Partagez | 
 

 Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 38
Crédits : 30
† Lieu de résidence : N'importe où tant qu'il y a des filles et de l'alcool
† Personnage sur l'avatar : Le Patron de SLG

MessageSujet: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Dim 10 Mai - 0:08

Violence, débauche, luxure et puanteur. Du dégoût, c'était tout ce que cette ville, ce que ce monde m'inspirait. Ses habitants semblaient se satisfaire de leur pitoyable existence. Une existence sans le moindre but que de vivre le plus longtemps possible. Repousser l'échéance, vaincre la mort … à quoi bon ? La course contre le temps est un pari truqué, la Grande Faucheuse n'aime pas perdre et finit toujours par gagner. Mais les humains semblaient déterminés à jouer, sachant pertinemment qu'ils finiront par perdre. Pathétique. Pathétique mais amusant. C'est cette peur de la mort qui me donne ma force. La force de faire plier la volonté de mes adversaires, la force de les manipuler pour les amener à commettre les pires atrocités. J'ai longtemps chercher l'être parfait, l'incarnation même de la bonté, sans jamais le trouver … jusqu'à aujourd'hui.

Alors que je déambulais dans les rues de New Kanton, je finis par arriver devant une imposante bâtisse, ce que les gens appelaient une cathédrale. On pouvait lire St-Luc sur la devanture de celle-ci. Si je comprenais bien, c'était un lieu de refuge pour des Nobodys, donc des gens comme moi. Encore un monument à la gloire d'un Dieu tout puissant … Pathétique, pitoyable et ridicule ! Si un tel dieu existait, s'il n'était effectivement qu'amour et compassion, alors pourquoi nous laisserait-il dans une telle merde ? Non, Dieu n'existe pas. Il ne nous a pas créé, c'est le diable qui nous a donné naissance. Et il s'amuse bien à nous voir nous entretuer et nous déchirer les uns les autres. Et bien soit, papa, regarde ton fiston torturer ces pauvres âmes que tu laisses à sa merci. Tu veux du spectacle, tu en auras.

Ni une ni deux, je poussai la porte massive en bois, qui grinça. Le bruit se répercuta dans toute la nef, qui était totalement vide. Au sol on pouvait voir des traces de sang. Je n'étais pas très calé en catholicisme, mais je n'avais pas souvenir que cette religion prônait les sacrifices humains. Non, cela ne pouvait être la raison de la présence de telles marques sur le sol consacré. Quand on y regardait bien, les marques menaient vers l'extérieur. Je me demandais bien ce qu'il s'était passé. Un combat, un massacre ? J'aurais voulu y assister, rien que de penser qu'un lieu consacré soit désacralisé par de violents affrontements me donnait des frissons, et je sentis alors Dementis s'agiter en moi.

''Tout doux ma belle … Tout doux. Il n'y a personne à impressionner. Attendons de voir. Et puis un peu de calme ne nous fait pas de mal, ma chère.''

Sans m'en rendre compte, j'avais parlé à voix haute et une silhouette au loin semblait s'être retourné vers moi en m'entendant. On aurait dit une jeune fille. Elle semblait si pure et si innocente, mais en même temps, en m'approchant d'elle je pus voir qu'elle semblait sous le choc. Avait-elle assisté au massacre ? Cela expliquerait son air choqué. Mais je sentais quelque chose se dégager d'elle, une aura … comme pure et innocente. C'était vraiment les mots. Serait-elle la personne que je cherchais depuis tout ce temps ? Je m'approchai lentement d'elle en retirant mes lunettes pour lui adresser un regard chaleureux et bienveillant, qui était naturellement faux. Je devais en apprendre plus sur cette fille avant de commencer à jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Lun 11 Mai - 15:34

Cher journal, les derniers jours passés à Saint-Luc ont surement était les plus durs de toute ma vie... Je suis encore très confuse des évènements qui se sont déroulées... Tout d'abord, je n'ai pas pu cacher bien longtemps les sévices corporelles que j'ai reçus de l'ancien membre d'Eglise Tales... J'ai dû avouer à mes amis ce qu'il s'est passé et s'en est suivi d'une chasse à l'homme dont j'étais obligé d'assister... L'homme avec qui j'ai fraternisé c'est conduit comme un animal...J'entends encore ses cris, ses hurlements de douleur bourdonne à mon oreille comme un son de torture ne voulant pas cesser.


Je me demande si les gens autour de moi on raison, si le monde n'est pas réellement aussi brutal et froid qu'ils ont osé le décrire. Pourtant, je ne veux pas juger le monde entier pour l'acte de certaines personnes.


Il y a encore les traces de sang dans la nerf de Saint-Luc, d'après le père Pikalo, je suis maintenant autorisée à nettoyer. Pour ne pas faire plus de dégât que j'en ai fait, je vais continuer mon ménage de nuit, car aucune personne n'ose s'aventurer ici la nuit prétendant que je suis un fantôme à cause de ma maladie... Tant mieux, je préfère agir dans le bien de tous dans l'ombre plutôt que de faire des catastrophes dans la lumière des projecteurs.


Je pense encore à Brian... Axel aussi... Je sais qu'ils ont causé beaucoup de tort à l'église, mais comme la religion l'enseigne, ne mérite t'il pas le pardon ? J'ai pardonné à Isaac, car je comprends mieux comment le marche le monde. En chacun de nous sommeil quelqu'un de bon, il faut juste arriver à voir cette part de lumière dans l'écran de fumée âcre que les personnes projettes surement dans le but de se protéger...

____________________________________

Asoka referma son journal intime en soupirant... Elle ferma les yeux quelques secondes pour reposer son esprit avant de ranger celui-ci dans son petit coin secret.
Il était tant pour la douce demoiselle de repartir à ses corvées. C'était l'heure pour elle de faire le ménage de la nerf centrale tachée encore de sang. Cela faisait trois jours que les évènements s'étaient passées à Saint-Luc, elle n'avait pas fait le ménage pour l'enquête des forces de l'ordre et cela se voyait, car il y avait un peu de poussière sur les bibelots et les traces de sang avait pénetrée la pierre.

La petite nonne descendit les marches avec les outils nécessaires au nettoyage de la pièce où tout s'était passé. Elle tenait à commencer par l'estrade de l'office, souillé de sang.

* C'est si dur à effacer...*

Se dit Asoka en frottant tant bien que mal avec ses outils ménagés comme la brosse. Rien que pour l'estrade, la petite dame y passa une bonne heure pour nettoyer au mieux les traces puis passer un produit à bois claire pour camoufler se qui restait des traces. Ensuite, elle partit nettoyer le passage entre les sièges.

" doux... Il n'y a personne... Attendons de voir. Et puis un peu de calme... pas de mal... "

Entendu la demoiselle qui tourna immédiatement la tête pour voir à l'entrée de la cathédrale un homme qui scrutait les environs avant que son regard se figea sur elle. Asoka se raidit, ses yeux semblaient scruter toutes les possibilités d'issus la plus proche, son corps se remit à luire sans se contrôler. La douce demoiselle était stressée et à moins de s'enfuir les jambes à son cou, elle ne pouvait pas quitter la pièce.

Asoka serrer son balais-serpillière dans ses mains en regardant l'homme s'approchant d'elle d'un air bienveillant. Elle déglutit alors puis d'une voix timide, elle le salua.

" Bonsoir Monsieur... Vous... Avez besoin d'un renseignement...? "

Continuant de l'observer timidement, la demoiselle se pinçait les lèvres en baissant les yeux. Elle tentait de se calmer et cela se voyait à la luminosité de son corps qui commençait à réduire du mieux qu'elle pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 38
Crédits : 30
† Lieu de résidence : N'importe où tant qu'il y a des filles et de l'alcool
† Personnage sur l'avatar : Le Patron de SLG

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Lun 11 Mai - 16:11

Alors que je m'approchais d'elle, la jeune femme se mit à luire. À luire ! Mais sur quoi j'étais tombé, une luciole humaine ?! J'étais face à un spectacle des plus surprenants. Beaucoup n'auraient pas hésité à qualifier celui-ci de magnifique en temps normal … Mais j'en mettrais ma main à couper qu'en voyant un humain luire comme le font les lucioles, ils auraient pris peur et auraient fuit pour revenir avec torches et fourches, clamant l'affiliation pseudo démoniaque de la jeune fille. Pathétique. Ce mot revenait souvent, en fin de compte. Mais il décrivait parfaitement ma vision de l'humanité : un troupeau de moutons. Il suffisait que l'un des moutons décide de sauter d'une falaise et les autres le suivaient, pensant que c'était leur seule chance de salut. Je pense que le mot est adéquat : pathétique.

J'arrivai enfin à la hauteur de la jeune fille qui me demandait d'une voix timide et étranglée si je désirai un quelconque renseignement. En temps normal, je me serai contenter de la capturer et de la séquestrer, puis de la violer sans la moindre hésitation. D'ailleurs Dementis commençait à s'agiter à ce sujet. Mais là n'était pas la question. Cela viendrait peut-être par la suite, mais pour l'heure, j'avais un tout autre objectif.

''Bien le bonjour jeune demoiselle. Je viens humblement demander asile. Je suis tout nouveau à New Kanton et je n'ai nulle part où dormir. Je vous implore, au nom du Seigneur, de m'offrir votre hospitalité, ne serait-ce que pour une nuit.''

J'entendis Dementis rire en moi. Moi aussi je riais. Je riais intérieurement, mais en même temps je me flattais. J'étais assez surpris par mes propres talents d'acteur, je n'aurais jamais cru pouvoir feindre aussi bien le pèlerin en quête d'un abri. Je me mis à genoux devant la jeune femme dont la luisance diminuait lentement, et lui tendit ma main, toujours en lui adressant ce même regard bienveillant qui contrastait totalement avec mes réelles intentions. Si cette jeune femme était bien l'être que je recherchais, alors j'allais prendre un malin plaisir à la changer en … moi. Il me tardait de découvrir sa nature, savoir si elle était bien cet avatar de pure innocence et de gentillesse que je recherchais depuis toutes ces années, afin de pouvoir la briser et la transformer en ce que j'étais moi-même, et ainsi prouver au monde entier que la folie nous habitait tous et ne faisait que suivre les mêmes lois que la gravité : un simple coup de pouce, une petite pichenette et la personne dégringolait, sombra dans les abysses sombres et les profondeurs insondables de la folie.

J'aidai la jeune fille à se relever, lui souriant tendrement. Il fallait qu'elle gagne confiance. Et au vu de son regard, elle avait été témoin des violences qui avaient eu lieu dans la cathédrale il y a peu. Comme mes estimations l'avaient laissé prévoir, celles-ci ne dataient que de quelques jours à peine. Le sang était encore bien rougeâtre, mais avait néanmoins déjà du mal à s'effacer sur le sol en pierre. Et une fine couche de poussière recouvrait les bibelots sur les différentes étagères et sur l'autel. Ni une ni deux, je continuai de jouer mon rôle et proposa mon aide à la jeune femme.

''Je vous en prie, laissez moi vous venir en aide.'' dis-je en prenant un des torchons humides posé tout près. ''Je ne veux pas savoir ce qui c'est passé ici, mais cela va vous demander beaucoup de travail pour tout nettoyer. Laissez moi vous y aider !''

En réalité je brûlais d'envie de savoir dans les moindres détails ce qui s'était passé dans cette satanée cathédrale. Mais le demander à mon interlocutrice n'aurait rien de judicieux. On pouvait encore lire sur son visage qu'elle était profondément marquée par ce qu'elle avait vu, et amener sur le sujet dans la conversation n'aurait pour seul effet que de la faire se replier sur elle-même. En entendant Dementis rire de nouveau, je me joignis à elle. ''Oui, j'aurais du faire psychologue, si je n'avais pas eu un amour aussi fort pour toi, ma belle.'' lui répondis-je mentalement.

Je commençai à frotter le sol avec le torchon mouillé, observant du coin de l'oeil la jeune femme. Elle était radieuse. Malgré son air troublé et presque terrorisé, elle était magnifique. Un visage d'ange, en somme. C'était vraiment parfait, elle était un dessin dont les traits s'affinaient peu à peu pour prendre l'apparence de celle que j'avais toujours recherché.

''Au fait, je m'appelle Matthias. Enchanté, mademoiselle … ?''

Le premier contact avait été réalisé avec succès, place maintenant aux présentations. Le premier pour gagner sa confiance. Le reste suivrait alors de lui-même. Une fois sa confiance gagnée, je n'aurais plus qu'à la convaincre lentement que le monde était une décharge remplie de pourritures, et le tour sera joué. J'aurais enfin accompli mon but, j'aurais gagné. Tu entends ça, père démoniaque ? Toi qui nous a tous créé pour que te divertir devant nos conflits incessants ? Toi qui te délectes de nos morts, tu vas être servis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Lun 11 Mai - 16:54

''Bien le bonjour jeune demoiselle. Je viens humblement demander asile. Je suis tout nouveau à New Kanton et je n'ai nulle part où dormir. Je vous implore, au nom du Seigneur, de m'offrir votre hospitalité, ne serait-ce que pour une nuit.''

On arrivait à entendre son accent allemand, mais se mystérieux inconnu semblait bien maîtriser la langue pour un nouvel arrivé en Amérique. À son timbre de voix, il paraissait sincère et dans le besoin et cela touchait la gentille dame de voir des personnes ainsi. Comment refuser l'asile à un pauvre homme perdu.

Ni une ni deux, il montra la bonté de son cœur à Asoka en l'aidant à se relever puis en saisissant un vieux torchons humides sans laisser le temps à la douce demoiselle de répondre.


''Je vous en prie, laissez moi vous venir en aide. Je ne veux pas savoir ce qui c'est passé ici, mais cela va vous demander beaucoup de travail pour tout nettoyer. Laissez moi vous y aider !''

À ses mots, la belle soupira de soulagement... Elle n'était pas prête à décrire voir à mentir à cet homme dans le besoin pour les instants effroyables qu'il s'était passé ici. Elle voyait que cet inconnu se hâter à frotter le sol à la place d'Asoka qui avait pour travail de laver ses lieux. Son visage montrait des signes d'inquiétudes et de pitié, elle ne voulait pas qu'un si aimable paroissiens s'occupe des traces dont-elle était responsable. Le monsieur se présenta en se questionnant sur le nom de la nonne.

Elle se mit alors à genoux et posa sa douce main sur celle de Matthias avant de lui répondre avec une timidité toujours présente, mais sans crainte cette fois-ci.

" Je vous en prie Matthias, c'est à moi de nettoyer ses lieux, laisser-moi faire. Je... Je m'appelle Asoka... Pour votre demande, sachez qu'il y a toujours une place à Saint-Luc pour les voyageurs fatigués ne vous en faite pas pour ça. "


Asoka prit les mains du voyageur et le releva avec douceur avant de les dépoussiérés avec toujours autant de délicatesse. Son corps avait repris un aspect normale, elle regardait Matthias dans les yeux avant de poursuivre ses mots.

" Vous devez être épuisé mon pauvre, venez donc, je vais vous installer dans votre chambre d'accord ? "

Souriant avec bienveillance, la douce nonne s'essuya les mains avec son chiffon. Elle constatait qu'il n'avait aucune valise, il s'était surement fait voler se dit-elle sans aucun jugement à l'égard de l'inconnu qui venait de pénétrer la maison de dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 38
Crédits : 30
† Lieu de résidence : N'importe où tant qu'il y a des filles et de l'alcool
† Personnage sur l'avatar : Le Patron de SLG

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Mar 12 Mai - 11:01

La jeune femme s'appelait donc Asoka … Ce nom ne me disait absolument rien. Pourtant, je sentais quelque chose qui planait autour d'elle, comme une sorte d'aura, un je ne sais quoi qui me mettait plutôt mal à l'aise. C'était bien la première fois que cela m'arrivait, et pourtant j'en avais croisé de sales ordures. Mais jamais aucun ne m'avait fait un tel effet. En moi résonnait un appel d'alerte, une voix qui me disait ''méfie-toi !'' et qui me mettait sur mes gardes. Quoi que fut cette aura et sa nature, mieux valait ne pas baisser ma garde en présence de cette jeune femme. Peut-être était-elle bel et bien la personne que je recherchais, mais elle ne semblait pas seule, comme si elle avait elle aussi une autre personnalité qui vivait en elle.

Quand elle me vit commencer à laver le sol pour lui venir en aide, elle me stoppa aussi net et me prit les mains, me relevant avec une infinie délicatesse. Elle prétextait que c'était son devoir et uniquement et m'offrit alors de me conduire à une chambre. Décidément, mes doutes s'effaçaient peu à peu, même si cette sensation pesante restait. Je me contentai de lui répondre avec le sourire et de la laisser me guider jusqu'à mes appartements. Tout ce déroulait à merveille, je sentais déjà que sa méfiance s'amenuisait à mon égard, ce qui était un excellent signe.

______________________________________________

Dementis … Je ne sais pourquoi tu m'as donné un tel nom Matthias, mais peu importe. Peu importe le nom que tu me donneras, je suis en toi, je vis pour toi, je vis avec toi … et cette jeune fille est un hôte de premier choix ! Oh mon cher Matthias, si tu parvenais à te l'approprier, et si je pouvais alors l'investir, nous pourrions alors vivre l'un avec l'autre à jamais ! Et imagine comme je serais puissante ! Un tel pouvoir, une telle force se dégage d'elle. Imagine moi avec un tel pouvoir ajouté au mien, imagine moi ainsi … je serais alors une déesse ! Personne ne saurait m'égaler ! Et toi, tu serais à mes côtés Matthias ! Oui, ensemble nous serions les maîtres incontestés de ce monde que tu hais tant, et alors nous pourrions le modeler à ton image, en faire ce que tu souhaites. Ce serait tellement beau … tellement merveilleux !

Mais pour cela, il te faut d'abord gagner sa confiance. Cette jeune Asoka ne me semble pas aussi dupe qu'elle ne le laisse paraître. C'est comme tu le penses, une autre entité vit en elle. Je ne saurais dire avec précision quelle est cette force que je perçois en elle, car elle me demeure presque invisible. Je ne peux rien voir, tout comme toi, mais je ressens une présence qui plane autour d'elle, comme un ange gardien. Une force incommensurable, une force qui ferait de moi la créature la plus puissante de la création !

Pendant que mon Matthias continuait d'amadouer la petite, je profitai du contact physique pour aller effleurer son âme. Je devais m'assurer moi-même que ce corps serait un bon réceptacle pour moi, m'assurer qu'il me permettrait effectivement d'y entrer pour de bon. Tous les corps qu'il m'avait trouvé, que nous avions trouvé jusque là n'avait pas tenu bien longtemps. Ils se désagrégeaient peu à peu, ils saignaient, de l'intérieur comme de l'extérieur. Il n'était pas compatible, trop frêle pour supporter un tel transfert … Leur esprit ne voulait pas lâcher prise. Oui, Matthias, c'est ce qu'il faut, la convaincre d'abandonner sa volonté de vivre, la convaincre de se laisser absorber par mon esprit lorsque j'entrerai en elle afin que je puisse éradiquer toute forme de résistance et que son corps s'offre à moi. Mais je te fais confiance, Matthias, je sais que tu en es capable, tu ne m'as jamais déçue jusqu'à aujourd'hui.

Même cette femme aux cheveux de neige n'en valait pas la peine au final. Elle n'aurait pas tenu. Et puis comme tu l'as dit, elle t'est plus utile ainsi. Nous devons nous faire une place d'importance au sein des organisations de cette ville, qu'elles soient mafieuses ou non. Nous devons avoir des alliés qui nous soutiendrons, cela ne nous rendra la tâche que plus facile. Et puis, des alliés … ça se trahit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Mer 13 Mai - 16:18

De la méfiance, cela était le mot juste pour qualifier l'état d'esprit d'Higma, l'âme draconien qui veillait sur Asoka. Il sentait que le mystérieux voyageur n'était pas aussi bon qu'elle le pensait, du coup, il manifestait sa présence physique imposante et pourtant invisible.

« Méfie-toi de cet homme ma délicate hôte. »

La douce demoiselle échangea un regard discret avec son ami imperceptible et inaudible aux yeux de tous, elle n'était pas du même avis et aimer commencer une relation sans aucun jugement. Les yeux de la belle luisait légèrement d'une allure céleste comme à chaque apparition de son ami dragon. S'il était aussi mauvais qu'Higma le prétendait, Asoka allait faire son avis toute seule.

Naïve, la nonne amena l'étranger jusqu'à une chambre du second étage, par prudence, elle avait placé la chambre la plus lointaine à celle des marches d'accès au troisième étages qui était barré d'une cordelette rouge avec un panneau d'interdiction.
Matthias suivait tout tranquillement la nonne et observa la pièce une fois qu'ils furent installer. Asoka présenta alors brièvement la pièce en indiquant du bout de l'index tous ce qu'elle citait.

" Voici votre chambre Matthias, là c'est une petite salle de bain avec sanitaire, ici c'est un peu le coin cuisine avec les deux plaques électriques. D'ailleurs voici le placard où sont rangés une casserole, des couverts, du chocolat en poudre et une brique de lait. Ce coin là, à la droite de votre lit, c'est un petit bureau avec une table de chevet. Vous vous sentez bien ? vous avez l'air un peu dépassé ? "

Asoka avait constaté une expression étrange sur le visage de Matthias, elle ne savait pas comment la décrire alors elle s'était faite comme idée qu'il était content, mais très pensif à la fois. Pour l'apaiser, la demoiselle lui fit un doux sourire plein de bienveillance avant de partir prendre l'escabeau sur le coin de la chambre. Elle le plaça face au placard et monta dessus pour prendre le chocolat en poudre, la casserole et le lait posé trop en hauteur pour sa petite taille. Quand elle saisit le tous, elle le posa sur le coin du bureau et mit la casserole sur la plaque éteinte.

" Vous voulez un peu de lait ? "

L'esprit gardien d'Asoka décida de disparaître pour le moment, mais il gardait néanmoins une oreille attentive à la scène. Les yeux d'Asoka avait reprit une apparence alors normale, son regard azur se plongeant dans celui de Matthias. Elle était très calme, sereine, elle voulait mettre son invité à l'aise et ferait tous pour cela. La délicate jeune femme s'était fixé de rester une heure avec avant de repartir à ses tâches ménagèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 38
Crédits : 30
† Lieu de résidence : N'importe où tant qu'il y a des filles et de l'alcool
† Personnage sur l'avatar : Le Patron de SLG

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Mer 13 Mai - 16:51

« Matthias ! Prend bien garde à toi. Tu as vu juste, mon beau chevalier, elle n'est pas seule. Je ne sais pas quel genre d'entité l'habite, mais comme toi et moi, elle partage son âme avec quelqu'un … ou quelque chose, je peux le sentir. Mais l'absence d'informations sur sa nature en fait un grand danger !
- Dementis, ne me prends donc pas pour un amateur ! J'ai appris de mes erreurs, je saurais agir prudemment. Il va falloir que je fasse tout ce que je peux pour découvrir un maximum d'éléments sur cette entité. Ça va prendre du temps alors j'espère que tu seras plus patiente qu'avec Shadow !
- J'attendrais le temps qu'il faut, mon amour. »


Dementis, parfois j'ai du mal à saisir ce que tu veux vraiment. Mais en l'occurrence, c'est clair ! Asoka est l'hôte parfaite : jeune, pure et innocence. Un hôte parfait pour toi. Peut-être l'hôte élu : l'hôte qui te permettra de vivre non plus en moi mais avec moi, et ce à jamais. Ce serait tellement merveilleux … En attendant, il faudra nous montrer patient, mon amour. Cela nous demandera du temps mais nous parviendrons à notre but.

Pendant que j'étais en pleine réflexion avec ma douce Dementis, la petite Asoka me décrivait la chambre. Le mobilier était simple, basique mais néanmoins rien ne semblait manquer. C'était un petit lieu de repos parfait, pour la plupart des personnes. Pour moi, l'endroit rêvé aurait été une cave, une bâche, un vieux matelas et une fille pour que Dementis puisse l'habiter et que nous puissions partager une nuit ensemble… Mais en attendant de revivre cela, j'allais devoir me contenter de cet endroit. Au moins, j'y serai confortablement installé, et toujours à proximité de ma cible.

" Vous voulez un peu de lait ? "

Ma douce enfant, je te retournerai volontiers la question, bien que je pense pas que nous parlions du même liquide blanchâtre. Néanmoins, afin de gagner davantage la confiance de la nonne, j'acceptai son offre avec un sourire radieux qui venait illuminer mon visage et ainsi cacher mes véritables intentions que ma tête de psychopathe auraient trahi instantanément. Je préparai la table et tirai les chaises, puis invita Asoka à me rejoindre pour partager notre tasse de lait chaud.

La seconde étape de mon plan, de notre plan, entrait en marche : sympathiser et surtout en apprendre plus sur elle. Il fallait donc que je lui pose des questions, allant de la plus banale et générale pour creuser plus profondément dans le domaine de l'intimé.

''Dites moi, Asoka, vous vivez toujours à la Cathédrale ? De ce que j'ai compris vous vous chargez de l'entretien de l'endroit ? Ce doit être épuisant non ? Je veux dire, la Cathédrale est extrêmement vaste tout de même !''

Je bus une petite gorgée de lait chaud, ce qui intérieurement me fit grimacer. J'avais horreur du lait, mais curieusement, celui-ci passait. Peut-être était-ce l'optique d'arriver à mon ultime but qui me procurait cette sensation. Quoi qu'il en fut, la tâche serait longue et dure, mais je saurai être patient. J'avais cherché cette personne durant tant d'années que je pouvais patienter encore un peu. Il ne fallait surtout pas tout gâcher ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Mer 13 Mai - 18:36

Asoka avait remarqué le sourire radieux et amical de Matthias qu'elle traduisait par une affirmation pour boire du lait chaud. Elle laissait son invité mettre les couverts sur le petit bureau rectangulaire de la chambre de fortune installée par l'église. Pendant ce temps, elle faisait chauffer sur les plaques électriques le lait jusqu'à atteindre une température assez chaude pour induire un peu de chocolat à la préparation qu'elle mélangeait à l'aide d'un fouet de cuisine. Une fois prête, elle servit les boissons à table dans deux verres.
Les chaises étaient très proches l'une de l'autre, les deux connaissances avaient l'épaule qui se touchait par moment. Il faut dire que ce n'était pas un grand bureau, il était prévu pour une personne seulement. La nonne trempait ses lèvres dans la boisson chaude qu'elle appréciait pour son goût si doux.

''Dites moi, Asoka, vous vivez toujours à la Cathédrale ? De ce que j'ai compris vous vous chargez de l'entretien de l'endroit ? Ce doit être épuisant non ? Je veux dire, la Cathédrale est extrêmement vaste tout de même !''

La jeune femme se saisit de rougeur, elle réfléchissait rapidement pour trouver une réponse adéquate et ainsi ne pas trop en dévoiler sur son identité.

" Euh... Oui, pas si loin de là en tout cas haha... Je suis effectivement dans l'entretien, je veille sur la cathédrale chaque nuit et je la nettoie. Étonnamment, beaucoup s'épuise en faisant cela, mais pour ma part, les longues nuits et les charges à porter ne m'affecte pas. Pour preuve, je sonne les cloches de Saint-Luc à la main à huit heures. Mon petit plaisir quotidien haha... "

Répondit-elle timidement en souriant avec une sincérité touchante. Après avoir bu la dernière gorgée de son verre de lait, elle se lécha les lèvres puis continua de parler.

" Hmm, c'était délicieux ! Et vous alors, que faites-vous à New-Kanton Matthias ? J'entends à votre léger accent que vous ne venez pas d'ici. Sie sind Deutsche ? "

Asoka souriait avec amusement, c'était une femme assez mystérieuse quand on y pensait... Malgré sa naïveté bien présente, son manque de connaissance du monde extérieur, la douce demoiselle qu'elle était renfermée une très grande puissance et intelligence. Cela fait désormais 21 ans qu'elle demeurait cachée dans la cathédrale sans aucun lien sociable sauf les hommes d'église et Higma qu'elle nommait affectueusement Âthem. Qu'avait-elle fait pendant toutes ses années... Qu'elle secret pouvait bien renfermer son regard céleste...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 38
Crédits : 30
† Lieu de résidence : N'importe où tant qu'il y a des filles et de l'alcool
† Personnage sur l'avatar : Le Patron de SLG

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Mer 13 Mai - 19:29

J'écoutai avec attention ce que me racontai la petite fille, ne perdant pas une miette de ses paroles. Chaque petite information pouvait être cruciale, et je ne devais rien laisser au hasard. Pour que mon plan fonctionne, il me fallait réunir toutes les informations que je pouvais sur cette petite fille. Je la laissait donc me répondre en l'écoutant avec attention, et je fus surpris. Selon ses dires, elle avait une endurance digne d'un marathonien ! Elle soulevait des charges lourdes sans problème et sonnait même les cloches à la main chaque matin. De plus, elle avait l'air de s'être parfaitement accommodée de la vie nocturne. Décidément, elle cachait quelque chose de suspect, sans doute en rapport avec cette aura.

" Hmm, c'était délicieux ! Et vous alors, que faites-vous à New-Kanton Matthias ? J'entends à votre léger accent que vous ne venez pas d'ici. Sie sind Deutsche ? "

Parlait-elle allemand, ou bien était-ce là une bribe de connaissance pour tenter de nouer un lien avec moi ? Quoiqu'il en fut, cela m'amusa, mais au sens premier du terme. Pour la première fois, je ne ressenti pas de plaisir pervers face à une femme, aussi belle soit-elle – et Asoka l'était de loin. Je la regardait sans pouvoir m'empêcher de sourire, mais je pris tout de même mon temps pour répondre. Nul doute qu'elle fuirait sur le champ et me ferait jeter en prison si je lui disais la vraie raison de ma venue à New-Kanton. Je réfléchis alors à un mensonge crédible à lui offrir sur un beau plateau pour qu'elle l'avale tout entier.

''Ich arbeitete wie Bankier, aber meine Unternehmen ging bankrott.'' lui répondis-je dans la délicate et gutturale langue de Goethe.

Je souriais toujours, et mon amusement grandissait encore. Visiblement, elle ne parlait pas couramment l'allemand et semblait avoir un peu de mal à suivre ce que je lui disais. Je repris donc plus lentement, en articulant plus profondément chaque syllabe pour lui faciliter la tâche. Je commençais à ressentir une réelle sympathie pour cette femme, ce qui rendait mon objectif réel tout au plus alléchant. Une fois que je l'aurais fait basculé du côté obscur, et que Dementis l'aurait habitée, elle deviendrait alors l'être ultime, suprême, parfait ! J'ajoutais donc des précisions dans sa langue.

''Suite à cela, j'ai décidé de venir ici pour prendre un nouveau départ. On m'a toujours vendu les Etats-Unis comme la terre de tous les rêves pour un homme qui cherche à se reconstruire. Et New Kanton avait attiré mon attention, pour une raison qui m'est inconnue encore à ce jour hahahaha !''

Je regardai la petite fillette tandis qu'elle me répondait, et je ne pouvais m'empêcher de penser qu'elle n'était pas ce qu'elle semblait être. Au delà de cette entité, cette aura qui semblait la protéger, elle renfermait encore bien des secrets et ne semblait pas décidée à les dévoiler au grand jour. Cela dit, j'étais déterminé, têtu et borné autant qu'il était possible de l'être. Je découvrirai ces secrets, tôt ou tard. Peu importe le temps que cela me prendrait, je savais être patient et j'avais cherché trop longtemps pour tout gâcher en agissant imprudemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Mer 13 Mai - 21:23

Le sourire aux lèvres, Matthias répondait à Asoka en alternant de l'allemand à l'américain, il semblait dévoré la petite femme des yeux et pourtant, la sympathie semblait s'ajouter au regard du voyageur. La gentille hôte se ferait-elle un nouvel ami ?

''Ich arbeitete wie Bankier, aber meine Unternehmen ging bankrott. Suite à cela, j'ai décidé de venir ici pour prendre un nouveau départ. On m'a toujours vendu les Etats-Unis comme la terre de tous les rêves pour un homme qui cherche à se reconstruire. Et New Kanton avait attiré mon attention, pour une raison qui m'est inconnue encore à ce jour hahahaha !''

Asoka ne prit pas longtemps à traduire la phrase que le voyageur avait eût la sympa de dire lentement pour que chaque mot soit entendu. Cela l'avait touché, elle se sentait concerner par la détresse de cet ancien banquier qui avait fait faillite en Allemagne. D'un air désolé, la délicate jeune femme posa sa main sur celle de Matthias.

" Je suis navrée pour votre travail, j'espère qu'une banque de New Kanton voudra bien engagé un homme aussi agréable que vous. Ich wünsche Ihnen viel Erfolg herr Matthias. "

Répondit-elle en essayant de bien prononcer ses mots en allemand pour qu'il puisse bien comprendre. Elle gardait sa main sur celle du voyageur et plonger ses yeux dans les siens... Asoka était douce et n'avait aucune mauvaise attention, elle voulait apaiser son invitée et elle lui souhaitait toutes les meilleures choses au monde pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 38
Crédits : 30
† Lieu de résidence : N'importe où tant qu'il y a des filles et de l'alcool
† Personnage sur l'avatar : Le Patron de SLG

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Jeu 14 Mai - 0:06

Qu'elle était mignonne. Elle avait gobé mon mensonge comme une grenouille aurait gobé une mouche. Ç'avait un côté attendrissant, quelque part, une telle innocence … Mais cela ne me donnait que plus envie de la réduire en miettes. Plus je parlais avec elle, plus j'avais envie de la détruire. Mentalement, mais pas physiquement … Un physique si beau et gracieux ne devait pas être abîmé, surtout s'il pouvait servir d'hôte permanent pour Dementis. Je me devais de préserver son corps. Mais en revanche, j'allais devoir briser son âme, et pour cela il me faudrait parvenir à bout de sa volonté et de son esprit.

" Je suis navrée pour votre travail, j'espère qu'une banque de New Kanton voudra bien engagé un homme aussi agréable que vous. Ich wünsche Ihnen viel Erfolg herr Matthias. "

Tout en me répondant, faisant un effort remarquable de prononciation en allemand, ce qui m'impressionna de la part d'une américaine, elle posa sa main sur la mienne. Cette prise de contact directe, ce lien physique qui s'établit entre nous était inattendu. Cela me surprit, mais je fis de mon mieux pour ne pas le montrer. Je détester laisser paraître aux autres ce que je ressentais, cela était pour moi une forme de faiblesse. Je me contentai donc de lui sourire en la remerciant gracieusement, nos deux mains toujours en contact. C'est alors que je sentis Dementis faire quelque chose qu'elle n'aurait pas du faire, du moins pas sans m'en parler. Une chose démesurément risquée qui pourrait tout fiche en l'air … Dementis, par pitié, pas ça ! Pas ça, NON !

_______________________________________

Cette petite inconsciente n'était peut-être pas aussi dangereuse que ce que je pensais. Même si je fus tout aussi surprise que Matthias quand elle prit sa main dans la sienne, et que je ressentis malgré moi une pointe de jalousie naître, je vis là une aubaine incroyable, une occasion inespérée ! J'allais pouvoir sillonner son esprit ! Bien sur, cela serait très délicat, et j'allais devoir me contenter de gratter la surface, sans quoi elle me sentirait immédiatement et me rejetterait, ce qui mettrait en péril mes projets … Je refusai d'attendre plus longtemps, c'en était hors de question !

Aussi, tandis que Matthias accaparait son attention et obtenait sa confiance petit à petit, je me faufilai dans son esprit et en sillonnai les méandres, dans l'espoir d'en apprendre un peu plus sur ce qu'elle était réellement, et surtout, tenter de découvrir qu'elle était cette aura qui l'entourait et qui me mettait la boule au ventre. Alors que je parcourait les méandres torturées de son inconscient, une présence massive, imposante et écrasante me surpris. J'étais saisie par la peur, qu'était-ce donc ? Pourquoi me sentais-je si oppressée, comme si je supportais une montagne sur mes épaules ? Je vis métaphoriquement volte-face pour apercevoir une silhouette gigantesque, que j'avais de la peine à considérer comme réelle. Je pensais être fichue, mais au même moment je fus brutalement happée par une force surpuissante et me retrouvai de nouveau dans l'esprit de Matthias. Il avait rompu le contact physique.


_________________________________________

Bon sang, quelle inconsciente ! Il s'en était fallu de peu, je sentais sa présence me quitter trop rapidement. J'avais du rompre le lien. Intérieurement, je sentis l'âme de Dementis revenir brutalement en moi, mais extérieurement, j'avais simplement retirer ma main de celle d'Asoka de façon sèche et peut-être même brusque. En voyant l'air surpris de la nonne, je devais donc trouver une justification à mon geste, afin de ne pas raviver la méfiance qu'elle entretenait toujours à mon égard, malgré mes stratagèmes pour l'endormir et l'éradiquer.

''Pardonnez moi, c'est … c'est juste que … J'avais une femme, en Allemagne … Je … je m'en suis rappelé quand vous avez prit ma main, elle le faisait souvent aussi, lorsque j'étais stressé. Elle trouvait souvent les mots pour me réconforter. Malheureusement … elle … elle a été emportée par la maladie …''

Afin d'ajouter du réalisme, je me mis à verser quelques larmes qui perlèrent sur mes joues. Je me surprenais moi-même à être si bon acteur, et j'espérais que le subterfuge aurait l'effet escompté sur mon amie nonne. Il le fallait sans quoi tout risquait de flancher et mes efforts auraient alors été vains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Jeu 14 Mai - 22:29

Asoka se sentait légèrement étourdis durant de quelques secondes, un sentiment étrange la parcourait... Son cœur se mit à palpiter et la couleur de ses jolies yeux azurs commençait à s'assombrirent peu à peu jusqu'à la réaction étrange de Matthias, qui d'un geste vif, retira sa main. Suite à ça, sans qu'Asoka s'en aperçoivent, ses yeux prirent des proportions lumineuses très importantes comme des petites flammes céleste qui s'échappaient de son regard doux. Pourtant, la belle n'avait aucune haine, elle ne comprenait pas la reaction de ça nouvelle connaissance qui semblait tout à coup stressé pour une raison qui lui était encore obscure. Elle ne voyait même pas les réactions de ses yeux, cela était invisible pour elle.

''Pardonnez moi, c'est … c'est juste que … J'avais une femme, en Allemagne … Je … je m'en suis rappelé quand vous avez prit ma main, elle le faisait souvent aussi, lorsque j'étais stressé. Elle trouvait souvent les mots pour me réconforter. Malheureusement … elle … elle a été emportée par la maladie …''

Quand la petite dame avait vu Matthias pleurer, elle ne pu s'empêcher d'être encore plus désolée pour lui. Avec délicatesse, Asoka se releva puis se pencha légèrement en utilisant la manche longue de sa robe blanche pour essuyer les larmes du voyageur. La belle semblait triste de le voir ainsi, elle pinçait ses fines lèvres en le regardant pleurer, lui assurant d'une voix douce.

" Ça va aller Matthias... Je suis là pour vous maintenant ainsi que le personnel de l'église. "

Soudain les yeux de son invité s'écarquillèrent... Que se passait-il...? La petite dame cherchait une réponse, elle semblait extrêmement inquiète pour lui.

__________________

Je me méfiais de toi depuis le départ... Maintenant que tu es entrée dans ma tête, crois-moi... Je ne te lâcherais plus jusqu'à te voir loin de ma délicate hôte qui n'est pas un self-service à esprit malveillant de ta sorte. J'avais senti ton corps, sombre à l'apparence humaine se déplacer dans l'espace que je m'étais faite dans l'inconscient de mon hôte. Quand cette chose commençait à s'approcher de moi, je m'avançais avec liberté et force vers lui... Tu as bien eu de la chance de disparaître au moment où j'allais te raser de la surface vermine. L'acte n'allait pas rester impuni, non... Pour la première fois, j'allais faire quelque chose derrière le dos d'Asoka. L'âme curieuse avait par mégarde, tisser un lien très faible avec moi... Parfait. Les yeux de ma chère protégée luisait d'une lueur céleste sans qu'elle s'en aperçoive, j'étais entrain d'apparaître aux yeux de se " voyageur " sans valise.

" Ne... T'approche plus jamais d'elle !!!! "

Soudain, je poussais un hurlement, un hurlement puissant et assourdissant pour l'auditeur qui recevait cela... Et à sa tête, il avait bien saisis mon message et mon air menacent avant de disparaître pour retourner dans l'inconscient d'Asoka pour le protéger de toute nouvelle intrusion.

Le cri d'Athêm:
 

Tu es si douce mon hôte, mais je ne te laisserais pas te faire attaquer à nouveau aussi bêtement. Tu t'occupes tant de lui, avec une bonté d'âme qu'on ne pouvait copié sans bonnes attentions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 38
Crédits : 30
† Lieu de résidence : N'importe où tant qu'il y a des filles et de l'alcool
† Personnage sur l'avatar : Le Patron de SLG

MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   Mar 19 Mai - 23:27

Ce que je ressentis à ce moment précis, c'était … c'était indescriptible. Une telle rage, une telle puissance, comment un être aussi puissant et au potentiel si dévastateur pouvait se trouver dans un corps si frêle et léger ? Une fille aussi douce et innocente, aussi pure et pacifique qu'une fleur … Cela expliquait donc sa grande force physique, cela expliquait ses luisances étranges. Un monstre vivait en elle, mais pas n'importe quel monstre. Un véritable dieu de la Destruction, un avatar de la Puissance elle-même, qui pourrait tout détruire sur son passage s'il le voulait. Après m'être mentalement remis de ce choc, une chose me vint à l'esprit, et m'échappait totalement : pourquoi elle ? Pourquoi cette gamine insignifiante ?

Je me repris, sentant Dementis réinvestir mon esprit. « Nous aurons une discussion plus tard, ma chère » lui dis-je silencieusement avant de me retourner vers mon interlocutrice à la consistance physique. Elle semblait quelque peu désorientée, perdue, et ses yeux qui s'étaient mis à luire légèrement reprirent leur teinte normale. Je m'approchai d'elle, toujours en feignant de pleurer et en séchant les dernières larmes que la petite nonne n'avait pas pu effacer de mes joues dans son geste d'infinie bonté, lorsqu'elle s'était approchée de moi pour les essuyer de sa robe blanche. À son expression, j'avais du laissé paraître que quelque chose n'allait pas au moment où Dementis avait fait la rencontre de l'autre. Je devais la rassurer.

''Tout va bien, Asoka, ne vous en faites pas. Seulement quelques souvenirs qui remontent à la surface, rien de plus. Parfois, malgré toute notre volonté … on ne peut échapper au passé ni à ce que nous sommes …''

Je prit la main de la nonne dans les miennes, la caressant avec une douceur presque fraternelle, comme si j'étais en face d'un membre de ma famille, ma sœur ou plutôt ma fille au vu de son jeune âge – peu importe. Je lui adressai un sourire bienveillant empli de fausseté, puis lui fit un baise-main qui la fit rougir en la remerciant de sa bonté et de son hospitalité. Puis je prétextai avoir besoin d'une douche pour être enfin seul avec Dementis. Une fois la nonne sortie, je pus entamer la conversation.

''Bon sang Dementis, qu'est-ce qui t'as prit ?! Tu veux tout faire échouer avant l'heure ??!!!
- Matthias … Si tu avais vu ce que j'ai vu … Si tu avais sentit son cri pénétrer dans mon âme … c'était terrifiant !
- Tu es complètement inconsciente ! Nous savions que cela était dangereux de ne rien savoir sur cette entité ! Je croyais qu'on était d'accord pour se faire discrets et d'en apprendre le plus possible sans se faire remarquer.
- C'est ce que je comptais faire … je voulais tâter le terrain, voir si cet esprit me semblait viable pour se mêler au mien pour de bon … Mais pas tant que cette chose vit en elle … Oh non, elle m'a vu, elle sait qui je suis, et maintenant elle sait que nous sommes tous les deux complices … Il faut s'en débarrasser, Matthias !!! S'en débarrasser !!!''


Voilà qui était bien plus facile à dire qu'à faire. Se débarrasser d'une telle forme de vie, ce ne serait pas chose facile. Il me faudrait savoir comment l'atteindre, savoir le lien qui l'unit à Asoka et enfin réussir à les séparer. Car Asoka ne semblait pas ignorer la présence de cette entité en elle … Du moins c'est ce que m'affirmait Dementis. J'allais devoir tirer tout ça au clair avant d'agir. Et il me faudrait alors agir avec la plus grande prudence.


__________________________________________


Matthias … Pauvre idiot … Tu ne sais pas ce que j'ai réellement vu. Ce n'est ni un dieu de la destruction, ni une force de la nature, ni quoi que ce soit, mais bel et bien la clé qui me propulserait au rang de Déesse ! Avec une telle force, un telle pouvoir en ma possession, personne ne me résisterait et je pourrais alors dominer le monde et en faire mon terrain de jeu ! Néanmoins, il me fallait d'abord l'atteindre, et pour cela j'avais besoin de toi, mon doux Matthias. Ma marionnette préférée. De tous ceux que j'ai manipulé jusqu'ici, tu étais le plus adorable, le plus intéressant et le plus crédule. Sous prétexte de ta folie, tu m'avais suivie sans te poser de question, pensant que je n'étais qu'une personnalité née de ton esprit dérangé et qui s'était forgé une histoire par la suite.

Et le plus drôle c'est que tu avais fini par m'aimer sincèrement. Pauvre, pauvre Matthias, si seulement tu savais la vérité … Mais n'aies crainte, tu la sauras en temps voulu. Lorsque cette petite idiote sera devenue mienne, lorsque j'aurai dévoré son âme et son esprit pour disposer librement de son corps et de cette incommensurable puissance, lorsque je n'aurai alors plus besoin de toi et que je tuerai, là tu sauras la vérité. Mais pour l'heure, continue de vivre dans ta folle histoire d'amour impossible qui te permets de justifier tes actes meurtriers … Continue donc de servir mes intérêts.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un loup dans la bergerie - langue fourchue et crocs pointus [PV Asoka Sa-Ré]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore)
» Quand le loup arrive dans la bergerie [Topic terminé]
» un loups dans la ville ainsi que des pirates et un chasseur sans m'oubliez moi ainsi que les civils...
» L'Opéra ou comment brûler un loup dans la chaufferie [Chastity, Comte] [20/12/41]
» Empreinte de Loup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Cathédrale Saint Luc-