Partagez | 
 

 Ce que j'ai de plus précieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Ce que j'ai de plus précieux   Jeu 8 Jan - 17:50

Cela faisait maintenant quelques jours que Brian créchait à la Cathédrale Saint-Luc, et qu'il avait entreprit ses recherches. Cependant, celles-ci n'avaient pas porté leur fruit jusqu'à présent. Brian se demandait même si les hommes qu'il recherchait n'étaient tout simplement pas déjà morts. Mais il ne pouvait pas se contenter de simples suppositions, il devait en avoir le cœur net ; il devait les retrouver tous et le voir morts pour avoir la conscience tranquille, après quoi il pourrait enfin avoir accès au repos que son âme déchirée réclamait depuis tant d'années.

Mais pour l'heure, il n'avait pas retrouvé un seul de ces hommes, aussi décida-t-il de rebrousser chemin et d'aller vers la Cathédrale, afin d'y retrouver Asoka. Sur le chemin il repensa à leur rencontre. Un soir d'hiver, où il faisait un froid glacial et humide, et où le vent soufflait l'air froid en intensifiant sa morsure, il l'avait vue. Comme un phare dans la nuit, elle s'était approchée de lui, non pas sans peur, mais elle avait outrepassé ses émotions pour offrir l'asile à un pauvre vagabond, non seulement sans toit, mais aussi sans réel autre but que la vengeance. Elle lui avait tant rappelé Esther que pendant un instant, une fraction de seconde, il l'avait aperçue, ou du moins avait-il cru l'apercevoir derrière la jeune femme quand elle s'était tenue devant lui en le regardant de ses yeux bleus, comme une ombre qui planait au dessus d'elle. Sans qu'il ne sache pourquoi ni ne comprenne comment, un flot d'émotions refoulées avait jailli en lui et ses jambes avaient cédé.

Depuis, il était différent. Il ressentait tant de choses … Tant de choses qu'il avait oublié, qu'il ne connaissait plus. Cela le rendait extrêmement confus, aussi avait-il choisi de demeuré comme il l'avait été, un être impassible, ne laissant transparaître aucune émotion dans son regard ou sa voix. Il y parvenait sans trop de difficultés, sauf en présence d'Asoka. Cette jeune fille si généreuse était la seule personne qui parvenait, sans rien faire d'autre que de le dévisager avec son air innocent, à lui décrocher un sourire.

Il était perdu dans ses pensées, si bien qu'il ne vit pas le temps s'écouler alors qu'il marchait jusqu'à la Cathédrale et se retrouva devant la massive porte de bois. Il la poussa de toutes ses forces, de tous ses muscles, et passa par l'énorme palissade de bois entrouverte avant de la refermer. Il entendit le bruit sourd du bois claquer contre la roche de l'encadrement de l'entrée de l'édifice, et resta immobile et silencieux, le temps que l'écho se dissipe, en profitant pour l'écouter. Puis il monta dans sa chambre. Il pensait y trouver Asoka, qui habituellement à cette heure-ci faisait le ménage dans les chambres, mais la jeune femme était introuvable. Il fouilla les autres chambres, toutes vides, et commença à s'inquiéter de ne pas trouver sa petite protégée.

« Asoka ?! Où es-tu ?! Réponds moi, je t'en prie ! »

Il commença à nouveau à ressentir des émotions de manière bien trop importantes, qui le perturbaient. Son cœur s'emballait, sa respiration s'accélérait : il était prit de panique. Il remarqua alors un détail qui lui avait échappé et auquel il n'avait prêté aucune attention : il voyait bien le père Joys, le père Pikalo, mais le frère Tale était introuvable. Il ne voulu tirer aucune conclusion hâtive, car c'était un homme d'église, mais il ne put s'empêcher de trouver cela étrangement suspect. Il alla donc voir les deux pères pour leur demander s'ils savaient où il pourrait trouver le frère Tale.


Dernière édition par Brian Frelser le Mar 20 Jan - 17:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Ven 9 Jan - 22:11

Cela faisait quelque temps déjà que je n'avais plus revu la jeune femme nonne de la cathédrale de saint Luc, j'avais promis de lui ramener du chocolat, elle semblait aimer le chocolat.
Depuis les événements de la clinique, je n'avais pas revu Mischa Jones, ni tenter de prendre contact avec aucun nobody, ce qui s'était passé m'avais marqué au fer rouge dans mon âme.

J'avais besoin de me confier, je pense, même si c'était à l'image d'un homme qui n'existait peut-être pas.
Sous la pluie, j'avais traversé la ville, abrité par un manteau de cuir, je n'avais pas mis de capuche, mes cheveux étaient trempés et mon visage ruisselait de gouttes d'eau alors que je passais la lourde porte de bois de cette église, dressé fièrement depuis des siècles.

L'endroit était calme, seul deux des prêtres étaient là et écoutaient quelques fidèles venus prier en ces heures sombres.
Je me rendis prêt de la statut représentant jésus sur le crucifix, j'avais une boite de chocolat dans la main que je posa à coté de moi le temps de regarder la représentation de cet homme.

"Toujours à la recherche de votre frère ?" Interviens une voix amicale dans mon dos.

Je me retournai pour voir le père Pikolo me regarder avec un sourire bienveillant, cet homme inspire la confiance et transpire la bonté.

"J'ai vécu certain choses... Qui change le Coeur d'un homme." Je lui répondis, la voix sombre, un murmure triste marqué par la noirceur de cette clinique.

Le père vint à côté de moi  et cacha ses mains dans sa bure de moine en lin brune. Il regardait la statut de jésus avant de me dire avec la voix d'un père parlant à un enfant.

"La vie est faite d'épreuve qu'il faut savoir surmonter, parfois seul, parfois en compagnie d'être chère. Vous n'êtes pas, d'ici, jeune homme, la situation de cette... Ville, offre parfois de trop grandes épreuves à surmonter."

"Pourquoi personne ne réagit, père Pikolo... Partout dans cette ville les gens ont peur, partout les gens sont méfiants... Ils n'osent pas regarder leurs passés, ils ont une terreur si forte des fantômes qui si son caché." Je répondais avec incompréhension.

"Ils ont peur oui, la joie n'est plus dans cette ville sauf pour les tyrans et les vils..." Il s'approchait de moi pour me regarder en face et poser sa main sur mon épaule." Peut-être ces gens ont ils besoin que quelqu'un montre la route... Que des gens leurs ouvres les yeux... Votre frère a essayé en vain maintenant, il ne se bat plus... Mais peut-être que vous... Vous serez lui pardonnez et lui montrez qu'il n'est pas si mauvais qu'il veut le faire penser pour se protéger."

Sur ce le prêtre parti, me laissant seul, je voulus me rendre aux étages pour oublier ces étranges paroles et donner à Asoka sa boite de chocolat comme promis mais je remarquais un homme dans les étages, il m'étais inconnu, je préférais rester en bas et attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Ven 9 Jan - 23:55

La panique ne cessait de croître, mais Brian faisait tout pour se maîtriser et ne rien laisser transparaître de ce qu'il ressentait. C'était son seul mécanisme de défense face au monde extérieur : cacher ses émotions, ses intentions. Rester un livre fermé, scellé, que personne ne pouvait ouvrir sans la clé. Et cette clé, c'était Asoka qui la détenait. En fait, elle ETAIT la clé. Son innocence, sa bonté et sa douceur étaient les seuls éléments qui pouvaient apaiser Brian et percer le voile sombre et opaque qu'il avait dressé autour de son coeur comme une barrière infranchissable.

Ne trouvant nul part sa protégée, et ne recevant aucune réponse à ses appels, Brian décida donc de descendre afin d'aller se renseigner auprès des pères Pikalo et Joys pour savoir s'ils pourraient l'aider.  En descendant les escaliers qui débouchèrent sous la grande voûte de la Cathédrale, Brian vit un homme inconnu qui s'entretenait avec le père Pikalo. Brian s'avança doucement, sa main droite prêt de sa ceinture, instinctivement prêt à dégainer son arme en cas de menace. Il affichait alors à nouveau son air inexpressif, impassible. Le regard d'un homme qui ne ressentait plus rien et qui n'avait aucun remord.

Il s'approcha des deux hommes, se rendant copte à temps qu'il avait la main sur la crosse de son arme, et la retira en arrivant à leur hauteur. Alors que le père Pikalo avait commencé à s'éloigner, Brian l'interpella.

« Père Pikalo, pardonnez moi de vous accaparer, mais je cherche Asoka. Elle est introuvable, savez vous où elle est allée ?
- Oh, bonjour Brian ! » Pikalo se retourna vers l'homme inconnu et lui parla brièvement. « Axel, voici Brian Frelser, un de nos pensionnaires recueilli par Asoka. » Puis il se retourna vers Brian « Je suis navré de ne pouvoir vous être utile, Brian. Mais peut-être que le Frère Tale pourra vous éclairer davantage. Il est monté dans le clocher il y a peu de temps, vous devriez aller y jeter un coup d’œil.
- Merci à vous, mon père. » dit Brian d'une voix rauque et monotone, en joignant ses mains et en s'inclinant légèrement face à l'homme d'église. Il jeta un dernier regard à Axel, en qui il n'avait logiquement aucune confiance et dont le motif de la présence ne l'intéressait que trop peu pour le moment, puis reprit la direction des escaliers, qu'il gravit quatre à quatre, sans prendre la peine de masquer so empressement.

« Il est toujours comme ça, sauf quand il est avec Asoka. Alors, il deient un tout autres homme. Il se comporte envers elle comme un père, ou un frère … Il est extrêmement protecteur envers. Je ne comprends pas bien pourquoi, mais il semble ne plus savoir comment gérer ses émotions. Il a du vivre quelque chose de marquant lui aussi … Peut-être pourrait-il vous apporter l'aide dont vous avez besoin, Axel, qu'en pensez-vous ? » dit alors le père Pikalo avant de s'éloigner du nouvel arrivant sans lui donner le temps de répondre, afin de le laisser réfléchir à la question qui venait de lui être posée.

De son côté, Brian avait un mauvais pressentiment qui ne cessait de croître. « Pourvu que je me trompe ... » pensa-t-il en gravissant les marches de l'escalier en colimaçon qui lui parut interminable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 10 Jan - 0:16

J'avais l'homme approcher, il m'avais effrayer pour être honnête, il n'émanait aucune vie de ses yeux, rien, un néant absolu, une froideur arctique.
Il parlait à père Pikalo, cherchant lui aussi Asoka, laissant transparaître comme une sorte de fissure dans son masque d'inhumanité.
Mais le plus inquiétant ce fut le geste vers sa ceinture de l'homme,il l'a retira vivement. Moi même je m'était préparé à utiliser mon don. Ici dans l'église, je n'amenait pas d'arme, par respect.

Alors que l'homme allait vers les escalier je le rattrapais en l'interpellant.

"Hey attendez, je sais que vous me connaissez pas mais... j'aime pas trop ce frère Tale, pourquoi pas vérifier ensemble qu'il ne nuis pas à autrui?"

J'espérait que mon sourire et mon allure amicale ferait effet et que cet homme ne voudrait pas me tuer, il avait l'air très glauque comme dis souvent Malika.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 10 Jan - 17:19

Cher Journal, comme promis, je me confis à toi comme mon père l'a fait autrefois... Je suis en train de me sociabiliser avec d'autre personne que celle de l'église. J'ai recueilli au sein de la cathédrale un sans-abri qui répond au nom de Brian, un homme bon qui pourtant m'avait fait peur au début de notre rencontre... Je crois qu'il n'avait pas vécu une vie agréable autrefois et qui, comme moi, n'a pas dû rencontrer énormément de monde. Nous sommes devenus très amis et c'est la première que je me sens aussi proche de quelqu'un, il veille sur moi et moi sur lui... Je ne regrette pas de mettre fait un ami et d'après père Pikalo, cela n'est pas un péché bien au contraire.


~~~~~~~~~~~~


Père Joy's est enfin rentrer de son voyage, même si cela ne va pas durer longtemps, je suis tellement heureuse de le revoir ! Quand je l'ai vu, je lui ai sauté dans les bras ! Il dit que je suis encore un peu enfantine, mais que sa fait du bien de voir des gens comme moi, je ne sais pas se qu'il a voulu dire par-là, il à toujours été mystérieux, d'ailleurs je me demande quand va être sa prochaine escapade et ou surtout. Il me manquait Père Joy's, il est souvent de sortit et je n'ai que très peu d'information sur ses destinations... Enfin bon, je l'aime comme il est, il est comme un père pour moi. Bien sûr papa, je t'aime et ne t'oublie pas, mais il était bien souvent là à mes côtés quand tu étais parti.

~~~~~~~~~~~~


Papa, j'ai peur, je n'ose pas me confier au père Joy's sur le comportement du frère Tales, il est de plus en plus sévère... J'ai peur d'en dévoiler plus et ma main en tremble rien que de l'écrire. Le frère Tales ne t'a jamais aimé et le journal non plus, mais je t'assure, je l'ai toujours protéger et ton honneur aussi car je sais qu'un jour on se reverra et que tu ne m'a pas " abandonné " comme il me le répète souvent... J'espère que la situation s'arrangera bientôt...

_________________________

Doucement, Asoka referma son journal en soupirant avec une certaine angoisse dans le regard, elle avait peur, mais peur de quoi...? La douce Lyse rangea son livre intime à double tour dans le tiroir de son bureau avant de cacher les clefs dans une cachette secrète de sa chambre...

Des grincements de marche d'escalier se firent entendre, quelqu'un montait à sa chambre... Serais-ce son ami sans-abri...? La nonne fit apparaître un sourire sur son visage en joignant ses mains entre elle pour aller voir à l'entrée de sa pièce, d'un ton acceuillant elle dit alors.

" Brian, est-ce toi mon ami ? "

Le silence envahi la pièce, pas de réponse, seul les bruits d'une personne qui gravissait lentement les marches, la petite dame commencait à s'inquiéter... D'un pas peu sur, elle s'approcha un peu plus de l'entrée de sa chambre quand elle vit l'homme qu'elle redoutait le plus en ses lieux, le frère Tales qui lui répondit avec un sourire peu rassurant.

- Brian est sorti mon enfant, il n'y a que nous deux dans cette pièce... 

Asoka était pétrifié face à l'image du frère Tales qui terminer de monter les marches en bois une à une, elle avalait sa salive bruillament en frottant ses mains, elle cachait ses tremblements et parler d'une voix qui semblait stressé.

" Oh, je vois... Que me... Me vaut l'honneur de votre visite mon frère...? "

Frère Tales avançait dans la pièce jusqu'à Asoka, il avait se sourire aux lèvres qui indiquaient qu'il avait une idée derrière la tête, il était maintenant tout prêt de la douce jeune femme, elle pouvait sentir son souffle chaud. Pourquoi souriait-il ainsi...? Asoka n'arrivait pas à sortir quelconque son de sa bouche, elle avait trop peur... Peur de cet homme si violent et si pervers.

- Ma délicieuse enfant, je suis de bonne humeur aujourd'hui et je voulais que tu le sache, alors arrête de te montrer si distante avec moi. Nous nous entendions si bien d'habitude pourtant... 

Dit-il en prenant le contour du menton de la nonne entre ses doigts avant de lui presser la mâchoire en continuant de parler.

- J'attends des excuses Asoka Sa-Rê. 

Asoka avait la mâchoire pressée et marmonner un pardon avant de se faire gifler méchamment la joue... Sa tête était en mouvement par la force de la claque, elle avait mal et ses cheveux étaient rester contre son visage quelques instants.

- Bien, ne recommence plus jeune fille. 

" Oui mon frère, je... Je ne recommencerais plus. "

L'homme retrouva son sourire, il se plaça derrière Asoka et l'enlaça de ses bras maigres en se collant sa tête sur l'épaule de la jeune femme trop faible pour réagir. Il sentit les longs cheveux blancs de la nonne.

- Hmmm... Asoka ma douce, chante pour moi, chante mon colibri.

Asoka se mit à chanter faiblement alors que les bras du frère Tales commencèrent à se balader...
Plusieurs heures passèrent dans cette petite pièce qui faisait office de chambre pour Asoka, que c'était-il passé durant tout ce temps...? Ce n'est qu'en début d'après-midi que la petite nonne descendit les marches de sa chambre et sortit par la porte secrète derrière une statue avec ses outils pour faire le ménage, elle avait l'air effacé et chanter d'un ton absent... Dans le couloir, ses deux connaissances l'attendaient, elle était passée devant eux comme-ci ses deux hommes n'étaient qu'un simple décor, pas un bonjour, même pas un regard, elle poursuivait son ménage le long de son couloir. Elle boitait légèrement, mais s'efforcer à bien marcher en continuant l'entretien des lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 10 Jan - 18:29

Le dénommé Axel rattrapa Brian alors qu'il montait les escaliers, lui indiquant qu'il souhaitait lui aussi rechercher Asoka. Apparemment, Brian n'était pas le seul à avoir une vision plutôt négative du moine.

"Si vous le désirez. Vous connaissez Asoka ?" lui demanda-t-il en continuant sa route nerveusement.

Il écouta l'autre répondre quand ils virent tous les deux passer Asoka, l'air absent, chantant sans aucune conviction, et boitant. Elle ne les remarqua pas un seul instant et commença à faire le ménage comme à son habitude, le regard encore plus vide que celui que Brian avait d'ordinaire. Ce dernier ne pu d'ailleurs pas s'empêcher de prendre un air inquiet en s'approchant de la jeune femme. Il posa sa main sur l'épaule d'Asoka et la tourna vers lui. Il fut alors horrifié de voir que dans son regard était vide de vie, et que seule la peur s'y lisait. Immédiatement, il regarda Axel, paniqué.

"Que lui arrive-t-il ? Est-ce sa maladie ? Elle m'en avait parlé mais de façon très évasive ..."

Il discuta avec Axel du pourquoi et du comment de l'état de leur amie commune, quand Brian eut alors une pensée soudaine. Il vit en effet le Frère Tale passer au loin, sifflotant une des mélodies favorites d'Asoka, le sourire aux lèvres. Il confia alors à Axel la garde de sa protégée et marcha d'un pas déterminé vers le moine, une expression de colère se dessinant sur son visage au fur et à mesure que la distance entre eux se réduisait.

"Frère Tale." tonna Brian d'une voix puissante qui trahissant son état. "Puis-je savoir où vous étiez ? Je vous ai cherché partout.
-Ah Mr Frelser ... J'étais occupé, j'avais des affaires à régler dans le confessionnal. Vous devriez d'ailleurs vous y rendre une fois, à l'occasion, je serais ravi de vous permettre de soulager votre confiance. Enfin bon, que me vouliez-vous ?
-Je souhaitais savoir si vous aviez une idée de ce qui avait pu mettre Asoka dans cet état." rétorqua Brian en pointant la jeune fille du doigt, un ton accusateur à peine dissimulé dans sa voix.
"Ma foi, je n'en ai pas la moindre idée, mais cette petite à toujours été très perturbée. Allez savoir ..." Il prononça ces derniers mots en accentuant son sourire, ce qui chauffa les nerfs de Brian qui l'agrippa par le col de sa robe de moine.
"Si vous lui avez fait quoique ce soit, frère Tale, votre Dieu m'en est témoin, vous le paierez. Et quand j'en aurai fini avec vous, vous me supplierez de vous envoyer rejoindre votre Dieu.
-Menacer un moine dans un lieu saint ?!" s'écria alors le moine, volontairement pour attirer l'attention. "Mais vous avez perdu l'esprit, mon pauvre Brian ! Vous serez condamné à l'enfer pour de tels gestes, si vous ne vous confessez pas et ne demandez pas le pardon du Seigneur, vous ..." Mais il fut interrompu par Brian qui lui tordit alors le bras.
"S'il y a bien une chose que j'ai apprise durant toutes ces années, c'est à reconnaître un monstre quand j'en vois un. Je vous préviens, je n'aurai aucun remord à vous tuer si vous avez ne serait-ce que touché à un seul de ses cheveux."

Le regard de Brian avait changé, il était comme personne ne l'avait jamais vu. Du moins personne qui puisse en témoigner. En effet, malgré son absence d'émotions, Brian avait toujours été familier à l'une d'entre elle, depuis sa plus tendre enfance : la colère. Cette colère qu'il ressentait depuis la mort de sa mère adoptive, seule personne avant Asoka à lui avoir témoigner de l'amour, et qui depuis sommeillait en lui et n'attendait que le bon moment pour ressurgir. Cela se produisait quand il était témoin d'une situation qui lui rappelait son enfance ou qu'il voyait que quelqu'un d'innocent était martyrisé par d'autres, ce qui était le cas. Ses yeux ne communiquaient alors plus qu'un regard assassin, le regard d'un homme qui n'avait pas de remords, pas de pitié et pour qui la vie ne se résumait qu'à une simple pression sur la gâchette d'une arme à feu. Il serrait toujours le poignet du Frère Tale, jusqu'au point qu'on entendit un craquement sourd suivi d'un hurlement de douleur du moine : Brian venait de lui briser les os.

"Ce n'est qu'un avant goût, frère Tale ... Vous êtes prévenu."

Brian lâcha alors le poignet brisé du moine, dont les larmes montaient aux yeux, et reparti vers Asoka, son regard redevenant celui d'un père apeuré pour sa fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 10 Jan - 21:44

Laissant l'ami d'Asoka s'occuper de Tale, j'amenais la jeune femme qui était toujours aussi absente à s'asseoir, par des mots simple, un ton doux et bienveillant je lui demandais de s'asseoir et de me laisser l’examiner. Une maladie avait dis l'homme? Au vu de ce que je voyais, je pense plutôt qu'elle était en état de choc.

Je posais ma main sur le front de la dame aux blanc cheveux, prenant sa température, mon autre mains pris son pouls, puis je regardais ses iris pour voir leurs réactions à la lumière. Oui elle était en état de choc.

Je devais l'amener à revenir à elle, la mettre à l'abri, j'entendais l'homme qui apparemment faisait du mal au père Tale. tant pis pour l'homme d'église, je ne l'aime pas et pas question de m'interposer pour lui malgré ses cris.
Soudain j'eu une sorte de révélation en regardant le visage d'Asoka... Des cheveux blanc, cacher aux yeux du monde, pas de contact avec l'extérieur pour la protéger soit disant, une soit disant maladie. 
Il fallait être diplomate pour obtenir les informations qui m'aiderait à confirmer mon hypothèse, pour le moment, la sécurisé.

Avant je faisait appel à Malika pour m'extraire mais là... Pas d'aide possible. 
Je prie les mains d'Asoka dans les miennes et pris la boite de chocolat de ma poche et l'ouvrit devant elle.
Les chocolat était en forme de coquille d'escargot, mélange de toutes sorte de chocolats, blanc, praliné, au lait, noir etc... 

"Je n'ai pas oublié d'amener ce que je t'avais promis la dernière fois, je suis navré de ne pas avoir pu venir plus tôt, j'ai fouillé une ancienne clinique et j'ai eu très peur la bas oh ca oui.... mais heureusement une amie ma aidé à sortir de la bas, puis maintenant je vais mieux car je revois mon autre amie, toi." Je lui dit avec calme et douceur.

Je pris un chocolat blanc et le mangea en lui disant après avec enthousiasme.

"Délicieux, j'espère que tu les aimera aussi, tiens prends en un, le chocolat ca aide toujours." je lui dit.

j'entendis alors l'homme revenir derrière moi, espérons que son allure ne ferait pas peur à Asoka et ne l’empêchera pas de se confier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 10 Jan - 22:43

Une grande main se posa sur l'épaule d'Asoka qui n'eut comme seule réaction de se redire, elle était observée par les deux hommes qui semblaient interrogatifs voir inquiet. Ils s'échangèrent des mots, mais la jeune femme ne semblait pas réagir, Brian partit juste après en apercevant le frère Tales, qui, comme-ci de rien était, marcher tout en bas. Doucement, Asoka fut pris par la main et amener dans une pièce où plusieurs produits ménagés étaient exposés dans une chambre de secours, la demoiselle fut assise sur un lit, Axel l'examiner tranquillement, le pou, la lumière dans les yeux... La nonne n'avait pas réagi, sa connaissance essayait pourtant de lui parler avec la plus grande des douceurs en lui tendant une boîte de chocolats.

"Je n'ai pas oublié d'amener ce que je t'avais promis la dernière fois, je suis navré de ne pas avoir pu venir plus tôt, j'ai fouillé une ancienne clinique et j'ai eu très peur la bas oh ca oui.... mais heureusement une amie ma aidé à sortir de là bas, puis maintenant je vais mieux car je revois mon autre amie, toi. Délicieux, j'espère que tu les aimeras aussi, tiens prends en un, le chocolat sa aide toujours."

La douce demoiselle prit un escargot en chocolat au lait du bout des doigts et le mit dans la bouche en marmonnant timidement en signe de gourmandise.

" Hmmm, chocolat... "

Elle aimait énormément le chocolat, et même si cela était la seule réaction qu'elle montrait pour l'instant, c'était sur la bonne voie. Pendant qu'elle dégustait le chocolat, son visage cachait derrière ses longs cheveux blancs, Brian rentra dans la pièce. Elle ne regardait personne, trop préoccupé par la boîte de chocolats sur laquel elle était focalisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 10 Jan - 23:12

Quand Brian revint dans la pièce auprès de sa petite protégée, elle semblait toujours aussi perdue et absente, à la différence qu'elle mâchouillait du chocolat que Axel lui avait apporté. Brian s'avança lentement vers elle mais préféra ne pas poser la main sur son épaule comme il en avait l'intention, voyant bien qu'Asoka n'était pas dans son état normal. Le Frère Tale lui avait fait quelque chose, il en était persuadé, mais il n'avait aucune preuve pour étayer ses accusations. Il allait devoir le prendre la main dans le sac ... Sauf si personne ne le voyait agir. Pour être franc, il ne savait pas comment il allait s'y prendre, mais peu lui importait. Il serait prêt à abattre Tale d'une balle dans la tête au milieu d'une cérémonie si cela était la seule solution qui s'offrait à lui.

Il posa précautionneusement son arme sur la table de chevet de la chambre, puis tapota l'épaule d'Axel en l'invitant à s'éloigner un peu. Ils se postèrent dans l'encadrement de la porte d'entrée de la pièce, et ils discutèrent de ce qui venait de se passer.

"Comment va-t-elle ? Est-ce qu'elle va s'en remettre ?" Tout en écoutant la réponse d'Axel sur l'état d'Asoka, l'esprit de Brian ne cessait de lui faire imaginer quelles atrocités Tale avait pu lui faire subir ... Pourvu qu'il ne lui ai pas fait subir ... ''Non, Brian, ne pense pas à ce genre de chose ... Tu risques de te perdre dans le passé et de perdre le contrôle ... Rappel toi l'autre fois, au chalet du lac ..." Axel lui répondit alors, et Brian enchaina sur les question qui lui taraudaient l'esprit.
"Je vais sans doute me montrer indiscret, mais vous connaissez Asoka depuis longtemps ? Vous semblez proches, tous les deux ... Enfin, là où je veux en venir, c'est que si vous la connaissez depuis un moment, vous avez peut-être déjà remarqué quelque chose à propos du frère Tale ... et de son comportement envers Asoka. J'ai bien vu qu'il ne semblait pas l'apprécier, mais en tant qu'homme d'église, je ne l'aurais jamais pensé capable de s'en prendre à elle ... de quelque manière que ce soit ..." Brian frissonnait, cette situation lui rappelait ce qu'il avait vécu lui-même dans son passé. Pourvu qu'il fasse fausse route sur ce point ... Pourvu qu'il fasse fausse route, sans quoi la bête allait se réveiller, et même si Asoka reprenait conscience à ce moment, il n'est pas dit qu'elle puisse le stopper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 10 Jan - 23:55

Je fus surpris de constater que l'homme semblais moins froid que je ne le pensais, alors que je lui expliquait que Asoka était en état de choc il me demanda si je connaissais depuis longtemps Asoka. 
Eh bien je décidais d'être honnête et je lui expliquais comment je l'avais rencontré. 

"Pour être honnête je l'ai rencontré il y a peu de temps, je cherchais des indices sur mon frère en fuite lorsqu'elle est apparus. C'est une fille bien et j'aimerais qu'elle ne reste pas ici, n'avez vous pas d'autre endroit? Il serait mieux de profiter de son etat de choc pour la mettre à l'abri loin d'ici."

Je regardais l'arme de l'homme sur le chevet.

"Gardez votre arme prêts de vous... j'ai eu accès au passé du soit disant homme d'église Tale, ce n'est pas reluisant, il est bien connu pour violence."

L'homme semblais si inquiet, que je tapotais sont épaule avec empathie en lui disant:

"Où le Tale? je peut m'occuper de le forcer à l'exil, ou à la faute auprès de Pikalo... Faire la justice de Shangai."

En effet, j'avais un plan, un peu osé mais cela serait quelques chose qui renverrait Tale dans son trou.
Déjà, trouver Tale, le faire parler, enregistrer tout ce qu'il dirait, ensuite pirater les haut parleur de l'église et le projecteurs pour tout diffuser, discréditer totalement Tale... Ensuite alors qu'il serait forcé à l'exil hors de l'église, le retrouver, s'assurer qu'il ne tenterais jamais de remette les pieds à l'église, et au moindre doute, l'éliminer.

Ca me parait une bonne idée. 

Je retournais prêts d'Asoka et lui dit avec douceur.

"Asoka, Brian va t'amener en vacance en centre ville... Juste l'histoire de quelques jours, tu verra tout ira bien, il y a un super zoo et même un grand parc fleuri... Moi je m'occuperais de tes tâches et corvée habituelle." 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Dim 18 Jan - 21:47

Les deux hommes habillés en noir semblaient pris dans une conversation à voix basse, Asoka tilta quand la discutions arriva sur le sujet du frère Tales. Silencieuse, elle tendait une oreille attentive à ce qui était dit. Elle ne comprenait pas tous sauf que le frère d'église était soupçonné. Oui, ils avaient raison, mais d'un autre côté, elle avait si peur de lui qu'elle avait acquis le devoir de le protéger contre ses crimes... La lyse respirait assez fort, comme un stress qui commençait à apparaître et qu'elle ne voiler pas.
Axel se pencha vers lui et lui parla d'une voix douce comme-ci de rien était.

"Asoka, Brian va t'amener en vacance en centre ville... Juste l'histoire de quelques jours, tu verra tout ira bien, il y a un super zoo et même un grand parc fleuri... Moi je m'occuperais de tes tâches et corvée habituelle."

Asoka se leva du lit puis marcha lentement vers Axel à cause de son boitement. Ses yeux commençaient à changer d'aspect et sa peau luisait légèrement, sa voix semblait se modifier et être lointaine. À cette modification, son souffle devenu calme et son timbre de voix modifier était doux et apaisé.

" Ne vous souciez pas de moi, je dois rester dans l'église car père Joy's me l'ordonne, je ne peux sortir d'ici, je n'ai pas le droit... Il ne permettrait pas que je sois remplacé par un inconnu, comme tous les autres hommes d'église... "

Quelque chose semblait bizarre dans cette affaire, pourquoi les pouvoirs de la douce Lyse ne se manifester pas quand frère Tales entrait dans la chambre... Que fait Athêm, l'esprit que la nonne gardait en elle depuis sa naissance...? Tales serait-il aussi un de ses " Nobody " dont Asoka ignorait purement la connaissance tous comme Brian...?

La peau de la jeune femme se durcissait jusqu'à avoir l'aspect d'un métal poli gris platine. Doucement, la belle sortit de la pièce dans cette apparence, prenant un ballet dans la chambre et chantonnant toujours d'un air aussi absent... Elle avait l'air d'un robot ainsi, reproduisant toujours les mêmes tâches sans émotion, serait-elle entrain de devenir comme Brian ?
Inlassablement, elle marchait dans le couloir en chantant. Elle ne maîtrisait pas et ne ressentait pas sa transformation, mais dès que le frère Tales avait était évoqué, elle n'avait su retenir cette mutation qui par chance n'avait pas été jusqu'à son apparence draconique pour le moment... Asoka ne boitait pas dans sous cette forme, mais son allure donner froid dans le dos. Sa physionomie faisait penser à celle d'un testament, ses yeux ne cesser d'avoir cette apparence céleste et sa voix un timbre modifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Mar 20 Jan - 18:10

L'idée d'Axel ne manquait pas de logique. Bien sur qu'emmener Asoka loin de cet endroit, loin de ce monstre de Tale, ne pourrait lui être que bénéfique, mais d'un autre côté, Brian n'avait aucun endroit où se réfugier. Qui plus est, il refusait de partir avant d'avoir régler le cas du frère Tale. Il allait trouver un moyen de révéler ses méfaits et de faire accuser le moine, dévoilant son vrai visage au grand jour. il ne lui resterait alors plus qu'à implorer le pardon de son prétendu "Dieu", et Brian se ferait une joie de l'envoyer directement en tête à tête avec son créateur.

Mais il revint alors au moment présent : Axel voulait faire partir Asoka, seulement pour aller où ? Depuis sa naissance, Brian n'avait jamais vécu avec un toit au dessus de la tête. Sa mère l'avait abandonnée, il ne savait pas qui était son père, et même lorsqu'il fut recueillit, il vécu dans les rues de la ville. Jamais il ne vécu avec son propre toit au dessus de la tête. La seule période de sa vie où il fut nourrit et logé fut lorsqu'il était au service de ce chef mafieux et par la suite lorsqu'il fut vendu à cette maison close comme "travailleur". Il frissonna légèrement en se remémorant ces douloureux et dégradants souvenirs, mais tâcha de ne pas le laisser voir aux autres et se tourna vers Axel.

"Je comprends votre raisonnement, mais je n'ai nul part où aller, et je refuse d'emmener Asoka vivre avec moi en vagabondage. Dehors, elle sera exposée à des tas de dangers et je ne pourrais pas la protéger aussi efficacement que si elle reste ici. De plus, dans ces murs, elle n'est exposée qu'à un seul danger : Tale. Et croyez moi, je compte bien m'occuper de son cas. Je vais le prendre la main dans le sac et le lui faire payer .... Comment peut-il se prétendre homme d'église, un homme de foi et de confession prônant l'amour de son prochain alors qu'il agit ainsi ? Je ne comprends rien à ces stupidités qui consistent à idolâtrer un être supérieur qui est censé nous apporter amour et réconfort. Moi, j'ai toujours été seul, j'ai subit mon lot d'horreur et quelque chose me dit que ce n'est pas fini. Je ne pense pas que ce "Dieu" soit si bienveillant.... À mon avis, il nous a créés pour qu'on se débrouille, il se moque pas mal de nous."

Brian avait dévié du sujet principal, sans trop s'en rendre compte, et qui plus est, son ton avait changé. Sa voix monotone avait laissé place à une voix engagé, donnant lieu à un discours énergique et convaincu. Il en fut le premier surpris lorsqu'il réalisa ce qu'il venait de dire, mais alors qu'il s'apprêtait à reprendre la conversation avec Axel, ce dernier expliqua son plan à Asoka. Et ce qui suivit fit l'effet d'un coup de poignard en plein dans le coeur déjà meurtri de Brian.

La jeune femme, cette douce enfant si généreuse et d'ordinaire si souriante, se tourna vers eux. Tandis que sa peau reprenait une apparence métallique luisante, comme le soir où elle avait recueillit Brian, ses yeux changèrent aussi d'aspect, devenant pâles, presque blancs, tandis qu'elle leur parla d'une voix calme, douce et apaisée.

" Ne vous souciez pas de moi, je dois rester dans l'église car père Joy's me l'ordonne, je ne peux sortir d'ici, je n'ai pas le droit... Il ne permettrait pas que je sois remplacé par un inconnu, comme tous les autres hommes d'église... "

Puis elle sortit de la pièce pour aller prendre balai et sceau avant d'entamer ses tâches ménagères habituelles. Brian resta immobile, totalement dévasté par ce qu'il venait de voir. Il trembla un instant sur place, puis alla voir Asoka et se posta lentement devant, posant ses deux mains de façon rassurante sur ses épaules et plongea son regard dans celui de sa protégée. Tandis que les yeux d'Asoka renvoyaient un regard vide, absent, ceux de Brian s'emplissaient de larmes et celles-ci coulaient avec de plus en plus d'abondance sur ses joues mal rasées.

"Asoka ... Par pitié ... Que t'a-t-il fait ...? Qu'a-t-il fait à la douce Asoka, cette merveilleuse jeune fille qui m'a ouvert les portes de cet endroit, qui m'a prit en pitié sans me connaître et qui a pris soin de moi ...? Qu'est-il arrivé à cette personne ?"

Mais la jeune femme resta muette. Brian la relâcha, et elle continua son travail comme si de rien n'était. Comme si Brian n'existait pas. Cce dernier sécha ses larmes, la tristesse se muant peu à peu en colère, puis la colère en haine, pour enfin devenir une rage dévorante qui s'empara de son coeur et de son âme. Il se retourna vers Axel, à qui il adressa un regard furieux, même si cette fureur ne lui était pas adressée. Il lui ordonna simplement "Ne quittez pas Asoka des yeux" avant de retourner dans sa chambre et de saisir son arme. Il vérifia le chargeur, puis arma un tir et se dirigea vers la porte. Il s'arrêta à côté d'Axel un moment, regard le sol devant lui, et dit simplement :

"Restez avec Asoka. Je vais tuer Tale."

Puis il s'en alla si vite que personne n'aurait pu le retenir, déterminé à trouver le moine et à lui offrir un entretien en privé avec son Seigneur. La bête était lâchée, et plus rien ne pourrait l'arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Mar 20 Jan - 22:29

Mais bon sang qui était ce type ! Il avait surement vécu pas mal de truc sombre dans sa vie, mais là tuer un prêtre dans une église, je ne doutais pas un instant de la légitimité de l'acte de tuer Tale pour l'empêcher de nuire mais de là à le tuer en plein dans l'église !
D'un autre côté, il y avait Asoka pris dans son état second et qui manifestement était une ... Nobody.
Un peu comme moi, mais avec un pouvoir qui avait l'air bien différent.

Brian allait faire couler le sang, animé par une haine dévorante, l'église ne serait alors plus jamais un lieu de paix et un refuge pour Asoka et Eternal allait venir y mettre son nez et trouver Asoka sans peine et leurs testaments la tueraient !

Je vis l'homme commencer à partir vers les escaliers, je pris ma décision. Je le dépassai rapidement en quelque enjamber, utilisant mes techniques de combat j'attrapais son poignet armé le tordis, frappais dans le coude pour le faire lâcher son arme. J'enchaînais par un coup-de-poing dans l'abdomen pour le priver de souffle et un deuxième plus puissant dans le torse avec la paume pour le repousser et l'envoyer à terre.

Avant qu'il ne se relève pour s'en prendre à moi sous le coup de sa colère aveugle je fis un choix qui allait impacter le reste de ma vie dans cette ville.
J'ouvris les bras et fis appel à mon pouvoir nobody de manière bien visible et assez spectaculaire, des serpents d'électricité bleu s'enroulèrent autours de mes bras et de mes jambes, de mon torse et s'enracinerent dans le sol comme les racines d'un arbres dans des crépitement inquiétant.

"Si vous faites ca vous allé mettre en péril Asoka! Elle n'aura plus aucun endroit où se réfugier et les enquêteurs d'eternal la trouveront, vous savez ce qu'ils font aux gens comme elles... Et comme moi. Ils la torturont et se serviront d'elle comme sujet d'expérience et elle sera... Seule, ni vous ni moi ne pourrons plus l'aider... Alors ravaler votre colère et calmez-vous, on va faire ça à ma façon ! Sans faire couler le sang, mais à la manière de Shangai." J'avais parlé avec force, avec convictions et fermeté. Je cessai d'utiliser mon pouvoir, ramenant mes bras le long de mon corps en retournant près d'Asoka.

"Brian va rester avec toi maintenant, tout le temps... Frère Tale à maintenant interdictions d'approcher de toi, si il essaye, tu crie fort, et soit Brian, soit moi, viendrons."
Je lui dit avec douceur.

Je retournais près de Brian.

"Il y a un homme qui pourrait essayer de la voir, il s'appel Isaac Nightwinter... C'est un psychopathe, dément et sanguinaire, corrompu par les vices et le péché... Si jamais vous le voyez ne tentez pas de l'arrêter, il vous tuerait sans effort, il à passer sa vie à cela... De plus, je compte bien tuer mon frère moi même.
" Je lui dis dans un murmure avant de m'accouder au garde-fou de l'étage pour regarder les prêtres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 24 Jan - 0:45

Des personnes parlaient à Asoka, s'en est-elle seulement aperçu...? Son regard était figé dans le vide, elle était à moitié transformée, son esprit se battant pour rester alors qu'Athêm voulait exploser au grand jour pour la protéger... La moindre chose risquait de la transformer totalement et ainsi fragilisé la structure du troisième étage.

Ses yeux commencèrent à s'écarquiller lorsqu'elle attendit que son protégé voulait tuer un homme d'église. Il partit en furie dans les grandes marches en pierre de l'escalier du troisième étages. Alors qu'elle voulut faire un pas, Axel l'avait déjà dépassé depuis bien longtemps pour rattraper Brian...
Asoka couru difficilement vers eux pour vouloir empêcher son ami sans-abri à commettre l'iréparable, elle ne s'attendait pas à voir des spectaculaires éclaires apparaître tout autour d'Axel qui parler avec une impressionnante force dans la voix. Elle voulait savoir ce qui se passer, mais sa terreur l'empêcher de comprendre quoi que se soit. Elle s'était tétanisée dans les marches.
Sa transformation s'estompa brutalement, la nonne avait repris une apparence totalement humaine, son regard transmettant à nouveau un sentiment de naïveté, celle d'un enfant qui avait peur... Une question lui effleura l'esprit, Axel était malade lui aussi...? Sur le coup de l'adrénaline, elle ne réagit pas avec calme, mais se recroquevilla sur elle-même en criant comme pour appeler une personne.

" Athêm, ATHÊM...!!! "

Soudain, le silence avant la tempête... Alors qu'aucune manifestation de son pouvoir avait eu lieu pendant plusieurs minutes, la frêle jeune femme se mit à luire d'une lumière éclatante de mille feux, l'esprit visible que par l'œil d'Asoka apparût et s'enroula autour d'elle pour la protéger de sa lueur paisible. Personne ne pouvait voir l'esprit du dragon qu'elle avait en elle, pourtant, elle lui parler comme-ci il était bien présent.
La délicieuse enfant se mit à fondre en larmes et à entourer le cou de son dragon avec ses bras en gémissant tristement.

" Pourquoi... Pourquoi tu n'étais pas là...?! Emporte-moi avec toi Athêm, pitié...! "

Le dragon avait un regard dépité, Athêm alias Hikma s'en voulait sincèrement, il était en colère de ne pas avoir réussi à la protéger une fois de plus... Sa voix imposante et céleste se voulut douce et montrer un signe de tristesse.

" Asoka... Ma... Ma douce hôtesse, je ne sais pas pourquoi je n'arrive pas à apparaître pour te protéger à la présence de cet homme... Je suis tellement désolée... Je sentais pourtant ta douleur, ta tristesse... Se fut des coups de poignard pour moi, je me débatté de toutes mes forces, mais... J'étais bloqué, retenu par des liens invisibles, obligés de supporter tes cris, tes pleurs... Oh Asoka... Je me sens si en colère de n'avoir pas su te protéger une fois de plus.... "

Asoka continuait à sangloter, déposant une caresse sur l'encolure translucide de son dragon.

" Ne t'énerve pas... Je... Je ne peux pas t'en vouloir, comment pourrais-je Athêm...? Pardonne-moi de t'imposer cette torture... Je voudrais tellement te voir libre, voler comme le faisait tes frères autrefois, comme tu me l'avais raconter un jour dans une de tes histoires. J'ai si peur... Je ne sais plus quoi faire... Aide-moi... "

Le dragon ferma pendant un instant les yeux, sans avoir le contact de la peau de son hôte sur ses écailles en métal, il arrivait tout de même à ressentir comme une forme de légère chaleur apaisante à laquelle il s'était attaché depuis toute les années où il fut retenu dans le corps d'Asoka.

" Ma délicate enfant, comment pourrais-je me sentir libre sans t'avoir à mes côtés... Depuis les vingt-trois ans où tu es née, je suis resté avec toi, je me suis beaucoup trop attaché à toi pour vivre une liberté de solitude à nouveau... Un jour, je t'emmènerai avec moi dans le monde merveilleux que je t'ai parlé, là où il n'y a pas de douleur, pas de colère ni de tristesse, un endroit où nous pourrons enfin nous enlacer sans que personne te juge... Calme-toi Asoka, tu as des vrais amis qui sont là pour toi... "

" Tu... Tu avais dit pareille pour Isaac ! "

" Non, je t'avais dit qu'il ne te ferait aucun mal et il ne t'en a jamais fait... "

" Si... Là... "

Répondit tristement Asoka en posant sa main sur le cœur tout en regardant son dragon invisible et inaudible pour les autres personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 24 Jan - 21:21

Brian n'avait pas prévu ce qui avait suivit. En réalité, il n'avait pas prévu grand chose. Dès lors qu'il avait vu le regard vide d'Asoka, il avait perdu la notion du monde qui l'entourait, ses soupçons étaient devenus des certitudes, et il n'avait eu alors qu'une idée en tête : tuer. Mais heureusement pour lui, et surtout pour Tale, Axel avait eu la bonne idée de ne pas l'écouter et de s'interposer.

Alors que Brian était en haut des escaliers, Axel se planta devant lui, voulant le stopper. Ce dernier, voyant que la colère aveuglait le vagabond, n'eut d'autre choix que de le neutraliser. Un coup par-ci, un autre par-là et Brian était à terre. Son adversaire fit alors jaillir de son corps des arcs électriques, ce qui laissa Brian perplexe. Que cela signifiait-il ? Avait-il lui aussi une maladie comme celle d'Asoka ? Non, cela semblait différent ... Même si quelque part, il sentait qu'il y avait un lien.

Axel haussa le ton, parlant d'une voix puissante et imposante, qui cloua Brian sur place. Entre temps, Asoka avait retrouvé son état normal et s'était alors mise à parler seule et à sangloter, comme si quelqu'un d'autre était avec elle et lui offrait une épaule pour pleurer. Réalisant ce qui venait de se passer, et se jugeant en partie coupable de l'état d'Asoka, Brian souffla, laissant la colère s'estomper petit à petit. Puis il se redressa calmement, regardant Axel.

"Merci de vous être interposé, Axel. Je n'étais plus mettre de moi-même, la colère m'a aveuglé. C'est bien la seule émotion que je connaisse depuis mon enfance, je n'ai jamais rien ressenti d'autre .... jusqu'à ma rencontre avec Asoka. Elle m'a montré un autre visage de l'humanité, un visage bon et généreux. Elle .... elle est ce que j'ai de plus précieux dans ce monde, la preuve que tout n'est pas perdu, pour moi comme pour le reste du monde. Elle est un rayon de lumière dans les ténèbres qui nous entourent."


Brian soupira, voyant qu'Asoka pleurait toujours. Il savait au fond de lui que Tale était la cause de tout ce malheur, il lui fallait seulement trouver une preuve, et Axel lui avait fourni l'occasion idéale. En effet, si Brian restait constamment auprès d'Asoka, il pourrait donc empêcher Tale de l'approcher, et si son état s'améliorait, cela constituerait alors une preuve qu'il était impliqué dans cette histoire. Quoiqu'il en fut, Brian était décidé à le prendre la main dans le sac, et lorsqu'il le ferait, il le traînerait dans la boue sur la place publique, révélant son vrai visage au monde.


Il marcha lentement vers sa protégée, et tomba à genoux devant elle, ne retenant pas ses larmes.


"Pardonne moi Asoka ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 24 Jan - 22:50

Je relâchai ma prise sur mon pouvoir, cette sensation de puissance à la fois si épuisante et si exaltante coula et disparut comme l'eau ruisselant sur les rochers, je savais néanmoins que l'eau finit toujours par ronger la pierre, je dois limiter l'utilisation de ce pouvoir, j'ignore ce qu'il se passera lorsque mon don aura le dessus sur ma propre volonté.

Je n'en n'étais néanmoins pas à ce point-là ! Malgré le risque, j'avais réussi à trouver une solution et à empêcher un acte qui aurait été fatal à la pauvre jeune femme en pleurs.
À qui parlait-elle ? Etait-ce de la folie ou un des pouvoirs des nobody? Je l'ignore tout autant.
Je pourrais partir et laisser cette affaire sordide derrière moi et continuer la traque de mon frère... Malika me tuerait si je faisais ça.

Je repérai le prêtre au rez-de-chaussée, il était en grande conversation avec le père Joy's, je devais vite trouver des preuves ! Sinon les fautifs ce seraient Asoka et Brian !
Je me rendis près de Brian et Asoka pour en savoir plus, ils pleuraient tous les deux, beaucoup trop en état de choc pour fournir le moindre détail ou être d'une quelconque aide.
J'utilisai mon affichage virtuel pour contacter Malika et lui demander de me fournir le plus de renseignements sur frère Tales, casier judiciaire, historique de voyage, médical, etc.

La jeune femme encore à l'hôtel se chargea de me prendre les renseignements m'assurant que je les aurais d'ici quelques minutes.

Je fus soudain intrigué par une trace sur la peau d'Asoka au niveau de sa cuisse gauche. Un hématome commençait à se former, encore à demi dissimulé par la robe blanche légèrement relevée de la pauvre femme. Une preuve ? Non pas assez solide ! Ce salopard renverrait au fait que Brian est le seul à avoir été violent étant donné qu'il a brisé la main de Tales.

Il me faut quelque chose de solide ! Un mobile et des preuves étayant un passé de récidive pour m'assurer une accusation sans faille aucune.
Je posais une main sur l'épaule de Brian et l'autre sur celle d'Asoka.

"Trouvez une pièce et restez y cacher, je m'occupe d'arranger tout ça. N'en sortez pas sans que je vous le dise. Tout va s'arranger, vous verrez." Je leur dis avec un sourire et une voix apaisante.

Je montai au troisième étage, passai derrière le statut d'un saint quelconque pour prendre les escaliers en colimaçon et arriver devant la porte de bois de la chambre d'Asoka, je voulus l'ouvrir, mais la porte offrit une légère résistance avant de me céder et de s'ouvrir pour me laisser entrer.

La chambre était dans un désordre inimaginable, des vêtements, des objets divers dans tous les sens,chaise renversée, lit défait...
Je ne vérifiai le lit, pas de trace visible à l'œil nu de quoi que ce soit, je priais pour qu'il n'y ait rien eu, le simple fait d'envisager cela... Me donnait la nausée et amenait des vagues de colère sur les murailles de mon sang-froid.

Un objet attirait mon attention, au pied du bureau de bois... Un chapelet de bois, Asoka l'avait sur elle en bas, à qui était celui-là ? Je le photographiai avant de l'examiner, une inscription était visible "A.T" des initiales peut être ? Une preuve encore trop maigre n'attestant que de la présence du frère Tale éventuellement.

Je repartis de la chambre d'Asoka pour me rendre à la pièce où ce cachait les deux personnages en état de choc.
J'entrais dans la pièce et tirais une chaise pour m'asseoir près d'eux.
Je pris une voix apaisante et un regard doux avant de dire à Asoka:

"Asoka, je sais que cela doit être dur, mais il faut que tu me dise ce qui c'est passé tout à l'heure avec le frère Tales. J'ignore à qui tu parlait tout à l'heure mais je pense qu'il souhaite de protéger, du moins c'est ce que j'ai compris en t'écoutant. Pour cela je dois faire exiler le frère Tales loin d'ici, loin de toi. Si c'est un homme violent il ne peut rester ici, ce serait un déshonneur pour le seigneur qu'un homme se servent de son statut ici pour faire le mal, ca irait à l'encontre de sa parole, tu ne trouve pas?"  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 7 Fév - 19:32

À la réponse d'Asoka, Athêm baissa la tête tristement. C'était sa plus grande déception et à la fois peur, celle de ne pas réussir à protéger son hôte contre l'entourage qu'elle avait... Le corps de Brian traversa celui du dragon invisible, il s'était laissé tomber lourdement au sol en pleurant, gémissant tristement un pardon dans l'espoir que la nonne puisse l'entendre.

L'immense créature céleste partit en un nuage de fumée que l'on ne pouvait voir à l'œil nue, mais qui pouvait se faire ressentir par les Nobody. Asoka souleva délicatement sa main et la posa sur la joue de Brian en le regardant droit dans les yeux. Elle savait ce qu'elle devait faire, le dernier regard qu'elle avait échangé avec son dragon avait été révélateur, Brian été vraiment un ami, dans tous les sens du terme...
La nonne chuchota alors timidement tout en regardant son protégé pour le rassurer.

" Je te pardonne Brian... "

Doucement, elle enlaça son ami en fermant les yeux alors qu'Axel proposé d'une voix douce de l'attendre dans une pièce caché.
Silencieusement, Asoka se remit debout puis elle marcha jusqu'à une pièce proche de l'entrée de sa chambre, elle boitait, mais se faisait gentillement aider par Brian jusqu'à arriver dans une chambre sombre où elle put s'asseoir sur un lit assez miteux. Plusieurs minutes passèrent avant que le frère d'Isaac reviennent, il paraissait pensif en tirant la chaise jusqu'à lui pour s'asseoir face aux deux amis.
D'une voix douce, mais néanmoins légèrement gêné, il s'adressa à la douce jeune femme silencieuse.

"Asoka, je sais que cela doit être dur, mais il faut que tu me dise ce qui c'est passé tout à l'heure avec le frère Tales. J'ignore à qui tu parlait tout à l'heure mais je pense qu'il souhaite de protéger, du moins c'est ce que j'ai compris en t'écoutant. Pour cela je dois faire exiler le frère Tales loin d'ici, loin de toi. Si c'est un homme violent il ne peut rester ici, ce serait un déshonneur pour le seigneur qu'un homme se servent de son statut ici pour faire le mal, ca irait à l'encontre de sa parole, tu ne trouve pas? "

Au début, Asoka ne semblait pas vouloir écouter Axel, jusqu'à ce qu'il évoque sa religion. La nonne regarda Axel d'un air gêné, elle se pinçait les lèvres en frottant ses mains entre elles. Elle devait rompre le silence, pourtant, la peur saisissait ses mots. La jeune femme prit une légère bouffée d'air en baissant la tête, l'ombre de ses cheveux assombrissaient son visage dépité. Alors que les personnes qui l'entourer devait penser qu'elle n'allait pas reparler avant un bon moment, sa petite voix enfantine prit le dessus sur son mutisme.

" Je... Suis désolée... "

La douce nonne se leva et alla vers la fenêtre aux volets fermés, elle semblait essayer de contrôler son stress pour se forcer à parler sans pleurer... Frère Tales lui avait interdit de pleurer comme " une enfant " qu'elle était. Dans sa tête, elle hurlait de douleur en s'exprimant, en se libérant de tout ce qu'elle avait subi, pourtant de façade, elle semblait se retenir. Sa robe lui arrivait aux genoux, on pouvait voir des hématomes dépasser, en réalité, elle en avait sur tous le corps. Le visage tourné vers la fenêtre, elle resta plusieurs instants ainsi avant de se retourner pour venir devant les deux hommes de cette pièce. Elle avait les yeux baissés... Délicatement, elle saisit les longues manches de sa robe blanche en les arrachants dans un craquement de tissus rapide. Les bras de la nonne étaient tachetés d'hématome ainsi que de plusieurs filets de sang séché, son propre sang que ses avant-bras avaient épongé lorsque son nez avait saigné.

" Je suis vraiment désolée... "

Asoka prit sa manche déchiré puis se dirigea vers l'évier usé de la chambre où elle ouvrit le robinet, au début, une eau usé sortit du tuyau qui craché du calcaire, il n'avait pas été entretenu, mais l'eau claire revenu rapidement. La nonne avait un visage sombre et reprit son inspiration pour contrôler son stress, elle trempa le tissu blanc dans l'eau, une fois qu'il fut imbibé elle se le plaqua au visage pour se l'essuyer. Après quelques secondes, elle se retourna lentement vers ses auditeurs, son visage avait plusieurs marques de coup qu'elle avait réussi à cachées avec du maquillage désormais effacé.

Le contour de son œil droit avait une teinte entre le jaune et le marron, une grosse trace rouge parcourait sa tempe gauche et une marque rouge entouré de bleu était présente sur le haut de la lèvre. La jeune femme ne souriait pas et avait un visage désolé, elle s'en voulait, mais pourquoi ? C'était elle la victime pourtant...
Ses yeux se fermèrent, pendant que des larmes silencieuses coulaient le long de ses joues, sa mémoire lui relancer des images difficiles à supporter.

Dans la chambre, tout le haut, elle le voyait, elle ressentait encore toute ses choses qu'elle avait subies... Il était là, tel un prédateur affamé par des désirs néfastes... « Alors, qui va voler à ton secours maintenant ma douce et chère enfant...? Tu es à moi. » Entendait-elle en revoyant des images de cet homme qui parler d'une voix trop tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Dim 8 Fév - 21:26

Peu importe ce qu'il s'était passé ensuite : depuis qu'il était tombé à genoux devant Asoka, Brian n'avait plus eu aucune notion de la réalité. Il n'avait cessé d'être dévoré par le remord, la honte et la peur. Il imaginait le pires choses ... Quoi que Tale lui avait fait, il ne le pardonnerait jamais. Il espérait simplement qu'il n'était pas allé jusqu'au bout, sans quoi ... Si ses craintes s'avéraient exactes, Brian ne pourrait plus répondre de ses actes. La colère qui sommeillait en lui referait surface et prendrait le dessus sur tout. Il ne pourrait alors plus se contrôler, le seul moteur le faisait se mouvoir serait alors la haine et l'envier de tuer, et à ce moment là, Axel n'aurait d'autre choix que de le tuer pour l'arrêter.

Asoka semblait suivre les conseils d'Axel et emmena Brian dans une chambre, où elle l'assit sur un vieux lit, avant de faire de même. Axel vint alors se mettre à genoux devant la jeune fille et lui parla doucement, insistant néanmoins pour savoir ce qu'il s'était passé dans la chambre avec Tale. La nonne n'eut pour unique réaction que de répéter de sa voix faible et tremblante qu'elle était désolée, mais désolée de quoi ? Elle n'était tout de même pas responsable de la monstruosité de ce soi-disant homme d'église. Puis Asoka se leva, et là elle retira ses manches en arrachant le tissu blanc de sa robe, révélant des bras recouverts d'hématomes et de sang séché. Elle alla se passer de l'eau fraîche sur le visage au moyen du moignon de tissu qu'elle avait arraché, et quand elle se retourna, les deux hommes purent voir qu'elle avait effacé du maquillage qui, par son absence, révéla des traces de coups sur son visage.

Si Axel eut une quelconque réaction à la vue des blessures d'Asoka, Brian resta immobile, en état de choc. Non seulement, il n'avait pas pu protéger Asoka comme il le lui avait promis, mais en plus elle subissait les mêmes horreurs que lui-même avait enduré et qui avaient détruit sa vie et réduit au silence l'être humain en lui. Il revivait, au travers de la douleur d'Asoka, les horreurs que lui-même avait du enduré pendant une dizaine d'années. La douleur ne le quitterai donc jamais ... Il ne voyait qu'une solution à son supplice, mais il était encore trop tôt pour cela. Pour l'heure, il devait se reprendre, et faire justice.

Il se ressaisit, se redressa et avança vers sa protégée qui commençait à pleurer, et la pris tendrement dans ses grands bras en l'enlaçant d'une étreinte chaleureuse et protectrice. Il caressa sa douce chevelure avec douceur et tendresse, tout en séchant ses propres larmes et celles d'Asoka.

"Asoka, je veux que tu restes avec Axel pour l'instant, et que tu l'écoutes attentivement. Je sais que cela va être pénible et difficile pour toi. Il faudrat que tu prennes ton temps, mais que tu lui racontes tout. C'est très important que l'on sache ce qu'il s'est passé pour que l'on puisse ensuite prendre des mesures afin de l'empêcher de te refaire du mal. j'en fais le serment : frère Tale ne te touchera plus jamais. Reste avec Axel, je dois aller voir frère Piccalo. Je vais faire vite, je te le promets."


Brian déposa un tendre baisé sur le front d'Asoka, puis prit son arme qu'il attacha à sa ceinture et prit la direction de la porte. Il s'arrêta à la hauteur d'Axel et lui posa la main sur l'épaule, lui assurant qu'il n'allait rien faire d'inconsidéré ou d'irréfléchi. Puis il passa la porte et se rendit au rez-de-chaussée, où il trouva frère Pikalo. Ce dernier ne semblait pas encore avoir été mis au courant de ce qui s'était passé, mais il était vraisemblablement au courant que Tale était une belle ordure. Brian se devait d'enquêter pour avoir un maximum d'éléments afin de trouver des pistes pour le coincer. Maintenant qu'il avait les idées claires, il ne voulait plus tuer Tale, ce serait un châtiment bien trop simple. Il lui fallait quelque chose de plus punitif : il allait l'humilier, le disgracier, révéler son vrai visage au monde entier, à frère Pikalo et père Joys, et après seulement, il l'enverrait droit dans un entretien avec son Seigneur qu'il prétend servir en bon homme église.


Cependant, Pikalo avait des doutes, peut-être même avait-il des certitudes, ou pire, preuves, mais si tel était le cas, alors il n'avait rien fait, et cela rendait Brian bouillonnant de colère. Il allait devoir s'expliquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Lun 9 Fév - 22:31

Je m'approchais de la pauvre enfant une fois que Brian fut parti, oh ma pauvre, comment pouvait-on infliger cela à une si douce âme que toi ?
Je pris un morceau de tissu et tapotai les parties salies par le sang en prenant le tissu des doigts de la pauvre fille, avec délicatesse en n'éffleurant à peine ses doigts.
Je posai ma main sur sa tempe doucement en nettoyant son visage du sang séché avant de lui parler avec douceur.

"Une fois, alors que nous étions enfant ma sœur et moi... Ma sœur à disparue pendant toute une après-midi... J'ai couru partout pour la trouver, j'étais en sanglots à force de ne plus la trouver. Mon papa ma retrouver pour me dire qu'il l'avait ramené à la maison, des filles jalouses l'avaient pris à part pour la frapper avec leurs copains. J'ai été si en colère, j'ai imaginé tant de mauvaises choses à ce moment-là. J'ai voulu partir pour ME venger, mais mon papa m'a retenu."

Je lui replaçai une mèche de cheveux derrière l'oreille avec un sourire.

"La vérité, il m'a expliqué, c'est que je voulais ME venger de MA souffrance que cela m'infligeait. Mon devoir, de frère, c'est de rester auprès de ma  soeur m'a t'il dit. D'écouter ce qu'elle a enduré pour qu'elle puisse l'accepter et laisser cela au passé même si cela me ferait du mal dans le cœur. Il m'a enseigné à rendre la justice, à faire respecter l'équité et la justice, la loi et l'ordre en préservant la liberté."

Je l'assis sur une chaise en activant mes augmentions rétiniennes, préparant à scanner chaque blessure pour enregistrer les empreintes, les dimensions et traces digitales.

" Ce que tu a vécu, ce n'est pas juste, ce n'est pas la loi, cela doit être puni. Je ne crois pas en dieu, j'ai d'autres opinions, mais de ce que j'ai étudié de la bible, ton seigneur à toujours prôner l'amour et le respect, la bonté et la justice. Si ton dieu existe, il doit pleurer de honte de savoir que frère Tale puisse ainsi souiller sa demeure et ses croyants en commettant de telles exactions... Laisse-moi t'aider, t'aider à être forte et courageuse. Tu n'est une fille faible, je vois dans tes yeux de la force qui sommeille, j'y vois l'amour de ton prochain... Pour tes prochains, pour leurs sécurité, Tale doit être emprisonné... Est-ce que tu m'aideras ? Asoka? Gardienne de saint Luc?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Dim 22 Fév - 14:48

Après avoir retiré le maquillage qui cacher aux yeux de tous, les blessures qui avait marquer la peau fragile d'Asoka, diverse réaction éclata au grand jour. Brian semblait être passé par plusieurs émotions lorsque la douce demoiselle avait cessé les cachotteries, tous d'abord de la surprise, puis une grande et sombre tristesse... Axel lui avait l'air de mieux contrôler ses émotions, mais son visage montré clairement des signes de dégoût en voyant toutes ses marques d'impact sur la peau d'une si tendre femme qu'était Asoka.

L'immense sans abris fut le premier à se lever pour aller interagir avec la nonne, il l'avait pris dans ses bras en la consolant de geste tendre...

"Asoka, je veux que tu restes avec Axel pour l'instant, et que tu l'écoutes attentivement. Je sais que cela va être pénible et difficile pour toi. Il faudrat que tu prennes ton temps, mais que tu lui racontes tout. C'est très important que l'on sache ce qu'il s'est passé pour que l'on puisse ensuite prendre des mesures afin de l'empêcher de te refaire du mal. j'en fais le serment : frère Tale ne te touchera plus jamais. Reste avec Axel, je dois aller voir frère Piccalo. Je vais faire vite, je te le promets."

Avec douceur, Brian déposa un baiser sur le front d'Asoka qui hocha faiblement la tête en tortillant dans ses mains le crucifix en argent que son père lui avait offert pour ses vingt-trois ans. Le colosse partit rapidement de la pièce, personne ne savait ce qu'il allait se passer en bas, mais un vent de crainte se faisait sentir. Juste après qu'il soit partit, se fut Axel qui repris gentillement la relève en veillant sur la pauvre femme un peu noyé dans tous ses rebondissements...
Lui aussi était très doux avec, il tapota les blessures qu'elle portait avec un tissu humide pour laver les plaies. Asoka retenait des petits sons de douleur pour ne pas incommoder le brave homme qui essayer de faire la discutions de manière très sérieuse. Il parlait de son passé avec ça soeur, lui expliquant que la vengeance personnel était mal et qu'il a appris à écouter avant d'agir... La nonne l'écouter timidement en se laissant guider dans ses gestes comme une enfant, elle n'osait plus vraiment faire grand chose et se sentait faible... Assis sur une chaise désormais, elle continuait d'écouter Axel sans le regarder en face.

" Ce que tu a vécu, ce n'est pas juste, ce n'est pas la loi, cela doit être puni. Je ne crois pas en dieu, j'ai d'autres opinions, mais de ce que j'ai étudié de la bible, ton seigneur à toujours prôner l'amour et le respect, la bonté et la justice. Si ton dieu existe, il doit pleurer de honte de savoir que frère Tale puisse ainsi souiller sa demeure et ses croyants en commettant de telles exactions... Laisse-moi t'aider, t'aider à être forte et courageuse. Tu n'est une fille faible, je vois dans tes yeux de la force qui sommeille, j'y vois l'amour de ton prochain... Pour tes prochains, pour leurs sécurité, Tale doit être emprisonné... Est-ce que tu m'aideras ? Asoka? Gardienne de saint Luc?"

Gardienne de Saint-Luc... Oui, c'était ça son travail... Garder la cathédrale, veiller à se qu'elle reste en état, mais aussi veiller sur les autres ainsi que sur la parole du seigneur. Tale devait être puni, il n'avait rien d'un homme saint, son cœur était trop noir pour rester dans Saint-Luc.
Le poing de la nonne se resserra contre son genou, son regard d'enfant avait fuit la femme qu'elle était pendant quelques secondes.

" Je... Je suis prête à t'aider mon fils. "

Dit-elle avec un sentiment de détermination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Lun 23 Fév - 14:47

Brian avait quitté la chambre d'Asoka l'air serein et s'était juré de ne pas s'emporter. Pikalo n'était pas un homme mauvais, mais cependant il semblait avoir quelques soupçons sur Tale et pourtant il n'avait jamais bougé le petit jusqu'à présent. Cela rendait Brian furieux, et il se devait d'obtenir des explications. Cependant, il allait devoir se maitriser et garder son calme. Quelques furent ses raisons, Pikalo avait sans doute une explication, et Brian ne serait pas surpris que Tale l'ait menacé de quelconque façon si jamais le moine ventripotent tentait de révéler ce qu'il savait potentiellement.

Mais Brian était dévoré par le doute, l'angoisse et la peur. Bon sang, pourquoi Tale s'acharnait-il sur Asoka ainsi ? À cause de sa maladie ? Ce serait insensé ... S'en prendre à quelqu'un pour une raison qui ne dépend même pas de son propre chef. Cela dit, Brian se remémora ce que lui avait une fois raconté Esther.

"Vois-tu Brian, les gens ont peur de ce qui est différent. Et surtout quand cette différence leur est inconnue.
- Pourquoi ont-ils peur, Esther ?
- Parce qu'ils ne savent pas à quoi ils font face, alors ils se méfient. Comment peuvent-ils savoir si cette différence représente danger ou pas ? Dans le doute, les gens préfèrent se méfier. C'est pourquoi ils ont tendance à rejeter ceux qui sont différents.
- Alors c'est pour ça que les gens ont peur de moi ? Parce que je suis différent ?
- Oui, mon petit.
- Mais toi, tu n'as pas peur, Esther.
- Non en effet, car j'ai su surmonter ma crainte et j'ai vu que même si ta différence pouvait être dangereuse, il suffisait de t'apprendre à la contrôler. Tu as un don, Brian, et si tu le voulais, il pourrait t'aider à sauver des vies... Tellement de vies ..."


Tout devint alors flou autour de Brian. Le sol et les murs de pierres de la cathédrale devinrent noirs comme la nuit, puis un nouveau décor se mit en place et il se retrouva dans son corps de 10 ans, retenu par ces mêmes hommes qu'il traquait aujourd'hui. Devant lui, il voyait Esther, étendue au sol, le visage boursoufflé par les nombreux coups qu'elle avait reçus, tandis qu'un homme lui appuyait son pied sur le crâne, avant de sortir son révolver et de tirer. Brian s'entendit hurler, puis il se retrouva de nouveau dans la cathédrale, allongé au sol. Il décolla sa joue de la pierre froide, et se redressa lentement. "Tu as un don, Brian, et si tu le voulais, il pourrait t'aider à sauver des vies..." De quel don parlait-elle ? Brian avait oublié tant de choses ... Avait-il un don comme celui d'Axel ? Non, il s'en serait rendu compte depuis le temps. Il s'ébroua la tête et reprit sa route.

Il descendit les escaliers et alla voir Pikalo. Ce dernier était en train de finir de soigner le poignet de frère Tale. Quand le vagabond entra dans la pièce après avoir frappé, Tale lui lança un regard noir, que Brian lui rendit au centuple. Il ne put se retenir de décrocher un léger sourire en coin à la mine déconfite de Tale, qui quitta pressement la pièce, laissant Brian seul avec Pikalo.

"Mon père, je sais ce que vous allez dire, et je ..."

Pikalo leva la main pour le faire taire. Il semblait assez furieux, et il y avait de quoi. Brian avait agressé Tale sans aucun motif valable que des suppositions, et cela risquait de causer pas mal d'ennuis si Tale allait le rapporter au père Joys.

"Je sais que j'ai agit sans réfléchir, mon père. Mas je ne suis pas venu discuter de cela. Je suis venu...
- Et bien c'est fort dommage, Brian. J'ai réussi avec peine à convaincre Tale de ne pas faire un rapport au père Joys, sans quoi vous auriez sans doute été jeté hors de la cathédrale pour de bon.
- Mais il a agressé Asoka ! Comment pouvez-vous le tolérer dans ces murs alors qu'il agit ainsi ?!
- Tout simplement parce que je n'ai aucune preuve que ce soit lui. Seulement des soupçons. Et les soupçons ne suffisent pas à convaincre le père Joys, je suis navré. Tale est un sacré manipulateur, une belle ordure, et je prie le Seigneur de me pardonner de ne rien pouvoir faire contre cela. Mais Tale s'est mis le père Joys de son côté, et ce dernier ne sait rien de sa réputation ni de ses agissements. Et pour ma part, je n'ai aucun preuve concrète.
- Alors aidez moi à en trouver ! On ne peut pas laisser Asoka subir ça plus longtemps ! J'ai connu ce genre de traitement, poussé jusqu'à leur paroxysme, mon père, et croyez moi, après ce que j'ai vu aujourd'hui, je peux vous dire qu'Asoka ne tiendra plus très longtemps."

Pikalo resta silencieux, puis lui répondit simplement qu'il allait devoir trouver la preuve tout seul. Lui avait les mains liées par Tale, qui le menaçait sans doute, comme Brian l'avait déjà imaginé. Heureusement pour Brian, il n'était pas seul, Axel était avec lui. Le vagabond salua poliment le moine avant de prendre congé de lui et de retourner vers la chambre d'Asoka, là où Tale avait commis ses atrocités. Brian déglutissait bruyamment, appréhendant grandement ce qu'il allait trouver dans cette pièce, mais resta fort : il le devait. Il devait découvrir la vérité, peu importe le prix, pour sauver Asoka.

Le règne de terreur de Tale allait bientôt prendre fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Lun 23 Fév - 20:53

Je remarquai sans peine le changement de ton de la douce jeune femme, la peur et le doute avaient été balayé par une détermination de fer !
Moi, je me relevai et fis craquer mes articulations de mes mains, mon cou et mes épaules. Il y avait un cloporte à expulser de cette cathédrale.
Mes scan avait réussi à identifier les empreintes du père Tale, la comparaison serait flagrante, une fois les marques de blessures comparé à ses mains.

"J'ai piraté les écrans holo de la cathédrale, un vrai jeu d'enfant frère, la sainte vérité sur Tale attend ton signal pour être dévoilé à tous les paroissiens. Moi, je suis parmi, d'ailleurs ca commence à être bondé par ici." Me communiqua ma sœur Malika.

Je me tournai vers Asoka et lui montrai mon téléphone portable qui déploya un écran holo affichant les traces que j'avais relevé.

"Nous allons nous rendre au bureau du père Joy's, lui montrer tes marques et comparer la forme des mains du frère Tale à celle-ci, étant donné que personne n'a les mêmes formes de mains dans le personnel de la cathédrale, il sera coincé... Mais d'abord, moi et ma sœur Malika avons prévu une surprise pour Tale."

Je posai ma main sur son épaule frêle avec un sourire rassurant.

"Rien de violent ne t'inquiète pas, mais les gens qui pensent connaitre le frère Tale doivent être prévenu de l'homme qu'il est réellement... Ne t'inquiète pas, personne ne saura que tu existes, juste une revanche entre lui et moi."

Je pris délicatement sa main dans la mienne et l'amenai avec moi vers la porte, dans la nef centrale, des dizaines de fidèles prenaient place pour écouter le futur sermon du frère Tale... Ils allaient avoir une surprise, mais plus grande que celle de cette ordure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Dim 8 Mar - 19:21

Axel reçu entre-temps un appel téléphonique, Asoka n'entendait pas ce qu'ils se disaient au combiné sauf la voix de se grand homme un peu mystérieux. Une fois la conversation terminée, il raccrocha et regarda la nonne en activant un hologramme des traces de coups qu'elle avait reçu il y a peu. La jeune femme les regardaient timidement tendis qu'Axel s'expliquer.

"Nous allons nous rendre au bureau du père Joy's, lui montrer tes marques et comparer la forme des mains du frère Tale à celle-ci, étant donné que personne n'a les mêmes formes de mains dans le personnel de la cathédrale, il sera coincé... Mais d'abord, moi et ma sœur Malika avons prévu une surprise pour Tale."

*Une surprise ? Quelle surprise ? Rien de méchant, j'espère...* s'inquiétait la douce demoiselle qui ne supporter pas faire du mal à la moindre personne. Axel sentit bien la réticence de celle-ci et lui assura d'une voix douce que rien de violent ne serait accompli, mais qu'il fallait mettre en garde le monde fréquentant l'église de qui était réellement frère Tales. Elle avait pourtant peur qu'à pousser le bouchon, des personnes découvrent son identité si bien cachée par l'église depuis une vingtaine d'années maintenant...

Avec douceur, l'homme qui voulait la protéger lui prit la main et commença à la conduire dans un escalier qui pouvait être fréquenté par le public. Asoka l'arrêta un instant et lui dit d'une voix douce et sans réprimande.

" Non mon fils, pas par ici, je risque de me faire voir par des personnes à partir du deuxième étage. Dans l'escalier pour rejoindre le deuxième étage qui fait office de dortoir, il y a une porte du personnel et j'ai les clefs pour passer, ainsi, nous pourrons parcourir plus discrètement la cathédrale. "

À ses mots, la nonne descendit la moitié des marches de l'escalier en pierre puis elle s'arrêta sur la plus grosse marche en continuant d'avoir sa main dans celle d'Axel. Sur le mur à leurs gauches, on pouvait apercevoir une porte en bois fermer à clef, mais Asoka avait toutes les clefs sur elle, un trousseau était accroché à sa hanche par une ceinture fait d'un linge blanc.
D'un geste habituel, elle regarda à droite puis à gauche avant d'ouvrir la porte. Ses yeux s'illuminèrent tendis qu'un doigt se plaça sur sa bouche.

" Shhhhh "

Rapidement, elle pénétra dans l'escalier secret en pierre avec Axel puis ferma la porte avant de descendre. Ce passage dérobé passait derrière les murs de la Nerf, en bas des escaliers, un long couloir en pierre était illuminé par un faible éclairage automatique. Durant cette route pour accéder au bureau des prêtres, Asoka était plongé dans ses pensées...

Dans ses souvenirs, elle revoyait les objets voler dans la chambre pour finir en morceau à terre avec violence. Elle qui avait déjà si peu... Quand elle avait quitté la petite pièce proche du grenier des vieux clochers, les draps de son lit étaient partiellement recouverts de sang, son sang... Soudain, Asoka dégluti bruyamment en ralentissant le pas, le stress montait en elle... Ses cuisses se serrèrent entre elle comme dans un réflèxe automatique et défensif... Elle jeta un oeil sur Axel, son regard traduisait lentement de la peur d'être confronté à l'homme qui l'avait fait tant souffrice de beaucoup de chose attroce qu'elle n'aurait jamais dû connaître...

Malheureusement, la nonne ne pouvait s'empêcher de se recaser des souvenirs sombres à chaque mètre qui l'avancer du bureau du père Joy's. Devait-elle vraiment en parler...? Elle n'était pas importante, la preuve très peu de gens connaissait son existence.
Enfin elle y était, à même pas trois mètres du bureau du père Joy's... Elle s'était arrêté et malaxé nerveusement ses mains entre elles.

" A... Axel...? Tu es sûr que nous devions y aller ? Tu sais, ce n'est que quelques égratignures. "

Son cœur palpiter et se serrer dans sa poitrine tendis que son corp prenait à nouveau des allures de luciole tant elle produisait de la lumière sauf aux endroits de ses plaies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Dim 8 Mar - 21:26

L'ascension jusqu'à la chambre d'Asoka fut extrêmement longue, trop longue pour Brian. Au fil de la montée des marches, il entendait de plus en plus fort un battement régulier. Il se rendit compte que c'était son coeur qui battait de plus en plus fort au fur et à mesure qu'il approchait de sa destination. Et quand enfin il la vit, la porte de la chambre, il s'arrêta net, sentant la sueur couler de son front et sur ses joues, tandis qu'une vague froide lui parcourut l'intégralité du corps. Il eu l'impression que son coeur cessa de battre, et déglutît bruyamment avant d'avancer ses pieds un par un. Sa peur était telle que ses jambes tremblaient, et il manqua plusieurs fois de perdre l'équilibre en posant le pied sur une marche tant ses jambes était fébriles. Mais il parvint finalement à rassembler son courage et abaissa la poignée de la porte, poussant alors la plaque de bois massif qui s'ouvrit dans un grincement bruyant.

Il passa le pas de la porte et avança lentement dans la pièce. Tout était saccagé, des vases et divers objets étaient brisés au pied des murs. L'oreiller avait était jeté à l'opposé du lit, et sur ce dernier les draps étaient froissés, signe d'une lutte évidente. La peur s'empara alors à nouveau de Brian, et se dernier avança en tremblant pour inspecter les draps. Il se penchant pour les regarder de plus près, et malheureusement ses craintes semblaient confirmées. il y retrouva la semence de frère Tale. Même s'il n'avait pas la certitude qu'il avait bien été jusqu'au bout, cela fut suffisant pour déclencher en Brian une réaction qui allait sceller toute cette histoire très rapidement.

Empli de panique, Brian ferma les yeux et quand il les rouvrit, il se revit dans son corps de 17 ans, dans le bordel il y avait été esclave. Bien qu'il ne put voir le visage de l'homme au dessus de lui, ce dernier, qui l'avait attaché par les poignets et les chevilles au lit, lui parlait, sa voix résonnant si bruyamment que Brian ne comprenait pas un mot. Et si le visage était voilé par les ombres, le reste de son anatomie était clairement visible, surtout lorsqu'il déversa sa semence sur le corps nu et immobilisé de Brian qui hurlait qu'on l'aide. Mais personne ne vint à son aide. Le noir voila de nouveau sa vision et lorsqu'il put revoir, il était assis dans un coin de la pièce, toujours nu et couvert de fluide corporel encore chaud et humide, recroquevillé sur lui-même et pleurant en appelant une Esther qui ne pourrait plus revenir l'aider.

Le souvenir de ces années de torture aussi bien physique que mentale fut trop pour Brian. Il entra alors dans un état de rage sans précédent. Il saisit le montant du lit, et avec une force dopée par l'adrénaline, la peur, la douleur et la rage, il le retourna dans un hurlement plus bestial qu'humain. Puis il frappa un mur du poing, celui d'en face du pied, et ainsi de suite pendant plusieurs longues minutes. Finalement, il s'arrêta, en sueur et en pleurs, le poing écrasé dans le mur, tandis que le sang coulait de ce dernier. Il haletait, son coeur battait si fort qu'il avait l'impression qu'il allait lui sortir de la poitrine. Malgré tout, il se calma peu à peu et reprit ses esprits. Il regarda à nouveau le lit renversé, le remit sur ses pieds et empoigna les draps. Il avait sa preuve ...

Il descendit les escaliers à une vitesse ahurissante, courant jusqu'au bureau du père Joys où Axel avec Asoka, et même si l'idée de savoir Tale dans la même pièce qu'elle, il souhait que cette ordure soit présente pour lui plaquer la preuve sous le nez. Il déboucha dans le couloir et fonça vers la double porte. Il empoigna les clanches et poussant violemment les constructions de bois qui claquèrent au mur tandis qu'il entrait dans la pièce. Il y vit alors Joys avec Axel et Asoka, mais Tale n'était pas là. Ce fut à la fois un soulagement et une déception, mais il s'avança vers le moine qui était tout aussi surpris que les deux autres, qui avaient sursauté suite à l'entrée fracassante de Brian.

"Père Joys, il faut mettre un terme aux activités de Tale."

Il lui déposa alors les draps sur le bureau, lui laissant examiner l'état de ceux-ci. Brian resta immobile, les yeux rivés sur Joys en guettant sa réaction. Il ne broncha pas, ne se tourna même pas vers Asoka, qui devait sans doute être mal à l'aise si ce n'est complètement terrorisée, et attendait une réponse,  tout en essayant de calmer son coeur qui lui martelait si fort la poitrine qu'il en avait mal. Voyant que le père Joys ne disait rien, se contentant de fixer les draps, Brian rajouta :

''Père Joys, je sais que vous refusez sans doute d'y croire, mais regardez donc un peu tout ça ! Les blessures d'Asoka, les traces sur ces draps … Que vous faut-il de plus ? Vous savez que c'est le frère Tale qui est à l'origine de tout ça. Vous savez qu'il déteste Asoka pour une raison ou pour une autre. Personne à part nous, Pikalo et lui ne savent qu'elle est ici alors pourquoi refusez vous de voir la vérité en face ? Je sais que vous devez sans doute vous en vouloir d'avoir abriter une telle engence démoniaque dans l'enceinte de votre cathédrale, mais laissez moi m'en charger. Je vous débarasserai de Tale … S'il vous plaît … Faites quelque chose … Pas pour moi … Mais pour Asoka … Je n'ai pas su la protéger alors que je lui en avais fait la promesse … Je n'ai pas pu la tenir, mais vous le pourrez… Au nom du seigneur, je vous en prie.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Dim 8 Mar - 23:00

La jeune femme me conduisit par un couloir sombre qui passait par une porte dérobée de cet étage, l'entré était scellé, mais la nobody avait la clé. Nous nous sommes engagées dans la pénombre, ma main tenant toujours celle de la pauvre jeune femme. Je voyais bien son malaise, elle semblait de plus en plus prise par l'angoisse, ce qu'avait fait cet homme à la pauvre femme était immonde, il allait payer pour cela. Le bureau du père Joy's fut vite en vue, la jeune femme elle tremblait de plus belle, je devais trouver un moyen de la galvaniser, comem tout à l'heure. Je m'agenouillais à nouveau devant elle pour lui expliquer avec toute la douceur et conviction que je possédais.


 "Asoka, moi, je suis persuadé que nous devrions y aller, ensemble. Je suis certain que cet homme doit payer pour ses crimes, mais tu dois en être convaincu également... Je te connais depuis peu, mais j'ai quelques pièces du puzzle qui me permettent de me faire mieux comprendre la situation que tu as endurée, pas seulement aujourd'hui, mais toutes ces années cachées ici.


Je la regardais droit dans les yeux, passant outre de mon esprit sa peau luisante et ses tocs d'angoisse bien visible. 


"Tu as vécu ici toutes ses années, seules, caché pour ton propre bien... À rêver du monde extérieur, à vouloir faire le bien dans ton petit univers, tu as dû endurer les réprimandes de l'homme qui t'a fait souffrir aujourd'hui, ses actes abjects sans jamais rien dire. Tu penses peut-être que tu n'as aucune importance, que tu n'es rien et que même si tu venait à disparaitre personne ne te pleurais.


Je fis apparaître grâce à mon téléphone un hologramme d'homme et de femmes qui avaient à eux seuls changé l'histoire dans le bon sens. 


"Pendant des millénaires, ce sont des hommes et des femmes seules qui ont changer les choses, qui ont donné l'espoir aux autres et protéger la lumière qui existe sur notre monde... Le docteur Pasteur à sauvé des millions de vies en travaillant des années pour cela, le président Mandela qui a risqué sa vie pour l'égalité et la liberté, Gandi qui à tenu tête à l'empire anglais pour que son peuple trouve l'indépendance sans verser le sang... Il y en à tant d'autres qui par leurs seules actions rendent le monde meilleur... Tu peux être unes de ses personnes Asoka! Toi qui à toute la bonté du monde dans le cœur, tu peux montrer le chemin de la bonté à des milliers de gens, tu peux défendre ce pour quoi tu crois, que ce soit par les mots ou ta force, que ce soit en restant ici ou en partant." 


Je me relevais et mis sa main sur la poignée de la porte du bureau. 


"Nous avons tous une place dans le monde, toi compris, je pense que ta place, que ton destin, c'est de défendre ce lieu, de toujours préserver sa pureté..."


 Je lui dis avec plus de fermeté, mais en restant doux.


 "Tu es la gardienne de Saint-Luc, c'est ton devoir de protéger ceux qui y viennent de l'influence profane de Tale.


J'ouvris avec elle la porte et nous entrons dans la pièce, le père Joy's est assis à son bureau de bois, il relève sa tête vers nous alors que nous entrons en fermant la porte, je lui fit un signe de tête respectueux et tiens la main d'Asoka jusqu'à ce qu'elle s'approche du bureau et là, je la relâche, mais reste à sa droite en lui souriant pour la rassurer.
Soudain, Brian entrais dans la pièce avec fracas, jetant sur le bureau de Joy's un drap... Celui de la jeune femme, mes augmentations rétiniennes repérèrent immédiatement une tâche sur le drap une trace de ...
Je sentis mon esprit devenir une fournaise de pensées de morts et de haine, je fis appel à toute ma force mentale pour reprendre mon calme.
Je pris la parole pour détendre l'atmosphère, déjà en m'adressant à Asoka pour la rassurer.


"Asoka, tout ira bien brave gardienne" Je posais une main sur son épaule. "Dit simplement la vérité, si tu le souhaite, nous pouvons sortir pour que tu ne soit pas intimidé par notre présence, ou nous pouvons rester pour te donner notre force pour parler sans craintes."


Je parlais ensuite à Brian, de manière plus sombre, un légé rictus au lèvre, un rictus de folie.


"Brian, nous allons devoir agir vite après, tu est avec moi?"


je reçu un message simultané de Malika.


"Quelqu'un voit aussi ce que nous voyons par les caméra de la cathédrale."... Voilà un autre problème qui devra attendre. 
je lui dit de surveiller le flux de donner, d'essayer de l'intercepter et le localiser, même si les chances étaient faibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Lun 9 Mar - 15:44

Asoka avait bloqué devant la porte du père Joy's, elle tremblait et faisait paraître des tocs de nervosité. Les larmes aux yeux, elle recula d'un pas en regardant avec angoisse l'entrée du bureau. Axel avait vu l'air effrayer de la nonne et la retenu en se mettant à genoux devant elle en lui parlant pour lui donner du baume au cœur.

"Asoka, moi, je suis persuadé que nous devrions y aller, ensemble. Je suis certain que cet homme doit payer pour ses crimes, mais tu dois en être convaincu également... Je te connais depuis peu, mais j'ai quelques pièces du puzzle qui me permettent de me faire mieux comprendre la situation que tu as endurée, pas seulement aujourd'hui, mais toutes ces années cachées ici. Tu as vécu ici toutes ses années, seules, caché pour ton propre bien... À rêver du monde extérieur, à vouloir faire le bien dans ton petit univers, tu as dû endurer les réprimandes de l'homme qui t'a fait souffrir aujourd'hui, ses actes abjects sans jamais rien dire. Tu penses peut-être que tu n'as aucune importance, que tu n'es rien et que même si tu venait à disparaitre personne ne te pleurais." 

Quand il termina cette phrase, Asoka posa sa main sur son cœur et son poing se ferma avec douleur tendis qu'elle retenait toujours ses larmes... Cet homme l'avait touché là où ça faisait mal. La jeune femme n'avait rien à ajouter, il disait la térébrante vérité... Pourtant, il poursuivit ses phrases en s'aidant de son téléphone pour appuyer ses mots.

"Pendant des millénaires, ce sont des hommes et des femmes seules qui ont changer les choses, qui ont donné l'espoir aux autres et protéger la lumière qui existe sur notre monde... Le docteur Pasteur à sauvé des millions de vies en travaillant des années pour cela, le président Mandela qui a risqué sa vie pour l'égalité et la liberté, Gandi qui à tenu tête à l'empire anglais pour que son peuple trouve l'indépendance sans verser le sang... Il y en à tant d'autres qui par leurs seules actions rendent le monde meilleur... Tu peux être unes de ses personnes Asoka! Toi qui à toute la bonté du monde dans le cœur, tu peux montrer le chemin de la bonté à des milliers de gens, tu peux défendre ce pour quoi tu crois, que ce soit par les mots ou ta force, que ce soit en restant ici ou en partant." 

Asoka, devenir une de ses personnes...? Elle ne sentait pas toute la puissance que son cœur contenait depuis bien longtemps, elle avait peur d'elle-même comme-ci elle était un monstre. Elle se pensait malade et dangereuse aux yeux des autres comme l'avait démontré certaine épreuve qu'elle avait vécu dans le passé...
Axel finit par se relever en mettant la main sur la poignet de la porte, une goutte de sueur dégoulina sur le front de la nonne qui écarquilla les yeux par angoisse, mais l'homme avait pris ça décision, il fallait qu'il en parle au père.

"Nous avons tous une place dans le monde, toi compris, je pense que ta place, que ton destin, c'est de défendre ce lieu, de toujours préserver sa pureté... Tu es la gardienne de Saint-Luc, c'est ton devoir de protéger ceux qui y viennent de l'influence profane de Tale." 

La jeune femme inspira un grand coup en fermant les yeux, elle tremblait, mais décida de suivre les conseils du frère Nightwinter. Elle hocha la tête et regarda avec crainte, mais détermination l'homme qui ouvrit la porte. Ils se tenaient la main pour aller jusqu'au bureau, le père avait le nez dans ses papiers pourtant Axel était confiant, il la lâcha et se mit à sa droite.
Joy's releva la tête lentement puis son regard se figea sur les multiples plaies du visage à Asoka, qui, au moment de prendre timidement la parole, se fit interrompre par un bruit de claquement sourd venant de la porte d'entrée. Son corps se raidit, c'était Brian, arrivé en furie un drap tacheté dans la main. De crainte, elle se mit à trembler en mettant ses mains devant la bouche, elle ne pensait pas que le fruit de la honte allé être amenée ainsi devant le père d'église qui saisit le drap pour l'examiner dans un silence des plus froid.

''Père Joys, je sais que vous refusez sans doute d'y croire, mais regardez donc un peu tout ça ! Les blessures d'Asoka, les traces sur ces draps … Que vous faut-il de plus ? Vous savez que c'est le frère Tale qui est à l'origine de tout ça. Vous savez qu'il déteste Asoka pour une raison ou pour une autre. Personne à part nous, Pikalo et lui ne savent qu'elle est ici alors pourquoi refusez vous de voir la vérité en face ? Je sais que vous devez sans doute vous en vouloir d'avoir abriter une telle engence démoniaque dans l'enceinte de votre cathédrale, mais laissez moi m'en charger. Je vous débarasserai de Tale … S'il vous plaît … Faites quelque chose … Pas pour moi … Mais pour Asoka … Je n'ai pas su la protéger alors que je lui en avais fait la promesse … Je n'ai pas pu la tenir, mais vous le pourrez… Au nom du seigneur, je vous en prie.''

Le regard d'Asoka se plongea avec terreur dans les yeux de Brian, sa bouche était ouverte et ses lèvres étaient tremblantes, son mutisme voulait en dire beaucoup... Des larmes coulaient le long de ses joues, elle voulait excuser cette situation et s'enfuir loin dans le haut des tours de la cathédrale pour ne plus jamais en ressortir...

"Asoka, tout ira bien brave gardienne. Dit simplement la vérité, si tu le souhaite, nous pouvons sortir pour que tu ne soit pas intimidé par notre présence, ou nous pouvons rester pour te donner notre force pour parler sans craintes."

La jeune femme avait la main d'Axel sur l'épaule, elle devait le faire pourtant, elle ressentait tant de culpabilité en elle... Les deux hommes parlaient entre eux. Tout le monde paraissait choquer et on pouvait voir à la respiration du Père Joy's, une haine fulgurante monter en lui.
Asoka s'avança devant le bureau du supérieur en tremblant, elle sanglotait, mais pourtant elle s'efforçait de lui parler.

" Mon... Mon père, je suis tellement désolée... Ne vous mettez pas en colère contre moi... Oui, le... Le frère Tales, il a été méchant avec moi. Je suis tellement désolée ! "

Dit la petite femme en pleurant bruyamment dans le bureau, elle tremblait et serrer les poings pour contrôler ses mutations qui commencer à s'emparer d'elle de manière de plus en plus visible. Son visage était penché du côté gauche, car la partie droite de son cou se paralyser pour devenir de l'acier luisant, elle souffrait quand cela arrivé et on pouvait entendre des gémissements de douleur sortir de sa bouche tendis qu'elle saisissait la partie de son cou en pleine transformation par espoir que cela l'apaise.

" Il... Arg... Il m'a frappé, il m'a... Forcé à faire des choses... Contre les principes de l'église... "

Joy's regardait inlassablement le drap tacheté de divers liquides d'un regard noir... Il prit parole avec une voix ténébreuse sans décrocher de ce que lui avait apporté Brian.

" Est-ce... Qu'il t'a... Pénétrer...? "

Asoka baissa les yeux, cela servis de réponse pour le père Joy's qui poursuivit.

" J'en ai assez entendu, tu peux disposer. "

" Mon père... Il... À jouer avec mon corps, mais... Il n'a pas était jusqu'au bout... Il m'a... "

" Stop, je t'ai dit que j'en ai assez entendu !! Maintenant Asoka, tu sors de mon bureau tout de suite et tu vas attendre tes amis dans le couloir... C'est un ordre. "

Asoka craqua sous le coup de l'émotion et sortit de la pièce en courant, pleurant à chaud de larme. Elle s'était mit dos au mur de pierre et se laissa tomber à terre pour continuer à pleurer, ses mains cachants son visage douloureux et marqué.

______________________________

~Joy's~

Comment... Comment ais-je pu ignorer à se point les actes d'Albert... Ce fils de... Dire qu'il y a encore une heure, nous étions en grande conversation sur la punition des pêchés dans les temps anciens. Comment cela n'a pas pu me mettre la puce à l'oreille ?!!! COMMENT ?!

Quand Asoka arriva avec Axel dans mon bureau, je n'avais pas pris la peine de lever la tête, j'avais le nez dans les papiers et à dire vrai, je ne les avaient pas entendu arriver jusqu'à entendre la voix de se nouveau pensionnaire que je ne connaissais que de nom grâce au frère Pikalo. C'est quand j'entendis le bruit de pas d'Asoka que je relevai la tête pour voir avec stupeur les marques sur son visage. C'était elle battu, était-elle tombée ?! J'étais surprise de la voir ainsi devant moi, surtout que son expression de visage ne me disait rien qui aille.

Avant que je puisse prendre parole pour demander le pourquoi de toute ses blessures les portes de mon bureau claquèrent violemment contre le mur. Je ne pu retenir un sursaut à voir cet homme violent aux visages marquer par la colère s'approcher de moi.

"Père Joys, il faut mettre un terme aux activités de Tale."

Dans mon esprit, je me demandais ce que Tales avait à voir avec sa colère, mais la réponse venue très vite à moi. Ce pensionnaire qui tenait apparemment un drap de chambre me le jeta sur mon bureau avec haine. Ce pensionnaire qui tenait apparemment un drap de chambre me le jeta sur mon bureau avec haine. Pourquoi... Me montrer ça. D'un coup, mon esprit fit le lien, le visage d'Asoka, son air terrorisé, ses draps couverts de sang et de fluide corporelle... Non, elle ne s'était pas faite... Violé par Tale ?
Mon regard s'assombrit, je n'arrivais pas à décrocher mes yeux de ses diverses traces. Je ne voulais pas y croise. Je ne pouvais pas y croire !

" Père Joys, je sais que vous refusez sans doute d'y croire, mais regardez donc un peu tout ça ! Les blessures d'Asoka, les traces sur ces draps … Que vous faut-il de plus ? Vous savez que c'est le frère Tale qui est à l'origine de tout ça. Vous savez qu'il déteste Asoka pour une raison ou pour une autre. Personne à part nous, Pikalo et lui ne savent qu'elle est ici alors pourquoi refusez vous de voir la vérité en face ? Je sais que vous devez sans doute vous en vouloir d'avoir abriter une telle engence démoniaque dans l'enceinte de votre cathédrale, mais laissez moi m'en charger. Je vous débarasserai de Tale … S'il vous plaît … Faites quelque chose … Pas pour moi … Mais pour Asoka … Je n'ai pas su la protéger alors que je lui en avais fait la promesse … Je n'ai pas pu la tenir, mais vous le pourrez… Au nom du seigneur, je vous en prie. ''

Asoka, j'ai été absent... Pourquoi... Pourquoi je n'ai pas pris en compte les dires de Pikalo, les timides recommandations de ma protégée... J'entendis la voix d'Axel lui parler, elle avançait timidement à mon bureau en s'excusant en pleure. Mes grandes mains tenaient fermement le drap en tremblant légèrement, je ne savait pas quoi lui répondre, mais elle poursuivait...

" Il... Arg... Il m'a frappé, il m'a... Forcé à faire des choses... Contre les principes de l'église... "

Non... Non ! Ne me dis pas qu'il a fait l'impardonnable... Il fallait pourtant que je lui demande, ma voix était ténébreuse et sans émotion, je les contenais...

" Est-ce... Qu'il t'a... Pénétrer...? "

Pas de réponse... Oh... Asoka, réponds-moi et dis moi que je me fais des films. Aucun son ne sortait pourtant de sa bouche.

" J'en ai assez entendu, tu peux disposer. "

Alors que je pensais qu'elle allait m'obéir, tendis que mes yeux ne pouvait pas se décrocher de ses traces encore toute fraîche, elle me répondit avec douleur et crainte de ma réaction.

" Mon père... Il... À jouer avec mon corps, mais... Il n'a pas était jusqu'au bout... Il m'a... "

Non, non je ne veux pas le savoir ! Je n'avais pas le courage d'entendre cela, ma colère, que dis-je, ma haine me dévorer littéralement ! 

" Stop, je t'ai dis que j'en ai assez entendu !! Maintenant Asoka, tu sors de mon bureau tous de suite et tu va attendre tes amis dans le couloir... C'est un ordre. "

En appuyant mes mots, j'avais taper mes poings sur la table. Mon timbre de voix était élevée, c'était de la colère... Je la connaissais, Asoka était bien capable de discrédité cette acte monstrueux en m'en parlant et je n'avais pas envie d'entendre ça, non, surtout pas ! 
Cela pouvait paraître sévère, mais elle devait partir, maintenant, c'était entre les garçons et moi.

Mes poings étaient serrer contre la table, mon souffle haleté de haine et mon regard était noir. Je ne m'étais pas levé et ma tête était basse. 

" Messieurs... Vous avez carte blanche... "

Dis-je d'une voix macabre avant d'ouvrir un tiroir... Un bruit de chargement d'arme blanche se fit entendre puis je posa au bout de mon bureau un M92 FS authentique et charger puis je me leva en allant vers ma fenêtre les mains croisés dans mon dos pour faire comme-ci de rien était.

" Je vous pries de disposer, j'ai un rendez-vous important, ça serait bête d'être vu ensemble la veille de la mort de Judas. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Lun 9 Mar - 22:13

Joy's avait eu apparament du mal à croire à ce que Brian lui avait apporté, au vu de son expression. Cet homme qui avait été un père pour Asoka devait se sentir au moins aussi mal que Brian, et c'était tout à fait compréhensible. Cependant, il parvint à garder une certaine maîtrise de soi qui forçait le respect. Brian lui avait littéralement explosé face à cette découverte, tandis que le père Joy's était resté calme et serein, du moins en apparence. Brian risqua un coup d'oeil vers Asoka, chose qu'il n'avait pas osé faire en entrant car il savait que la rage dans son regard l'aurait effrayée. Mais alors qu'il jetait un regard du coin de l'oeil vers la nonne, celle-ci quitta la pièce en pleurant abondamment aux ordres du père Joy's qui avait brusquement haussé la voix. Alors que Brian voulait se lancer à sa poursuite, Joy's intima aux deux hommes de rester car il voulait leur parler. Il se contenta de leur laisser carte blanche, ainsi qu'une arme à feu chargée sur son bureau.

''Père Joy's … Je n'aurais pas besoin de cela. Tale aura le châtiment qu'il mérite. Et cela serait trop rapide pour lui.''

Brian parlait d'une voix sombre, caverneuse, presque démoniaque. Il tentait de se maîtriser le plus possible, mais sa haine était si forte qu'il y parvenait avec difficulté. Il se retourna vers Axel, qui était vraisemblablement tout aussi choqué, et posa une main sur son épaule.

''Axel, je compte bien faire payer Tale pour ses atrocités, mais seul je n'y arriverai pas. Je vais avoir besoin de toi. Il va falloir mettre en place une stratégie, un plan d'attaque. Mais je te demanderai une seule faveur : laisse moi en finir. J'ai un compte personnel à régler avec Tale.''

Brian avait tenu l'épaule d'Axel avec force, et en lui brûlait le feu de la détermination. Déjà les idées les plus sombres pour infliger à Tale le châtiment qu'il méritait fusaient dans son esprit dans tous les sens et s'entrechoquaient. Il tentait de faire le tri, mais cela lui était difficile. Tout en écoutant la réponse d'Axel, il tentait en vain de calmer sa colère. Mais elle ne partait pas, elle était toujours là. Rien ne semblait pouvoir la dompter quand soudain … dans un instant de silence, il entendit les pleurs d'Asoka résonner par la porte entrouverte. Il tourna la tête, se rappellant qu'elle était la véritable victime dans l'histoire, et que tout cela lui était un fardeau quasiment insurmontable, que Brian avait lui-même du porter par le passé. Il se rappella la douleur et la solitude que l'on ressentait, et se tourna vers la porte.

''Pour l'heure …'' dit-il en regardant Axel par dessus son épaule '' Je vais m'occuper d'Asoka et la réconforter. Si tu as quoique ce soit qui pourrait nous aider pour punir Tale, alors vas-y et bosse à fond dessus.''

Brian quitta alors la pièce et passa la porte qui le mena au couloir. Il s'avança lentement vers la nonne, qui était en pleurs, recroquevillée dans un coin de mur, les mains cachant son visage. La vue de sa protégée ainsi fit à nouveau remonter ses mauvais souvenirs à Brian, qui revit la même chose que dans cette chambre quelques minutes plus tôt. Il se prit la tête dans les mains, se retenant pour ne pas exploser devant la jeune fille qui était déjà assez terrorisée ainsi. Il se calma du mieux qu'il peut mais son coeur recommença à battre extrêmement fort au point qu'il avait l'impression qu'il allait lui exploser la poitrine. Malgré tout, il se mit assit à côté d'Asoka et regarda en l'air.

''Je sais ce que tu ressens Asoka.''

Brian resta silencieux et immobile pendant de longues secondes, son regard fixé vers les cieux.

''Je sais exactement ce que tu ressens. La peur, la douleur et la honte d'avoir été ainsi l'objet d'un monstre qui t'as utilisée comme son jouet, se moquant de savoir ce que tu pourrais ressentir. La solitude que tu ressens, car tu crois que personne ne peut te comprendre, que personne ne voudra même t'écouter ni te croire. Et surtout, l'impression que tu ne vaux plus rien, que ton existence même n'a aucun but, que ta présence dans ce monde n'est qu'une erreur que tu aimerais corriger d'une manière ou d'une autre. Je sais tout cela Asoka … Car je l'ai moi-même ressentit par le passé. J'ai …''

Brian déglutît, sa voix s'étranglant graduellement au fil de son discours.

''J'ai moi aussi été l'esclave, le jouet de ce genre de personnes … Je … Je suis né dans la rue, abandonné par mes géniteurs. C'est une vieille dame nommée Esther qui m'a recueillit et qui m'a nommé ainsi. Elle m'a élevé, m'a aimé et m'a apprit à survivre dans ce monde. C'était une mère pour moi. Et un jour … On me l'a enlevée. J'ai alors été domestique pour un parrain de la Mafia locale, puis, quand fut las de me battre et des mes services, il me vendit à la maison close la plus proche, où je fus contraint à … Me … Me prostitué, sans quoi je serai tué … Et malgré tout ce que j'avais traversé, malgré ce que j'avais perdu, je n'ai pas renoncé à la vie, j'ai tenu bon, car je savais qu'Esther aurait voulu que je vive. J'ai donc prit mon mal en patience, jusqu'au jour où j'ai pu m'enfuir … J'ai alors erré longtemps seul, perdu et sans aucun but, avant de revenir à New Kanton pour rendre la justice là où elle serait absente. Et c'est la que je t'ai rencontrée. Toi, Asoka, tu m'as montré que malgré toute la corruption de ce monde, il y avait encore du bon. Tu es une lumière dans la nuit, un phare pour guider les âmes perdues comme l'était la mienne. Je suis si heureux de t'avoir connu Asoka … Et si désolé de n'avoir pu te protéger contre Tale.''


Brian la prit alors dans ses bras en l'enlaçant avec tendresse, caressant ses longs cheveux clairs de sa main avec le plus de douceur possible. Il ne retenait plus ses larmes, la douleur de ses souvenirs lui déchirant le coeur. Mais curieusement, il se sentait mieux. Il n'était pas non plus aussi bien qu'il l'aurait espéré, mais sa douleur était moins intense que d'ordinaire. Sa colère s'était appaisée quelque peu, et dans son coeur la compassion et l'amour refaisait surface. Brian aimait Asoka, comme un père aimait sa fille ou un frère protégeait sa petite sœur. Il ne pardonnerait jamais à Tale ce qu'il avait osé lui faire pendant tout ce temps, et maintenant que le père Joy's lui avait donné le feu vert, il allait lui administrer une dose concentrée de justice et de vengeance.

''Je sais que tu n'aimes pas la violence, Asoka, mais comprends moi bien : ce que t'as fait Tale est inhumain et impardonnable. Il ne peut pas continuer à rester ici sans que personne n'intervienne, car il pourrait non seulement continuer à te faire du mal, mais aussi s'en prendre à d'autre, et je doute que tu souhaites à quiconque de subir ce qu'il t'a infligé. Alors je veux que … que tu me pardonnes d'avance, mais je vais m'occuper de Tale. Il va recevoir le châtiment qu'il mérite. Il va devoir répondre de ses actions, devant son Seigneur et devant moi. Il va devoir rendre des comptes non seulement à toi, mais également au père Joy's.''

Brian continuait d'étreindre Asoka avec douceur, tentant de la rassurer comme il le pouvait. Cependant, il devait lui dire la vérité. Il n'avait pas le droit de lui mentir, il devait lui dire que Tale allait payer pour ses crimes.

''Après ce soir, Tale ne t'ennuieras plus jamais Asoka. Tu as ma parole. Dorénavant, je ne laisserai plus personne te faire du mal sans qu'il n'en subisse les conséquences. Je te protégerai, au péril de ma vie.''

Brian se leva alors en portant Asoka dans ses bras. Et ce fut une des rares fois on le vit sourire. Il regarda Asoka avec un sourire chaleureux et rassurant sur le visage, tandis qu'il se dirigeait vers le bureau de Joy's pour rejoindre Axel et lui indiquer où les trouver. Il signala donc à l'homme qu'il allait emmener Asoka dans sa chambre, puis prit la direction de celle-ci, la petite nonne toujours dans ses bras. Une fois arrivés en haut, il la déposa sur le lit et alla chercher une trousse de soins dans l'armoire à pharmacie de la salle de bain, puis s'appliqua délicatement à soigner les blessures de la jeune femme. Même s'il lui souriait chaque fois qu'il la regardait, Brian ressentait toujours autant de colère et de haine en lui. Il l'avait seulement canalisée. Mais au fur et à mesure qu'il pensait les plaies d'Asoka, les siennes se rouvrait. Il se rappela la maltraitance lorsqu'il était domestique dans ce manoir. Puis les sévices corporels et obscènes qu'il avait du endurer quand il avait été vendu comme prostitué dans une maison close. Il se rappela toutes ces longues années, les coups de fouet, les marques au fer blanc, les gifles et autres tortures physiques et mentales. Tout en nettoyant les bras de la nonne, Brian passa sa main derrière son épaule gauche et ses doigts caressèrent une brûlure dont la cicatrice semblait n'avait presque pas changé depuis tout ce temps.

Il regarda le sol un moment, puis se mit assis près d'Asoka et prit sa tête pour la placer contre son torse, en l'étreignant à nouveau comme un père le ferai avec sa fille. Il déposa ensuite un léger baiser sur le front de la jeune femme aux cheveux de lumière en lui souriant.

''Tout va s'arranger, petit ange. Tout va s'arranger.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Mar 10 Mar - 22:56

Depuis que je suis rentré dans cette église, je ne vais que de surprise en surprise et de stupéfaction en stupéfaction !
Un nonne enfermé à l'abri des regards, un ancien SDF taciturne, un prêtre pervers et sadique et un père qui cache un flingue dans son bureau... Et sous la soutane, il y cachait quoi ? Un fusil à pompe et des grenades ?!
Je laissais le père et Brian parler, hocha légèrement la tête quand celui-ci me parlait à propos de Tale et le laissait sortir réconforter la petite, moi, je regardais le père Joy's avec étonnement avant de sortir pour rejoindre la nef et repérer les projecteur holo et les haut parleur relié à l'orgue et au ordinateurs de l'église.

les holo projecteurs diffusaient des images de statues chrétiennes, de tableau du christ et autre relique gardé ailleurs dans le monde, dans des niches spécialement aménagé pour cela.

"Ils deviennent barrés les prêtres du coin frangin, t'sont sûr de vouloir rester ici ?... Ce n'est pas notre souci après tout, même si c'est horrible, on risque de faire plus de mal que de bien en faisant notre petit numéro." Me dit Malika par le biais de mes améliorations auditive.

"On doit le faire Malika, pour prouver qu'il y a encore une justice en ce bas monde... Si je ferme les yeux sur cela, je vaux pas mieux qu'Isaac." Je lui répondis.

"Je comprends, frangin, je suis avec toi quoi que tu décides, tu sais... Mais si jamais cela attire trop l'attention... Eternal va venir la chercher... Et même la Sarif Industrie ne peut pas tenir tête à eternal." Répliqua-t-elle.

"Je sais, c'est pour cela qu'il n'y aura pas de vague, frangine." Je lui répondis amuser.

Déjà, mes programmes espions s'introduisaient sans peine dans les registres de population de la ville, frère tale était mort aux yeux de l'administration, je ne gardais que dans un serveur en cloud et sécurisé crypté les codes génétique et empreintes que la police avaient fait de lui ainsi que ses photos de signalisation au commissariat de police.
J'ai volé son identité, son existence... Il allait être exilé et plus personne ne connaîtrais l'existence de "frère" Tale, qui allait perdre son existence et devenir un rébus de la société comme il l'a toujours été.

Je marchais dans la nef vers l'orgue, j'espère que tale me voit, alors qu'il ose parler de l'amour de dieu devant les fidèles, alors qu'il profane sa maison. j'espère qu'il me voit aller jusqu'au balcon au-dessus de la porte principal où attend l'orgue.
J'espère qu'il voit le sourire cruel sur mon visage alors que sans qu'il le sache, j'efface sa vie du monde officiel... Que mon assistant virtuel envoie un message sur les TPH portable de Brian et d'Asoka pour leur donner mes instructions, Asoka doit me rejoindre à l'orgue, caché par l'ombre de la voûte.
Brian lui sera le messager de la vengeance...
Il doit marcher droit sur l'allée centrale de la nef vers le frère Tale... Déjà, j'ai abaissé les lumières, déjà les projecteurs holo créé une fausse brume épaisse autours des gens, au centre de ses brumes des images apparaissent... Les antécédents fantomatiques en vert spectral du soit disant frère Tale.
Une musique sombre commence à débuter en attendant Asoka, des notes glacées et mortes tombent dans la nef tels les cadavres des mensonges du frère Tale... Brian est à l'entrée de l'église, il commence à avancer à travers la brume holographique avec lenteur...
Oui, les choses allaient être amusantes... Asoka arrive près de moi, je lui montre l'orgue.

"A toi l'honneur de jouer pour "frère" Tale, son départ mérite une mélodie appropriée, je pense." Je conseillais à la nonne en souriant.


Et pendant que j'efface tale de l'histoire, pendant que j'envoie les hologrammes et la musique dans la nef, pendant que je souris à tale avec un franc sourire de victoire... une petite musique résonne dans ma tête grâce à mes implants auditifs.


Un peu de musique, la victoire ce danse!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Jeu 12 Mar - 20:18

La première personne après Asoka à être sortit du bureau fut Brian qui s'avança d'un pas lent vers la demoiselle en pleure dans le couloir. Il semblait trouble et hésita à s'asseoir à côté. 
La nonne continuait à pleurer, cela ne lui ressembler pas de pleurer sur son sort, mais les nerfs avaient lâchés et elle avait besoin de pleurer pour évacuer la pression car si cela se transformer en énervement, cela aurait pu avoir des conséquences désastreuses sur la bâtisse.

''Je sais ce que tu ressens Asoka.'' 

Dit l'ancien sans-abris d'un air douloureux en regardant le plafond d'un air un peu absent.

''Je sais exactement ce que tu ressens. La peur, la douleur et la honte d'avoir été ainsi l'objet d'un monstre qui t'as utilisée comme son jouet, se moquant de savoir ce que tu pourrais ressentir. La solitude que tu ressens, car tu crois que personne ne peut te comprendre, que personne ne voudra même t'écouter ni te croire. Et surtout, l'impression que tu ne vaux plus rien, que ton existence même n'a aucun but, que ta présence dans ce monde n'est qu'une erreur que tu aimerais corriger d'une manière ou d'une autre. Je sais tout cela Asoka … Car je l'ai moi-même ressentit par le passé. J'ai …'' 

Comment pouvait-il savoir tous cela, se demandait Asoka d'un air aussi douloureux que celui de son ami qui marqua une pause comme pour prendre son courage à deux mains pour continuer de s'exprimer.

''J'ai moi aussi été l'esclave, le jouet de ce genre de personnes … Je … Je suis né dans la rue, abandonné par mes géniteurs. C'est une vieille dame nommée Esther qui m'a recueillit et qui m'a nommé ainsi. Elle m'a élevé, m'a aimé et m'a apprit à survivre dans ce monde. C'était une mère pour moi. Et un jour … On me l'a enlevée. J'ai alors été domestique pour un parrain de la Mafia locale, puis, quand fut las de me battre et des mes services, il me vendit à la maison close la plus proche, où je fus contraint à … Me … Me prostitué, sans quoi je serai tué … Et malgré tout ce que j'avais traversé, malgré ce que j'avais perdu, je n'ai pas renoncé à la vie, j'ai tenu bon, car je savais qu'Esther aurait voulu que je vive. J'ai donc prit mon mal en patience, jusqu'au jour où j'ai pu m'enfuir … J'ai alors erré longtemps seul, perdu et sans aucun but, avant de revenir à New Kanton pour rendre la justice là où elle serait absente. Et c'est la que je t'ai rencontrée. Toi, Asoka, tu m'as montré que malgré toute la corruption de ce monde, il y avait encore du bon. Tu es une lumière dans la nuit, un phare pour guider les âmes perdues comme l'était la mienne. Je suis si heureux de t'avoir connu Asoka … Et si désolé de n'avoir pu te protéger contre Tale.''

A cette révélation, la nonne hoqueta de stupeur en décrochant ses mains de son visage pour regarder Brian, elle avait le visage gorgé de larme et n'en revenait pas de cette nouvelle. Allait-il le voir différemment ? Non, elle l'appréciait toujours autant et voyait le bon en lui, cette pauvre âme était perdu, il fallait désormais que ses deux bons amis se soutiennent l'un l'autre pour remonter la pante. Le grand homme serra Asoka contre lui et la câlina avec une infinie tendresse, il ne retenait plus ses larmes, et ses gémissements de tristesse qui déchiré le cœur, mais petit à petit, cela s’atténuer

''Je sais que tu n'aimes pas la violence, Asoka, mais comprends moi bien : ce que t'as fait Tale est inhumain et impardonnable. Il ne peut pas continuer à rester ici sans que personne n'intervienne, car il pourrait non seulement continuer à te faire du mal, mais aussi s'en prendre à d'autre, et je doute que tu souhaites à quiconque de subir ce qu'il t'a infligé. Alors je veux que … que tu me pardonnes d'avance, mais je vais m'occuper de Tale. Il va recevoir le châtiment qu'il mérite. Il va devoir répondre de ses actions, devant son Seigneur et devant moi. Il va devoir rendre des comptes non seulement à toi, mais également au père Joy's. Après ce soir, Tale ne t'ennuieras plus jamais Asoka. Tu as ma parole. Dorénavant, je ne laisserai plus personne te faire du mal sans qu'il n'en subisse les conséquences. Je te protégerai, au péril de ma vie.''

Un sourire apparut sur le visage de se grand homme tendis qu'il porta Asoka comme une princesse. Il alla prévenir au bureau de ça prochaine destination et partit avec la petite femme toujours bien blottit contre lui.
La jeune femme rougissait en hoquetant toujours légèrement à cause des pleures qu'elle ne contrôlait pas, se geste était vraiment beau est gentil, elle ne savait pas comment réagir à cela... Pourtant, la phrase de Brian tourner toujours en tête, elle ne voulait pas que le sang soit versé par sa faute...
Une fois arrivée en haut, Asoka fut allongé sur le lit et se fit soigner par son ami qui essayer toujours de sourire dès qu'il se retrouvait face à la blessé. Mais cela se voyait à son visage qu'au fur et à mesure des pansements qu'il lui installé, il perdait en calme et gagner en colère. 

-Heureusement, se dit la nonne, qu'il ne voit mes bleus aux cuisses...

Brian semblait de plus en plus absent, il s'assit prêt de la petite dame et il blottit d'un geste gentil le visage de la nonne contre son buste pour embrasser son front en répétant avec le sourire.

''Tout va s'arranger, petit ange. Tout va s'arranger.''

Asoka se décrocha pourtant de cette chaleureuse étreinte, rongé par la culpabilité. Elle pinçait ses lèves en regardant le sol. Soudainement, elle se leva et se mit à genoux devant Brian en lui prenant les mains.

" Brian... Je t'en prie, ne verse pas le sang... Pas pour moi... Je ne supporterais pas savoir Albert en sang, même si les choses qu'il m'a fait sont horrible. Je ne dis pas que je le pardonne... Je veux juste que tu ne... "

Sa phrase fut coupé par le son du téléphone qu'elle avait reçu en cadeau d'Axel, il devait se passer quelques choses d'urgent... Asoka fit signe à Brian d'attendre un instant puis elle se retourna pour prendre le téléphone poser sur une commode. Elle lutta quelques instants pour réussir à activer le portable. 

« Descend me rejoindre à l'orgue. Axel »

" Axel m'a dit qu'il fallait que je le rejoigne à l'orgue, veux-tu me suivre...? Brian ? "

Quand Asoka se retourna, c'est avec surprise qu'elle ne le vit plus assis sur le lit. Il avait disparu de la pièce sans rien laisser derrière lui. Perplexe, la nonne se frotta la nuque en jetant un coup d’œil au couloir, mais il était belle et bien partit. 

En descendant les marches jusqu'à l'orgue, elle priait pour ne pas être vue et surtout pour que son ami sans-abri ne mettent pas son plan à exécution. Arrivé à la pièce contenant l'orgue, Axel lança avec un grand sourire aux lèvres.

"A toi l'honneur de jouer pour "frère" Tale, son départ mérite une mélodie appropriée, je pense."

" Je... Je vais jouer une partie d'une symphonie connu de Benedikt Franz Robert Von dem Hein, un compositeur du début du siècle. J'e... J'espère que je vais être à la hauteur de se grand homme. "

Répliqua telle timidement en s'attelant désormais à son orgue.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Jeu 12 Mar - 20:52

Alors que Brian soignait les blessures d'Asoka, cette dernière reçu un message sur le téléphone posé près d'elle. Sans doute qu'Axel le lui avait donné. Brian reçu lui aussi un message sur le vieux téléphone qu'il gardait pour appeler ses indics dans sa recherche qui l'avait mené à New Kanton. Cela le surprit, car il ne lui avait jamais donné son numéro, mais après tout, Axel semblait plutôt débrouillard. Il lui communiqua son plan et Brian comprit que c'était pour tout de suite. Il préféra quitter la pièce et laisser Asoka rejoindre Axel. La colère bouillonnait de nouveau en lui, et il sentit que le contrôle de son corps lui échappait peu à peu … Il arriva finalement dans la nef, près de la porte d'entrée, et ouvrit celle-ci en grand et dit :

Musique d'ambiance:
 

''Tale …''

La voix résonna et brisa le silence de la nef, alors que toute l'assistance s'était tue suite à l'arrivée d'un brouillard inhabituel, ainsi que d'une musique plutôt angoissante et d'images holographiques contraires aux lois de l'église. Tout le monde s'était figé en y découvrant la véritable  identité de Tale, et lorsque la voix résonna, tout le monde se tourna vers la grande porte d'entrée. Brian avançait lentement vers l'autel, tandis qu'en face de lui, au bout du chemin, Tale était en sueur, le regard emplit de frayeur.

''Tale …'' répéta Brian de sa voix sombre et caverneuse. ''Tu prétends être un serviteur de Dieu … Tu prétends prêcher et parler en son nom, mais comment oses-tu te regarder dans la glace ? Tu fais honte à ton Dieu, tu fais honte à ta paroisse, et tu fais honte à l'Humanité toute entière…''

Brian continuait d'avancer lentement, les yeux fixés sur Tale, tandis que ceux de l'assistance l'étaient sur lui.

''J'ai eu une existence atroce dès ma naissance. J'ai du me battre sans arrêt pour survivre. On m'a tout prit. Ma mère, ma liberté, mon humanité … J'ai tout perdu … Je n'avais plus rien. Et aujourd'hui, alors que j'ai enfin retrouvé un sens à ma vie, enfin trouvé quelqu'un qui valait la peine de se battre, une preuve que ce monde n'était pas encore corrompu de manière irrévocable, voilà que tu tentes de me l'enlever, et voilà que tu essaies de la souiller, de la soumettre ?''

Brian était arrivé face à Tale, et le regardait de haut, ce dernier étant légèrement agenouillé, ses jambes se pliant sous le poids de la peur.

''J'ai connu des tas d'hommes comme toi … Vous êtes tous les mêmes, vous pensez que vous êtes intouchable. Tu penses que tu es intouchable ? Tu penses vraiment que ta position d'homme d'église va m'arrêter ? Tu penses que la présence de dizaines de témoins va me stopper ? Je n'ai rien à perdre, Tale. Une seul chose compte à mes yeux, c'est la protéger elle. Oui, celle que tu a tenté maintes et maintes fois de souiller … Tu n'es même pas un monstre, juste une ordure … Un déchet de l'enfer …''

Brian sortit alors son arme, qu'il vida entièrement à l'exception d'une seule balle, puis posa celle-ci sur l'autel.

''Je ne vais pas te tuer. Pas avant de t'avoir fait payer au centuple ce que tu lui as fait. Tu as cru que tu pourrais la torturer ainsi sans que personne ne fasse quoi que ce soit ? Mon pauvre Tale …'' alors que Tale était tombé au sol, Brian se mit à genoux devant lui et lui lançant un sourire sadique. ''Tôt ou tard, il faut passer à la caisse. Et pour toi, c'est l'heure.''

Brian saisit alors Tale par la gorge et d'une seule main, le souleva pour le plaquer violemment sur l'autel, et frappa alors le poignet qu'il lui avait lui-même casser quelques heures auparavant.

''Peu m'importe que l'on soit dans la maison de ton Dieu, tu n'es pas digne de lui, ni de son amour, ni de sa pitié !'' La voix de Brian commençait à s'imprégner de colère tandis que Tale hurlait et que les gens de l'assistance fuyaient. ''Tu veux implorer ton Dieu ? Tu veux lui demander son aide ? Son pardon ? Vas-y, ne t'en prive pas.''

Brian le jeta alors au bas de l'autel, et l'écouta prier de toutes ses forces.

''Tu vois ? Rien ne se passe … Ton Dieu ne t'aidera pas. Et tu sais pourquoi ? Car tu n'es pas un de ses enfants. Tu n'es rien … Qu'un … Déchet … DES ENFERS !!!!'' Brian le saisit alors par la toge, le redressa et se mit à le frapper en plein visage avec une violence inouïe. Rapidement le visage de Tale fut ensanglanté, et Brian s'arrêta à temps pour ne pas lui ôter la parole ni la vie.

''Tu crois toujours en un tout puissant créateur, Tale ? Dis-moi, tu crois toujours que ton Dieu existe ? Rassure-toi, il sera bientôt l'heure d'aller lui rendre visite. Mais pour l'heure …''

Brian le saisit alors par les narines et le traîna jusqu'au parvis de la Cathédrale. Là il le mit à genoux devant toute la foule qui s'était rassemblée. Brian resta immobile, tandis que derrière eux, sur la façade de la Cathédrale étaient projetés diverses informations compromettantes sur Tale et son passé. Brian s'agenouilla alors derrière Tale et lui murmura alors dans l'oreille :

''Maintenant, il n'y a plus aucun endroit où te cacher, Tale … Les chiens de l'enfer viendront bientôt te chercher, et tu sais mieux que moi qu'on ne peut pas leur échapper.''

Brian saisit alors les deux bras de Tale, et appuya sur le dos de celui-ci avec sa jambe droite, tira de toutes ses forces sur les bras du moine. Ce dernier hurla de douleur tout du long, puis lâcha un cri inhumain quand on entendit le craquement des os de ses deux épaules qui venaient de rompre. Brian le lâcha alors, le contemplant un moment. Puis, avec un cordage qu'il avait dans son sac, il l'accrocha à un des réverbères alentours pour le faire tenir debout. Il lui donna de petites tapes sur la joue pour le forcer à rester conscient.

''Pas maintenant, Tale. Reste encore parmi nous, tu n'as pas reçu ta punition.''

Immédiatement après avoir finit sa phrase, Brian lui brisa un genou, arrachant toujours plus de cris de douleurs au moine qui avait à présent une fracture ouverte à chaque jambe. Brian le laissa là, et alla chercher quelque chose dans l'église. Lorsqu'il revint, il tenait au bout d'une tenaille un crucifix de fer chauffé à blanc, et il s'approcha alors du moine déchu en sang et en pleurs.

''Pour que tu n'oublies jamais, dans ce monde comme dans l'autre, que dorénavant tout le monde sait qui tu es vraiment … Et surtout, je te préviens … Si tu t'approches encore une seule fois d'Asoka … Je te tuerai sans la moindre hésitation, et ce que tu auras vécu aujourd'hui ne sera d'un doux rêve comparé à ce que tu subiras alors …''

Puis il déchira un trou dans la toge du moine au niveau de son ventre et appuya violemment le crucifix sur la peau, faisant hurler une dernière fois le moine avant de le faire sombrer dans l'inconscience. Puis Brian lâcha le crucifix qui tomba lourdement au sol, et recula en chancelant, comme revenant à lui après avoir été possédé. Il n'avait pas réalisé à quel point sa colère et sa rage l'avait aveuglé, mais il ne ressentit aucun regret malgré tout. Il laissa Tale gisant au sol après avoir défait ses liens, puis retourna dans la Cathédrale. Il devait aller voir Asoka, pour la rassurer, et aussi pour implorer son pardon suite à ses actions que lui-même ne se serait jamais cru capable de commettre … Il jeta un dernier regard vers Tale, et reprit son chemin tandis que la pleine lune se levait dans le ciel et jetait sa pâle lumière sur la grand place.



« As-tu jamais dansé avec le diable au clair de lune, Tale ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Jeu 12 Mar - 23:33

Je regardais la scène sous mes yeux... J'avais initié en partit ces actes d'une violence brutale et sans limite.
J'en ressentais une honte et un écœurement intense de savoir cela, mais malgré cela, je sentais une pointe de satisfaction de la douleur de Tale... Isaac voyait-il les chose ainsi ? Que si un homme était nuisible cela justifiait sa torture et une telle violence.

Je tournais la tête vers Asoka, elle avait cessé de jouer à l'orgue, ses mains étaient crispé au-dessus des touches de l'orgue. Elle était blême, le visage figé dans l'horreur des cris de Tale.
Je posais une main sur son épaule en la secouant lentement... Mais elle était en état de choc, Brian commençait à revenir à l'intérieur... Je vais essayer de calmer le jeu entre les deux... La tension était quasiment palpable.
Je reportais mon attention sur la fenêtre pour voir où était Tale... Comment cet homme avait réussi à disparaitre avec les deux jambes brisé?!
Je zoomais vers l'endroit où il était il y a un instant, des traces de sang indiquait qu'il avait été trainé brutalement vers une ruelle sombre à une dizaine de mètres.

Pas le temps pour ce mystère, je restais près d'Asoka en tapotant sa main en lui parlant avec douceur pour la ramener parmi nous.

"Asoka, c'est moi... Axel, tu te souviens de moi ? Je t'ai amené des chocolats... Tu te souviens des chocolats ?" Je lui demandais avec douceur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Ven 13 Mar - 16:42

Sans faillir à aucune note, Asoka jouait cette partition à la perfection. Elle commençait à percevoir la voix de Brian, mais elle s'attendait à n'entendre que des paroles. Tranquillement, ses doigts fins parcouraient les touches de l'orgue tendis que ses jambes appuyaient sur les grosses pédales à ses pieds jusqu'à ce qu'elle entende un premier bruit sourd accompagné d'un cri de douleur...

La nonne ne pouvait pas croire que dans cette cathédrale, il y ait quelconque violence... Ses mains commencèrent à trembler tendis que les personnes de la messe fuyait en hurlant... Elle avait de plus en plus du mal à se concentrer sur le clavier et semblait perdre petit à petit tous ses moyens...
Un autre cri de douleur apparu, Asoka n'arrivait plus à jouer, ses doigts restaient figés sur son clavier... Désormais, la voix macabre de Brian raisonnait dans le nerf central...

''Tu crois toujours en un tout puissant créateur, Tale ? Dis-moi, tu crois toujours que ton Dieu existe ? Rassure-toi, il sera bientôt l'heure d'aller lui rendre visite. Mais pour l'heure ...''

Doucement, le bruit d'un homme qui se faisait traîner apparu accompagner de gémissement... Un frisson remonta le long du dos à la petite dame qui était totalement tétanisé. Ses yeux ne luisaient pas étrangement, mais ils étaient totalement écarquillés. Plus aucune émotion ne passait sur le visage de cette douce demoiselle, sauf celui de la terreur.

Alors que le frère Tale était sorti hors de l'église, on pu percevoir encore des cris rauques et déchirants provenant de lui. Axel regardait la scène du haut du balcon de la pièce soutenant l'orgue avant de se retourner vers Asoka pour lui tapoter la main avec douceur.

"Asoka, c'est moi... Axel, tu te souviens de moi ? Je t'ai amené des chocolats... Tu te souviens des chocolats ?"

Les cris raisonnaient dans la tête de la petite dame qui se mit soudainement à trembler, signe que sa tétanie allait disparaître pour laisser une autre émotion prendre le dessus.

" Je... M... Me souvient... Oh mon dieu... "

Les mains tremblantes d'Asoka se posa sur chacune de ses tempes tendis qu'elle peinait à prononcer quoi que se soit tant que la terreur s'emparer d'elle. Lentement, la porte de la pièce s'ouvrit, le grand Brian revenait... Il semblait choqué et avait du sang plein les mains. La première réaction d'Asoka fut de se reculer contre le mur le plus proche en poussant un hurlement de peur. Elle avait devant elle, un vrai profanateur d'église.

Mais soudain, le hurlement sourd s'estompa pour laisser place à de la colère. Cela était rare de la voir dans cet état et seul une personne avait réussi à la mettre dans cet état, Isaac.
Asoka se releva sur ses jambes qui avait tendance à vaciller puis elle s'approcha de l'homme qu'elle avait héberger avant de crier d'une voix subjuguer par la colère.

" Brian, comment as-tu pu lui faire ça ?! Je ne voulais pas que le sang soit versé et surtout pas dans ses lieux qui devraient être la maison de l'amour et... Et toi Axel ! "

Hurla telle en se retournant vers lui avec le regard plein de colère. Elle le repoussa d'une main sans contrôler sa force ce qui le propulsa contre le mur avec puissance.

" Tu avais dit qu'il n'y aurait aucune violence, juste des aveux ! Des aveux !! Pourquoi tu n'as pas empêché Brian de... De faire ses choses immondes à Albert ?!! Vos cœurs sont aussi corrompus par le mal pour laisser un homme se faire battre de la sorte devant plein de fidèles qui ne cherche que de l'amour et du pardon ici ?!!!! Vous... Vous ne valez pas mieux que lui sur la violence ! "

Brian semblait vouloir répondre, mais la colère d'Asoka était tellement noire que quand il ouvrit la bouche pour dire un mot, la nonne pourtant si douce lui mit une claque très forte en lui disant avec une voix masculine tendis que son corps s'illuminait.

" Tais-toi ! "

Se rendant compte de ça colère et de ça voix, elle plaça les mains devant la bouche dans un hoquement de stupeur. Lentement, ses tremblements lui reprirent, commençant des épaules pour descendre dans les mains puis dans les jambes qui ne sû tenir son poids.
Pendant plusieurs secondes, on pouvait l'entendre pleurer à chaud de larme en poussant des gémissements de tristesse à déchiré le cœur de beaucoup... Elle releva sa tête en regardant les deux hommes avec douleur.

" C... Comment avez-vous pu...? Vous n'avez penser qu'à votre vengeance... Personnelle. "

Puis elle sortit précipitamment de la pièce pour courir jusqu'à l'étage qu'elle n'aurait jamais dû quitter.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Ven 13 Mar - 17:27

Brian ne savait plus où il était. Pendant un temps, il avait comme perdu conscience de ce qui l'entourait, et son corps de lui obéissait plus. Il voyait pourtant tout, et savait que cela n'était pas ce qu'Asoka aurait voulu, mais pourtant ... Rien n'y faisait, il n'avait pas la force de s'arrêter. Il pouvait y mettre toute sa volonté, son bras avait continué de frapper. Encore, et encore... et encore ... Les cris de douleur de Tale résonnaient à présent dans sa tête, lui déchirant les tympans. Il revoyait la peur, la douleur sur son visage. Il avait mérité un tel sort, c'était indéniable, mais ... Mais ce n'était pas à Brian de le lui infliger ... Il n'était pas un bourreau, il ne devait pas tuer ou blesser des gens ... il devait les sauver. C'est ce qu'Esther lui avait enseigné, c'est ce qu'elle aurait voulu.

Rongé par le remords d'avoir basculé ainsi dans la vengeance et la colère, Brian alla ramasser son arme qu'il rangea dans son holster, puis remonta en tremblant les escaliers pour rejoindre Asoka et Axel. Son coeur commença à battre de plus en plus vite à mesure qu'il gravissait les marches, car il devinait déjà la réaction d'Asoka : elle allait être terrorisée, en colère. Elle allait sans doute le rejeter, et elle aurait raison ... Brian ne méritait pas son attention alors qu'il n'était après tout qu'un monstre.

Il arriva enfin devant la nonne qui était en pleurs et qui recula de peur devant lui, la vue de ses mains tâchées de sang l'ayant effrayée.


" Brian, comment as-tu pu lui faire ça ?! Je ne voulais pas que le sang soit versé et surtout pas dans ses lieux qui devraient être la maison de l'amour et... Et toi Axel ! "

Hurla telle en se retournant vers lui avec le regard plein de colère. Elle le repoussa d'une main sans contrôler sa force ce qui le propulsa contre le mur avec puissance.

" Tu avais dit qu'il n'y aurait aucune violence, juste des aveux ! Des aveux !! Pourquoi tu n'as pas empêché Brian de... De faire ses choses immondes à Albert ?!! Vos cœurs sont aussi corrompus par le mal pour laisser un homme se faire battre de la sorte devant plein de fidèles qui ne cherche que de l'amour et du pardon ici ?!!!! Vous... Vous ne valez pas mieux que lui sur la violence ! "

Alors que Brian voulut lui répondre, elle le gifla avec une force herculéenne et lui répondit d'une voix sombre et puissante de se taire. Brian, tombé par terre suite au coup, se contenta de la regarder partir en pleurant, incapable du moindre geste. Il resta alors assis contre le mur pendant un long moment pendant qu'Axel se relevait suite au violent coup que lui aussi avait encaissé.

Brian était perdu, anéanti. Il avait éloigné Asoka de lui, il avait perdu une nouvelle fois tout ce qui comptait pour lui. Comment oserait-il ne serait-ce que croiser son regard ou bien se trouver dans la même pièce qu'elle ? Il avait tellement honte de lui, il avait était trop faible et s'était laissé aveugler par ses sentiments ... Sentiments qu'il ne maîtrisait plus car ils étaient une chose nouvelle pour lui qui n'avait rien ressentit depuis des années. Lui qui s'était réjouit de pouvoir à nouveau prétendre être humain, il souhaitait maintenant n'avoir jamais eu l'occasion de retrouver ces sentiments, car ils lui déchiraient le coeur à présent.

Brian se leva, le regard sombre, et alla errer dans la Cathédrale. Il repassa par là où il avait torturé Tale, revoyant la scène avec dégout alors qu'il y avait à peine quelques instants il y prenait un plaisir sadique qu'il ne se connaissait pas. Il resta sur la grand place devant le poteau auquel il avait ligoté Tale, contemplant les marres de sang et le crucifix qui maintenant était froid et tâché de sang, ainsi que recouvert de quelques lambeaux de chair. il le ramassa et retira tant bien que mal tout ce qui le souillait, puis le serra dans ses mains et le posa sur son front.

''Je ne sais pas si vous êtes réel, je ne sais pas si vous existez, ni même si vous pouvez m'entendre ou bien même si vous souhaitez m'entendre ... Je sais que je ne le mérite pas, mais j'implore votre pardon ... Ou plutôt, j'implore celui d'Asoka ... Je voulais la protéger, masi au final je n'ai fait que l'éloigner de moi ... Protégez la comme je n'ai pas su le faire, je vous en conjure. Elle est trop pure et trop innocente pour qu'on lui fasse à nouveau du mal. Je vous en prie, si vous avez pitié de moi, alors protégez là.''

Brian rapporta alors le crucifix dans la Cathédrale, puis monta les marches jusqu'à la chambre d'Asoka. Il se tint alors debout devant la porte, et écouta silencieusement. On pouvait l'entendre pleurer, et Brian avait parfois l'impression qu'elle parlait à quelqu'un, mais personne ne lui répondait. Sans doute était-ce du au traumatisme ... Quoiqu'il en fut, Brian prit son courage à deux mains et prit la parole.

''A... Asoka je ... je suis sincèrement navré ... Je ne voulais pas que cela se passe ainsi, je te le jure... J'ai perdu le contrôle ... Je voulais ... Je voulais juste le faire partir mais ... Mais mon corps, il ne m'obéissait plus ... La rage avait prit le dessus et malgré toute ma volonté, je n'arrivais pas à m'arrêter ... Je ... Je sais que je t'ai blessée, et cela me déchire le coeur ... Je veux juste que ... Que tu pardonnes à Axel car il n'avait rien à voir avec cela, il ne savait pas ce qui allait se passer ... Ne lui en veux pas, je suis le seul à blâmer ...''

Brian se mit alors assis dos à la porte, puis sortit son pistolet de son holster et regarda la canon qu'il plaça devant lui. Enfin de compte, Asoka s'éloignait de Brian, et ils ne pourraient sans doute plus jamais se reparler ... Tale avait gagné.

Brian posa la canon contre sa tempe, tandis que les larmes coulaient sur ses joues, et après un long silence, la détonation du coup de feu retentit dans toute la Cathédrale, rompant brièvement le silence de mort qui y régnait, et qui s'installa à nouveau juste après.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 94
Crédits : 61
† Lieu de résidence : Un hôtel dans historic district
† Emploi/ Situation : Enquêteur/ Hackeur
† Personnage sur l'avatar : Chris Redfield (resident evil)

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Ven 13 Mar - 18:07

J'avais redouté la venue de Brian sur le balcon de l'orgue, j'aurais dû lui dire de ne pas venir tout de suite. La tension était si intense lorsqu'il arriva au balcon.
La tempête grondait en Asoka, je ressentais ma peau frémirent, un instinct de survie puissant m'ordonnait comme une alarme lancinante dans ma tête de fuir, de fuir !

J'allais parler pour tenter de calmer la situation lorsque la jeune femme dans une rage folle m'avait incendié de reproche, en partie mérité.
J'aurais dû brider le SDF pour que cela ne ce passe pas ainsi... J'aurais dû lui faire comprendre qu'une telle démonstration de violence traumatiserait Asoka... Pire, que cela attirait l'attention ici et que eternal ne tarderait pas à s'en mêler. Ils se mêlent de tout !

J'avais été choqué par se déchainement de violence de Brian, mais impossible de l'expliquer à Asoka. Nous étions des hommes, des infidèles qui n'avaient connu que la violence et la guerre... La guerre oui, mais pas cela, pas une telle torture que ce soit de la part de Brian ou de Tale.

Je n'avais pas eu le temps de réagir quand elle me propulsa en arrière, mon dos se fracassant contre le murs de pierre grise de la bâtisse, je sentis l'arrière de ma tête cogner avec un bruit sourd le mur puis un moment d'inconscience m'emmena loin du reste de la tirade d'Asoka.

Je me réveillai peut après d'après mon horloge sur mon affichage tête haute, un bruit étouffé de paroles sonnait dans mes oreilles... La voix de Malika, on dirait... Je n'arrivais pas à me concentrer sur elle.
Je cherchais Brian, Asoka n'était plus là... Il devait être avec la nonne, surement à la chambre...
Je me relevais lentement, pris de na usé intense et de vertige profond avant de ramper presque jusqu'à la demeure de la nonne dans la cathédrale.

Je voyais légèrement flou, mon ouie était brouillé... Mais je vis... Le SDF tenait une arme ! Qu'est-ce qu'il fait bordel ?!
Je courus vers lui en ignorant mes nausé et lui sauta dessus pour le désarmer... J'entends un coup de feu... Est-ce que j'ai réussi ?

La voix de Malika redevient nette...

"Axel!!! Axel!!! Tale vous à vendu!!! Ils savent pour la fille ! Vous devez..."

Un bruit de parasite me remplit les oreilles et je resombre dans l'inconscience.




Innocence profané et humanité perdu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Sam 14 Mar - 22:37

Tout se passa en une fraction de secondes. Brian posa le canon de son arme sur sa tempe, hésita un moment puis pressa la détente. Tout aurait pu finir ici et maintenant, si Axel n'avait débarqué et ne l'avait pas empêché in extremis. Le coup partit, la balle effleura Brian et lui arracha deux ou trois cheveux au passage, puis alla se loger dans la roche du plafond. La détonation résonna dans toute la cathédrale qui était vide suite aux récents évènements. Brian fut assourdit par l'écho et sa vision se troubla, les larmes n'aidant pas.

Lorsqu'il parvint de nouveau à voir correctement, Axel était au sol, inconscient, et il entendit des pas précipités venir de la chambre d'Asoka. Elle se rapprochait de la porte ... Il se releva et alla voir Axel, qu'il essaya de ranimer.

"Réveille toi, Axel ... réveille toi, Asoka a besoin de toi ... Allez, debout !"

L'homme semblait sacrément sonné. Sans doute le coup qu'Asoka lui avait asséné plutôt. il fallait dire que cela avait surpris les deux hommes. Elle avait fait preuve d'une force physique incroyable, que Brian n'aurait pas soupçonné chez une femme au physique si svelte et à l'apparence si fragile. Et cette voix ... Ce n'était pas la voix d'Asoka, c'était une voix bien trop sombre, trop rauque et masculine, surtout ... Que s'était-il passé ? Serait-ce la maladie d'Asoka ? La changerait-elle en quelque chose d'autre ?

Perdu dans ses pensées, Brian continuait de secouer Axel, qui s'était ouvert l'arcade sourcilière en tombant au sol. Le sang coulait peu, mais formait tout de même une flaque assez conséquente au sol. Il entendit alors la porte s'ouvrir et tourna la tête pour voir Asoka, les yeux toujours aussi effrayés. Qu'allait-elle pouvoir penser en voyant Brian tenir Axel inanimé et saignant alors qu'il venait de tirer avec son arme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Dim 15 Mar - 0:51

Asoka avait couru se réfugier dans sa chambre tellement l'émotion et la crainte s'emparrer d'elle... Elle avait besoins de calme, de solitude, c'était ainsi qu'elle avait été élevée et qu'elle avait envie de rester après les affreuses choses qu'elle avait entendu et subi.

La nonne était dans ça pièce totalement dévasté... Même son lit qui était pourtant en place tout à l'heure avait été cassé et propulsé contre le mur... Son matelas était dépouillé de ses draps souillés, elle avait si honte, elle était si mal. Pourtant, la colère de la petite dame s'était transformé en peine immense, en culpabilité... 
Sur le sol en bois, entre les débris du peu d'objet qu'elle avait, la demoiselle était couché et pleurer à chaud de larme, noyer dans un chagrin immense... Elle pensait enfin pouvoir être seul pour pouvoir aspirer à du repos.

" Âthem... Pitié... Fais quelque chose... Je suis tellement désespérée... J'ai tellement besoin de toi... J'ai toujours cru en toi... Je t'aime, tu es mon ami... Reste avec moi...! " 

L'esprit du dragon apparu et s'entoura autour d'Asoka d'un air triste, il essayait de rassurer cette pauvre femme désespérée.

" Âthem... Pourquoi les personnes qui disaient m'aider n'ont penser qu'à eux et qu'à... Leurs justices. Ca n'aurait jamais dû passer ainsi... Je ne voulais pas de violence... Aucunement... J'en veux à père Joy's d'avoir permis se massacre, car je sais qu'il l'a fait !  "

" Asoka, ma douce hôte, même si cela fut brutal et choquant... Ils ont voulu te protéger, à leur manière. "

" Leurs âmes sont noir et corrompu ! Albert... Oh sainte-mère, j'entend encore ses hurlements... Par ma faute...! " dit-elle en explosant en pleure à nouveau. 

" Il t'a fait du mal Asoka, il a peut-être payer le prix fort, mais j'aurais pu commettre le pire à leurs places... "

" Non, pas toi ! "

Un bruit à la porte stoppa nette la discution. La voix de Brian se fit alors entendre...

''A... Asoka je ... je suis sincèrement navré ... Je ne voulais pas que cela se passe ainsi, je te le jure... J'ai perdu le contrôle ... Je voulais ... Je voulais juste le faire partir mais ... Mais mon corps, il ne m'obéissait plus ... La rage avait prit le dessus et malgré toute ma volonté, je n'arrivais pas à m'arrêter ... Je ... Je sais que je t'ai blessée, et cela me déchire le coeur ... Je veux juste que ... Que tu pardonnes à Axel car il n'avait rien à voir avec cela, il ne savait pas ce qui allait se passer ... Ne lui en veux pas, je suis le seul à blâmer ...''

La nonne releva la tête du sol en regardant avec faiblesse sa porte, tendis que le dragon certifier que cela était un geste sage d'avoir eu le courage de revenir pour s'expliquer. Asoka avait dû mal à réaliser et semblait vider de ses forces... Elle ne savait plus comment réagir...
Un son brutal perça le silence religieux, un son que la petite dame ne connaissait pas. Mais cela la mit en alerte et son cœur qui se mit à palpiter de plus belle. Aussi brutalement que le coup de feu, Asoka se releva et couru à sa porte pour l'ouvrir. Dos à elle, Brian tenait le corps d'Axel qui semblait en sang. 
Dans ses yeux, on lu beaucoup de terreur et cela se traduisait à son corps qui devenu éblouissement. Son souffle était haletant et elle fut tétaniser plusieurs secondes face à se meurtrier... La première réaction de la femme fut de tirer le corps d'Axel dans sa chambre et de le cacher derrière lui dans un geste de courage.

" Cela ne t'a pas suffit de tuer Albert, il fallait que tu t'en prenne aussi à Axel... Monstre !! Je suis la gardienne de Saint-Luc et je ne permettrais pas un deuxième massacre dans cette bâtisse par ma faute ! " 

La petite dame prit l'arme à feu qui était à terre et la serra dans ses mains alors que la sécurité n'était pas mise dessus.

" Crois-tu que ceci est la réponse à tous nos conflits ?! Non !! Sinon, cela ferait bien longtemps que je ne serais plus de se monde ! "

Asoka enfonça le canon du pistolet dans son ventre puis se mit à hurler.

" Si je suis à la base de toute cette tuerie que tu as fait de tes mains, alors vas-y, tire moi dessus qu'on en termine, vas-y !! "

La nonne pleurait à chaud de larme et tentait de faire réagir Brian dans un dernier geste désespérée alors qu'au loin, au pouvait entendre les sirènes de la sécurité de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 45
Crédits : 23
† Lieu de résidence : Aucun
† Emploi/ Situation : Vagabond
† Personnage sur l'avatar : Kenzo Tenma - Monster

Papiers
Don:
Statut: Civil / Vagabond
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Dim 15 Mar - 1:17

Comme il s'y attendait, Asoka était à la fois furieuse et déchirée par le chagrin. Et comment l'en blâmer. Alors qu'elle ouvrit la porte et contempla la scène, elle eut pour première réaction de tirer le corps d'Axel dans sa chambre pour prendre soin de lui, puis elle se tourna vers Brian et le regarda d'un air sombre. Elle avisa son arme par terre et la ramassa.

" Cela ne t'a pas suffit de tuer Albert, il fallait que tu t'en prenne aussi à Axel... Monstre !! Je suis la gardienne de Saint-Luc et je ne permettrais pas un deuxième massacre dans cette bâtisse par ma faute ! Crois-tu que ceci est la réponse à tous nos conflits ?! Non !! Sinon, cela ferait bien longtemps que je ne serais plus de se monde ! " dit-elle en pointant le canon de l'arme sur son propre ventre. " Si je suis à la base de toute cette tuerie que tu as fait de tes mains, alors vas-y, tire moi dessus qu'on en termine, vas-y !! "

C'en devenait insupportable, comment Brian avait-il pu être aussi idiot ? Au remord s'ajouta la douleur et le chagrin de voir Asoka dans un état pareil. Il se leva et marcha lentement vers Asoka, prenant l'arme de ses mains. Puis, regardant la nonne de ses yeux vides, puis démonta l'arme pièce par pièce, laissant les débris tomber au sol. Il resta debout devant celle qu'il avait juré de protéger longuement sans dire un mot, puis recula lentement, ses jambes tremblant sous le poids de son chagrin.

"Je n'ai rien voulu de tout ça, Asoka ... rien. Je sais qu'aucune parole ni aucun acte ne pourra m'avoir ton pardon ... Je .. Axel ... Il n'est pas mort, je ne l'ai pas blessé, il a voulu m'empêcher de ... de faire quelque chose ... il était faible, il a perdu conscience et il est tombé au sol. Il ... il a besoin de soins, alors ... occupes t'en, car lui le mérite. Mais pas moi ..."

Brian fit volte-face, se dirigeant vers la porte. Il marcha d'un pas lent et lourd jusqu'à l'encadrement où il marqua un arrêt.

"Je ne vaut pas mieux que Tale, tu as raison ... Je n'ai pas ma place dans cette église, ni auprès de toi ... Alors je pense que l'heure est venue de te faire mes adieux, Asoka ..."

Il passa la porte et se dirigea vers les escaliers. Mais alors qu'il descendait ceux-ci, il dérapa et dégringola jusqu'en bas de la spirale de pierre et tomba la tête la première sur le sol. Le choc lui fit perdre connaissance et le fit sombrer dans de sombres songes.

____________________________________

"Brian, qu'as-tu fait ? Tu n'es pas un tueur ... Tu devais sauver des vies, pas en détruire. Tu me l'avais promis...
- E... Esther ...? Je suis désolé ... Je n'ai pas pu me contrôler ... Je regrette ... Je regrette tellement ...
- Regretter est une chose, Brian, mais se faire pardonner en est une autre. Tu as profondément blessé cette pauvre jeune femme, si tu veux son pardon, il va te falloir le gagner."

Brian flottait alors dans le vide, entouré d'une vive lumière blanche et chaude. Toute sa douleur était loin, mais il était toujours malheureux, si malheureux de ce qu'il avait fait à la pauvre Asoka ... Soudain il sentit brutalement le contact du sol sur son dos. Il se redressa et se trouva dans un long tunnel, au bout duquel il voyait une lumière. N'ayant nulle part ailleurs où aller, Brian avança en boitant vers la lumière. Mais alors qu'il avait fait à peine quelques pas, le sol s'effondra sous ses pieds et il dut se rattraper à un rebord de justesse. Il regarda alors en dessous de lui pour voir un brasier qui s'étendait à l'infini au delà de tout horizon, et les flammes venaient lui pincer les jambes. La panique s'empara alors de lui et lorsqu'il leva les yeux, il vit Tale.

Ce dernier arborait le même sourire sadique que Brian lorsqu'il l'avait battu, et quand ce dernier regarda de plus près, il se rendit compte que la moitié du visage de Tale était le sien.

"Tu es comme moi, Brian ! Un monstre, un démon ! Un déchet des enfers ! Et sais-tu où les gens comme nous finissent ? Dans les flammes, pour l'éternité !! HA HA HA HA HA HA HA !!!"

L'hybride Tale-Brian écrasa alors la seule main accrochée de Brian, lui faisant lâcher prise et le précipitant dans les flammes de l'enfer. Brian hurla durant sa chute tandis que les flammes lui dévoraient la peau dans une douleur indescriptible....


_________________________

En bas des escaliers, Brian gisait inconscient, le sang s'écoulant trop abondamment de sa plaie à la tête. La vie le quittait lentement mais surement, et si personne ne venait à son secours, il allait mourir ... Peu lui importait, il ne souhaitait pas vivre après ce qu'il avait infligé à Asoka. Il appelait la mort à bras ouverts et se laissa donc embraser par les flammes infernales, persuadé que personne ne pourrait l'en sortir ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 208
Crédits : 47
† Lieu de résidence : Fixon City
† Personnage sur l'avatar : Trafalgar law

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Dim 15 Mar - 14:33

Tout ce bruit, toute cette agitation... Ce manque flagrant de subtilité !
Mon frère, comme tu me déçoit toi qui te disais plus civiliser que moi, allié à se SDF barbare et rustre, tu n'a fait qu'amener tout ce que tu voulais repousser de la jeune fille... Même mon bourrin était capable de se contrôler et pourtant, il garde en lui un monstre.

J'avais observé votre petit cinéma, depuis un bâtiment proche de l'église. Je m'étais caché dans un appartement à l'abandon, ma paire de jumelles sur le nez, mon drone pas plus grand qu'un rat retransmettant à mon ordinateur portable, le son et l'image, ce genre de petit jouet pour enfant faisait de magnifique outils d'espionnage, huhu.

Depuis mon perchoir, dans les pièces poussiéreuses, je vous ai vu tout faire de travers, comme des enfants stupides qui ne réfléchissent pas aux conséquences, je me doute que cette réflexion est paradoxale en ce qui me concerne, mais moi, c'est différent, je suis excentrique !

Je me suis décidé à intervenir après le coup de feu, Tale, ce sale rat, je l'attraperais plus tard, il n'ira pas loin.
Je traversai la place de l'église, les forces de sécurité urbaine étaient déjà en chemin. Je n'avais pas beaucoup de temps.
Je passai les grandes portes de la maison de dieu en les ouvrants en grand, de manière théâtrale, dommage, personne ne vit mon entrée dans la sombre cathédrale, alors que le contrejour du crépuscule dissimulait ma face.

Je repérai sur le chemin qui menait à la chambre d'Asoka un homme grand et blond, sa tête saignait et il était inconscient... Surement le SDF à mon frère, je le mis en position de sécurité en laissant une bougie arrachée à un bougeoir proche pour qu'il soit détecté par les secours et continuât ma route.

J'approchais de la chambre de la jeune nonne, la porte était fermé et des traces de sang étaient visible devant, je pris une tapisserie murale pour essuyer cela et y mit le feu en la jetant par une meurtrière, puis je toquais à la porte de bois sans brusquerie.... Et l'ouvrais lentement.

Mon frère était là, étendue et inconscient, il saignait d'une blessure au ventre et Asoka lui prodiguait les premiers soins.
La jeune femme avait les yeux grands ouverts, un soupçon de peur dans le regard, mais un air de défi s'y mêlait comme si elle avait trouvé le courage de ne plus me craindre. J'en fus heureux de la voir s'endurcir, mais je n'avais pas le temps de m'en réjouir.
Sa chambre était dans un état de délabrement sans précédent, les secours étaient dans la nef et je ne pouvais pas repartir sans alerter ceux-ci de la présence d'Asoka.
Bien alors autant me rendre utile, Meiji à une trop bonne influence sur moi, d'habitude, je n'aide personne. Bah, tant pis, je vomirais des arcs-en-ciel plus tard.

Je ne parlais pas et commençais à ramasser les débris de lit et de mobilier, étant très fort, je réussis en deux voyages à les transporter dans une pièce voisine vide.
Je remontais à mon ancienne chambre et soulevais le lit pour le tirer dans la chambre d'Asoka avec le matelas et des draps propres.
J'amenais mon ancien bureau, une chaise et mon armoire où je rangeais les affaires de la nonne sans me presser, Axel n'allait pas mourir, Asoka avait fait ce qu'il faut.

Je ramenais aussi un vase avec trois lys d'une chambre inoccupé et les posais dans le vase sur le bureau.
Je m'assis alors près de mon frère et d'Asoka avant de dire amusé.

"Si seulement il était conscient, il tenterait de m'attraper même s'il est à l'article de la mort, une bien belle ironie n'est-ce pas ? Son frère qu'il hait tant va lui sauver la vie en l'amenant d'ici quelques instants aux urgences les plus proches."

Je regardais Asoka, que lui dire ? Qu'est-ce qu'ont dit à une femme qui a tant enduré ? Je n'en ai pas la moindre idée, je vais improviser puis je la laisserais ici avec un petit cadeau.

"Il n'est pas mauvais, tu sais, il a grandi avec le seul but de me retrouver pour me ramener dans ce qu'il appelle "le droit chemin". Il a surement raison, je suis un homme qui est plus noir que blanc, j'aime boire, j'aime l'amour charnelle avec les femmes et je suis assez fière de dire que je n'ai jamais eu à forcer une femme pour partager la luxure... Ah, je m'égare-je suis navré, oui, je suis un mauvais homme diront certains." Je marquais une pause alors que certains souvenirs me revenaient avec la force d'un tsunami d'horreur.

"J'ai fait d'horrible chose... J'ai aimé tuer, j'ai aimé la fièvre du combat et de la guerre... J'ai tué des gens qui n'étaient pas mauvais et d'autre qui était des raclures de l'humanité.
Si j'avais été encore là, j'aurais surement tuer Tale avant même qu'il ne descende les escaliers de ta chambre... Je comprends que tu ne soit pas adepte de mes méthodes ni même de la violence que mon frère et son compère ont déchainé.
" Je marquais une nouvelle pause en me tenant la tête pour calmer mes souvenirs.

"Nous sommes des êtres humains, et aucun être humain n'est parfais, en chacun de nous réside une part de noirceur, cette noirceur grandis ou reste dormante en fonction de nos expériences dans la vie. Axel arrive à plutôt bien contrôler la sienne pour le moment, moi, j'ai laissé ma noirceur me dévorer en l'acceptant, cela permet de contrôler mes actes... Ton ami SDF en bas lui a surement du repousser cette noirceur, la refusant jusqu'à ce quelle le submerge dans un tsunami de haine et voilà le résultat."


j'ai enfin réussi à repousser mes souvenirs, fichu souvenirs !

"Toi, tu a ta petite part d'ombre aussi, comme tout le monde, mais tu a réussi à la tenir en laisse par ta foi et ton innocence. Ta pureté dirait certains... Toute cette pureté me fait peur, je suis une ombre, et toi, tu es une lumière aveuglante qui menace de me changer, de me faire disparaitre par ton simple contact. j'ai peur de cela, de changer ce que j'ai toujours été... Mais tu as pris soin de moi une fois et je te dois le respect et certaines petites choses pour cela."

Je pris une grande inspiration avant de déclarer en rougissant pour la première de gêne.

"Je te remercie, d'avoir pris soin de moi quand j'étais ici... Je suis... Désolé, pour les paroles que je t'ai dit au Hidden Mead. Je ne serais jamais un homme bien, je suit-ce que je suis, mais tu es une fille bien et disons que je peux bien être un homme au comportement acceptable et agréable avec quelques personnes que j'apprécie même si je reste un monstre pour le reste du monde."

Je commençais à ramasser frère en le tenant par les épaules, m'assurant que son bandage tienne le coup.

"Je ne referais pas d'excuse de si tôt, tu sais, j'espère que tu te rend compte de l'influence que tu a eu sur moi haha!" Je gloussais... Puis plus sérieux je lui dis.

"L'homme qui t'a fait du mal, qui t'a souiller... Il a vendu ton existence à des mauvais hommes pour qu'il t'arrache à ton existence de paix... Sois prudente, reste caché encore plus qu'avant... Et même si tu n'approuves pas ce que je vais faire à cet homme, je dois le faire, je suis une ombre... Je suis un monstre à peine humain. Je suis un prédateur qui traque les autres monstres pour ne pas s'en prendre aux moutons sans défenses. Je dois me débarrasser des pulsions que cet homme à fait naitre dans ma tête, pour conserver mes vestiges d'humanité."


Je partis, posant sur le bureau une boite de chocolats et un poste radio lecteur cd rom, une antiquité, avec deux cd de musique... Et je partis refermant la porte derrière moi en tirant mon frère jusqu'à la porte de derrière.
Je me suis dissimulé dans l'ombre, me cachant des forces de sécurité urbaines pour rejoindre à pied les urgences de l'hôpital central et j'y déposais mon frère entre les mains d'un médecin qui prit immédiatement mon frangin en charge.
Ce fardeau déposé, je partis de l'hôpital pour me poster sur un toit non loin... Là sous la lune argentée et la voûté céleste étoilé, je regardais une chambre d'hôtel dont la fenêtre éclairée laissait voir un homme allongé sur un lit, les jambes dans le plâtre... Tale.

Je descendis du toit, Tale n'avait pris aucune mesure pour rester caché, ignorant qu'un dernier prédateur le traquait, il avait fui vers l'hôtel où un médecin clandestin avait soigné ses os brisés du mieux possible, mon frère avait fait du bon boulot, Tale n'avait pas pu avoir accès au soin public étant donné qu'il n'existait virtuellement plus.

Je Rentra dans l'hôtel de seconde zone, je prétextai voir un ami à la tenancière qui ne posa pas de question et me laissa passer.
Je montais les marches menant à l'étage vers la chambre de Tale, le parquet était usé dans le couloir qui y menait, les portes réparées des dizaines de fois faisaient pitoyable, les tapisseries murales étaient imprégné de l'odeur de l'alcool et du tabac.
Le couloir était sombre, seule une ampoule grésillante donnait un peu de clarté vers la fenêtre à l'autre bout.

Je crochetai la serrure de la chambre sans soucis, l'ouvrant doucement, ma veste noire me tombait jusqu'aux genoux, mes bottes de cuir montaient aux genoux aussi, j'entrais lentement dans la chambre.
je souriais avec un sadisme que je savourais d'avance, mes yeux cachés par mes lunettes de soleil noir connecté à certains programmes de piratage.

Tale se tourna vivement vers moi, mes mains se serrèrent en poings dans mes gants de cuir aux phalanges renforcé d'acier.
Je bondis en avant qu'il ne crie et lui assénât un coup juste assez fort pour l'assommer à la tempe.

Je pris le corps inerte de l'ex prêtre et le mis sur mon épaule gauche et sortis de la chambre empruntant le couloirs désert à cette heure pour sauter par la fenêtre à peine plus de 5 mètres au-dessus de la rue, pour un être amélioré génétiquement comme moi, une broutille.

J'amenais la raclure dans un ancien entrepôt abandonné de flooded district, le chemin fut facile jusque là bas, j'avais rangé le gars ligoté et baillonné dans un coffre de bagnoles que j'avais volé et j'avais roulé jusqu'à l'entrepôt.
Un entrepôt si agréable pour moi, frais, presque froid, quatre murs de briques et un toit de tôle qui abritaient des caisses, un peu de matériel de construction et pas mal de chaînes pendu au plafond

J'accrochais tale aux chaines par les chevilles et les poignets, le mis à nu et le réveillais, il n'était plus baillonné, personne ne l'entendrais ici...

Il m'insulta, me supplia, me maudit alors que sur trois caisses de bois collé ensemble, j'étalais devant lui sans dire un mot, des lames de couteau, des seringues, des produits étranges dans des bocaux, une scie, des clous, un marteau et sur un petit feu à terre, une broche chauffait à blanc.

J'avais aussi pas mal de matériel médical sur un côté, anesthésiant, cicatrisant, mousse biochimique pour les hémorragies internes et externes... Anti poison... Stimulant sensoriel...

Je me tourna pour la première fois vers Tale et lui tapotais la joue avec moquerie alors que je lui disais avec un amusement macabre.

"Tale, c'est bien ton nom hein? Nous allons bien nous entendre toi et moi, j'en suis certain... Alors... Ah oui... Comment à tu contacté Eternal mon brave... Et qu'as-tu fais... À Asoka!"

La nui fut longue, très longue pour l'ex prêtre... Et personne n'entendit ses cris.


Vous le pensiez sadique lui? Regardez ce que c'est vraiment...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Dim 15 Mar - 20:26

Asoka avait l'arme pointé dans sur son ventre, son cœur se mit à palpiter lorsque sans aucune réponse, elle vit le grand homme s'approcher avec lenteur d'elle jusqu'à prendre le pistolet dans ses mains. Dans un geste courageux, elle barra le chemin entre Axel et Brian en fermant les yeux pour recevoir le coup... Pourtant, rien ne se passer... Des bruits de petite pièce métallique qui tomber au sol se fit entendre, Asoka ouvrit un œil, puis l'autre et voyait que l'arme se faisait entièrement démonter...

"Je n'ai rien voulu de tout ça, Asoka ... rien. Je sais qu'aucune parole ni aucun acte ne pourra m'avoir ton pardon ... Je .. Axel ... Il n'est pas mort, je ne l'ai pas blessé, il a voulu m'empêcher de ... de faire quelque chose ... il était faible, il a perdu conscience et il est tombé au sol. Il ... il a besoin de soins, alors ... occupes t'en, car lui le mérite. Mais pas moi ... Je ne vaut pas mieux que Tale, tu as raison ... Je n'ai pas ma place dans cette église, ni auprès de toi ... Alors je pense que l'heure est venue de te faire mes adieux, Asoka ..."

Les jambes de Brian semblait avoir du mal à tenir et le cœur d'Asoka se meurtrissez de voir pas à pas l'homme qu'elle avait accueillit partir... Tous l'esprit de la petite dame voulu retenir se grand homme, pourtant, elle ne partit pas à sa poursuite et décida même de fermer ça porte une fois qu'il descendit les marches.

Tout de suite, elle rassembla ses toutes dernières forces pour s'occuper d'Axel qu'elle ne pouvait amener aux urgences elle-même. Comme son frère autrefois, elle l'allongea bien à plat et prit des tissus qu'elle trouvait là où elle pouvait... Se fut les rideaux blancs qui témoigna des blessures de l'homme à terre. Le ventre n'était pas le plus abîmés, se fut surtout la tête... L'arcade saignait beaucoup, mais d'après certain livre que la petite nonne avait lu, les blessures à la tête saigner beaucoup même quand elles étaient superficiel...

Ses pommettes rougissaient quand elle dû enlever le haut du blessé et qu'elle le bougeait à la force de ses petits bras maigre pour pouvoir faire un bandage avec les lambeaux de ses rideaux qui rougissaient du sang de la plaie... Alors qu'elle voulut commencer à s'occuper du bandage de la tête, un bruit venu de la porte. Brian serait-il revenu...?
Un long frisson parcouru le corps d'Asoka qui ne pu s'empêcher de blottir le haut du corps d'Axel contre elle en s'assurant de sa sécurité. Mais la surprise fut grande quand elle vit  celui qui était apparu devant la chambre... Ses yeux s'étaient écarquiller, elle dit alors d'une voix étouffer par le stress.

" Isaac... "

Mais l'heure n'était pourtant pas à s'occuper de cette homme, mais de son frère... La nonne pinçait ses lèvres et tourna d'un geste vif le regard vers Axel pour s'occuper de lui.
Sans parler, le Nightwinter encore debout commença à ranger la chambre d'Asoka, ramassant les débris et déménageant les lits et meuble qui rester. La jeune femme quand à s'occuper des blessures d'Axel puis caressa son visage endormit comme pour l'accompagner dans son repos d'un geste tendre. De temps en temps, elle murmurait avec douceur.

" Ne part pas, n'abandonne pas... Je vais te soigner mon enfant... "

Après le déménagement qu'avait fait Isaac, la pièce ressembler presque point par point à l'ancienne chambre. Presque timidement, il commença à s'adresser à la nonne qu'il avait autrefois chasser.

"Si seulement il était conscient, il tenterait de m'attraper même s'il est à l'article de la mort, une bien belle ironie n'est-ce pas ? Son frère qu'il hait tant va lui sauver la vie en l'amenant d'ici quelques instants aux urgences les plus proches. Il n'est pas mauvais, tu sais, il a grandi avec le seul but de me retrouver pour me ramener dans ce qu'il appelle "le droit chemin". Il a surement raison, je suis un homme qui est plus noir que blanc, j'aime boire, j'aime l'amour charnelle avec les femmes et je suis assez fière de dire que je n'ai jamais eu à forcer une femme pour partager la luxure... Ah, je m'égare-je suis navré, oui, je suis un mauvais homme diront certains. "

Asoka se sentit gênée à ses mots et son visage resta fermer à la conversation comme-ci elle tentait de l'ignorer quand il disait cela... Elle continuait à prendre soins d'Axel comme une mère le ferait avec son enfant. Cela ne découragea pourtant pas Isaac...

"J'ai fait d'horrible chose... J'ai aimé tuer, j'ai aimé la fièvre du combat et de la guerre... J'ai tué des gens qui n'étaient pas mauvais et d'autre qui était des raclures de l'humanité.
Si j'avais été encore là, j'aurais surement tuer Tale avant même qu'il ne descende les escaliers de ta chambre... Je comprends que tu ne soit pas adepte de mes méthodes ni même de la violence que mon frère et son compère ont déchainé. Nous sommes des êtres humains, et aucun être humain n'est parfais, en chacun de nous réside une part de noirceur, cette noirceur grandis ou reste dormante en fonction de nos expériences dans la vie. Axel arrive à plutôt bien contrôler la sienne pour le moment, moi, j'ai laissé ma noirceur me dévorer en l'acceptant, cela permet de contrôler mes actes... Ton ami SDF en bas lui a surement du repousser cette noirceur, la refusant jusqu'à ce quelle le submerge dans un tsunami de haine et voilà le résultat. Toi, tu a ta petite part d'ombre aussi, comme tout le monde, mais tu a réussi à la tenir en laisse par ta foi et ton innocence. Ta pureté dirait certains... Toute cette pureté me fait peur, je suis une ombre, et toi, tu es une lumière aveuglante qui menace de me changer, de me faire disparaitre par ton simple contact. j'ai peur de cela, de changer ce que j'ai toujours été... Mais tu as pris soin de moi une fois et je te dois le respect et certaines petites choses pour cela. "

Lentement, Isaac reprit son frère dans les bras en continuant de parler. Il semblait rougir légèrement et Asoka le remarqua tous de suite... De la gêne se lu sur son visage et il évitait à tous pris de croiser le regard de la petite dame.

"Je te remercie, d'avoir pris soin de moi quand j'étais ici... Je suis... Désolé, pour les paroles que je t'ai dit au Hidden Mead. Je ne serais jamais un homme bien, je suit-ce que je suis, mais tu es une fille bien et disons que je peux bien être un homme au comportement acceptable et agréable avec quelques personnes que j'apprécie même si je reste un monstre pour le reste du monde. Je ne referais pas d'excuse de si tôt, tu sais, j'espère que tu te rend compte de l'influence que tu a eu sur moi haha! L'homme qui t'a fait du mal, qui t'a souiller... Il a vendu ton existence à des mauvais hommes pour qu'il t'arrache à ton existence de paix... Sois prudente, reste caché encore plus qu'avant... Et même si tu n'approuves pas ce que je vais faire à cet homme, je dois le faire, je suis une ombre... Je suis un monstre à peine humain. Je suis un prédateur qui traque les autres monstres pour ne pas s'en prendre aux moutons sans défenses. Je dois me débarrasser des pulsions que cet homme à fait naitre dans ma tête, pour conserver mes vestiges d'humanité."

La jeune femme baissa les yeux et essaya de le retenir faiblement, mais il était bien trop rapide... Elle eût juste le temps de pouvoir glisser dans la poche arrière du pantalon d'Isaac ça croix en argent blanc avant de s’évanouir au sol, où elle dormit jusqu'à très tard le lendemain...
Cette croix était un signe de paix et de pardon qu'elle avait reçu de son père, elle savait qu'avec Isaac, elle serait à l'abris...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 118
Crédits : 42
† Lieu de résidence : Eternal
† Emploi/ Situation : Gardienne de la cathédrale
† Personnage sur l'avatar : Kisara, Yu-gi-oh.

Papiers
Don: Morpho dragon
Statut: Gardienne de Saint-Luc
Implication: Neutre

MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   Dim 15 Mar - 20:27

~ FIN DU RP ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ce que j'ai de plus précieux   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ce que j'ai de plus précieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Campagne "Royaume des Cieux"
» Présentation Cieux Orageux [FINI]
» Et je m'envole vers d'autres cieux !
» Discussion dans les cieux
» S'envoler vers d'autres cieux [Elrond]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Cathédrale Saint Luc-