Partagez | 
 

 Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 439
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]    Lun 4 Aoû - 0:00

RASCHENSTEIN Faust

† Âge : Croissance osseuse de 18 ans. Âge de 48 ans.
† Nationalité : Américaine (D'origine Allemande).
† Métier : Fraudeur, fait des petits boulots (non déclarés) comme espionner, faire du marché ambulant dans différents secteurs.
† Statut : Nobody ~ Hopeless
† Don : • Morpho † Protubérance en os– Facilité à extraire les os de son corps (Tibia, fémur, colonne, etc...) et avoir la capacité de créer des oc acérés qui sortent de son corps. Dans un état de forte émotions (Douleurs extrême, rage, dépression, etc), les os sortent sans que l'on puisse les contrôler. On se trouve alors en état de non-conscience.
Mental

Caché sous plusieurs masques, Faust est d'une grande émotivité , et souvent anxieux. Plutôt brouillon, plus agité (intérieurement) qu'actif, il n'est pas toujours efficace pour les autres, mais trop souvent pour lui-même. Curieux, peu influençable. Assez susceptible, il a la dent dure. Ses réactions dépendront de la situation à laquelle il se présente, même si souvent c'est la situation qui se présente à lui.

Faust, aux premières abords, est un jeune homme d'apparence calme et réservé, de caractère plutôt flegmatique, il donnera souvent l'impression d'être distant ou hautain. Pourtant, c'est une personne simple, timide et modeste, doutant assez facilement de ses capacités, cherchant avant tout sa protection plus qu'autre chose. Il est difficile d'avoir sa confiance, car il vous jugera sur votre première parole.
Il se montre beaucoup plus ouvert et naturel avec les personnes auxquelles il loue une entière confiance.

Assurément, vous êtes en présence d'une personne sérieuse, honnête et consciencieuse, non dépourvue de grandes qualités morales. Patient, stable, discipliné, volontaire et persévérant ; il est néanmoins comme je le disais plus haut, inquiet, mal assuré, enclin au pessimisme ou au doute...

Introverti,  il ne redoute pas la solitude et préférera toujours une relation unique privilégiée à plusieurs moins authentiques : très éloigné du superficiel, il ne s'attache véritablement qu'à ce qui est profond et réel. Si vous faites partie de ses amis, c'est que vous êtes digne de confiance... Peu spontané ni démonstratif, il est pourtant sensible et on ne fait pas en vain appel à lui. Fier et orgueilleux, il se débrouille seul sans rien demander aux autres, et perdre ainsi beaucoup de temps. Mais comme la patience est une de ses vertus, il est gagnant à terme. Car sa réussite, même si elle est parfois tardive, n'en est pas moins plus appréciée puisqu'elle est due à son seul mérite...


Etant Rationnel, Faust a bien les pieds sur terre et s'appuie sur les démarches sensées de la logique et, s'il lui arrive parfois de rêver, il retrouve bien vite le sens de la réalité... Travailleur mais brouillons, il bâclera souvent se qu'il entreprend.
Faust est attaché au calme de la nature, donc peut importe si la routine ou la monotonie s'installe dans son existence. Il appréciera toutes les petites bonnes choses que la vie lui réserve pour son bonheur personnel, tel que : avoir un intérieur modeste et calme , un petit jardin à entretenir rapidement avec sa famille. Mais dans son cas, rien de tout cela ne lui est à porté de main, puisqu'il vit dans la rue. Si peut-être un jour l'amitié ou l'amour l'intéresse, soyez sans crainte, tel un brave toutou, c'est un être doté d'une fidélité incommensurable.

Physique

Faust est un adulte âge de 48 ans, mesurant 1m85 pour 66 kilos.
Pas bien gros et plutôt chétif, il reste néanmoins une personne très souple avec un buste élancé.  Son visage aux traits fins et pommettes saillantes, sont accompagnés d'un nez droit et des lèvres, viennent lui donner parfois peu assuré de lui-même. Son cou descend sur ses deux épaules carrées et osseuses.

Faust est un Albinos, ce qui dans son cas, aboutit à un teint blafard, ses cheveux blancs et iris légèrement rouges. Son front est cadré d'une chevelure lisse et courte, s'arrêtant au bas de sa nuque.  Les oreilles sont percées à de multiples endroits, avec deux anneaux sur la droite et trois autres en plus d'un goujon sur la gauche. Son style vestimentaire se limite généralement à des bottes, un long manteau noir ou simple chemise t-shirt aux tond ternes. Ceux qui ne le quittent jamais, ce sont ses gants et une cigarette aux lèvres.

Particularités:
-Sa croissance osseuse se limite à l'âge de ses 18 ans.
-Sa dentition est légèrement plus acérée vers l'extérieure.
-Signes de brûlures sur le flanc gauche, le dos et une partie gauche de la joue.
-Semble affectionner la couleur bordeaux.
-Multiples cicatrices sur tout le corps.

Histoire

Le dimanche était chez les Raschenstain, un vrai rituel familial qui se renouvelait  lorsque que toute la famille se retrouvait dans la maison de la plus vieille femme de la famille : la grand mère. Le matin, les petits enfants chez leurs parents étaient réveillés tôt pour s'occuper des préparatifs culinaires.  Les femmes de chaque foyer, se mettaient à la cuisine pour préparer au moins un repas ou quelques amuse-bouches à emporter. Et lorsqu'il fallait  assister à la messe du dimanche c’était un vrai remu-ménage, une véritable course pour ne pas être en retard cher la "bonne-maman" : au risque d'avoir un imposant reproche, et cette dernière avait la langue bien pendue !  Quant aux hommes, ils ne devaient s'occuper qu'aux accoutrements des enfants, de leurs rappeler les règles de chez leur grand-mère et des bouteilles de vin (leur qualités) : Bardinet, Saint-Joseph, Baron de Lestac, ...

Le 27 juillet 2014 était un dimanche -où Faust depuis deux mois avait  fêter ses 5 ans-, un dimanche où les fourneaux marchaient à fond de train, où les casseroles mijotantes pouvaient se faire entendre à 5 km à la ronde autour de la maison, où les pains au sucre et brioches venaient tout juste de sortie du four à pain tout fumant d'une agréable odeur qui embaumait la cuisine. En ce dimanche ensoleillé, la nonantaine (femme ayant atteint les 90 ans) avait prévu de faire ce repas de famille à l'extérieur. Comme une sorte de grand pic-nic pour que les enfants prennent un peu l'air, car le reproche que ces fameux repas soit ennuyant, ne manquait pas à l'appel !

Une fois arrivée au point de rencontre prévu à cet effet : Au parc naturel de Karter Garden dans le quartier de Garden Town , la famille s'était installée sous un grand érable. Les enfants souriant mettaient les couverts, les femmes présentaient et dressaient les plats, les hommes discutèrent entre eux tout en versant les premières bouteilles de vin. Ce jours-ci, un cousin était en retard suite au décès récent de sa femme. Les paroles et sujets de discutions, se portaient sur les mérites d'un des pères de la famille pour ses recherches en Alchimie. Parfois, un membre de la famille (souvent une femme) doit intervenir pour changer de sujet et pour reporter l'attention sur les succulents plats :

-Ne trouvez vous donc ce lapin exceptionnellement bien cuit ?

- J'approuve tout à fait ta requête Anne !  Ce lapin est vraiment succulent ! répondit la tante de Faust.

Tandis que Faust ronchonnait du dégoût de la sauce d'accompagnement, le plat principal finissait ainsi : se déroulant à la perfection, les assiettes avaient été rangées dans un panier pour les laver quand la famille sera rentrée.  Le fromage accompagné des secondes bouteilles de vin venait d'être dégusté, et le dessert était sur les assiettes. Une légère faisselle aux fruits rouges : framboise, fraise, cassis, groseilles, mures et groseilles à macro. Durant les jacasseries des adultes, les enfants étaient partis s'éclipser au bord d'un lac pour lire ou pour parler des nouveaux jeux vidéos sortis et bandes-dessinées du moment. Or mis un, qui était restés à table sous l'autorité de son père. Ce dernier se faisait souvent interroger du pourquoi au comment.

-Allons me petit, va jouer avec avec tes cousins et cousines ! lui murmurait sa tante.

Ce auquel, Faust répondit par un hochement de tête pour signifier un "non" timide.  Au risque de devoir rester dans la cave en rentrant, le temps de "réfléchir à sa bêtise". Souvent pour rallonger le dîner du dimanche, la vieille femme proposait à tous un café préalablement préparer dans des petites bouteilles isothermes. Et c'est ainsi que ce repas ce terminait, par la suite, quelques oncles et tantes allaient aider à dégraisser les casseroles et marmites chez la grand-mère. Et ils se revirent le dimanche suivant, enfin peut-être...

Faust et ses parents rentrèrent à la maison. La famille de trois membres, habitait une charmante petite maison de deux étages dans un quartier proche de Karm Street, dans la ville de New Kanton City. L'enfant de 5 ans s'était vautré dans le canapé pour allumer la télévision et la radio dans la cuisine était allumée sur la station "international".  Chacun des trois protagonistes sentirent une violente secousse tel qu'un tremblement de terre. La mère inquiète, accourue vers son enfant accroché à l'accoudoir du canapé. La secousse aurait durée environ une dizaine de minutes ? Suivi de plusieurs petits bruits plus ou moins aiguës.

« Une grosse explosion a eu lieu à l'instant dans le quartier de Karm Street, dans la ville de New Kanton City. Le quartier entier est dévasté laissant au lieu de l'explosion un énorme cratère. D'après les informations, c'est un laboratoire pharmaceutique qui aurait subi un accident, laissant échapper dans l'explosion des gaz toxiques et des particules d'irradiation. En conséquence de cet incident le quartier historique de la ville s'est retrouvé dans les flammes et le quartier proche de l'océan lui fut inondé. De nombreux morts sont malheureusement à déplorer et la ville est placée sous quarantaine jusqu'à nouvel ordre. »
Extrait du journal télévisé international.

Le père à la fenêtre se mit à hurler qu'il fallait vite se mettre en sécurité dans la cave. Sa jeune mère apeurée  suivit l'ordre donné et traîna Faust dans la cave, le père derrière eux, refermait la porte blindé. Puis quelques minutes après, on avait pu entendre les vitres de la maison se briser sous le poids d'une violente force.
Il y avait trois chemins d'accès rapide pour aller à la cave : la porte qui donne en contrebas du jardin, une deuxième placée dans le salon, et un tout petit escalier extérieur qui descend à pic au milieu de la cave. La porte en bois du jardin pour accéder à la cave, venait de céder sous le poids de cette "force". Puis Faust entendait un étrange engouffrement, et d'un coup de l'eau venait de se propager vigoureusement dans la pièce centrale de la cave, par chance, le père, la mère et le fils étaient restés dans les escaliers. L'eau s'était arrêtés avant de pouvoir monter les escalier.

L'eau dans la pièce centrale avait stagné durant deux bonnes heures, avant se redescendre lentement par des voies d'évacuations. A sont inverse, sous la porte donnant dans le salon, l'eau s'était infiltrée mais n'avait pas abîmé la porte en fer. La nuit était tombée et pour plus de sécurité, le paternelle avait décidé de rester cette nuit à la cave. L'air était glaciale ainsi que les marche, Faust s'était réfugié dans les bras de sa mère pour dormir. C'est au levé du jour qu'ils purent enfin sortir de la cave. Mais ils n'avaient pas prit la porte du salon, mais monté les escaliers du jardin. Une fois en haut, s'offrait à eux tout un quartier inondé :  Le Flooded Town. Le jardin ravagé, le toit décapitoné, de la maison ne restait que quelques murs et une charpente. L'eau avait tout ravagé.

Après cet accident, la famille fut recueillie dans un quartier voisin, en lieu sûr.

Samedi 02 Août 2014.

08h15

Au matin, Faust avait disparu. Sa mère qui habituellement allait le réveiller, ne l'a pas trouvé dans son lit ni dans n'importe quelle pièce de l'appartement ou la famille fut recueillie. Disparu comme s'il n'avait jamais existé.
Quelques heures plus tard.
Armé d'une caméra, Faust se trouvait dans la rue principal menant au quartier Karm Street. Sur le pas d'une porte, un couple âgé d'une vingtaine d'années se serrent l'un contre l'autre, devant eux s’étale dans la lumière matinale d'autres immeubles presque détruits. La jeune femme serrait son amant dans une étreinte presque désolante, toute maigre, elle tremblait.
Toute maigre, elle tremblait sous ses multiples jupons de jeune mariée. Contre lui, l'homme essayait de la réchauffer en lui frottant les bras de ses paumes. Ils avaient tout deux une teinte cadavérique, effrayant, Faust  n'y a pas plus prêter attention. Il continua sa route sans écouter au loin la voix de la femme lui crier :

-Attends.. Hey ! Gamin !  N'y va pas, c'est dangereux là-bas !! Attends !

Mais elle s'était écroulée de fatigue, avant de pouvoir se relever et lui courir après. On pouvait apercevoir dans son dos deux grandes marques rouges et des sortes d'os et de cartilage commençant à pousser comme des ailes.

11h14

Faust est arrivé devant l'entrée du quartier, seul demeure un énorme cratère. Par la suite, il entra dans ce nuage toxique tout en descendant doucement le cratère sur le coté tout en filmant la scène. Une fois arrivé au fond de l'énorme trou, il tressaillit par la main d'un adolescent lui ayant agrippé la cheville gauche.

Il s’appelait Raphaël, et depuis trois jours il venait d'avoir ses 16 ans. Dans un état pitoyable, on pouvait voir ses grande jambe et son visage carré à l’œil pétillant d'espoir. Sans effrayé d'avoir Faust, il commença à lui parler doucement de sa vie comme une autobiographie. Faust s'était assit à ses côtés. D'après ses dires, Raphaël se passionnait depuis toujours pour les sciences, les recherche en physique, il disait qu'un jour il allait devenir physicien. D'autre part, il se passionne aussi beaucoup à l'art, mais pas n'importe laquelle : il s'intéresse à l'Art du spectacle de la scène, être acteur, quelle passion ! Il expliqua aussi des faits banals de sa vie comme le divorce de ses parents à l'âge de 10 ans, qu'il a rencontré une fille qui lui plaisait beaucoup, mais qu'il était déjà fou amoureux d'un jeune homme de son âge mais que sa famille ne comprenait pas. Actuellement il ne lui restait que quelques minute à vivre, et ces quelques minutes de vie, il les dédia à se faire écouter part un enfant de 9 ans, ça paraît tellement ridicule... Et la main de Raphaël lâcha la cheville de Faust. Sa vision devenait de plus en plus sombre, voilée, il n'arrivait pas à bien respirer, puis plus rien.

Pendant 5 jours et 4 nuits ils l'avaient cherché sans relâche, et c'est le paternel qui l'avait trouvé au fond du cratère. En rentrant, l'enfant conscient ne voulait rien engloutir avant de se mettre au lit, il avait vomi du sang. Dans les jours qui viennent, les plaintes de douleur musculaires et osseuses se multipliaient et son père se plaignait beaucoup auprès de sa femme d'une immense fatigue.

Décembre 2015

Mr.Rachenstein depuis la fugue de son enfant, a pris ce que l'on appelle : un "coup de vieux", mais très important. Il pesait 84 kilos auparavant, durant l'année qui à suivi, il ne faisait plus que 65 kilos. Le moindre effort lui faisait perdre de l'endurance, des coups de fatigue chronique le prenait assez souvent et son audition a violemment baissé, ainsi que sa vue. Le plus étrange dans tout cela est que lorsqu'il allume la télévision, il dit voir une sorte de fumée en sortir et suivre ses mains jusqu'à y entrer. Un médecin du quartier était venu en novembre l'ausculter, car les plies de rides sur son visage et tout sont corps sont très inquiétant. Le généraliste avait décrété :

-"Il semblerait que ce soit une sénescence, qui est un processus physiologique qui entraîne une dégradation des fonctions de l'organisme. Mais à votre âge cela est bien rare.Pour votre enfant sa croissance doit se faire, il n'y a rien à craindre, toute cette pollution a dû lui abîmer les poumons, gardez le au chaud."

Mais il n'en était rien.
Faust continuait a avoir de violente douleur comme une aiguille qui vous transpercerai certains endroits de votre corps.. Malheureusement, les dîners de famille lors des fêtes ou le dimanche, ne se faisait plus. Car l'on ne pouvait plus avoir de contact avec les autres, on ne savait ni s'ils étaient vivants, mort sou malades. On avait appris juste des nouvelles de la cousine du petit Faust, qui s'était mise à "réveiller les mort", Mme Rachenstein ne voulait rien savoir, elle n'y croyait pas !

Et ce fut le soir de ses 7 ans, le 04 janvier 2016, qu'un étrange événement se produisit: Faust avait quelques peut reprit un peu d'appétit. Et une fois la soirée d'anniversaire terminée, il montait à tout vitesse les quelques marches pour aller dans la salle de bain. Mais ce dernier glissa et trébucha, rien de bien grave puisqu'il se releva !

Devant la glace, il prit sa brosse à dents et se les nettoya. Une fois la bouche rincée à l'eau, il se redressa et observa ses dents au miroir. C'est là qu'il vit sa clavicule sortir de son articulation, et ayant transpercé sa peau : aussi pointu qu'un poignard.
A cette vision d'horreur, Faust hurla d'effroi. Ce qui l'effrayait ce n'était pas la vision de cet os sorti de son emboîtage, mais plutôt le manque de douleur intense. Sa mère accourue et lorsque sa peur s'intensifia, les deux os de ses deux bras ( les deux humérus) sortirent aussi de leur lit et poussèrent tels des pieux.  Il en fut identique pour ses vertèbre, qui formèrent toute une ligne de longs piquaux. Voyant son enfant dans un tel état elle s'évanouissait.

Le père, suite aux hurlements continus de son enfant, arriva en furie et vit son enfant métamorphosé  en une chose qui paraîtrai surnaturelle. Tout en gardant son sang froid habituel, il posa délicatement ses deux paumes sur les épaules du jeune Faust qui, de plus en plus commençait a haleté. La sueur lui coulait le long des joues, tandis que ses os se rétractèrent doucement comme des griffes de chat. Plaçant sont bras sous le pli de ses genoux et l'autre bras sous son dos, son père le porta délicatement au lit en lui caressant la tête doucement. Entre temps, il avait posé sa femme contre le mur, cette dernière s'était réveillée affolée et larmoyante. Elle ne reconnaissait plus sont fils et presque plus sont mari qui ressemblait plus à un vieillard qu'à un homme de 42 ans, d'ailleurs cette nuit là, elle dormi sur le canapé du salon.

Tôt le matin un bruit sourd l'avait réveillée, quelqu'un toquait à la porte. Elle se réveilla, s'étira, enfila ses chaussons et alla ouvrir. Un protagoniste n'ayant rien d'humain à par la silhouette lui dit: "Mr. Raschenstein?" d'une voix robotisée. Par non compréhension, la maman répondu alors un oui interrogatif. Une lame aiguisée venait de lui caresser l'abdomen jusqu'à si glisser. Juste le bruit étouffé d'un cri avait résoné. La porte restait ouverte jusqu'au réveil de Faust, qui descendit voir sa mère pour demander un peu d'affection par une étreinte. Mais lorsqu'il arriva au pas de la porte...

10h17

M.Raschenstein s'éveilla, et descendit les quelques marches calmement encore tout ensommeillé. Apercevant la silhouette de son fils, son corps était presque complètement recouvert de ses os qui en sortaient encore. Un pincement lui prit violemment au cœur.
Croyant que son enfant venait de commettre la mort de sa mère, éprit d'une colère folle, il l'agrippa violemment par le col et le mis sur le seuil de la porte en claquant cette dernière.
Après avoir reprit conscience, Faust frappa de toutes ses forces à la porte du bâtiment en hurlant ses méandres. Il l'avait attendu tout l'après-midi au pas de la porte, et se fut le noir complet.
Au soir, dépourvu de raison, le vieillard ouvrit la porte et malheureusement Faust n'était plus là. Le paternel ne comprenait plus, s'étant coupé du monde entier, ne possédant plus la radio et la télévision, il ne s'était jamais informé des actualités du dehors.

décembre 2016

Faust est enfermé dans une pièce blanche, dans ce qui semble être une grande usine. Il y a un autre enfant avec lui, lui donnant quelques morceaux de journaux, Faust pouvait y lire:

« Une énorme forme noire est apparue au-dessus du cratère de l'explosion d'il y a quelques années, on le voit grâce à des images satellites. La sphère noire au-dessus du cratère a été nommée le Black Spot, et le quartier historique a enfin été libéré des flammes de l'enfer et commence à se reconstruire peu à peu. Malheureusement le quartier inondé lui ne connait aucune amélioration et déjà on commence à le surnommer Flooded Town.
« D'après les autorités de la ville, toujours en quarantaine, des personnes auraient subi des mutations suite à l'incident de 2014. Malheureusement il apparaîtrait que ce phénomène ne soit pas propre à la ville de New Kanton City, mais que la plupart des villes des environs connaissent aussi des mutations.
« Des rumeurs annoncent qu'une sorte de milice commence à prendre le contrôle de la ville, une milice robotisée en plus d'humaine. Les différentes mafias auraient aussi une grande part de responsabilité dans la situation actuelle sociale en ville qui est déplorable. Le ravitaillement est difficile, les vivres sont interceptés et les habitants y ont accès au compte goutte. »

-Ils sont vieux de novembre ces écrits tu sais...

Faust lui avait répliqué que ça ne faisait rien d'un ton si grave, que sa mère aurait pu s'en retourner dans la fausse commune.

Septembre 2024

Les mois étaient passés et Faust n'avait que très peut changé, et pour la deuxième fois il s'était fait choisir en tant qu'expérience à analyser. Une fois sur la table d'expérimentation, les rayons X et les scanners ne dénichèrent rien de particulier chez lui à part une forte abondance en fer, magnésium et calcium. Un sentiment de haine montait de plus en plus en lui, ce qui coûta la vie à trois chercheurs en mutations, deux chirurgiens et quatre scientifiques. Or mis l'acide lui ayant rongé le visage et le côté gauche du flanc, il sortait de la base de recherche située au Black Spot, indemne.

Décembre 2052, sous un pont enneigé.

-La mort a lieu tous les jours sous nos yeux alourdis par la haine. A chaque seconde, chaque minute, des personnes sont effacées comme un trait de gomme sur papier. Qu'ils soient réduits en esclavage,  rebellés ou au plus haut statut ; ils finiront tous par mourir quel qu’en soit la cause. Aujourd'hui des vagues de massacres se font ressentir entre Nobody et mafia, mafia contre Testaments rebellés, Testaments rebellés contre Eternal, Eternal contre Nobody. Quel cercle vicieux... Rien n’est épargné...décréta une jeune prostitué couverte d'un châle noir.

-Quel est votre demande et votre tarif ? lui cracha-t'il.

- 5 rue Becker street, devant de grand porte en bois rouge, tu verras une vieille voiture, à cette heure il n'est pas seul dans la voiture, une femme doit sûrement l'accompagnée.

- Votre tarif pour cet homme?

-100$ Ça te suffiras..?

-Largement... Que dois-je ramener ?

-N'importe quelle preuve de sa mort, décocha-t-elle froidement.

-Bien.

Par cette nuit enneigée, ces yeux le regardaient sans relâche.
Il apercevait nettement son regard à travers la vitre sale, qui étouffait ses mouvements répugnants. Il posa son poing contre la vitre pour attirer l'attention de l'homme dans la voiture. L'homme ayant tourné la tête vers lui le fixait comme pour le fusiller, la femme à califourchon sur lui ne se doutait de rien. Faust colla sa paume droite sur la bouche de ce dernier. Un os traversa sa paume jusqu'à la tête du siège sur lequel l'homme était assit, arrachant sa langue au passage...
Et il ne faut pas oublier de refermer la fenêtre avant de partir.

A travers la vitre sale teintée de sang, les cris d'effrois montaient et résonnaient jusqu'à l'autre bout de la rue. L'homme sur lequel la jeune femme était, restait silencieux, sanglant, regardant le pare-brise de ses deux yeux exorbités.
Faust revenait au point de rencontre.

-Alors ? murmura la jeune femme.

Faust lui prit doucement le billet de 100$ dans sa main droite et à la place, lui déposa délicatement la preuve choisie par ce dernier: l'argument de sa mort sera l'organe charnu et mobile qui se situait dans la bouche de la victime.
La femme déglutie... puis hurla une fois qu'elle eu la main ouverte.

-Merci, dit-il doucement en rangeant le billet dans la poche droite de son manteau.

Info utilies:
 


IRL
† Pseudos usuels : Mitsukoshi, Hikumi, Mitsu Cat.
† Âge : 16 ans.
† Où avez vous connu le forum ? Il était dans mes favoris depuis novembre 2013, donc bon merci au top 50 rpg-manga ! little sheep 
©️ code par Michiyo


Dernière édition par Faust Raschenstein le Dim 10 Aoû - 2:46, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]    Mar 5 Aoû - 1:01

Hellow Faust !

Ah, on peux enfin admirer ta fiche et lever le voile de mystère que tu avais posé dessus :3
En tout cas, je te (re) souhaite la bienvenue et j'ai hate de pouvoir RP avec toi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]    Mar 5 Aoû - 13:16

Aloisia, nous avons déjà fait la remarque sur la fiche de timmy, seul le staff et le posteur de la fiche peuvent continuer à poster dessus !

Tu lui as souhaité la bienvenue sur CB, pas la peine de rallonger la fiche =)

Voilà, merci de ta compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]    Mar 5 Aoû - 14:23

Bref, double post 8D

Alors tout d'abord, pour ton pouvoir, tu pourrais développer un peu sur les contre coups, les récupérations, et surtout, c'est la question que je me pose, une fois l'os extrait, la partie du corps rattachée, elle devient quoi ? un truc flasque comme un tentacule ? Ca m'intrigue beaucoup, même si j'adore l'idée =)

Ensuite, ton perso a 18 ans d'apparence, ok, mais il a quel age ? Et, je vois pas trop le rapport avec le pouvoir, un peu de lumière, docteur ? :p

Pour ce qui est du mental, juste une petite incohérence. Tu dis qu'il est un peu brouillon, au tout début, puis dans les paragraphes qui suivent, tu dis en d'autres termes qu'il est organisé... L'un ou l'autre ? ^^

Pour le reste, je n'ai rien à dire, le style d'écriture me plait beaucoup et l'histoire est vraiment plaisante à lire (bon, c'est long, mais c'est bien :3)

Voilà, une fois les deux trois trucs arrangés je te donnerais ta première validation =)
  Ps : une ou deux fautes du à l'heure tardive où tu as fini :p
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]    Mar 5 Aoû - 15:25

Bon, les informations ont été rajoutées, ca me convient ^^

Je te donne ta première validation, tu auras le passage d'un autre modo/admin dans de brefs délais =)
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 961
Crédits : 98
† Lieu de résidence : Fixon City
† Emploi/ Situation : Tueur à gage
† Personnage sur l'avatar : Iori Sendo ( Fortune Arterial )/ John Doe ( yumekui Merry )

Papiers
Don: Hopless : Morpho griffes
Statut: Tueur à gage
Implication: Impliqué(e)

MessageSujet: Re: Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]    Mer 6 Aoû - 12:01

Bien pour ta seconde validation, c'est à mon tour ^^
Alors tout d'abord, ton pouvoir ne faisant pas partie de notre liste de capacité, il faudrait que tu le propose dans le sujet adéquat partie suggestion ;) Essaye de faire un petit résumé du pouvoir, notamment en décrivant les effets sur le corps afin qu'il puisse être ajouté.

Ensuite j'ai trouvé quelques problèmes de chronologie dans ton histoire, le personnage a 5 ans en 2014 et 10 en 2016 ? Ce qui nous amène à ce qu'il ai en 2057 48 ans et non pas 45 en se basant sur les 5 ans en 2014.

Une dernière chose, que ton pouvoir limite la croissance osseuse me parait une idée raisonnable en soi, mais rien ne justifie qu'il en soit de même pour les tissus et organes à mes yeux. Ça ferait plus un cœur de 48 ans dans une ossature de 18 si tu veux mon avis. Ce qui pourrait donner lieux a une certaines opposition assez intéressante par ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 439
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]    Mer 6 Aoû - 20:16

Bonjour/Bonsoir,

J'aimerais vous remercier pour votre accueil et surtout pour vos conseils concernant le don de mon personnage ( qui ma foi, est plutôt complexe à analyser), donc je vous remercie pour vos conseils que je vais bien-sûr suivre à la lettre.  bow

Pour le problème chronologique, oui je viens de m'en apercevoir !
Comme tu peux le voir Alexander, oui je déteste le calcul mental.

Il est vrai que son don n'étant lié qu'à son squelette, ce ne sont que les os qui en son touchés et non les muscles et organes, ton avis est tout à fait juste, ce qui m'aidera donc un peu plus pour développer le résumé de la proposition de don.

Résumé de la proposition du don: Fait.
Correction chronologique: Faite.
Correction sur l'analyse du don:Faite.

_____________________________


Code color: FireBrick
ヽ(*・^・)人(・^・*)ノ
Signa & Vava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]    Sam 16 Aoû - 18:34

Tout a été fait et moi, il me reste plus qu'à cocher la petite case nécéssaire...
Pffffff, Alex, je comptais sur toi pour pas bosser... /MUR/

Alors, très bonne fiche et très complète, j'aime beaucoup son histoire et le pouvoir qui me rappel une x-men... xD

Alors je valide la fiche, je laisse un admin passer te donner ta couleur.
Bon jeu!
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 439
Crédits : 122
† Lieu de résidence : Au fond de son lit
† Emploi/ Situation : Co-rédacteur du Knew Kanton / Toturé, Confort killer, Résistant, traite envers Eternal.
† Personnage sur l'avatar : DOGS, Bullets & Carnage - Heine.

Papiers
Don: Hopeless + Protubérance en os
Statut: Torturé, Confort killer, Traite d'Eternal, Résistant.
Implication: Résistant

MessageSujet: Re: Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]    Sam 16 Aoû - 18:39

Merci bien !  sheep

_____________________________


Code color: FireBrick
ヽ(*・^・)人(・^・*)ノ
Signa & Vava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endofgods.forumactif.org/
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]    Sam 16 Aoû - 19:04



Bon ! Cette fois ci c'est la bonne tu vas pouvoir rp et recenser ce que tu peux (mais je crois que t'avais déjà posté un peu partout (a) ) je file ta couleurs, et toi file régler les formalités ♥

Le petit guide :

• N’oublie pas d'aller faire recenser ton avatar pour que personne ne te le pique.
• Ensuite d'aller faire une demande de logement pour que ton personnage soit installé.
• Pense aussi à faire recenser ton occupation au sein de New Kanton City
• Puis voir pour commencer a installer ta fiche de relation
• Nous avons aussi l'évolution des personnages, où tu pourras récapituler tes rps et l'évolution physique, mentale et voir de groupe un jour.
• Pense bien à remplir ton profil
• Maintenant tu peux rp et te faire plaisir =D
© code par Michiyo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Plus rien n'existe, plus rien de rien. [Faust]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rien de mieux que l'air marin! (libre!)
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Rien pour écrire à sa mère...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Présentations :: Validées-