reprit la direction de la façade nord, se retourna vers Brian en hurlant pour la mort de son ami, avant de braquer son arme vers le vagabond et pressa la détente. La balle partit, le tir ne fut pas ajusté, simplement tiré sous le coup de la colère de son auteur. Le projectile fusa alors presque instantanément vers Brian, déchirant la peau de son flanc gauche, lui arrachant un dernier cri de douleur avant de le laisser choir au sol, à plat ventre, dans une marre de sang qui se répandait peu à peu de manière inquiétante.

Brian n'avait pas encore perdu connaissance, mais il se sentait sombrer. Il avait froid, les sons devenaient confus, sa vue se brouillait … Il cru apercevoir une forme massive, mais avant qu'il ne puisse savoir de quoi il s'agissait, il sombra dans l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 208
Crédits : 47
† Lieu de résidence : Fixon City
† Personnage sur l'avatar : Trafalgar law

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Lun 24 Aoû - 14:27

Les détonations encombraient l'atmosphère, des éclats de pierre arrachée aux murs, garde-fou et ornement disposé dans la grande salle de la nef. Je n'avais pas été plongé dans un tel combat depuis des années, je m'étais peut-être attendri, ramollis par mes années de confort ici.
Nous avions réussi à atteindre la nef en poussant toujours plus en avant sans relâcher la pression sur les quelques hommes d'Eternal qui bloquaient la sortie des escaliers, heureusement Axel avait trouver un bon moyen de contourner le problème du type au bouclier balistique grâce à ses dons de lanceurs de foudre.
Le trait d'énergie avait atteint le bouclier de plein fouet et électrisé les trois hommes dont le teneur de bouclier, j'avais rapidement avancé pour achever d'une balle en plein cœur chaque homme à terre alors que mon frère boitait suite à sa blessure qui saignait abondement.

Nous étions alors arrivés ici, en surplomb de la nef juste à la sortie des escaliers, planqué derrière le muret du garde-fou qui nous protégeaient encore des balles qui fusaient vers nous alors que nous ripostions par de courte rafale qui faisaient souvent mouche.

"Il faut bouger Isaac! Faut les faire reculer !" Criait mon frère par-dessus la tempête de détonations pour ensuite lever son arme par-dessus le muret et tirer au jugé deux rafales.
"Focalise leurs tirs ! Je bouge !" Je lui répondis criant tout aussi fort en courant le dos voûté presque à 90° pour rester à l'abri relatif du muret alors que je descendais les escaliers qui menaient au rez de chausser et à la nef.
Alors que j'arrivais en bas des marches deux soldats me tombèrent dessus, trop près pour le fusil d'assaut récupéré que je fais glisser dans mon dos en bandoulière, j'envoie mon pied-droit dans le torse de celui à gauche avant qu'ils ne saisissent encore la situation et le type est projeté en arrière sur le dos. Mon poing droit à saisie, le canon de l'arme du deuxième qui commence à tirer, mais ma force tient le canon de l'arme loin de moi malgré la brûlure occasionné, trois balles sont sorties de l'arme de mon adversaire avant que mon poing gauche ne frappe avec brutalité ses côtes droites et ne les brise sous la force de l'impact. Le soldat cria de douleur en relâchant sa concentration et crispant ses doigts sur la détente de son fusil qui cracha la mort sans distinction. J'attrapais l'homme et le fusil et commençais à l'étrangler avec en le tenant dans le dos en le tenant entre moi et le type à terre qui se relevait en levant son arme. La seconde d’hésitation de son collègue fut fatale, je brisai le cou de mon otage temporaire et attrapais l'arme de poing à la cuisse de celui-ci en ouvrant le feu immédiatement sur l'homme qui me braquait qui après un spasme d'agonie tomba à terre, le casque percé à la visière.

Une fois le cas des deux hommes gérés, je courus en me courbant encore pour filer derrière les piliers massifs de pierre du lieu saint pour me placer sur le flanc des soldats d'Eternal.
Je croisais la route de deux autres soldats qui furent neutralisés d'une rafale rapide à la tête alors que j'avançais fusil d'assaut levé avant de me mettre à couvert et d'ouvrir à nouveau le feu sur le flanc des soldats qui prirent par surprise perdirent deux hommes de plus avant de se réorganiser pour me clouer par un tir de barrage nourris là où j'étais.

Le sifflement des balles qui rongeaient le pilier de part et d'autre fut le seul son que j'entendis pendant un moment avant que je n'entende plus aucun tir... Remplacer par un rugissement qui occulta tout autre bruit, un grondement primitif et bestial sortit tout droit d'un passé lointain et oublié...

Je risquais un coup d'œil pour voir où étaient mes ennemis, mais ceux-ci se repliaient en hâte vers la sortie sous le feu nourris d'Axel qui en profitaient, mais les soldats ne nous fuyaient visiblement pas, ils couraient quelques parts où je pense qu'ont avait plus besoin d'eux et de leurs canons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Lun 24 Aoû - 15:02

Une fois Isaac partit pour prendre les soldats par le flanc, je restais adossé au muret pour reprendre mon souffle en ouvrant le feu en levant juste mon arme par-dessus ma couverture, pas question de mettre ma tête dans le viseur des hommes d'Eternal.
Je ne voyais plus Brian ni Asoka, où avaient ils disparu ? Nous étions sous le feu ennemi, pris au piège et cloué sur place par une puissance de feu qui nous surpasse de loin, je n'avais pas le loisir de me préoccuper de la position des deux personnes de notre groupe qui nous ont faussé compagnie. Nous étions sous le feu ennemi, pris au piège et cloué sur place par une puissance de feu qui nous surpasse de loin, je n'avais pas le loisir de me préoccuper de la position des deux personnes de notre groupe qui nous ont faussé compagnie.

Je m'arrachais un morceau de chemise pour faire un garrot à ma jambe blessé, ca faisait un mal de chien et je perdais beaucoup de sang, mais je dois continuer à me battre, coûte que coûte. Je serre le garrot au maximum et m'agenouille en grognant, je sens mes forces diminuer de minute en minute alors que je redresse mon arme pour arroser la position des soldats d'Eternal en gardant la tête profondément enfoncée dans mes épaules pour ne pas offrir une trop grosse cible.
je vois mon frère renégat débarquer sur la gauche des larbins d'Eternal et arroser en fauchant la vie à deux d'entre eux avant de se faire clouer par un tir de barrage derrière un pilier massif de pierre.

Je fais feu pour essayer d'offrir des fenêtres de tirs à mon frère, mais le feu nourri se déplace sur moi et je dois moi aussi me mettre à couvert.
C'est là que je crus avoir halluciné... Un rugissement fracassant retentit venant de l'extérieur, il couvre tout autre bruit et fait cesser les tirs de surprise. Un cri venu des temps les plus reculés de l'humanité, venu d'un temps que nous n'aurions pas dû connaitre.

Je me redresse pour voir les soldats en train de quitter leurs positions pour sortir dehors comme pressé par un ordre immédiat et désespéré.
J'ouvre le feu pour les faire courirent plus vite en abattant un qui traînait un peu trop, mais ils ne s'arrête pas et quitte le lieu saint.
J'entends derrière moi un rire étrange et angoissant venant des marches, je pense que nous aussi, nous devrions fuir ce cloaque avant d'y finir nos vies.

Je cours jusqu'à mon frère en boitant et sautillant et il m'attrape en passant son bras sous mes épaules pour m'aider à avancer et nous avançons jusqu’à l'entrée désertée par les forces militaires d'Eternal...
J'entends derrière moi un rire étrange et angoissant venant des marches, je pense que nous aussi, nous devrions fuir ce cloaque avant d'y finir nos vies.

Là dehors, la fin du monde se déchaîne à travers la puissance titanesque d'une créature reptilienne aux écailles semblable à un alliage de métaux à l'allure indestructible.
La créature lamine sans pitié les forces militaires d'Eternal, sa longue queue balayent les véhicules comme des ballots de paille qui se fracassent contre les immeubles en explosant parfois, elle attrape dans sa gueule les soldats trop proches en les broyant sous ses crocs semblables à d'innombrable lame d'épée acérée.
Par tous les saints... Je n'en crois pas mes yeux, et même mon frère prompt à l'insolence et au cynisme est, bouche bée devant ce spectacle. Je vois des soldats Eternal tenter d'attirer l'attention de la créature avant d'être réduit en lambeaux de chair sanglant avec nombre de cris d'agonie et rugissements... Des véhicules armés de canon monté son déchiqueté par la queue et les griffes de la bête enragée.

Je me retrouve face à un choix... Fuirent en laissant cette bête ici pour occuper nos ennemis et probablement tuer aussi des innocents, où la neutraliser en prenant le risque d'être capturé.

Je suis forcé dans mon choix à l'instant, alors que des soldats tentent de faire évacuer plusieurs civils terrorisés par une avenue encore en état d'être empruntés par des véhicules d'évacuation, la créature voit les soldats et les véhicules après avoir réduit toute un groupe en armure lourde en hachis, elle commence à s'élancer vers les soldats et les civils qui commencent à hurler alors que les tirs d'armes lourdes pleuvent sans effets sur la cuirasse de la bête qui charge.

Des véhicules armés de canon monté son déchiqueté par la queue et les griffes de la bête enragée.
Je sais que je hurle sous la pression qu'exerce cette force, mais je n'entends plus rien, je ne vois que cette sphère instable d'énergie entre mes mains et la bête qui a presque atteint les civils en balayant les forces d'Eternal...
Je ramène mes bras en arrière en hurlant une dernière fois et les lances en avant, je sens toute mes forces être siphonnées par mon geste, ma vue se trouble, je ne vois que l'éclat d'énergie qui fonce vers la bête et la percute de pleins fouet avant qu'elle ne rugisse et se mette à changer. Elle rapetisse lentement, et même à cette distance, je peux voir avant de sombrer, les longs cheveux blancs d'Asoka danser sous la caresse du vent avant que des hommes en noir ne la ligotent pour l'emmener hors de porter.

Je sens mon frère qui me relève, qui me porte en commençant à marcher vers les égouts comme c'était convenu à la base.

"On retournera la chercher ! Mais si tu veux la sauver, il faut survivre... Nous avons perdu ce combat..." Me dit il en me traînant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Je suis tout et à la fois rien... PNJ

Messages : 33
Crédits : 29
† Lieu de résidence : Partout
† Emploi/ Situation : Tout

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mar 25 Aoû - 21:59

Alors qu'Eternal pensait avoir enfin un avantage après avoir tirer dans la jambe de R°3, un autre élément perturbateur se déclencha. R°3 n'était pas un simple soldat, c'était aussi un Nobody ! Les dernières images envoyées sur le terrain étaient une pluie d'électricité parcourant des mains de l'homme blessé jusqu'aux soldats qu'il tuait sans pitié. Stratège 5 s'empressait de corriger son rapport en y ajoutant les nouvelles informations... Les résistants progressèrent à une vitesse affolante grâce aux dons qu'employait R°3.

C'est avec surprise que le stratège vu R°2 réapparaître sur les écrans, il semblait fou et brûlait sans pitié tout être vivant qui se lever face à lui ... L'homme derrière toutes ses commandes se mordait nerveusement les pouces, il savait que ses soldats n'allaient pas faire long feu alors que pourtant, ils n'étaient que trois à se battre réellement pour se frayer un chemin en dehors de la cathédrale.
Le stratège décida de faire sécurisé toutes les possibles échappatoires au cas où les adversaires réussiraient à passer miraculeusement les forces de l'armée. Soudain, quelque chose attira le regard de l'homme, une caméra frontal montrait un signe de mouvement au niveau des toits. S'était la cible avec le résistant 1 qui était passé par les toits.
Le commandant empoigna le micro et ordonna à ses soldats de faire feux sur le résistant. Après un combat contre le résistant facilement mené, Eternal avait enfin sa cible, R°1 était neutralisé, un cri de joie était poussé dans le post de commandement qui était non loin du lieu saint.

" Ne jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir mis hors d'état de nuire mon commandant... "

Dit Stratège 5... Il semblait pâle comme la mort, sur les caméras, on pouvait voir clairement la cible se disloquer de manière horrifiante jusqu'à se transformer en énorme bête qui se posa avec fraqua sur le sol. Le commandant ne comprit pas jusqu'à entendre un hurlement gutural, celui de la de la cible transformé... Elle balayait violemment tous ce qui se trouvait dans le perimètre de la cathédrâle, homme, femme, enfant... N'hésitant pas à dévorer les soldats semblant s'opposer.

" A TOUTES LES UNITÉS, LA CIBLE EST DEHORS, DEMANDE D'URGENCE D'INTERVENTION DE TOUTES LES TROUPES AUX SOLS ET SUR LES TOITS, FAITES FEUX !!! "

Les soldats dans la cathédrale évacuèrent sans discuter l'édifice, laissant aux résistants toutes possibilités de déplacement ou de fuite, la priorité, abattre la cible qui était devenu trop dangereuse pour la sécurité de tous. Cet être piétinnait sans vergogne toutes les installations et le campement millitaire, il était entrain de charger pour sortir du périmètre de la cathédrâle, la bête féroce, même blessé, était résistante et sa rage l'animait.

Alors que tout semblait perdu, un résistant de la cathédrâle utilisa ses dons de Nobody pour anéantire cette chose immonde qui se paralysa au coup puissant d'éléctricité qu'elle reçut. Lentement, le corps se rétressis jusqu'à chuter au sol, nue et inconsciente...

Le personnelle d'Eternal fit immédiatement le nécessaire, ils lui injectèrent une puissante dose de morphine en la jetant dans un fourgon blindé qui démarra immédiatement après cela.

Un vrai champ de bataille... Il y avait beaucoup de mort et plusieurs dégâts matériel à nettoyer... Stratège n'en avait pas fini, il voulait trouver les résistants pendant que le commandant s'occupait d'informer la base ainsi que monsieur Harper.

" Soldats, il n'est pas l'heure du repos, nous avons la cible, mais les résistants sont désormais en piètre état, capturez-les et en dernier recours, tuez-les ! "

Dit le stratège de cet mission dans les oreillettes des soldats qui décidèrent de faire le tour des environs.

_____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Mar 25 Aoû - 22:32

Asoka était retenu par Brian, pourtant, la petite demoiselle lui donner du fil à retorde... L'homme si robuste arrivait tous de même à la faire remonter jusqu'au troisième avec les larmes aux yeux, lui comme elle était assez complémentaire, ils n'aimaient pas cette violence, ils souhaitaient le retour du calme.
Pourtant, eux qui pensait être au calme au dernier étage fut surpris de voir débarquer plein de folie Matthias, entouré de gerbe de feu. Il avait un regard fou, malsain, plein de vice et de haine ! Son rire, ses déplacements, son visage... Plus rien n'était humain, il faisait démoniaque !!

« Vous allez regretter de vous en être pris à mon protégé, bande de larves ! Vous avez osé abîmé ce corps, je vais vous envoyer brûler en enfer ! HA HA HA HA ! »

Criait-il avec une voix sortant des enfers, cela était si pénible à entendre qu'Asoka se bouchait les oreilles en hurlant de terreur. Ses yeux était fermé avec force, ses tremblements retranscrivaient la crise d'angoisse qu'elle faisait.

" JE SUIS EN PLEIN CAUCHEMARD !!!! "


Hurlait-elle de terreur en pleurant de manière bruyant. Asoka appellait Matthias, appellait ses amis, elle faisait une crise de nerf tant les visions qu'elles avaient subi était violente, même Brian était touché par se spectacle ideux de cadavre brulant ou agonisant.
Il prit son amie dans les bras et courru vers les trapes menant au toit, la petite nonne pesait son poid car sa peau prenait à nouveau des teintes anormal. Elle gémissait, pleurait, on aurait dit qu'elle même se faisait toucher par la folie ambiante... Pourtant, Brian était courageux, il continuait de suivre son chemin en pensant qu'ils allaient être plus au calme arrivé au toit.

Arrivé là-bas. Asoka poussa un instant Brian pour vomir, elle ne pu retenir se vomissement, toutes ses images, ses morts, cette folie, la douce demoiselle ne supportait pas ça.
Elle se serra ensuite contre Brian, cette enlacade la rassurer tant, comme-ci rien ne pouvait l'atteindre dans les bras de cette grande bête de deux mètres. Alors que le temps de se massacre semblait lentement s'estomper... Des troupes de soldat arrivèrent sur le toit dans des bruits de botte fracassant le silence de cathédrale.

« Posez la jeune femme au sol et mettez les mains derrière la tête, bien en évidence, et il ne vous sera fait aucun mal. »

Brian répondit alors dans un râle de colère en serrant Asoka contre lui.

« Allez vous faire fou… »

Sans même avoir le temps de finir ça phrase, une balle se logea dans sa jambe, lui arrachant un cri de douleur en s'ageunouillant, pourtant, le colosse ne lachait pas sa belle qui semblait se serrer contre lui en gémissant de terreur.
Rapidement, le couple d'ami fut encerclé par les soldats arrivés en masse sur le toit, la petite nonne lâcha prise de force quand Brian se prit un violent coup à la tête, le corps de la petite dame dégringola aux bottes d'un soldat qui l'attrapa par les cheveux pour la redresser.

Asoka criait, criait si fort... Elle se débattait pour rejoindre Brian, son bras était tendu vers lui.

" BRIAN !!!! "

Le sans-abris était taper, maintenu au sol et tirer dessus comme un animal qu'on aurait passé à l'abatoir, mais à travers ses cris d'agonni, son sang coulant sur le toit, il continuait à supplier qu'Asoka lui reviennent.

« Non …. A…. Asoka … ASOKA ! »

" BRIAN !!!! "

Hurlait-elle en se débattant, les larmes coulant en masse sur ses joues. Elle voyait Brian tuer à nouveau un homme pour la rejoindre, il y était presque, leurs doigts aller pour s'efflorer quand tout à coup, un bruit sourd se fit entendre et le flanc de Brian se mit à saigner. Le coup de feu était si puissant que la demoiselle eût des gerbes de sang sur son visage et sa robe blanche...
Le silence revenu, le corps de cet homme gigantesque s'abbatu à plat ventre dans la mort, baignant dans le sang de ses entrailles.

Tout à coup, comme un rugissement poussé, Asoka se mit à hurler, elle avait perdu la seul chose qui la maintenait dans le calme durant tout cet assaut.

" NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!!!!!!! "
Ça voix se déchira en devenant dès plus masculine, elle se faisait descendre en rappelle de force, mais le soldat n'arrivait plus à voir tant il était ébloui par la lumière que dégager Asoka, la petite femme se mit soudain à se disloquer en tombant au sol avec l'homme qui l'a tenait.

Sa mâchoire se déchira dans une giclûre de sang morbide, ses os sortirent tous de leurs embranchements avec fracas et perte de sang pendant que la petite dame à l'allure de moins en moins humaine se recourber de force à terre dans un gémissement de douleur strident et insoutenable à entendre, elle bavait et convulsait... Deuxième salve de lumière éblouissante...

Dans le son des cloches de la cathédrale, un dragon venait de renaître, un dragon furieux et sans pitié...


Se son bestial résonna dans toute la ville, si bien que tous les regards étaient braqués sur cette gigantesque masse argenté, les bruits de balle cessant...

______________________________________

Homme, femme, enfant, toutes ses personnes étaient nuisible à ma douce hôte, TOUS, je vous accuses de l'avoir amener à cette état, de l'avoir blessée, humiliée, terrorisée !!!
Je marchais d'un pas si lourd que je faisais trembler la terre dans un périmètre proche du mien, je fonçais tête baissé sur les soldats qui avait osé vouloir arraché Asoka de la sécurité qu'elle avait !
MORT A VOUS !!!!

Je piétinnais, croquait, déchiqueter tous ce qui m'approchait, sans pitié, toutes les installations ou batisse qui me faisait face était pulvériser. Tantôt ma queue, tantôt mes pattes ou mes griffes, j'explosais, poussais et tuais les choses au sol. Je grognais de rage...
Je vous auraient tous !!

Les soldats osant s'approcher trop prêt se faisait déchiquetter, dévorer par mes soins, le sang jaïssait de toute part, vous avez sû en faire couler, vous serez en faire couler de vos propres orifices. Je me prenais des balles, j'étais transpercé, je ne sais pas si c'était la rage, mais je ne les ressentait pas. Je commençais à courrir vers la ville, n'hésitant pas à jeter les enfants sur mon passage à coup de patte !

Soudain, une douleur me paralysa, me fit trembler jusqu'à l'âme... Je sentais un courant parcourir mon corps de toutes part. Arg...  Non... NOOOOOOOOOOOON !!


______________________________________

Le dragon lentement perdu connaissance dans un soupire à la limite du gémissement.

Lentement, le corps de la bête rétrécissait, se déformer jusqu'à redevenir la frêle jeune femme, nue et inconsciente. Son corps tomba au sol, ses longs cheveux blancs dansant dans le vent pendant le moment de la chute...
De manière précipiter, les soldats lui injectèrent dans l'épaule droite à l'aide d'une seringue un produit pour qu'elle ne se réveille pas avant un bon bout de temps... Elle fut ensuite jeter dans le fourgon dont les pneus crissèrent du coup d'accélérateur brutal pour précipiter la départ du véhicule
.
Étais-ce la fin ou le commencement d'une longue descente aux enfers...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 38
Crédits : 30
† Lieu de résidence : N'importe où tant qu'il y a des filles et de l'alcool
† Personnage sur l'avatar : Le Patron de SLG

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Jeu 27 Aoû - 20:20

La folie. Qu'est-ce que la folie ? Pour certains, il s'agit d'actes irréfléchis, spontanés, sans aucun but apparent. De simples actions qui se suivent sans aucune cohésion. Pour d'autres, il s'agit au contraire d'une suite d'actions tout à fait logiques, mais dont le but et de semer la discorde, le chaos. Je rentre sans aucun doute dans cette catégorie. Je suis fou, complètement fou. Fou de mon pouvoir, fou de cette haine, de cette puissance destructrice qui m'anime en ce moment, fou de la mort, fou de voir brûler les corps sous mes assauts. Fou de voir les cloques se formant sur la peau de mes victimes éclater tandis qu'ils hurlent de douleur pendant que mes flammes les dévorent et les consument peu à peu.

Seulement, je ne suis pas le responsable de tout ça. Je ne suis qu'un simple spectateur. Et bien que j'apprécie le spectacle, j'aurais aimé qu'il ne survienne pas sous les yeux de ma proie, car maintenant, tout serait plus compliqué. En plus de l'arracher des mains de ces types, il allait fallait que je gagne sa confiance à nouveau. Mais pour l'heure … Pour l'heure, place à la mort.

     ___________________________

Vous, tous autant que vous êtes, vous osez compromettre MES PLANS ? MES PROJETS ? Voilà maintenant des années, près de trente ans que je prépare ce plan, et maintenant que j'ai enfin tous les éléments à ma disposition pour le mettre en œuvre, ces hommes osent se mettre en travers de ma route ?! Qu'ils soient damnés, maudis, qu'ils brûlent. Oh oui, qu'ils brûlent, lentement, mais douloureusement. Je veux entendre la symphonie de leur agonie. Je veux entendre leur dernier cri, leur dernier soupir avant que les flammes ne les aient tous dévorés comme des loups affamés dévoreraient leur nourriture.

Ma colère est, et sera sans limite. Les flammes que je maîtrise grâce à Matthias et son corps vous détruiront tous, et quand j'en aurais fini avec ces larbins je m'attaquerai à leur chef. Ils paieront tous pour avoir osé détruire l’œuvre de toute une vie, l'œuvre pour une nouvelle vie !


    _______________________

Sans que je ne puisse décider de quoique ce soit, mon corps prit la direction des toits quand les escaliers furent assez nettoyés au goût de Dementis. Elle comme moi avions remarqué qu'Asoka et son grand ami avaient fuit par le seul passage de disponible : les toits. Malheureusement, nous étions arrivés trop tard. Asoka avait déjà été capturée par Eternal, et son gardien était étendu au sol, baignant dans son propre sang. C'est là que nous pûmes assister à l'un des plus beau spectacles qu'il nous ait été donné de voir : le corps d'Asoka, tombant par dessus les rambardes du toit de l'édifice, dégagea deux grands flash lumineux, puis laissa place à la silhouette d'une créature reptilienne massive. Sa peau … Elle luisait aux derniers rayons du soleil, comme faites d'écailles d'acier, et sa colère, sa rage … Elle était si belle à voir. Un tel spectacle de mort, une telle haine et une telle violence, c'était magnifique. Cependant, le toit était devenu instable et commençait à s'effondrer.

Alors que Dementis s'apprêtait à sauter dans les épaisses broussailles en contrebas, elle s'arrêta pour aller récupérer le colosse qui avait tenté – stupidement – de sauver notre proie des griffes d'Eternal. Il pourrait se montrer utile. Lui aussi semblait motivé par la rage et la colère, ce qui en ferait un pantin des plus aisé à manipuler pour récupérer Asoka … Dementis, aidée par la force physique de mon corps ainsi que ses propres dons et l'adrénaline, le tout amplifiant mes capacités physiques comme mes dons de Nobody, se saisit du corps inerte mais néanmoins toujours habité par la vie du colosse, puis sauta dans les épais buissons qui eurent l'effet d'un amortisseur pour notre chute. Cependant, en reprenant le contrôle, je décidai de laisser le corps du vagabond en évidence pour que les deux autres le récupèrent, après quoi je m'enfuis au loin, me doutant que les soldats encore sur place allaient tenter de nous capturer au mieux, au pire de nous tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 208
Crédits : 47
† Lieu de résidence : Fixon City
† Personnage sur l'avatar : Trafalgar law

MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   Lun 14 Sep - 22:52

Je suis enfin sorti de cette foutu cathédrale, le chaos et l'enfer semblent avoir choisi de se déchaîner partout dans cette foutu ville !
Je tiens Axel par les épaules, il semble vidé de toutes forces, des rides sont apparues sur son visage et ses cheveux ont commencé à grisonner comme sa barbe. J'ignore ce qui se passe, mais il n'est plus en état de combattre.

Je le traine vers les égouts, en longeant les murs de l'édifice, j'échappe aux gardes trop occupé à vouloir reprendre le contrôle de la situation après l'attaque de la transformation d'Asoka. L'air est empli de sirènes d'urgence, de cris d'agonie, de terreur, un vrai champ de bataille où je peux apercevoir du coin de l'œil les soldats des forces de sécurité urbaine ramassés leurs morts et ceux des civils.

Je suis épuisé également, cela me tue de l'avouer, mais... Je ne tiendrais plus très longtemps... Je dois refaire mes forces. Je vois près du cimetière mon espoir de salut, mais une masse inerte au sol attire mon regard... Le sdf, il a l'air de respirer, oh merde... Je m'avance et le porte sur mon autre épaule. Il est très lourd bordel ! Heureusement que je suis plus fort que les « normaux », je grogne et continue de me traîner lentement vers la bouche d'égout si proche, le silence est appréciable... Le silence ? MERDE !!!

Trois hommes sortes des fourrées proches du cimetière et m'encercle, leurs tenues des forces armées d'eternal sont bien propre. Ils n'ont pas dû participer au combat plus tôt face au bâtiment ! Ils crient de me mettre à terre, j'essaye d'être éloquent, c'est ma seule chance.

« C'est homme sont blessé ! Ils ont besoin de soin, je vous en prie ! » Je leur crie en tentant d'être convaincant. « Ont à été pris entre le gros lézard et vos forces alors qu'on venait prier ! »

Hélas, les deux hommes rient et me font clairement comprendre qu'ils savent qui je suis... Putain de merde ! Je commence à me raidir près à me faire abattre ou au mieux taser quand je vois mon pire cauchemar prendre pied dans ma réalité.

Le troisième garde casqué lâche son fusil d'une main et lève son index et son majeur en faisant un V sur sa visière. Un signe que je connais si bien... Le salut chez les agents ombres ! Le salut des agents infiltré du NOD pour se reconnaître en eux !
Avant que mon cœur ne se calme de ses folles embardées, l'agent inconnu reprend son arme à deux mains et ouvre le feu sur les deux autres gardes avec une vitesse et une précision chirurgicale mortel, une balle dans chaque tête.

L'agent inconnu approche et me fixe droit dans les yeux derrière sa visière, à deux pas de moi, je suis haletant, la peur m'envahit. Je suis à sa merci dans le pire moment possible. L'agent se détourne avent de montrer sur sa poitrine en ouvrant sa tenue légèrement, le symbole de la queue de scorpion rouge et noir. Il part ensuite, me laissant à mes démons.

Je suis mu par une nouvelle énergie et je parcours les égouts poussés par la peur, j'atteins mon bar au bord de l'évanouissement mortel et je suis récupéré par mes serveuses qui m'amènent au lit et s'occupent de mes compagnons. Ike se charge de ramener mon frère à son hôtel et le sdf est remis à un autre hôtel...

Je me réveille plus tard avec des courbatures horribles. Mes serveuses et mes gars sont là attendants une explication...

« Les choses vont changer mes enfants.. ; » je leur avouais avec un triste sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le fantôme de Saint-Luc s'évapore [RP FINI]
» Le fantôme de Saint-Luc
» Animation Saint-Valentin : Le Bal des Fantômes
» ROCKY - 11 ans - SPA Saint-Etienne Loire (42)
» Relation entre Haiti et Saint Domingue :Point de vue d'un américain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Cathédrale Saint Luc-